Lisée et Couillard s’allient contre Legault sur l’immigration

Le chef de la CAQ, François Legault
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef de la CAQ, François Legault

Le Québec a accordé « trop d’importance à la connaissance du français » dans le processus de sélection des immigrants et « le premier, peut-être même le seul » critère de sélection à l’immigration devrait être la capacité à répondre aux besoins du marché du travail, a plaidé le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, dans une entrevue accordée au réseau CBC.

L’échange, publié par CBC mercredi, a rebondi au Salon bleu jeudi.

Après avoir causé un malaise au sein du caucus libéral avec sa motion sur le « bonjour-hi », le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, s’en est pris aux positions de son rival caquiste sur les questions d’immigration.

« À la question “Pourquoi on n’arrive pas à faire embaucher suffisamment d’immigrants ?”, le chef de la CAQ a dit : “Je pense qu’on accorde trop d’importance à la connaissance du français dans la sélection” », a rappelé le chef péquiste. « À la CAQ, on dit que le premier et peut-être le seul critère de sélection doit être la compétence professionnelle », a-t-il encore déclaré, dans une question posée… au premier ministre, Philippe Couillard.

De l’autre côté du Salon bleu, le chef libéral a saisi la balle au bond. « [Je suis] excessivement surpris d’entendre la CAQ dire des choses semblables. Mais, quand on veut être élu à tout prix, on dit n’importe quoi », a-t-il répondu, dans une pointe lancée à François Legault, dont le parti le devance dorénavant le sien dans les sondages.

Sur son site Web, CBC a publié la totalité de son échange avec François Legault. Les propos qui y sont écrits sont conformes à ceux rapportés en chambre par Jean-François Lisée.

Double discours ?

La porte-parole de la CAQ en matière de protection et de promotion de la langue française, Claire Samson, a défendu son chef. « Non, je ne crois pas », a-t-elle répondu quand on lui a demandé si François Legault tenait des discours différents dans les médias anglophones et francophones. « Il fut un temps où la connaissance du français était plus importante qu’elle ne l’est aujourd’hui. […] Il fut un temps où on a accordé trop d’importance à la connaissance du français », a-t-elle affirmé, pour expliquer la déclaration de François Legault à la CBC.

Or, la connaissance du français occupe actuellement davantage de place dans le processus de sélection des immigrants qu’elle ne le faisait auparavant. En mars 2017, Québec a modifié la pondération de sa grille de sélection pour y abaisser le nombre de points pouvant être obtenus pour les qualifications professionnelles par rapport au reste des facteurs — dont les connaissances linguistiques.

Le gouvernement Couillard espérait ainsi accroître le recrutement d’immigrants qualifiés pouvant parler le français. En comparant les neuf premiers mois de 2016 avec les neuf premiers mois de 2015, le ministère de l’Immigration avait constaté que le pourcentage d’immigrants répondant à ces deux critères avait chuté, passant de 79,3 % à 64,5 %.

La qualification d’abord

Dans la même entrevue à CBC, François Legault a déclaré que la CAQ proposait de soumettre les immigrants à un test de français trois ans après leur arrivée au Québec. « Le premier, et peut-être le seul critère [de sélection] devrait être la qualification, et [la capacité] à répondre aux besoins du marché du travail », a-t-il ajouté. Claire Samson partage-t-elle son avis ?

« Non, je crois qu’il doit y avoir plusieurs critères qui doivent s’appliquer », a-t-elle déclaré au Devoir. « Naturellement, le critère de nos besoins en main-d’oeuvre doit être important, mais aussi la capacité d’une personne, d’un candidat, de s’intégrer à la société québécoise est importante », a-t-elle ajouté.

La députée s’est une fois de plus défendue de tenir un discours différent de celui de son chef. « Il faut s’assurer qu’ils [les immigrants] sont habilités à décrocher un emploi. Tant mieux s’ils parlent le français. S’ils ne le maîtrisent pas, on doit se dévouer à le leur apprendre », a-t-elle proposé.

Son parti suggère d’accepter les demandes d’immigration de travailleurs qualifiés, même si ceux-ci ne parlent pas français, pour ensuite leur offrir un suivi individuel assurant leur francisation. « Ça illustre que pour la CAQ, l’immigration, c’est purement une question économique », a réagi le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois. Il a défié le chef caquiste de répéter ses commentaires en français. « Ça a toute l’apparence d’un clientélisme élémentaire. Si ce n’est pas ça, qu’il en fasse la démonstration. Qu’il se ravise ou qu’il réitère la position de son parti », a-t-il demandé.

Une vieille tactique

La semaine dernière, les élus de l’Assemblée nationale ont adopté une motion du Parti québécois qui invitait tous les commerçants à accueillir leurs clients avec un « bonjour », plutôt qu’un « bonjour-hi ».

Les libéraux Kathleen Weil et Geoffrey Kelley ont publiquement admis avoir fait face à un torrent de critiques en raison de leur appui à celle-ci. Ils ont tous deux minimisé l’impact de la motion ; la première en réitérant son désir d’utiliser le « bonjour-hi », le second en qualifiant l’histoire de « tempête dans un verre d’eau » dans un entretien avec le quotidien Montreal Gazette.

« Je crois qu’on avait sous-estimé l’impact que ça aurait chez nos compatriotes de langue anglaise », a reconnu jeudi le premier ministre Couillard. « Il n’y a pas deux classes de Québécois, mais bien une seule », a-t-il ajouté en anglais, au Salon bleu. « Le français est notre langue officielle, mais l’anglais n’est pas une langue étrangère au Québec », a-t-il souligné.

Jean-François Lisée a admis avoir déposé cette motion pour prouver que le premier ministre n’agit pas « de bonne foi » quand il avance que le français est la langue commune au Québec. « I set the oldest trap in the book », a-t-il lancé aux reporters anglophones de la colline Parlementaire.

À voir en vidéo