Des services de garde gratuits pour les moins nantis

Le parti de Jean-François Lisée s’était engagé en mars à instaurer un tarif de 7,30 $ par jour en garderie, peu importe le salaire des parents.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Le parti de Jean-François Lisée s’était engagé en mars à instaurer un tarif de 7,30 $ par jour en garderie, peu importe le salaire des parents.

Le Parti québécois (PQ) a promis jeudi de rendre les services de garde gratuits pour les familles les moins bien nanties, mais il a omis de fournir les chiffres précis illustrant la manière d’y arriver.

Le parti de Jean-François Lisée s’était engagé en mars à instaurer un tarif de 7,30 $ par jour en garderie, peu importe le salaire des parents. Il revient à la charge, dix mois plus tard, en proposant un montant unique de 8,05 $ par jour, indexable en fonction de l’augmentation du revenu des ménages.

Le parti s’engage à réduire le tarif de garde à 4 $ pour un deuxième enfant et à 0 $ pour un troisième, et ce, même si les enfants ne sont pas tous à la garderie en même temps.

La gratuité de l’accès aux centres de la petite enfance (CPE) et aux garderies subventionnées est aussi proposée aux familles dont les revenus sont inférieurs à 34 000 $. De zéro, le PQ propose de faire augmenter le montant graduellement, jusqu’à ce qu’il atteigne un maximum de 8,05 $, applicable aux ménages dont les revenus sont supérieurs à 60 000 $.

« On ne sait pas comment la transformation entre le 0 $ et le 8 $ va se faire, donc c’est difficile de se prononcer sur la mesure », a remarqué le fiscaliste de l’Université de Sherbrooke Luc Godbout. « On manque de détails. »

Le PQ estime que l’introduction de sa nouvelle grille tarifaire coûterait 320 millions, mais ce montant exclut les sommes qui devraient être dégagées pour créer de nouvelles places en CPE.

Ses calculs sont aussi basés sur un déplacement espéré d’enfants en garderie non subventionnée vers les CPE. Les péquistes font le pari que ce mouvement leur permettrait d’économiser des centaines de millions, puisque les crédits d’impôt remis aux parents dont les enfants fréquentent les garderies non subventionnées diminueraient. « Ce crédit d’impôt va réduire considérablement. Est-ce que ce sera de 100, de 150 millions ou de 200 millions ? Ça va dépendre de la popularité de la mesure », a déclaré Jean-François Lisée.

Le PQ mise aussi sur l’espoir que le gouvernement fédéral transfère à Québec les sommes qu’il octroie actuellement aux familles, par le biais du crédit d’impôt pour les frais de garde.

« Il va y avoir, on peut le prévoir, un transfert vers des services subventionnés […] donc l’ampleur du crédit d’impôt va être moins importante, y compris pour le fédéral. C’est pour ça qu’on pense qu’on va être en très bonne position pour négocier avec eux », a fait valoir la députée Véronique Hivon.

Fin de la « taxe famille »

Quand le gouvernement Couillard a introduit la modulation des tarifs de garde, en 2014, il a établi une contribution de base, à laquelle s’ajoute un montant que les parents doivent payer au surplus, lors de leur déclaration d’impôt. Le PQ entend désormais se priver de cette somme, qu’il qualifie de « taxe famille ».

En 2016, cette contribution correspondant à la ligne 434 de la déclaration de revenus des particuliers a permis au gouvernement libéral de mettre la main sur 130 millions de dollars. Elle lui a rapporté 108 millions l’année précédente. « Pour tous ceux de la classe moyenne qui ont vu ce Boeing 434 entrer dans leur budget familial : il ne reviendra pas », a attesté le chef Lisée en qualifiant sa proposition de « mesure de réparation ».

Dans le modèle actuel, le tarif en garderie peut atteindre 20 $ par enfant, par jour, pour les familles les plus aisées. La proposition péquiste serait donc surtout profitable aux familles se situant à chacune des extrémités de l’échelle des revenus, a souligné Luc Godbout.

Quant aux autres, « on n’a pas assez d’informations pour voir si le changement aurait des effets positifs », a ajouté le fiscaliste.

8 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 25 janvier 2018 12 h 46

    Québec solidaire propose la gratuité scolaire de 0 à 17 ans

    À noter qu'en contre-partie de cette proposition conservatrice qui ne changera strictement rien pour les familles les moins naties du Québec qui ne disposent même pas du 7,30$ actuel par jour pour envoyer leurs enfants dans les CPE.

    Québec solidaire propose la gratuité scolaire effective et sans frais afférents pour tous les enfants de 0 à 17 ans.

    - Qui dit mieux.. ?

    Christian Montmarquette

    Référence : Communiqué national de presse :

    Éducation gratuite 0-17 ans - 24 octobre 2017

    Québec solidaire veut mettre fin aux factures de la rentrée scolaire"

    .

    • Denis Baillargeon - Abonné 25 janvier 2018 17 h 13

      Bien facile de renchérir et de se péter les bretelles, quand on sait que ce n'est pas demain la veille pour QS !

    • André Labelle - Abonné 25 janvier 2018 17 h 22

      Ceux et celles qui ont fondé Québec Solidaire, après qu'ils aient constaté l'utilité des mesures sociales mises en place par les différents gouvernements péquistes ont décidé de se les approprier.

      C'est toujours une bonne idée d'adopter les bonnes idées même si on le ceuille ailleurs.

      Mais je note une différence entre la gratuité scolaire et une politique concernant les CPE. Il me semble qu'il y a une différence entre école et CPE.

      De plus, prévoir une tarification ne devient pas en soi un péché mortel. C'est peut-être moins révolutionnaire mais ça réduit une certaine résistance au changement.

      Vaut-il mieux être un héros mort ou un soldat vivant ? La question se pose.

      «Un fanatique est quelqu’un qui ne peut pas changer d’avis et qui ne veut pas changer de sujet.»
      [Winston Churchill]

    • Sylvain Bolduc - Abonné 25 janvier 2018 19 h 41

      Qui dit mieux? La réalité péquiste qui a inventé le modèle !!!

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 janvier 2018 10 h 20

      "La réalité péquiste qui a inventé le modèle.." - Sylvain Bolduc

      La réalité péquiste, c'est que Marois voulait augmenter les CPE de 2$ et que c'est le PQ qui a calqué la position de QS sur la gratuité et que le PQ n'aurait pas bougé sans QS:

      Augmentation de 2$ dans les CPE.. - Le Devoir

      "Il en coûtera plus cher pour envoyer la marmaille à la garderie: après un gel de dix ans, le tarif quotidien pour les services de garde passera à 8 $ à compter du 1er septembre 2014, puis à 9 $ l'année suivante, et sera indexé pour les années subséquentes.

      La mesure contenue dans le budget 2014-2015 déposé jeudi par le ministre des Finances, Nicolas Marceau, vise à «rétablir l'équilibre entre la contribution du gouvernement et celle des parents».

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/400660/au


      .

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 janvier 2018 10 h 23

      À André Labelle,

      Vous devriez trouver autre chose que de traiter de fanatiques ceux qui ne pensent pas comme vous.

      C'est non seulement antidémocratique, mais diffamatoire.

  • André Labelle - Abonné 25 janvier 2018 15 h 42

    Dans l'ADN du PQ

    J'entendais l'économiste Pierre Fortin déclarer que la société québécoise était probablement la moins inégalitaire en Amérique en raison des politiques sociales adoptées principalement, par des gouvernements péquistes.

    La promesse du PQ «de rétablir le tarif unique en garderie, s'engageant à le fixer à 8,05 $ par jour dans les centres de la petite enfance (CPE) et les garderies subventionnées s’il prend le pouvoir en 2018» est bien dans l'ADN du Parti Québécois.

    Voilà donc une promesse très structurante pour l'avenir de la nation québécoise. Elle est strictement à l'opposée de la philosophie de la CAQ qui affirme le désengagement de l'État pour assurer l'avenir du Québec notamment à travers des réductions sauvages des taxes scolaires. En tarissant les ressources des commissions scolaires ce sont les enfants, leur éducation, bref leur avenir qu'on met dangeureusement en cause.

    «Pour voir qu'il fait noir, on n'a pas besoin d'être une lumière.» [Philippe Geluck]

    • Gilles Théberge - Abonné 26 janvier 2018 13 h 21

      Il y a à peu près que QS qui ne s’en aperçoit pas...

      C’est vrai que « l’idéologie » rend aveugle!