Option nationale et Québec solidaire ne font plus qu’un

Le coporte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, et le chef d’ON, Sol Zanetti.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le coporte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, et le chef d’ON, Sol Zanetti.

Les militants d’Option nationale ont massivement dit oui au projet de fusion de leur parti avec Québec solidaire. Réunis en congrès dimanche, ils se sont prononcés à 90,7 % pour ce mariage politique.

Les deux partis n’en forment désormais plus qu’un, qui gardera le nom de Québec solidaire, mais au sein duquel se trouvera un collectif nommé Option nationale. L’identité visuelle du parti sera également modifiée.

Un comité de transition sera mis sur pied au cours des prochains jours afin de gérer « l’aspect plus organisationnel de la fusion », a précisé le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, au Devoir.

« On est très contents, le résultat est au-delà de nos attentes, a déclaré le chef d’ON, Sol Zanetti. Ça montre l’enthousiasme des militants de travailler avec les gens de Québec solidaire pour un projet de pays clair et assumé. »

En effet, la pièce maîtresse de cette entente est la présentation d’un projet de constitution d’un Québec indépendant dès un premier mandat de Québec solidaire.

L’entente permettra aussi à M. Zanetti de se présenter aux prochaines élections provinciales dans une circonscription « favorable », autre que celles où QS a fait élire ses trois députés. Celle-ci reste à déterminer. « On voulait attendre que l’entente soit entérinée. On ne voulait pas mettre la charrue devant les boeufs », a indiqué Sol Zanetti.

L’enthousiasme était palpable également chez les militants de Québec solidaire dimanche soir, eux qui ont voté à 80 % pour cette fusion des deux partis souverainistes lors de leur congrès tenu la fin de semaine dernière.

« C’est une belle journée pour le mouvement indépendantiste de la gauche », s’est réjoui Gabriel Nadeau-Dubois dimanche soir.

Dissidences au sein d’ON

Une ombre s’est toutefois dessinée au tableau dimanche. Quelques dizaines de membres d’ON s’opposant à la fusion des partis ont claqué la porte des débats, qui se sont tenus à huis clos en après-midi.

Ces membres dissidents n’ont pas participé au scrutin, qu’ils considèrent comme étant illégitime en raison « d’accrocs à la démocratie » observés depuis l’annonce de l’entente de principe en vue de la fusion des deux partis en octobre dernier.

Parmi ces « accrocs », l’ex-président national du parti, Jocelyn Beaudoin, cite l’inscription de 85 nouveaux membres au sein d’ON depuis la présentation de l’entente de principe, de même que le retour de 37 anciens militants. « C’est du noyautage évident pour influencer le vote », a-t-il dénoncé au Devoir. Au total, 303 membres étaient invités à se prononcer.

Les opposants reprochent également à Sol Zanetti de les avoir placés devant le fait accompli. M. Beaudoin mentionne en exemple une vidéo publiée mercredi dernier par Manon Massé, dans laquelle « elle présente Sol Zanetti comme un député de Québec solidaire ».

Vers un nouveau parti

Dans une vidéo diffusée sur Facebook, un autre opposant à la fusion, Denis Monière, a laissé entendre qu’il entamerait « à très court terme » des démarches afin de former un nouveau parti politique indépendantiste. « Nous allons continuer le combat au lieu de mourir dans l’indignité », a-t-il déclaré.

Cette sortie publique des opposants d’ON à la fusion est une « stratégie pour se faire de la couverture médiatique [en vue de la création de leur nouveau parti] », selon Sol Zanetti.

Ce dernier a par ailleurs balayé du revers de la main les accusations des onistes opposés à l’alliance politique. « C’est de la médisance, aucune règle n’a été enfreinte », a-t-il soutenu.

44 commentaires
  • Tristan Roy - Abonné 10 décembre 2017 19 h 56

    Donc 270 membres pour la fusion ON QS

    Hé monsieur! 270 membres de plus à Québec Solidaire, ça sent la coupe!

    Heureusement que les médias nationaux sont là pour créer l'illusion que c'est un événement capital, un point tournant de la politique québécoise!

    Attention Couillard & Legault, Sol et Gobelet sont de drôles de pistolets!

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 décembre 2017 21 h 13

      À Tristan Roy,

      "270 membres de plus à Québec Solidaire, ça sent la coupe!"-Tristan Roy

      1) Ce n'est pas 270 membres, mais bien 2000 membres qu'il y a chez Option nationale.

      2) Et à 19% des intentions de votes au PQ..

      Ça sent quoi vous pensez..?

      Le brûlé pas mal, à mon avis.

      Christian Montmarquette

    • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 11 décembre 2017 07 h 21

      Il faut quand même souligner pour être exact que «parmi les 303 membres ayant droit de vote, environ une cinquantaine ont fait dissidence en claquant la porte du congrès à quelques heures de l’issue du scrutin.

      Le groupe, avec en tête l’ex-président national du parti Jocelyn Beaudoin, estime que des « accrocs démocratiques » ont été commis par le Conseil national d’ON.

      Ils clament que le vote a été « noyauté » par des membres recrutés dans les semaines précédant la tenue du congrès, qui « ont pris leur carte pour venir influencer le choix des membres ». Les dissidents réclamaient la démission du chef Sol Zanetti et la suspension du vote.»
      http://www.journaldemontreal.com/2017/12/10/les-me

    • Christian Montmarquette - Abonné 11 décembre 2017 10 h 28

      Jeanne M. Rodrigue,

      "Environ une cinquantaine ont fait dissidence en claquant la porte" -Jeanne M. Rodrigue

      Tout à coup, ça l'air de vous réjouir, la division chez les souverainistes?

      Ceci dit, en ce qui me concerne, qu'une cinquantaine de membres sur plus de 2000 décident de quitter ON sur un changement aussi important, m'apparait bien d'avantage comme un signe de réussite et de consensus qu'un signe d'échec et de division.

      - Pas vous?

      Christian Montmarquette

    • Michel Blondin - Abonné 11 décembre 2017 11 h 36


      @ M Montmarquette,

      2 000 membres !

      Sur les 6400 membres du parti à son origine, de ce parti, ils en restaient 900 et non 2 000.

      De 300 membres votants, presque le tiers venait des Qsistes. 90% des 240 votants potentiels qui restaient, ça fait un potentiel de 216 votes pour la fusion. La victoire est donc symbolique. Cependant QS prend la caisse de ON de 100 000$ dit-on. Mercantile un ptit peu!


      Cette fusion est définitivement un prélude à la guerre larvée des Qsistes contre le vaisseau amiral indépendantiste.

      C’est connu et vous le confirmez tous les jours que le parti QS par cannibalisme se croit plus indépendantiste que Parizeau alors qu’il a renié sa parole d’honneur quelques mois plus tôt.

      En refusant la convergence indépendantiste, ce parti à préparer le prélude à une guerre que lancent les Qsistes contre le vaisseau amiral.

      Le Parti ON avait un mandat de caution morale indépendantiste. Son absence crée déjà un vide politique et moral qu’un nouveau parti va récupérer.

      Quant aux intentions de votes, je préfère m'abstenir de faire des commentaires et vous réfère aux fables de Lafontaine.

    • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 11 décembre 2017 11 h 44

      Non cela ne peut réjouir aucun indépendantiste. bien au contraire, que cette division.

      Mais vous dénaturez les chiffres, encore une fois!

      303 votants, dont une cinquantaine qui ont claqués la porte juste avant le vote, ce n’est pas comme 2 000 «membres» présents dans la salle au moment du vote!

      Tout cela démontre, bel et bien, une césure que vous refusez naturellement d’envisager.

    • Benoit Toupin - Abonné 11 décembre 2017 11 h 56

      Des 3000 membres d'Option Nationale, 303 étaient sur place et avaient le droit de vote. De ces 303, une cinquantaine ont quitté en furie devant la façon baclée de prendre la décision. Des quelques 250 qui restent, quelques dizaines étaient détenteurs d'une carte de membres récentes et provenaient de QS. Une trentaine de mécontents sont restés sur place pour exprimer leur dissidence à cette décision...

      Drole de façon de décider de la fin d'un groupe politique...

      À vaincre sans péril on triomphe sans gloire, A vaincre dans la fumisterie on se couvre de ridicule...

      En avril 2014, 30000 électeurs ont voté pour Option Nationale. Combien trouverons refuge ailleurs que chez QS qui dans ce cas cautionne une drole de démocratie...

    • Christian Montmarquette - Abonné 11 décembre 2017 14 h 43

      Réponse à tous :

      Sur 2000 à 3000 membres d'ON qu'il y en ait 300 au congrès est une norme plus qu'acceptable, quand on sait que le dernier congrès du PQ a reçu 1500 membres sur leurs 90,000 ou le congrès de QS 550 membres sur 17,000 membres.

      Et sachons que l'argent d'ON sera conservé dans le collectif d'ON. Alors pour la cupidité, on repassera.

      Question de vote électoral, un récent sondage Léger a révélé qu'un parti issu de la fusion de QS et ON recevrait 5% de plus de vote qu"un QS sans fusion avec ON.

      Christian Montmarquette

    • Benoit Toupin - Abonné 11 décembre 2017 18 h 07

      Ce n'est pas le nombre qui est le problème, mais encore faut-il savoir s'il s'agit de délégués ou des membres qui se prononcaient en leur nom personnel. Le problème est que 25% auraient été de nouveaux membres provenant de QS et que 25% contestaient le processus et ont quitté pour exprimer leur dépit. Comment un exécutif de parti digne de ce nom peut avoir pris une décision de fusion dans un tel contexte?

      Pour ce qui est de l'impact de la fusion, tout reste à voir avec un peu de recul.

    • Jean Jacques Roy - Abonné 11 décembre 2017 21 h 00

      “Le problème est que 25% auraient été de nouveaux membres provenant de QS et que 25% contestaient le processus et ont quitté pour exprimer leur dépit.” Benoit Toupin

      Monsieur Toupin, je lis vos commentaires et quelques autres... et je me demande qu’est-ce qui fait votre malheur dans cette fusion!

      Vous êtes du PQ et vous défendez l’indépendance du Québec et, du côté de ON,la grande majorité des congresistes qui sont indépendantistes aussi ont décidé de s’unir à QS, un parti indépendantiste de gauche. En tant qu’indépendantiste, il me semble que vous devriez vous réjouir! Et à la limite, puisque cela ne vous concerne pas... et encore moins votre parti, laisser les “dissidents” qui se sont exclus apporter les preuves de ce que VOUS vous avancez!

      En effet... vous avancez que 25% des membres de ON (avant le 10 dec) sont des membres nouveaux. Et deuxièmement, qu’ils viendraient de QS?
      Alors, en lisant ces chiffres et les interprétations que vous faites, je me demande... d'où proviennent vos sources? N'êtes-vous pas un membre du PQ, quels sont donc vos rapports avec les dissidents? Après tout, ON n'était-il pas une organisation née d'une violente scission au sein du PQ, reprochant justement à la direction de votre parti d'avoir abandonné le projet de l'indépendance!

      Étrange que vous vous fassiez porte-parole des dissidents et que vous preniez à votre compte les oui-dire du web pour accuser QS d'avoir noyauté le Congrès de ON... avec la précision de 25% en plus!

      C'est bizarre n'est-ce pas! Il a aussi d'autres méchantes langues sur le web qui avancent la rumeur que les infiltré.es dans ON étaient plutôt des péquistes intéressés à faire avorter la fusion (si les allégations des dissidents sont véridiques)... Si ces rumeurs étaient fondées, combien de péquistes transfurges se joindront à la secte que veulent fonder Molière et Beaudoin?

      Mon père me disait: si tu craches dans les airs, ça risque de te retomber en pleine face!

    • Jacques Lamarche - Abonné 12 décembre 2017 02 h 50

      Il y a de l'amertume et de la rancoeur dams l'air! Les indépendantistes se déchirent sur la place publque depuis vingt ans, de Lucien Bouchard et Michel Chartrand jusqu'à GND en passant par Hélène David. Cette guerre fratricide est une tragégie pour TOUS! Les clivages idéologiques doivent s'estomper, les égos surdimensionnés s'effacer, les Québécois se rassembler derrière le pays!

      Mais dites-moi. Qui divise qui! Y en a-t-il un seul qui ne divise pas?

    • Christian Montmarquette - Abonné 12 décembre 2017 11 h 39

      À Michel Blondin,

      2000 membres à Option nationale..

      "Sur les 6400 membres du parti à son origine, de ce parti, ils en restaient 900 et non 2 000." - Michel Blondin

      Les péquistes tentent de minimiser le membership d'Option nationale pour tenter dénigrer l'effet de la fusion QS-ON.

      Voici une référence crédible:

      "Québec solidaire et Option nationale unissent leurs destinées " :

      "Le parti Option nationale, fondé par l'ex-député péquiste de Nicolet-Yamaska Jean-Martin Aussant, compte environ 2000 membres.. " - Radio-Canada, 5 octobre, 2017.

    • Benoit Toupin - Abonné 12 décembre 2017 13 h 02

      Messieurs Roy et Lamarche, il est toujours dommage de voir des militants, en nombre significatif, à voir l'impression d'avoir été roulés dans la farine. Parce qu'il s'agit de QS ou de ON, faudrait-il taire toutes critiques? J'ai du souci pour ces militants bien plus que de l'amertume. Aurais-je été membre d'ON un jour, que vous comprendriez mieux mes propos...

      J'aimerais bien que les luttes fratricides cessent, mais les décisions prises sont dans le sens d'une bataille de territoire. Je vous laisse identifier les responsables.

      Espérons tout au moins le respect des militants qui espèrent le meilleur pour leur formation respective.

    • Christian Montmarquette - Abonné 12 décembre 2017 13 h 18

      À Michel Blondin,

      2000 membres à Option nationale..

      "Sur les 6400 membres du parti à son origine, de ce parti, ils en restaient 900 et non 2 000." - Michel Blondin

      Les péquistes tentent de minimiser le membership d'Option nationale pour tenter dénigrer l'effet de la fusion QS-ON.

      Voici une référence crédible:

      "Québec solidaire et Option nationale unissent leurs destinées " :

      "Le parti Option nationale, fondé par l'ex-député péquiste de Nicolet-Yamaska Jean-Martin Aussant, compte environ 2000 membres.. " - Radio-Canada, 5 octobre, 2017.

      ,

    • Christian Montmarquette - Abonné 12 décembre 2017 17 h 59

      "J'aimerais bien que les luttes fratricides cessent.." -Benoit Toupin

      Il y avait une solution bien simple, trop simple pour unir les souverainists sur le terrain électoral: Le scrutin proportionnel, que QS revendique depuis sa fondation et que le PQ a retiré de son programme en 2011.

      Rien que pour ça, le PQ ne mérite plus la confiance des indépendantistes selon moi.

  • Colette Pagé - Abonnée 10 décembre 2017 20 h 03

    L'Éléphanteau qui avale la souris !

    QS, un parti qui dissimule sa radicalité d'extrême-gauche selon la journaliste Lysiane Gagnon avec un programme économique qu'aucun économiste digne de de nom ne pourrait cautioner avale ON à moins de 1% dans les sondages avec comme dommages collatéraux des dissidents qui évoquent des accrocs à la démocratie et des velliétés de former un parti.

    Il est raisonnable de penser que ni le PLQ ni la CAQ qui mènent dans les sondages seront effrayés par ce mariage.
    Ce qui aurait été tout le contraire d'une alliance à trois.

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 décembre 2017 21 h 09

      "L'Éléphanteau qui avale la souris !" - Claude Gélinas

      À lire tous les commentaires méprisants sur le Web..

      Ça l'air qu'y'a pas mal de péquistes qui l'avalent de travers en tous cas..

      Et à 19% du vote, ils ne sont pas très bien placés jouer la condescendance. Puisque Québec solidaire récemment atteint plus de 18% des intensions de vote à travers tout le Québec, et 21% dans la grande région de Montréal.

      Christian Montmarquette

    • Gilles Théberge - Abonné 10 décembre 2017 21 h 43

      Effectivement, manger une souris....

      C’est pas un repas qui permet de faire bien du millage...

    • Lucien Cimon - Abonné 11 décembre 2017 19 h 37

      Ce que cherche qs, c'est un moyen «d'avoir l'air indépendantiste»; ON leur donnera cette caution. Avec la pub que cette fusion lui donnera dans les médias complices du statut quo, il sera en mesure de donner un meilleur coup de main aux deux partis de droite: plq ou caq.
      Par la même occasion, il affaiblira davantage le mouvement indépendantiste.
      Bravo les ti-casses!

    • Christian Montmarquette - Abonné 12 décembre 2017 02 h 17

      À Lucien Cimon,

      "Ce que cherche QS, c'est un moyen «d'avoir l'air indépendantiste»"-Lucien Cimon

      Et sans référendum au programme durant 27 ans jusqu'en 2022..

      - Que cherche donc le PQ?

      - Un moyen d'avoir l'air fédéraliste?

      ..lol!..

    • Pierre Michaud - Abonné 12 décembre 2017 23 h 04

      A Claude Gelinas : Se baser sur Lysiane Gagnon pour se forger une opinion n’en fait pas une référence intellectuelle quand vous nous la citer. Elle n’a probablement jamais ouvert un ouvrage sur le socialisme pour déblatérer de la sorte .!

  • Paul-André Desjardins - Abonné 10 décembre 2017 20 h 06

    L'indépendance dans un premier mandat de QS

    Quand? En l'an 3000? En attendant on pourra toujours avoir le PLQ ou pire la CAQ, le fédéralisme canadien a de beaux siècles devant lui! Héritière de Parizeau, dit-elle, ON déçoit énormément.

    • Christian Montmarquette - Abonné 12 décembre 2017 02 h 06

      À Paul-André Desjardins,

      "En attendant on pourra toujours avoir le PLQ ou pire la CAQ" - Paul-André Desjardins

      Étant donné que le dernier sondage *Léger vient de démontrer que c'est l'exode du vote péquiste vers la CAQ qui place la CAQ en tête et lui permet d'accéder au pouvoir. Vous êtes donc en train de nous dire que les péquistes aussi sont pires que les libéraux?

      Remarquez, que ça ne me pose aucun problème, puisque c'est ce que je dis moi-même depuis des années..

      Christian Montmarquette

      *Référence:

      "La CAQ et le PQ : Des vases communicants " - Le Devoir

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/514502/so

      .

  • Lucien Cimon - Abonné 10 décembre 2017 20 h 30

    On ferme Option Nationale et on se fait un coup de pub gratuite.
    En plus, on a l'air ouvert et indépendantiste pour gruger des votws au PQ.
    Un bon coup de main aux libéraux.

    • Jean Jacques Roy - Abonné 11 décembre 2017 00 h 26

      Cher Monsieur Cimon, qu’est-ce donc qui vous ferait le plus plaisir?

      Que QS continue de croître et devienne le principal parti au Québec qui arrive à remobiliser et élargir le mouvement indépendantiste
      ou
      Qu’en 2018 le parti libéral perde ses élections, objectif depuis longtemps annoncé par Monsieur Lisée, Chef du PQ.

      Or, si j’interprète votre commentaire, je ne crois pas que la première option vous ferait plaisir. Vos dire font penser que cela vous déplaît que les souverainistes présents ou à venir donnent leur confiance et votent pour élire des député.es indépendantistes QS (vous parlez comme si le PQ avait des droits exclusifs sur certains votes)...

      Dans ce cas, vous êtes réduit à la dernière option, ne vous reste au seul objet de plaisir possible. Battre Couillard et les libéraux!

      Ferez-vous alors comme plusieurs péquistes font depuis plusieurs années? depuis les derniers mois?

      En effet, si le PQ veut à tout prix battre Couillard et si la CAQ peut le faire, qu’allez-vous faire pour ne pas être accusé de diviser le vote, et d’être responsable de la réélection des libéraux?

    • Jean Richard - Abonné 11 décembre 2017 10 h 37

      Situation bien résumée. On veut écarter du pouvoir M. Couillard et le PLQ, ce que la CAQ pourrait faire. Mais comme le PQ récolte nombre de votes qui autrement iraient à la CAQ, il divise le vote, ce qui pourraient garder M. Couillard et le PLQ au pouvoir jusqu'en 2022.

      Le PQ s'est lui-même placé dans une situation où il perd pratiquement toute sa raison d'être.

    • Hélène Paulette - Abonnée 11 décembre 2017 11 h 01

      @Richard, C`est le PQ qui divise le vote maintenant... Elle est bien bonne...

    • Christian Montmarquette - Abonné 11 décembre 2017 11 h 39

      À Hélène Paulette,

      "C'est le PQ qui divise le vote maintenant. Elle est bien bonne."-Hélène Paulette

      Bienvenue dans la réalité Mme Paulette :

      "La CAQ et le PQ : Des vases communicants " :

      En reculant d’un an pour mieux comparer l’évolution des appuis des uns et des autres, on remarque aussi que le PQ a perdu 11 points dans les intentions de vote, alors que la CAQ en a gagné 10 (sondage du 17 décembre 2016). Les libéraux sont sensiblement au même niveau.

      
C’est le premier révélateur que les appuis du PQ se sont effrités au profit de la CAQ. Dans le vote francophone, le PQ a perdu 13 points par rapport à décembre 2016, alors que la CAQ en a justement gagné 13.

      Au test du meilleur premier ministre, Jean-François Lisée a perdu 11 points, alors que François Legault en a gagné 9.

      Partout, les vases communiquent.

Source : « Rien ne va pour Lisée et le PQ, selon un sondage » — Le Devoir, 2 décembre 2017

      Source :

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/514502/so

      Or donc, si cette situation perdure ..

      Pour qui allez-vous voter en 2018 Mme Paulette?

      Pour la CAQ pour ne pas diviser le vote et sortir les libéraux?

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 11 décembre 2017 11 h 40

      Corrigé:

      À Hélène Paulette,

      "C'est le PQ qui divise le vote maintenant. Elle est bien bonne."-Hélène Paulette

      Bienvenue dans la réalité Mme Paulette :

      "La CAQ et le PQ : Des vases communicants " :

      En reculant d’un an pour mieux comparer l’évolution des appuis des uns et des autres, on remarque aussi que le PQ a perdu 11 points dans les intentions de vote, alors que la CAQ en a gagné 10 (sondage du 17 décembre 2016). Les libéraux sont sensiblement au même niveau.

      C’est le premier révélateur que les appuis du PQ se sont effrités au profit de la CAQ. Dans le vote francophone, le PQ a perdu 13 points par rapport à décembre 2016, alors que la CAQ en a justement gagné 13.

      Au test du meilleur premier ministre, Jean-François Lisée a perdu 11 points, alors que François Legault en a gagné 9.

      Partout, les vases communiquent.

      Source : « Rien ne va pour Lisée et le PQ, selon un sondage »

      — Le Devoir, 2 décembre 2017 - Source :

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/514502/so

      Or donc, si cette situation perdure ..

      Pour qui allez-vous voter en 2018 Mme Paulette?

      Pour la CAQ pour ne pas diviser le vote et sortir les libéraux?

      Christian Montmarquette

      .

  • Jacques Lamarche - Abonné 11 décembre 2017 02 h 40

    De nouvelles étoiles brillent, mais le ciel reste sombre

    La carrière de deux jeunes stars est relancée. Gabriel et Sol étoilent le firmament de QS.

    Le parti de la ¨solidarité¨ fragmente plus que jamais le paysage de la souveraineté. Le PQ en aura un peu moins, l'autre un peu plus! Il est devenu un tremplin qui propulse de jeunes vedettes à l'assemblée nationale et leur offre une vitrine pour étaler les recettes d'une mutation économique. Pendant tout ce temps précieux qui file, la fleur de l'indépendance s'étiole et se fane en raison de racines qui se dispersent dans une idéologie riche de rêves et pauvre de réalités.

    • Pierre Michaud - Abonné 12 décembre 2017 23 h 11

      Ca se pourrais tu que le PQ n’ai plus sa raison d’être.? C’est bien beau de fustiger cette jeunesse qui s’exprime autrement ,mais avant un Québec souverain ,ils aimeraient plutot defenir ce que sera cette nouvelle société, ce nouveau pays .!