Kirpan: Ottawa coupe court à la demande de Québec

Les passagers pourront transporter en cabine des lames non rétractables de six centimètres ou moins.
Photo: iStock Les passagers pourront transporter en cabine des lames non rétractables de six centimètres ou moins.

Ottawa fait fi de la demande de l’Assemblée nationale de surseoir à sa décision d’autoriser les lames de six centimètres ou moins, y compris le couteau traditionnel sikh (le kirpan), à bord des avions.

À moins d’un an des élections générales, les élus libéraux et péquistes se sont rangés mercredi derrière la motion de leurs adversaires caquistes « exige[ant] du gouvernement fédéral qu’il revoie la directive de Transports Canada et maintienne l’interdiction du port d’un couteau ayant une lame de moins de 6 cm à bord des avions ». Les trois élus solidaires se sont pour leur part abstenus.

« Un accommodement à motif religieux ne doit pas sacrifier le droit des passagers à la sécurité », a plaidé le porte-parole de la CAQ en matière de transports, Benoit Charette. Il a pris soin de rappeler que les petites lames de couteau sont toujours frappées d’une interdiction aux États-Unis.

Après l’annonce du vote (110 votes pour, 0 vote contre, 3 abstentions), le leader parlementaire caquiste, François Bonnardel, a demandé à la vice-présidente de l’Assemblée nationale d’expédier la motion à la fois au premier ministre fédéral, Justin Trudeau, ainsi qu’au ministre fédéral des Transports, Marc Garneau.

Le député de Mercier, Amir Khadir, s’est quant à lui emparé de son téléphone portable. « La sécurité dans les avions, qui peut être contre ça ? Mais il y a quelque chose de lâche avec cette motion de la CAQ à vouloir casser du sucre sur le dos des sikhs sans oser l’avouer franchement », a-t-il gazouillé.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, soutient que la motion traduit les « préoccupations légitimes [des Québécois] à l’égard de la sécurité des transports aériens ». « Il ne faut pas voir autre chose que ça », a-t-il déclaré dans un impromptu de presse à sa sortie du Salon bleu. « Les couteaux, ce n’est pas tout à fait anodin. »

Il a invité le gouvernement fédéral à saisir cette « occasion » pour « expliquer un peu mieux […] les mesures qui vont être prises dans le contexte de cette décision-là ».

Transports Canada autorisera à compter du lundi 27 novembre les lames de couteau « de la taille approximative d’un gros trombone », sauf dans les vols à destination des États-Unis. Les lames de rasoir et les couteaux rétractables demeureront quant à eux interdits à bord de tous les appareils.

La World Sikh Organization s’est réjouie de la décision du gouvernement Trudeau après avoir milité pour le port de petits kirpans sur les vols en partance ou en provenance du Canada.

Le ministre Marc Garneau a soupçonné les élus de l’Assemblée nationale d’avoir adopté une telle motion en raison de leur méconnaissance des tenants et aboutissants du dossier. « Malheureusement, peut-être que les membres de l’Assemblée nationale n’ont pas accès à toute l’information que j’ai », a-t-il lancé à la presse. Le gouvernement fédéral, qui applique les normes de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), a suivi l’avis de ses experts en sécurité avant de revoir la liste des objets proscrits à bord des aéronefs, a insisté M. Garneau. « Ça me ferait plaisir de partager l’information avec eux », a-t-il ajouté.

Le Bloc québécois a tenté de dissuader le ministre fédéral des Transports d’assouplir les règles en ce sens, mais en vain. « Aujourd’hui, on constate que le gouvernement est complètement déconnecté de ce que veulent les Québécois », a déploré la députée Marilène Gill. Même si elle fait tout au plus 6 cm, une lame de couteau constitue « une arme létale », a-t-elle fait valoir. « [Ce n’est pas] de la paranoïa de penser qu’une lame de six centimètres peut faire des dommages. »

Plusieurs personnes croisées par Le Devoir dans le parlement canadien dénonçaient, à micro fermé, la récupération politique faite par la classe politique québécoise et le Bloc québécois.

Les couteaux de six centimètres ou moins sont déjà permis à bord des vols à destination du Canada s’ils proviennent d’endroits où ils sont autorisés. Un Portugais a pu apporter son petit couteau à bord jusqu’à Montréal, mais il se l’est fait confisquer au moment de prendre son vol de retour.

Surtout, on fait valoir que le critère utilisé pour déterminer ce qui est admis à bord est la sécurité de l’appareil, pas celle des passagers. Selon les experts, il n’est pas possible de compromettre la sécurité d’un aéronef avec une si petite lame, surtout depuis que le cockpit est scellé dans la foulée des attentats de 2001. On donne l’exemple de l’attentat de l’Airbus A320 de Germanwings. Le copilote avait profité de la sortie du commandant du cockpit pour refermer à clé celui-ci et précipiter l’appareil contre le massif de l’Estrop. Le personnel de l’appareil avait tenté de défoncer la porte du cockpit avec une hache… et n’y est pas parvenu.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

24 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 23 novembre 2017 01 h 52

    quel gouvernement

    Tout ca pour accomoder un groupe religieux, n'est-ce pas ce que l'on appelle, des accomodements raisonnables, quel face, j'ai honte de faire parti de ce gouvernement, dire que l'on trouvait Donald Trump instable

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 23 novembre 2017 08 h 56

      Hein? vous faites parti de ce gouvernement? vous avez "tort" :-)
      Par contre, je "trouve" que "Daffy Duck"... est "toujours" instable...et ça ne s'améliore pas. Pour Just-in ...non plus.!

  • Serge Pelletier - Abonné 23 novembre 2017 03 h 37

    De plus en plus loufoque

    L'apesanteur laisse des traces indélébiles dans le cerveau. Nous en avons maintenant la preuve irréfutable.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 23 novembre 2017 04 h 39

    Pas grand-chose !

    « La sécurité dans les avions, qui peut être contre ça ? Mais il y a quelque chose de lâche avec cette motion de la CAQ à vouloir casser du sucre sur le dos des sikhs sans oser l’avouer franchement » (Amir Khadir, Député de Mercier, QS)

    De cette citation, gazouillement double :

    A Que tend à évoquer ce « quelque chose de lâche » ?

    B En matière de sécurité, et de la réaction de l’intimé, si QS devait, un jour, gouverner, la population risque d’être en danger, de même que la démocratie !

    De ce gazouillement, qu’ajouter ?

    Pas grand-chose ! - 23 nov 2017 -

  • Nadia Alexan - Abonnée 23 novembre 2017 06 h 22

    Le bon sens doit se prévaloir sur la religion.

    Je ne pense pas que les partis politiques du Québec font de la récupération sur le dos des sikhs. La sécurité des passagers devrait avoir préséance sur les traditions culturelles des sikhs.
    Il ne faut pas oublier que les sikhs étaient responsables de l'attentat terroriste qui a fait exploser le vol 182 d'Air India, en 1985. Les 329 personnes à bord, dont 80 enfants ont perdu la vie. Peut-on attendre qu'une autre tragédie survienne pour qu'on arrête de dorloter l'intégrisme religieux?

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 23 novembre 2017 09 h 30

      Mme Alexan
      Vous avez mis le doigt sur la faille béante dans la "jugeote" de PET jr.

      Est-ce que Just-In, à l'instar de beaucoup de "Canadians",veut nous faire croire qu'il ignore tout de cet acte terroriste???...Son Canada (post-national) n'ayant pas de Culture , pas d'Histoire .!!!!

      On peut en déduire que, pour lui...l'important c'est le vote électoraliste qu'il récupère.

  • Raynald Rouette - Abonné 23 novembre 2017 07 h 31

    Ottawa continue à se foutre du Québec!


    De plus en plus à chaque occasion... Avec la même condescendance depuis 1982!

    Les Québécois ont cédé au découragement et à la peur depuis 1995.

    Le Québec effervescent des années 1960 à 1995, n'est plus l'ombre de lui-même!

    Il est rentré dans le rang des soumis!

    Le Québec est devenu silence, un silence mortifiant!

    Pour citer le poète Claude Péloquin dans sa phrase célèbre inscrite par Jordi Bonet sur la murale du Grand théâtre de Québec en 1971 «Vous êtes pas écoeurés de mourir, bande de caves? C'est assez!»