Congrès du PLQ: la présence de Jean Charest cause des remous

L'ancien premier ministre du Québec Jean Charest
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne L'ancien premier ministre du Québec Jean Charest

La présence de l’ancien premier ministre Jean Charest au congrès du Parti libéral du Québec (PLQ) en fin de semaine continue de semer l’émoi dans la classe politique.

Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a vivement réagi jeudi matin sur le ton de l’ironie, en félicitant le PLQ d’accepter de « mettre en vitrine son problème de fond », c’est-à-dire selon lui, son problème d’éthique et d’intégrité.

Jean Charest a été premier ministre du Québec entre 2003 et 2012. Il est actuellement ciblé par une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) qui s’attarde au financement du PLQ à cette époque. Aucune accusation n’a été portée contre lui.

M. Lisée s’est demandé, jeudi, pourquoi les anciens ministres libéraux accusés de fraude et d’abus de confiance, en l’occurrence Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté, n’ont pas, eux, été invités.

« Ils devraient tous être là, a-t-il maintenu. Si on souligne les 150 ans du Parti libéral, eh bien soulignons-les avec les points de beauté et les verrues. »

Selon M. Lisée, « il n’y a jamais eu de vraie rupture entre l’ancien régime de M. Charest et le nouveau régime ». Une dizaine de ministres, dont l’actuel premier ministre Philippe Couillard, ont fait partie du cabinet Charest.

« Le Parti libéral est prisonnier de son passé récent », mais au moins, a-t-il dit, « ils ont la franchise de célébrer cette continuité entre l’ère Charest et l’ère Couillard ».

M. Lisée a conclu en rappelant que René Lévesque avait choisi de quitter le PLQ il y a 60 ans en raison du manque d’intégrité au parti.

M. Couillard se porte à la défense de M. Charest

En Chambre, le premier ministre Couillard a fait l’éloge de son prédécesseur. Selon lui, Jean Charest a géré « de façon remarquable » une des pires crises financières de l’histoire. Il a également lancé le Plan Nord et le libre-échange avec l’Europe.

Jean Charest a amélioré l’équité salariale et instauré la parité hommes-femmes dans les conseils d’administration et au conseil des ministres, a-t-il renchéri.

À une question du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, M. Couillard a répondu qu’il en reparlerait lorsque celui-ci aura accompli la moitié de ce que M. Charest a accompli durant sa carrière.

« M. Charest a effectivement obtenu un titre que je doute que le chef de la deuxième opposition obtienne un jour », a-t-il déclaré.

8 commentaires
  • Réal Nadeau - Abonné 23 novembre 2017 12 h 10

    La vieille garde est encore là

    La présence d'un Jean Charest sous enquête est révélatrice que le PLQ n'a pas coupé avec sa très mauvaise réputation au plan intégrité.
    En d'autres mots, le ménage n'a pas encore été vraiment fait au PLQ.À cet égard, les signes s'accumulent.

    • Donald Bordeleau - Abonné 23 novembre 2017 23 h 38

      Bibeau, Fava et Accurso étaient les favoris de Monsieur Charest amener l'argent dans la caisse du PLQ. Cela a payé le salaire caché de Monsieur Charest de 750,000$ en 10 ans.

      On se souvient du scénario Bastarache en 2010 qui finit abrutement.

      Chacun avait son pouvoir pour obtenir soit des contrast pour un barrage de Hydro ou encore des baux de location de 20 ans.

  • Patrick Daganaud - Abonné 23 novembre 2017 13 h 02

    Pas le choix

    Quand tous ses joueurs sont pourris et corrompus, un parti n'a pas d'autre choix que « mettre en vitrine son problème de fond » : son problème d’éthique et d’intégrité.

    Souhaitons naïvement que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) finisse un jour par nous éclairer officiellement sur les malversations du PLQ et de ses têtes dirigeantes.

    L'éclairage officieux, nous l'avons déjà!

  • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 23 novembre 2017 13 h 03

    Charest, le fantôme du PLQ.

    Que dire de plus: Couillard vit très bien avec ce fantôme.

    • Solange Bolduc - Abonnée 23 novembre 2017 14 h 12

      Il ne sera plus fantôme dans pas grand temps puisqu'il réapparaîtra en chair et en os, venant prouver qu'il n'a jamais été bien loin de la Direction du PLQ..son départ n'aura donc pas vraiment eu lieu!

  • Réal Nadeau - Abonné 23 novembre 2017 14 h 08

    Le PLQ a-t-il changé?

    Le PLQ n'a pas vraiment changé.Si c'était le cas, il y aurait plus que des remous...Jean Charest aurait été soigneusement mis à l'écart.

  • gaston bergeron - Abonné 23 novembre 2017 16 h 27

    « Collé hier, collé demain, collé aujourd'hui »

    Le père Ovide (de C.H. Grignon) avait trouvé la formule de la « tache » qui ne veut pas disparaître.