«Les policiers de Montréal vont rentrer dans le rang»

Le Service de police de la ville de Montréal, où de graves lacunes ont été mises au jour mercredi.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Le Service de police de la ville de Montréal, où de graves lacunes ont été mises au jour mercredi.

Les policiers du Service de police de la ville de Montréal serreront les coudes autour de l’administrateur provisoire Martin Prud’homme, et ce, de gré ou de force.

« L’autorité naturelle de Martin Prud’homme, son expérience, son grade vont faire en sorte que les policiers au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) vont rentrer dans le rang », a affirmé l’ex-ministre de la Sécurité publique Stéphane Bergeron lors d’une mêlée de presse jeudi. « De toute façon, je pense qu’ils n’auront pas le choix », a-t-il ajouté.

M. Prud’homme a été son sous-ministre pendant qu’il dirigeait le ministère de la Sécurité publique. En 2014, le haut fonctionnaire a été nommé directeur général de la Sûreté du Québec.

L’ex-chef de police Jacques Duchesneau a félicité le gouvernement libéral d’avoir muté de façon temporaire M. Prud’homme aux commandes du SPVM, où de graves lacunes ont été mises au jour mercredi. Il s’agit d’une « excellente nomination », selon lui.

« Il y a une déprime actuellement. Les gens sont désireux d’avoir des changements. Je pense qu’on va avoir des changements rapides », a-t-il affirmé à la presse. « C’est un vent de fraîcheur. Je suis sûr qu’il va faire les changements qui s’imposent. »

Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne

M. Bergeron et M. Duchesneau ont tous deux assisté jeudi à une cérémonie de remise de distinctions honorifiques à la Citadelle de Québec, durant laquelle M. Prud’homme a été élevé au rang d’officier de l’Ordre du mérite des corps policiers.

La gouverneure générale du Canada, Julie Payette, a notamment salué son travail acharné pour « améliorer la coordination provinciale en ce qui a trait aux crimes en série, aux homicides et aux situations à haut risque ».

M. Prud’homme, qui n’avait pas encore troqué son uniforme kaki de la SQ au profit de l’uniforme bleu du SPVM, a refusé de s’adresser aux journalistes. Il a préféré sortir de la Citadelle — l’une des deux résidences officielles du gouverneur général — par une porte de service.

Rivalité entre les bleus et les verts

M. Bergeron et M. Duchesneau ont minimisé la rivalité divisant les policiers de Montréal — les « bleus » — et de la SQ — les « verts » —, qui pourrait miner la capacité de M. Prud’homme « de voir au bon fonctionnement du corps de police et de redresser la situation » comme l’a chargé de le faire le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

« Les policiers ont le respect de l’autorité, du grade », a fait valoir M. Bergeron.

À l’Assemblée nationale, le premier ministre, Philippe Couillard, a dit avoir sélectionné « le meilleur policier du Québec pour diriger » le SPVM. « Il fallait choisir la meilleure personne, qu’elle soit verte ou bleue. »

3 commentaires
  • Gaston Bourdages - Abonné 8 décembre 2017 06 h 56

    En respectueux désaccord avec monsieur...

    ...Bergeron, ex-ministre de la Sécurité Publique. Les policiers du Service de la police de Montréal auront le choix. Genre ? « Ou bien je me joins ou bien je refuse et d'avance, j'en accepte les conséquences »

    C'est aussi cela être responsable de la gestion du libre arbitre que je suis.

    Il y a quelqu'un, à quelque part, qui est RESPONSABLE du climat délétère que vous, journalistes, nous rapportez.

    J'hésite à vous écrire ce qui suit. Je plonge. « Ça prend des couilles pour admettre sa part de responsabilités dans un dossier comme celui-là »

    En arriver à de telles admissions est exigeant, très. Des examens suivis de prises de conscience sont essentiels, nécessaires, obligatoires. Courage, transparence, probité, force se doivent aussi d'être de la partie.

    Si j'étais, ce matin, policier à la ville de Montréal, où est-ce, dans l'actuelle situation, que j'irais puiser pour me motiver et être fier de porter l'uniforme ?

    Sans prétention,

    Gaston Bourdages,
    Auteur d'un dernier ouvrage : « Conscience...en santé ou malade ?»

    • Gaston Bourdages - Abonné 8 décembre 2017 13 h 25

      Parmi ma courte liste d'ingrédients requis tels « courage, transparence....etc. » j'en ai oublié un et non le moindre : humilité car pouvoir et orgueil peuvent parfois avoir de ces atomes crochus.... !
      Gaston Bourdages.

  • Sylvain Auclair - Abonné 8 décembre 2017 07 h 04

    Les bleus

    En effet, la loi impose le port de la chemise bleue aux policiers municipaux. Bleue, pas noire...