Le caucus libéral se solidarise avec Jean Charest

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard

La visite de l’ex-premier ministre Jean Charest au 33e congrès des membres du Parti libéral du Québec (PLQ) ne crée « aucun malaise », ont répété tour à tour les élus libéraux qui affluaient vendredi soir au palais des congrès de Québec, où les militants du parti se réunissent pour la fin de semaine.

« Vous me demandez si j’ai un malaise ? J’aurais eu un malaise s’il n’avait pas été invité », a lancé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Tour à tour, ses collègues et lui ont fait la liste des réalisations de l’ex-chef libéral, qui doit prendre la parole devant les militants ce samedi, dans le cadre du 150e anniversaire du PLQ.

Les énumérations des élus libéraux étaient calquées sur celles faites par le premier ministre Philippe Couillard la veille : elles reprenaient surtout les expressions « équité salariale », « Plan Nord » et « conseil des ministres paritaire ».

Et l’enquête policière visant Jean Charest ? « [Il n’y a] personne qui me tient au courant de ça », a répondu le ministre Laurent Lessard. « Le parti a une longue tradition de respecter ses premiers ministres. Pour leur vie personnelle ou d’autres aspects professionnels, moi, je ne travaille pas là-dessus », a-t-il ajouté. « M. Charest est un premier ministre qui a fait son travail », a aussi insisté le ministre Pierre Arcand. « S’il y [a] des enquêtes qui démontrent autrement, on révisera. Mais pour l’instant, ce n’est pas le cas. »

Les ex-policiers Guy Ouellette et Robert Poëti ont été plus mesurés. « Je pense que tout citoyen libéral au Québec a le droit de se joindre aux célébrations du 150e, incluant M. Charest », a affirmé le premier. « M. Charest est un militant libéral depuis toujours. Ici, c’est une rencontre de militants qui sont du Parti libéral, donc je ne suis pas mal à l’aise d’être ici », a dit le second, avant de tourner les talons.

Les fleurs pour l’un, le pot pour l’autre

Le premier ministre Couillard ne s’est pas adressé aux médias. Devant les militants, il a lui aussi louangé son prédécesseur. « Quand on bâtit la confiance, on engendre la prospérité, par exemple, grâce au Plan Nord, qu’on doit à la créativité et à la vision du premier ministre Jean Charest. Le PQ n’en voulait pas ? On l’a relancé », a-t-il lancé. Il s’agissait là de la seule pointe qu’il a lancée au Parti québécois. L’essentiel de ses attaques a été dirigé contre le chef de la Coalition avenir Québec, qui fait bonne figure dans les sondages. « On ne va plus rien laisser passer », a-t-il dit au sujet de François Legault. « Ne laissons rien passer, tous ensemble ! » a-t-il encore scandé, face à l’ovation debout que son commentaire a engendrée.

À plusieurs reprises, il a évoqué les « 312 jours » qui séparent les Québécois de la prochaine élection générale. « Ce congrès lance un compte à rebours. On a 312 jours […] pour convaincre les Québécois que nous sommes encore et toujours le parti de l’avenir », a-t-il lancé.

Le premier ministre a une fois de plus envoyé un message rassurant aux anglophones, auxquels il tend la main depuis des mois. « Votre voix est au gouvernement », a-t-il assuré. Quelques heures plus tôt, la ministre des Relations avec les Québécois d’expression anglaise, Kathleen Weil, a donné le coup d’envoi officiel du Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise et annoncé la tenue d’une consultation publique sur les « préoccupations » des anglophones du Québec « dans les prochains mois ».

Le congrès, qui donne l’occasion aux membres du PLQ de discuter des résolutions de la Commission politique du parti, a d’ailleurs été ouvert par une déclaration bilingue de l’ex-ministre Carole Théberge. Comme le révélait Le Devoir la semaine dernière, la Commission politique suggère notamment au gouvernement du Québec de se préoccuper des « citoyens d’expression anglaise » lors de l’élaboration de « tout nouveau projet de loi ou règlement ».

Une manifestation des groupes La Meute et Storm Alliance est aussi prévue en marge du congrès, samedi, cette fois parce que La Meute souhaite marquer son opposition aux « vêtements religieux comme la burqa et le niqab qui asservissent la femme », selon sa page Facebook.

Le dernier rassemblement du genre, organisé le 20 août, a tourné à la foire d’empoigne. La Meute, qui manifestait alors contre « l’immigration illégale », s’est vue confinée dans un stationnement de la colline Parlementaire, tandis qu’une contre-manifestation organisée par des militants antifascistes a pris une tournure violente. Le militant Jaggi Singh, qui avait été arrêté dans la manifestation du mois d’août, est une fois de plus attendu à Québec ce samedi.

5 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 25 novembre 2017 07 h 52

    Charest militant libéral depuis toujours ?

    Je ferai remarquer à nos deux polices de la mafia libérale que John James a été ministre et vice-premier ministre du Parti progressiste conservateur de même que vice-président de la Chambre des communes au sein du cabinet Mulroney.

    Un détail à ne pas négliger..

    Surtout quand on sait combien le Parti libéral est devenu lui-même un parti d'idéologie conservatrice depuis belle lurette.

    Christian Montmarquette

  • Jean Lapointe - Abonné 25 novembre 2017 08 h 48

    Les libéraux se sont «séparés» des Québécois.

    « Je pense que tout citoyen libéral au Québec a le droit de se joindre aux célébrations du 150e, incluant M. Charest » (Philippe Couillard)

    Il faut surtout remarquer que les libéraux se sont «séparés» des Québécois. Ils ont déjà travaillé à défendre nos intérêts non seulement économiques mais aussi nos intérêts en tant que peuple mais depuis l'époque Charest ils ne travaillent plus pour nous ils travaillent pour le Canada et ils visent à faire de nous une simple minorité ethnique parmi d'autres.

    Pour les libéraux, le Québec comme pays aux yeux de bien des Québécois même s'il n'est pas indépendant, n'existe plus. Il est devenu pour eux une simple région administrative parmi d'autres du Canada. Ils ont démissionné. Ils veulent mettre fin à l'histoire du Québec francophone dont la naissance remonte à 1608. Pour eux les anglophones ont gagné et ils se résignent honteusement à leur suprématie.

    Les libéraux sont des fossoyeurs de peuple.

    Pensons-y bien lors des prochaines élections.

  • Nicole Delisle - Abonné 25 novembre 2017 08 h 57

    Un parti qui s’enlise plutôt que d’évoluer!

    Voir le parti libéral se mettre à genoux devant la communauté anglophone pour les conserver dans leur sillage alors que la vérificatrice générale leur tape sur les doigts pour la nonchalance et le fiasco des mesures de francisation des immigrants, est une démonstration de la déconnection du parti envers les vrais problèmes. La détérioration du français au Québec ne les touche même pas! Ce n’est pas leur affaire. Eux, c’est l’économie à tout prix même au détriment du bien-être d’une population qui se désole d’être traitée de la sorte. Balancer les colonnes de chiffres, dépenses-revenus, pour eux c’est bien gouverner! Que le système de santé soit
    chamboulé, que l’éducation de nos jeunes en souffrent, que les démunis le soient encore plus, que l’environnement soit délaissé au profit des pollueurs, tout cela peu importe! Voilà bien une conception d’un mode de gestion déconnecté de la réalité et de la préoccupation des jeunes d’avoir un avenir meilleur! Ce parti a vraiment fait son temps et j’espère que les québécois leur signifiera au prochain scrutin!

  • Rejean Lapointe - Abonné 25 novembre 2017 20 h 12

    le prob; tellement lâche d' aller voter. ..


    Le jour où les québécois ont négligés d'aller votés dans le passé, vont réalisés

    que maintenant ils faut que celle la ( cette journée de vote ) l'an prochain. ..

    que c'est l'avenir du peuple qui se jouera sinon ce sera la révolution ....qui les

    réveilleras....

    Car le parti Libéral gouvernera avec 50% des 40% qui auront votés comme ils l'ont

    toujours prevus..ils le savent eux ..?

    Je suis tellement désolé de voir notre peuple si lâche d'aller voter. ...

  • Donald Bordeleau - Abonné 25 novembre 2017 22 h 32

    Couillard se solidarise avec Jean Charest.

    On va travailler ensemble et l'on connaît la chanson depuis l'arrivée J.C. Charest au PLQ en 1998.

    Le PLQ, véhicule politique favori des corrupteurs.

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/422291/co

    Harcèlement envers deux firmes qui ne contribuaient plus au PLQ dans Laviolette depuis 2009.

    https://www.ceic.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_client/fichiers/Transcriptions/2014-05/Transcription_audience_CEIC_2014-05-13.pdf

    Le gouvernement devra débourser près de 15 millions pour avoir mené la vie dur à ces deux compagnies.

    https://www.ceic.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_client/centre_documentaire/Piece_151P-1692.pdf