Le député Claude Surprenant blâmé par le commissaire à l’éthique

Le député indépendant de Groulx, Claude Surprenant
Photo: Assemblée nationale du Québec Le député indépendant de Groulx, Claude Surprenant

L’ex-député caquiste Claude Surprenant a annoncé vendredi qu’il ne demandera pas de réintégrer le caucus de la Coalition avenir Québec (CAQ), quelques heures après que le commissaire à l’éthique lui eut reproché d’avoir « imprudemment manqué à ses obligations déontologiques ».

Le commissaire a recommandé pour la toute première fois qu’une sanction soit imposée à un député de l’Assemblée nationale. Il a réprimandé le député Surprenant parce que celui-ci a permis ou toléré que des activités partisanes de son personnel soient financées par des fonds publics.

Il lui a aussi reproché d’avoir tenté « d’induire le commissaire en erreur » sur des questions de remboursement de dépenses. « Ce comportement n’est pas digne d’un député », a écrit Jacques Saint-Laurent dans un rapport daté du 30 novembre.

« Je ne suis pas d’accord avec les perceptions sur lesquelles il s’est basé pour étoffer sa conclusion. J’ai des preuves pour démontrer toute mon intégrité », a réagi Claude Surprenant. « Et ce que je vais faire au Salon bleu, la semaine prochaine, c’est prendre la parole pour rétablir les choses. »

Le député de Groulx a été exclu de la CAQ en janvier, en raison des soupçons éthiques qui avaient alors commencé à le tourmenter. Vendredi, le parti de François Legault a qualifié les conclusions du commissaire Saint-Laurent de « consternantes ».

 

Dépenses partisanes et fonds publics

Le commissaire a reproché à Claude Surprenant d’avoir permis ou toléré que le président de la Commission de la relève de la CAQ Yann Gobeil-Nadon effectue du travail qui était « substantiellement de nature partisane », tout en étant payé par l’Assemblée nationale.

Le député de Groulx a aussi toléré qu’un employé de son bureau de circonscription, Paulo Gervais, soit doublement rémunéré pour ses fonctions, a noté le commissaire. Le député, alors caquiste, a permis ou toléré une situation qui faisait en sorte que Paulo Gervais était payé par l’État pour effectuer du travail partisan.

Jacques Saint-Laurent a aussi conclu que Claude Surprenant a contrevenu au Code d’éthique des élus en confiant des contrats à sa conjointe. « Cela me convainc de la nécessité de rendre obligatoire la formation des députés en matière d’éthique et de déontologie », a-t-il souligné.

Jacques Saint-Laurent était commissaire à l’éthique depuis 2011. Il a été remplacé par Ariane Mignolet le 18 mai. Son mandat l’avait jusqu’ici amené à formuler diverses critiques, mais aucun blâme.

1 commentaire
  • Donald Bordeleau - Abonné 1 décembre 2017 17 h 23

    Cela est courant au PLQ. Monsieur Couillard pour être il fallait son 100,000$.

    Prendre les moyens pour rester ministre a été facile.

    Le DGE a ordonné une enquête sur les irrégularités rapportées par Mme Bougie. Elle a affirmé avoir sollicité à la demande du ministre, des contributions politiques totalisant 25 000 $, sans certificat de sollicitation, et ce, depuis son bureau au cabinet du ministre, à l'automne 2003.

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/200

    Radio Canada : Sur les billets à 1000 $ qu’il fallait vendre pour le cocktail de juin 2003 après l’élection du PLQ. Mme Thibodeau déclare, en parlant du cabinet de Philippe Couillard: « Un peu tous les attachés politiques faisaient des appels à ce moment-là. Parce que ça fait partie aussi de notre travail; la politique, c’est aussi de ramasser des fonds pour les prochaines élections ».

    Rien d'illégal, mais des collecteurs payé par nos taxes. Comme dit la chanson tu dors ton moulin tourne trop vite meunier ou le DGE