La CAQ se présente comme le parti du «changement responsable»

Une majorité de Québécois est assoiffée de « changement » après plus de 12 ans de gouverne libérale en 15 ans. Mais afin de vaincre les craintes à l’égard d’un parti politique qui n’a jamais été aux commandes de l’État, la CAQ entend se présenter comme le parti du « changement responsable ». En d’autres mots, la révolution libertarienne ne sera pas du programme d’un éventuel gouvernement caquiste.

« La société québécoise vieillit. Il faut que le changement soit responsable », explique posément un des principaux stratèges caquistes lors d’un entretien avec Le Devoir au restaurant Le Louis-Hébert à Québec. L’établissement de la Grande Allée est à la hauteur de sa réputation. À l’arrière, un ministre déjeune avec des hommes vêtus de complets sombres. À l’avant, un sous-ministre et un haut fonctionnaire de la Ville chuchotent comme s’ils souhaitaient attirer ainsi l’attention. « C’est un beau projet », dit l’un d’eux, avant d’ajouter : « Ce n’est pas moi qui t’ai montré ça. »

L’odeur du pouvoir

Le pouvoir que se sont échangé le Parti libéral du Québec et le Parti québécois au fil des 50 dernières années semble maintenant à portée de main pour la CAQ. Pour preuve, les hôtesses du Louis-Hébert accueillent désormais avec plus d’égards les membres du personnel politique du deuxième groupe d’opposition à l’Assemblée nationale, fait remarquer un attaché politique caquiste, sourire en coin.

Même si la Coalition avenir Québec caracole en tête des sondages depuis l’automne dernier, son chef François Legault répète à la presse: « Je ne tiens rien pour acquis ». À micro fermé, sa garde rapprochée se fait tout aussi prudente.

Pour opérer ce changement «responsable », la CAQ met en sourdine ses propositions controversées — sur la réduction de la taille de l’État ou encore le statut de la SAQ ou celui des cégeps, « une maudite belle place pour apprendre à fumer de la drogue et puis à décrocher », par exemple — pour gagner la confiance du plus grand nombre d’électeurs.

Le programme de la CAQ est aujourd’hui « en phase » avec la population québécoise (ou vice-versa), fait valoir le président du parti, Stéphane Le Bouyonnec. La CAQ partage les « consensus québécois », ajoute l’ex-député de La Prairie, tout en rappelant que les élus caquistes ont voté pour la création d’un registre québécois des armes à feu. « Si on était un parti de droite, on aurait été contre ça. On se considère comme des pragmatiques. »

« On est dans la variation “centre droit, centre, centre droit” », souligne le professeur de philosophie et de science politique Danic Parenteau. « L’ADQ s’est formée autour d’une volonté nationaliste assez clairement affirmée. À la suite du référendum, elle va davantage aller puiser [dans le répertoire] libertarien, donc la réduction de la taille de l’État. » Son confrère de l’Université d’Alberta, Frédéric Boily, abonde dans le même sens : « Le discours anti-étatiste est encore là [à la CAQ], mais il n’a pas la même présence. »

La CAQ a appris des leçons de l’ADQ, avec qui elle a fusionné en 2012, mentionne M. Le Bouyonnec sans détour. L’ex-péquiste, bloquiste et adéquiste garde en mémoire l’« approche doctrinaire » adoptée par l’équipe de Mario Dumont en 2003. « C’était hallucinant. Elle se résumait à dire : “On va épargner tant d’argent ; on va supprimer tant de postes”. » Les syndicats étaient montés au front. Ils ont concentré leurs tirs sur l’ADQ. « Ça avait fait mal. »

État, famille et laïcité

Aujourd’hui, la CAQ aborde l’enjeu de la taille et du rôle de l’État d’« une autre manière », admet M. Le Bouyonnec, qui dirige le comité chargé de la rédaction de la plateforme électorale. « On est capables, avec des ressources similaires, de faire mieux. C’est une question de culture. »

D’ailleurs, le discours du parti a été expurgé d’expressions diverses sur la « lourdeur » et l’« inefficacité » du secteur public, a constaté Le Devoir après avoir passé au crible des allocutions prononcées par M. Legault depuis son retour en politique en 2011. Le ministre Gaétan Barrette, qui a porté les couleurs de la CAQ en 2012, s’est montré amusé par ce changement de ton. « Nous avons diminué la bureaucratie d’une façon substantielle. Et je me souviens, dans le passé, que c’était un des chevaux de bataille de la CAQ. Comment se fait-il qu’on me [le] reproche aujourd’hui encore ? » a-t-il répondu à une question de la CAQ en Chambre jeudi.

La CAQ fera campagne sur « 3, 4 idées fortes » à première vue consensuelles, comme l’« importance des familles », dont elle veut être la championne.

Les propositions pour renforcer la laïcité de l’État québécois ne seront quant à elles pas mises en avant. « On ne fera rien pour alimenter [le débat identitaire] », indique un stratège.

Depuis le rendez-vous électoral de 2014, des « modulations » ont été apportées au programme de la CAQ, mais aucune « modification importante », note M. Le Bouyonnec. « Mais, parfois, on se ravale », admet-il. Un exemple : la taxation scolaire. La CAQ préconisera un taux uniforme à la grandeur du Québec en 2018, après avoir promis son abolition pure et simple en 2014.

Une 3e voie plus claire

Brandissant son « nouveau projet pour les nationalistes du Québec », François Legault dit vouloir sonner le glas du « temps des divisions » entre souverainistes et fédéralistes. « C’est intéressant, parce que c’est en ligne directe avec Duplessis », constate Jonathan Livernois, professeur à l’Université Laval. S’il n’évoque guère la mémoire du « Cheuf », M. Legault réclame lui aussi son « butin » du fédéral avec ses « demandes à la pièce » faites à Ottawa.

« C’est un nationalisme suffisamment revendicateur pour ramasser pas mal d’électeurs sans jamais aller au bout d’un certain nationalisme qui deviendrait indépendantiste », explique l’auteur. Au fil des quatre dernières années, « la CAQ s’est définie là où elle l’était le moins. Le nationalisme, c’est ce qui manquait au programme », estime le professeur de sciences politiques à l'Université Laval Éric Montigny.

Néanmoins, un « grand flou » persiste dans le programme de la CAQ, observe M. Parenteau. Par exemple, le parti se dit favorable à une présence accrue du privé dans le secteur de la santé… tant et aussi longtemps que la carte d’assurance-maladie couvre les soins. « [D’ailleurs, les promesses controversées], on n’en parle plus, mais elles sont toujours là », poursuit M. Parenteau. La question à poser, selon lui, est la suivante : « La CAQ y croit-elle encore ? »

La petite histoire de la Coalition avenir Québec

Février 2011 L’ancien ministre péquiste François Legault et l’homme d’affaires Charles Sirois publient le manifeste fondateur de la Coalition pour l’avenir du Québec.

Juin 2011 François Legault prône un moratoire de 10 ans sur la question nationale.

Décembre 2011 Un sondage accorde 37 % d’appuis à la CAQ. Éric Caire et Marc Picard (ex-ADQ) et Daniel Ratthé et Benoît Charette (ex-PQ) se rallient à la CAQ. François Rebello du PQ se joint au parti trois semaines plus tard.

Janvier 2012 Vote de fusion ADQ-CAQ.

Juin 2012 La CAQ pique du nez, avec 19 % des intentions de vote.

Juillet 2012 Gaétan Barrette, représentant des médecins spécialistes, rejoint la CAQ, suivi Jacques Duchesneau, ex-chef de l’Unité anticollusion.

2012 Élections générales. La CAQ se classe 3e, gagne 19 comtés avec 26,88 % des voix.

Septembre 2012 La présidente de la CAQ, Dominique Anglade, quitte le parti.

2014 Élections générales : La CAQ récolte 23 % d’appuis, derrière le PLQ et le PQ et passe de 19 à 22 députés.

Octobre 2017 Victoire de Geneviève Guilbault à l’élection partielle de Louis-Hébert.

Janvier 2018 Un sondage accorde 39 % d’appuis à la CAQ, en route vers un gouvernement majoritaire.


Dave Noël

Le chef François Legault a déjà dit...

« Je pense que c’est quelque chose qu’il ne faut pas éventuellement exclure [l’abolition des cégeps] parce que, comme le disent parfois certains parents, c’est une maudite belle place pour apprendre à fumer  de la drogue et puis à décrocher ». 
(5 octobre 2011)

« Notre objectif, notre défi, c’est de regrouper au centre des gens qui veulent qu’on ait un État efficace, qui veulent qu’on mette de l’emphase pour être maître chez nous ». 
(20 avril 2012)

« Gaétan [Barrette] c’est quelqu’un qui est devant la parade. Parfois quand on est devant, on écrase des orteils et c’est normal quand on veut changer des choses ». 
(31 juillet 2012)

« Il faut lutter contre le gaspillage, lutter contre la trop grande bureaucratie qu’on 
a au Québec ». 
(7 août 2012)

« Si demain matin il y avait un référendum [sur l’indépendance], je voterais non ». 
(17 mars 2014)

« Sincèrement, je ne vois pas ce que le gouvernement fait dans la vente de boissons alcooliques au Québec. Je ne pense pas que ça fasse partie de la mission du gouvernement ». 
(17 mars 2014)

« Je ne suis pas en position de fermer la porte [à la démolition du pont de Québec] ». 
(27 mars 2017)
5 commentaires

Consultez la suite du dossier

La stratégie de la CAQ

La stratégie de la CAQ

Plusieurs électeurs soupçonnent François Legault d’avoir un «plan caché» pour mener le Québec à l'indépendance.

  • Jacques Lison - Abonné 24 février 2018 11 h 31

    Sans âme...

    Grand malaise en lisant cela: l’impression de considérations purement stratégiques, sans âme. Ça manque cruellement de politiciens qui nous appellent vers le haut, l’excès de sens...

  • Benoit Toupin - Abonné 24 février 2018 13 h 07

    Le changement à l'aveugle...

    On a beau écouter les propos de Monsieur Legault, ses élans d'indignation sans proposition de mesures correctives, on a beau lire le texte ci-haut, tout reste flou. Stratégie, peut-être... Belle façon de se garder une large marge de manoeuvre pour agir sans être embarrassé par des engagements précis...

    Et après on se dira... Je n'ai jamais voté pour ça...

    Toutes les options méritent considération, mais faire de la politique exige un minimum de transparence jusque là manquante dans le cas de la CAQ. N'osons pas un vote à l'aveugle bien risqué.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 24 février 2018 14 h 41

    Qu'importe ce qu'on caquette, pourvu qu'on soit élus…

    (Les cégeps), « ''une maudite belle place pour apprendre à fumer de la drogue et puis à décrocher'' »

    C'est aussi ce que soutenait l'ineffable Camil Samson, dans une allocution devenue depuis une référence en la matière…

    Ceci dit, pour assurer sa victoire électorale, la CAQ offre maintenant à boire et à manger à tout le monde d'une façon qui laisse entendre : Qu'importe ce qu'on caquette, pourvu qu'on soit élus…

    Et rendu-là, nous n'en finirons pas collectivement de manger nos bas suivant le principe que plus tu seras pauvre, plus sévère sera la raclée que tu vas mériter.
    .

  • Alain Larouche - Abonné 24 février 2018 16 h 48

    La politique du vide

    La seule chose que dit lorsque François Legault intervient c'est "Ca pas de bon sens". Aucun contenu. le vide dans sa plus simple expression. De plus avec le déluge de promesses qu'il prône soit l'élimination des CEGEP, construire un pont ou un tunnel en 4 ans par clientisme des gens de Québec qui ne regardent pas les dépenses et les dépassement de coût quand ça les concerne, le foutoir de la taxe scolaire dont on ne sait où il prendra le manque à gagner. Pour la santé la CAQ est totalememnt dans les limpes car c'est du n'importe quoi. Là je suis d'accord avec M. Legault: "Ca pas de bon sens"

  • Gilles Théberge - Abonné 25 février 2018 13 h 45

    Tiens tiens, mais c’est un poig que brandit Legault en première page du devoir....?

    C’est curieux, il n’y a aucun commentaire là dessus, tandis que pour PKP....