Plus de moyens contre les fugues

Photo: Francis Vachon Le Devoir

L’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité, mercredi, un projet de loi qui reconnaît le risque d’exploitation sexuelle comme étant une forme d’abus sexuel, en faisant de facto un facteur compromettant de la sécurité et du développement de l’enfant. La Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d’autres dispositions donne aussi davantage de moyens aux éducateurs de centres jeunesse qui tentent de contrer des fugues, en plus d’inscrire dans ses principes l’importance de préserver l’« identité culturelle » des autochtones, qui constituent la moitié des enfants placés en familles d’accueil au pays.