Taxes et commerce en ligne: QS revient à la charge

Le député de QS, Amir Khadir
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le député de QS, Amir Khadir

Profitant de la journée folle des achats en ligne du cyberlundi, Québec solidaire (QS) revient à la charge avec son projet de loi visant à imposer taxes et impôts aux commerçants en ligne pour qu’ils ne tuent pas les magasins locaux et la vie de quartier.

Dans un magasin de jeux de société de la rue Saint-Denis à Montréal, le député de QS, Amir Khadir, a rappelé que leur projet de loi — déposé il y a environ trois semaines — vise à faire en sorte que les géants du commerce en ligne basés à l’étranger paient des impôts et la taxe de vente du Québec comme toutes les autres entreprises.

Il n’est pas juste qu’ils aient cet avantage que les autres n’ont pas, a déclaré Martin Cassel, le copropriétaire de la boutique Le Valet de Coeur.

Le fait de ne pas payer impôts et taxes de vente leur permet évidemment d’offrir leurs produits à meilleur prix. Une concurrence déloyale, souligne le député de Mercier.

À terme, cela pourrait tuer les commerçants locaux et détruire la vie de quartier à laquelle ces boutiques contribuent, avance QS.

Le projet de loi de la formation politique ferait en sorte qu’un commerçant en ligne ayant pour 30 000 $ de ventes au Québec serait réputé y avoir un établissement et serait donc tenu de payer taxes et impôts. De plus, les entreprises de cartes de crédit — avec lesquelles les achats en ligne se font — seraient considérées comme des mandataires des vendeurs et obligées de percevoir la taxe de vente.

Le but du projet de loi n’est pas d’interdire le commerce en ligne, mais juste de s’assurer qu’il soit soumis aux mêmes règles que les autres vendeurs, a rappelé M. Khadir.


 
4 commentaires
  • Vincent Turcotte - Inscrit 27 novembre 2017 12 h 55

    Pas la faute à Amazon

    Ce n'est pas de la faute à Amazon si leur produits sont moins cher et livrés directement a la porte (pas de traffic, de stationnement). Le commerce local est important, cependant je considère encore plus important...c'est l'argent qu'il me reste dans les poches à la fin du mois.

    Oui ça me fera plaisir de payer des taxes de ventes à Amazon...car c'est encore moins cher et moins érintant que d'aller l'acheter dans une belle petite boutique.

    • Bernard Plante - Abonné 27 novembre 2017 14 h 17

      Si je comprends bien vos arguments M. Turcotte, vous dites je préfère ne faire aucun effort et rester bien assis dans mon fauteuil, tant qu'il me reste une piastre de plus dans mes poches. Belle vision citoyenne. Une chance que le manque d'effort et l'absence de réflexion ne tuent pas.

  • Claude Bariteau - Abonné 27 novembre 2017 15 h 08

    Il y a plus que les commerçants locaux qui sont pénalisés.

    Le député Khadir revient à la charge, avec raison, contre les exemptions de taxes aux commerces en ligne sous l'égide de multinationales.

    Or, il n'y a pas que le commerce local de quartier qui en souffre. Il y a aussi des magasins à rayon et des entreprises de diffusion. Québécor et Simons prônent aussi des taxes pour ces multinationales qui les concurrencent avec la bénédiction du Canada et du Québec. Il y en a bien d'autres qui vont emboîter le pas sans pour autant avoir pignon sur rue dans la vie de quartier.

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 novembre 2017 21 h 47

      À Claude Bariteau,

      "Il n'y a pas que le commerce local de quartier qui en souffre. Il y a aussi des magasins à rayon et des entreprises de diffusion. Québécor et Simons" - Claude Bariteau

      Amir n'est pas passé à côte de ça, bien au contraire :

      "Peter Simons s’allie à Amir Khadir" - TVA, 1er novembre 2017

      .