L'éducation et la santé passent après les baisses d’impôts

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, a présenté mardi sa mise à jour économique.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre des Finances, Carlos Leitão, a présenté mardi sa mise à jour économique.

Les baisses d’impôts l’emportent sur un réinvestissement dans les deux principales missions de l’État — en santé et en éducation — dans la mise à jour économique et financière dévoilée mardi. À moins d’un an des élections générales, le ministre des Finances, Carlos Leitão, défend à ses adversaires d’y voir une manoeuvre électoraliste.

Le gouvernement libéral anticipe un surplus budgétaire de 1,7 milliard pour les cinq premiers mois de 2017-2018, mais investit moins de 125 millions supplémentaires en santé et en éducation d’ici le 31 mars prochain. En revanche, il alloue 1,1 milliard à des baisses d’impôts rétroactives au 1er janvier 2017.

Le gouvernement Couillard injecte 19 millions de plus dans le réseau de l’éducation (12 millions) et de l’enseignement supérieur (7 millions) d’ici la fin de l’année financière.

 

Il se targue notamment de « favoriser les projets visant à améliorer la réussite éducative », tout particulièrement des « enfants handicapés ou provenant de milieux défavorisés ». Il donne le feu vert aux directions d’écoles primaires pour procéder à l’embauche de 500 professionnels additionnels — orthophonistes, orthopédagogues, etc. — à temps pour la rentrée scolaire de septembre 2018.

La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) se réjouit de cette « bonification des investissements pour la réussite éducative ». Elle rappelle toutefois que « l’embauche de nouvelles ressources représente un défi dans plusieurs régions en raison du contexte économique de plein-emploi ».

Par ailleurs, la FCSQ accueille avec un grand sourire la volonté affichée par M. Leitão d’uniformiser le taux de taxation scolaire dans une même région. « Il y aura une régionalisation du taux d’imposition et il sera unifié au niveau d’imposition le plus bas dans cette région en particulier, mais il y aura toujours différentes régions », a résumé le ministre libéral en conférence de presse mardi.

105 millions de plus pour la santé

Après avoir dû limiter la croissance de leurs dépenses à 3,3 % en 2016-2017, les acteurs des réseaux de la santé et des services sociaux disposeront de 105 millions de plus.

Ils bénéficient notamment de 46 millions supplémentaires pour « intensifi[er] des services en établissement », ainsi que de 18 millions de plus pour renforcer les « services aux aînés » et de 17 millions additionnels afin de bonifier les « services en santé mentale pour les clientèles vulnérables ».
 

 

La « rigueur budgétaire » dont se félicite le ministre Leitão permet aussi à Québec de faire passer la première fourchette d’imposition de 16 à 15 % de manière rétroactive, au 1er janvier 2017. Cette baisse d’impôt s’est accompagnée d’une mise à jour de la page d’accueil des sites Web du ministère des Finances et du Parti libéral du Québec, qui proposent une même calculette pour découvrir « votre baisse d’impôt ».

Les contribuables dont le salaire annuel dépasse les 42 705 $ obtiennent donc une baisse d’impôts de 278 $. Une personne qui a un revenu individuel de 22 500 $ se trouve épargnée de 64,50 $, tandis qu’un Québécois gagnant 25 000 $ voit ses impôts diminuer de 73 $ par année.

Au total, 4,2 millions de contribuables peuvent profiter de ce « cadeau » inattendu, puisque la possibilité qu’il se concrétise avait été écartée par le ministre des Finances lui-même en juin. « Nous constatons que les Québécois préfèrent avoir des services mieux financés et on ne s’engage pas à alléger davantage le fardeau fiscal », avait alors déclaré Carlos Leitão en suivant la voie tracée par son chef, Philippe Couillard, qui disait au cours du même mois que les Québécois avaient déjà reçu leurs baisses d’impôts par le biais de l’abolition de la taxe santé et du rehaussement de l’exemption de base du revenu imposable.

« Honnêtement, je ne me rappelle pas avoir dit cela dans ces termes-là », s’est défendu le ministre après le dépôt de sa mise à jour budgétaire. « On voulait avoir une approche équilibrée, c’est-à-dire faire trois choses en même temps : financer les services publics convenablement ; réduire le fardeau fiscal […] et continuer de bien gérer la dette du Québec », a-t-il assuré.
 

 

Disparue, aussi, la promesse de réduire les impôts des PME. « On considère des mesures, probablement au budget qui viendra en mars », a annoncé le ministre Leitão, qui a assuré un contrôle serré des dépenses depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard, en 2014-2015. En trois ans, les revenus du gouvernement ont crû de 6,9 milliards, tandis que les dépenses ont connu une hausse de 2,7 milliards.

100 $ par enfant

Les libéraux reprennent aussi une promesse formulée en 2012 par leur ex-chef Jean Charest, et exaucent du même coup une demande de la Coalition avenir Québec, en tête des intentions de vote.

Les parents d’enfants de 4 à 16 ans obtiennent un supplément non imposable de 100 $ par enfant « pour l’achat de fournitures scolaires ».

Puisque la mesure est rétroactive au mois de septembre 2017, les parents recevront un premier chèque en janvier 2018, puis un deuxième en juillet 2018, juste à temps pour l’élection générale prévue en octobre de la même année. « Bravo ! On aurait pu l’annoncer en septembre dernier », a réagi le caquiste François Bonnardel, avant d’ajouter que son « indice de cynisme est à 100 % ». À son avis, « les libéraux jouent à peu près leur dernière carte avant le budget de mars prochain » et remettent aux Québécois « ce qu’on leur a pris ».

« Philippe Couillard prend véritablement les Québécois pour des idiots », a aussi laissé tomber le péquiste Nicolas Marceau. « On a assisté aujourd’hui au déclenchement de la campagne électorale libérale [financée] par l’argent des Québécois, par des [coupes] importantes dans les services », a-t-il lancé, en déplorant des investissements qui ne sont « pas à la hauteur des dégâts qui ont été causés ces dernières années ». « Ce qu’on apprend aujourd’hui, c’est que la récompense pour trois ans de [compressions] aux services à la population, c’est 278 $ de baisse d’impôt », a aussi déploré le solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, dénonçant l’impossibilité de « construire au Québec des services publics qui marchent si on leur impose des cycles d’investissement et de désinvestissement aussi brutaux ».

2,6 milliards pour sortir 100 000 personnes de la pauvreté

À quelques jours du dévoilement du Plan de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, le gouvernement libéral s’engage à investir 2,6 milliards sur six ans afin de sortir plus de 100 000 personnes de la pauvreté. M. Leitão met de côté seulement 40 millions afin de bonifier la « prime au travail » durant l’année en cours. « Il est incompréhensible que le gros des investissements soit prévu seulement dans six ans (700 millions en 2023) alors que 760 000 personnes vivent déjà dans la grande pauvreté », s’indigne le Collectif pour un Québec sans pauvreté.


À voir en vidéo