Jean Charest ne devrait pas plaisanter sur les enquêtes policières, dit la CAQ

L’ex-premier ministre Jean Charest
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne L’ex-premier ministre Jean Charest

L’équipe de François Legault n’était pas d’humeur à rire dimanche matin. La Coalition avenir Québec reproche à l’ex-premier ministre Jean Charest d’avoir plaisanté au sujet de l’enquête Mâchurer de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) sur le financement du Parti libéral du Québec.

« J’apprends ce que je fais dans les journaux, en les lisant », a badiné M. Charest devant des centaines de militants du PLQ plein d’entrain. Ce faisant, il a semblé jeter le doute sur les informations entre les mains des enquêteurs de l’UPAC avant d’être divulguées à des journalistes.

J’apprends ce que je fais dans les journaux, en les lisant. 

Samedi soir, « [en] riant de l’UPAC », M. Charest a attaqué les institutions québécoises, a déploré le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette. « Moi, ça ne me fait pas du tout rire et ça ne fait pas du tout rire les Québécois », a-t-il lancé en marge du conseil général de la CAQ, qui bat son plein ce week-end à Sherbrooke. « M. Charest est sous enquête. Il devrait prendre cela très au sérieux. […] On devrait respecter le travail des policiers. […] Ce n’était vraiment pas approprié. »

Contrairement à M. Charest, la CAQ n’est pas d’avis que les médias accroissent indûment la pression sur l’équipe de l’UPAC chargée de l’enquête Mâchurer. « Je comprends que ça incommode M. Charest, ces enquêtes-là. Mais, vous savez, si les médias n’avaient pas été là, il n’y aurait pas eu le déclenchement de la Commission [d’enquête] sur l’industrie de la construction, il n’y aurait pas eu les scandales mis au jour, notamment à la SIQ, la SQI maintenant. […] Il ne faut pas rire de ça », a affirmé M. Jolin-Barrette dans une mêlée de presse.

L’élu caquiste se réjouit cependant que le PLQ ait dévoilé à toute la population son « premier trio » en vue de la prochaine bataille électorale, c’est-à-dire Jean Charest, Jean-Marc Fournier et Philippe Couillard.

« Le premier trio du Parti libéral en 2017, c’est le même trio qu’en 2003 : M. Charest, M. Fournier, M. Couillard. Donc, le passé se conjugue avec le présent, c’est un “flash-back” du passé, c’est “Retour vers le futur ”, c’est la même vieille équipe libérale. Alors, ils n’ont rien de nouveau à offrir aux Québécois. C’est la même rengaine depuis 15 ans avec le Parti libéral du Québec », a déclaré M. Jolin-Barrette, tout en se défendant de ne pas chercher à remporter les prochaines élections générales en « stressant » les Québécois.

Clin d'oeil

Jean Charest a rempli d’allégresse les militants libéraux en leur adressant la parole à l’occasion du 150e anniversaire de leur formation politique samedi.

 

Le chef caquiste, François Legault, a fait un clin d’œil dimanche au retour (éphémère) de l’ex-premier ministre libéral sur la scène politique québécoise. « Je ne pense pas qu’on va avoir besoin de Jean Charest pour réchauffer la salle », a-t-il déclaré, après avoir été accueilli par les applaudissements nourris des quelque 600 militants caquistes rassemblés en conseil général à Sherbrooke — l’ex-fief de M. Charest — dimanche matin.

 

L’allocution de M. Charest, « personnellement » ne l’a « pas fait particulièrement rire », a-t-il précisé à la presse.

 

Cela dit, M. Legault n’a pas manqué, lui non plus, de souligner la présence de M. Couillard bras dessus bras dessous avec son prédécesseur Jean Charest, dont il essaie pourtant de se distancier chaque fois qu’une affaire concernant l'« époque Charest » fait les manchettes. « Ça fait 15 ans que les libéraux sont là. On a eu la preuve en fin de semaine que le gouvernement Charest et le gouvernement Couillard, c’est la même chose », a conclu le chef de la CAQ.

18 commentaires
  • Clermont Domingue - Abonné 26 novembre 2017 11 h 15

    Ils sont pas mal mous.

    Si le stress peut raffermir le Quécois, tant mieux.

    • Yves Mercure - Abonné 26 novembre 2017 14 h 28

      "Le temps des bouffons", vous connaissez? Falardeau dirait que les Bouffons donnent du plaisir en surface. Faut se consoler avec ce Jean là, qui nous rappel un autre badin cynique, un bon chrétien qui nous faisait rire quand on avait le goût de pleurer. Ce sont de fierté adepte du juste pour rire, subventionneur aux discours qui dilate la rate en même temps que la démocratie rétrécie. Triste, mais tout de même mieux que cet ersatz d'humanisme qu'est Elvis Graton-Couillon qui ne fait pas même sourire. Le problère est de ne pas avoir d'alternative probable qui divergerait de cette droite hypocrite. Il faut croire que le nez doit couler longtemps pour qu'on sorte les mouchoirs afin d'évacuer la m...

    • Hermel Cyr - Abonné 26 novembre 2017 18 h 39

      D'accord M.Domingue... des fois une p'tite taloche ça réveille !

    • Donald Bordeleau - Abonné 27 novembre 2017 23 h 43

      Badiner avec des allégations.

      Il y a plus urgent à régler comme les multiples problèmes au MTQ.

      Comme l'épisode vécue par Mesdames Louise Boily et Madame Annie Trudel qui dévoile le climat de harcèlement, fractionnement des contrats, contrats tarifés ( la cerise sur le sundee pour les entreprises avec souvent 30 à 40% de profit ) et modification des rapports des enquêteuses.

      Le chef de cabinet de Daoust et Dominique Savoie ont été déplacés de postes pour avoir leurrer les députés avec de faux rapports.

      Voyez le chassé croisé du MTQ, de la députée, du MRN, de la ville de La Tuque et des fonctionnaires pour nuire aux promoteurs du BEX-477 durant les 4 ans de la construction de la voie de contournement de La Tuque.

      Harcèlement envers deux firmes qui ne contribuaient plus au PLQ dans Laviolette depuis 2009.

      https://www.ceic.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_client/fichiers/Transcriptions/2014-05/Transcription_audience_CEIC_2014-05-13.pdf

      Le gouvernement est poursuivi pour débourser près de 14 millions pour avoir mené la vie dur à ces deux compagnies.

      https://www.ceic.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_client/centre_documentaire/Piece_151P-1692.pdf


      Beaucoup des fonctionnaires fautifs sont encore à l'emploi malgré de multiples malversations en toute impunité pour avoir participer aux manipulations avec la ministre du MTQ.

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 26 novembre 2017 12 h 21

    MERCI JOHNNY

    Merci au PLQ de fournir à la CAQ une occasion privilégiée de se positionner comme représentant des citoyens scandalisés par l'arrogance et la suffisance d'un gouvernement qui va prendre toute une débarque aux prochaines élections.

    Pendant ce temps le PQ dort ou boude ou n'ose plus faire quoique ce soit parce qu'il ne semble pas savoir à qui il devrait plaire pour savoir où il devrait aller.

    Prions (ou méditons, c'est selon) pour que le parti de René Lévesque, de Jacques Parizeau et de Camille Laurin retrouve son âme avant qu'il ne soit trop tard.

    • Gilles Théberge - Abonné 26 novembre 2017 16 h 39

      Le PQ dort au gaz...

    • Marc Therrien - Abonné 26 novembre 2017 18 h 29

      Peut-être est-ce là une autres des forces du PLQ qui lui permet de durer dans le temps: ne pas avoir d'âme qu'on a perdu et qu'il faut retrouver pour savoir où aller et quoi faire pour y arriver.

      Peut-être qu'un simple esprit pragmatique qui sait connecter avec les préoccupations présentes de l'électeur moyen est amplement suffisant.

      Marc Therrien

  • Claude Bariteau - Abonné 26 novembre 2017 12 h 21

    Du badinage, vraiment !

    Si Monsieur Canada peut dire qu'il apprend ce qu'il a fait en lisant les journaux, il dit sans le dire que l'UPAC l'informe indirectement qu'il n'a pas d'éléments pour l'accuser parce qu'il n'en n'a pas cherchés depuis sa création ou fait savoir aux Québécois et Québécoises qu'il n'a rien de plus pour procéder, ce dont est au courant Monsieur Canada.

    Alors, il peut badiner, car il se sait déjà blanchi parce qu'il demeure sous protection comme l'a été le PLQ, le bras droit canadien au Québec comme le fut l'armée canadienne après ses agissements au Québec lors de la crise d'octobre 1970.

    À mes yeux, c'est probablement pour ces raisons qu'il a badiné et s'est déclaré un « revenant » aux élections de 2018 à côté de messieurs Fournier et Couillard afin que le PLQ reprenne le pouvoir et bloque encore et encore ce qui fut, pour Monsieur Canada, une façon de mâter le peuple québécois, donc aucunement des procédés dont il doit répondre devant les tribunaux, de même que messieurs Fournier et Couillard et le PLQ.

    • Hélène Paulette - Abonnée 26 novembre 2017 12 h 46

      Vous oubliez la GRC monsieur Bariteau...

  • Hermel Cyr - Abonné 26 novembre 2017 12 h 35

    Et pendant ce temps au PQ,c'est...

    Ron …. ZZZZZZzzzzzz
    Ron …. ZZZZZZzzzzzz
    Ron …. ZZZZZZzzzzzz
    Ron …. ZZZZZZzzzzzz

    • Solange Bolduc - Abonnée 26 novembre 2017 15 h 45

      Est-ce qu'il est nécessaire que le PQ, M. Cyr, réponde immédiatement ? Parfois, il faut mieux se tourner la langue plusieurs fois avant de parler! Parfois vaut mieux ne rien dire !

      J'y avais pensé moi aussi, mais je vous donne mon opinion à ce sujet !

    • Michel Bernier - Inscrit 26 novembre 2017 17 h 33

      D’accord avec vous Mme Bolduc mais svp M Lisée sortez nous une de vos belles réparties assassines, y a boire at à manger cette fin de semaine.

    • Hermel Cyr - Abonné 26 novembre 2017 18 h 00

      Quand on veut faire de la politique il faut des réflexes. La CAQ, avec cent fois de moyens financier que le PQ, trouve le moyen de répondre dès le lendemain sinon le jour même aux actions du gouvernement.

      C’est pourquoi les Québécois ont l’impression qu’elle est la "vraie" opposition officielle. Ses réactions ne sont pas toujours « songées ». Peu importe dans notre ère de l’à-peu-près et de l'image. L’important c’est l’impression ! Malheureusement ! Ce qui compte politiquement, c’est d'occuper la place publique, montrer qu’on est aux aguets.

      Sur ce point, le PQ est à des années lumières. Il n’a pas de réflexes. À l’ère des médias sociaux, on ne peut plus avoir le réflexe de l’âge des calèches et de la télégraphie sans fils !

      J’ai hâte que la nouvelle génération d’indépendantistes prenne le relais.

    • Hermel Cyr - Abonné 26 novembre 2017 18 h 10

      [correction]

      "[...]La CAQ, avec cent fois moins de moyens financiers que le PQ, trouve le moyen [...]"

  • Gilles Teasdale - Abonné 26 novembre 2017 12 h 44

    Comme un canard dous la pluie

    La mafia libéral est trop puisante il ne crain rien comme le PLC avec les commandites