Lisée dénonce la «chasse aux séparatistes» après les propos de Luc Lavoie en ondes

L’analyste politique Luc Lavoie
Photo: Adrian Wyld Archives La Presse canadienne L’analyste politique Luc Lavoie

Québec — Le commentateur politique Luc Lavoie a été retiré des ondes du réseau TVA, mercredi, le temps que la police termine son enquête sur des propos controversés sur les souverainistes tenus la veille.

Cette décision de la direction de TVA survient à la suite d’une plainte déposée le jour même à la Sûreté du Québec contre l’analyste de l’émission La joute, diffusée en fin d’après-midi sur les ondes de la chaîne d’information continue LCN.

En matinée, l’opposition péquiste avait demandé à la direction de TVA de sévir contre M. Lavoie, en raison de propos jugés offensants pour les souverainistes tenus par le commentateur mardi dans le cadre de cette émission.

M. Lavoie a dit en ondes souhaiter faire « la chasse aux séparatistes », avant de se rétracter en soirée, voyant que sa déclaration avait déclenché un tollé sur les réseaux sociaux.

On pourrait prendre nos "guns" comme les Américains, pis on tire des écureuils… En fait, moi, j’aurais aimé pouvoir chasser les séparatistes, mais ça a l’air que c’est pas possible !

 

Selon le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, TVA n’accepterait jamais qu’un de ses commentateurs politiques affirme en ondes qu’il voudrait partir à la chasse aux juifs, aux musulmans ou aux Noirs. Le réseau ne devrait donc pas davantage tolérer que de tels propos visent les souverainistes, a-t-il commenté.

Dans le cadre de l’émission d’analyse politique animée par Paul Larocque, M. Lavoie commentait alors les pétitions déposées le jour même à l’Assemblée nationale au sujet de la chasse à l’écureuil.

M. Lavoie a enchaîné en affirmant : « On pourrait prendre nos guns comme les Américains, pis on tire [sur] des écureuils. […] En fait, moi, j’aurais aimé pouvoir chasser les séparatistes, mais ça a l’air que c’est pas possible ! »

Les commentaires de M. Lavoie n’ont pas tardé à semer l’indignation sur les réseaux sociaux. Certains ont fait un lien avec la tuerie de masse survenue la veille à Las Vegas.

30 commentaires
  • Gilles Teasdale - Abonné 4 octobre 2017 12 h 30

    Lavoie un apel à la violance.

    TVA doit être boycoté si Lavoie continue à y travailé.

    • Gaetane Derome - Abonnée 4 octobre 2017 16 h 24

      M.Teasdale,
      Vous préférez peut-être Radio-Canada et sa propragande fédéraliste? Moi,je pense que M.Lavoie a dépassé les bornes avec ces propos mais peut-être sans le faire exprès.Ne travaille t-il pas a "La joute" avec M.Bernard Drainville?
      On est tout de même pas si susceptibles,nous,les souverainistes..;)Des excuses de M.Lavoie suffiront a mon sens.

    • Chantale Desjardins - Abonnée 5 octobre 2017 08 h 52

      ...continue à y travailler

    • Daniel Bérubé - Abonné 7 octobre 2017 03 h 23

      @ Gaetane Derome: Effectivememt, il parlait juste des "séparatistes", et peut-être que... une nouvelle tentative comme il fut fait pour Pauline Marois, où un homme fut tué, un autre handicapé, ça rendrait les nouvelles plus intéressante pour vous ???

      À ce moment, où la chose doit-elle s'arrêter selon vous ?

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 4 octobre 2017 13 h 06

    Une histoire « bébête » à suivre !

    « Je pense qu’on a le devoir de réclamer de la part de TVA une réaction à la mesure de ce qui a été dit » (Agnès Maltais, députée, PQ)

    Effectivement, mais, ce midi, ce réseau télévisuel (A) a libéré l’auteur de ces propos de son poste, et ce, jusqu’au moment où le tout sera réglé !

    Une histoire « bébête » à suivre ! - 4 oct 2017 -

    A : http://www.tvanouvelles.ca/2017/10/04/lanalyste-lu

  • Geneviève Laplante - Abonnée 4 octobre 2017 14 h 24

    Ce cher homme!

    Il y a beau temps que Luc Lavoie me scandalise. On connaît tous son allergie aux indépendantistes, il affiche ses opinions sans retenue, et il les accompagne souvent de ce sourire moqueur, sarcastique et méprisant qui vaut mille mots.

    À mon avis, il n’a fait que dépasser la mesure de l’acceptable, mais toujours dans sa ligne de pensée.

  • Sylvain Bolduc - Abonné 4 octobre 2017 14 h 25

    La dernière phrase ?

    La dernière phrase de votre article est vraiment déplacée. Comme si cela biaisait le débat.

    Triste finale pour un tel article...

  • Monique Girard - Abonnée 4 octobre 2017 14 h 34

    Quand le jugement fout le camp!

    Lorsque j'entends de tels propos prononcés par des personnes publiques qui ont le privilège de détenir une tribune pour rejoindre la population et qu'en plus, elles ont expérience de vie incluant notamment une expérience politique, je pense toujours à ce grand penseur qu'était Jacques Grand'Maison. Son livre sur le jugement est de plus en plus d'actualité. Ce n'est pas donné à tout le monde d'être doté de jugement et de discernement. Monsieur Lavoie semble bien peu pourvu de ces qualités. Quel malheureux exemple! Triste personnage!

    • Gaetane Derome - Abonnée 4 octobre 2017 16 h 33

      Mme Girard,

      Ces gens sont des humains comme les autres avec des défauts.Le ministre Barrette a dit souvent des conneries.M.Donald Trump en dit très fréquemment.Tout le monde dit parfois des choses hors-propos.Je n'approuve pas les dires de M.Lavoie car je suis souverainiste mais j'accepterais des excuses et on passe a autre chose.

    • Pierre R. Gascon - Inscrit 4 octobre 2017 16 h 46

      Que TVA continue d'être à la recherche de communicateurs fiables et sûrs qui conjuguent l'intensité passionnelle et l'amour de la vérité, tout en trouvant le courage de dire non pas ce qui convient, mais ce qui est vrai.

      À propos de discernement, voyons un passage sur le souci de la vérité du livre Réenchanter la vie de Jacques Grand'Maison.

      Je cite :

      <Quand on est collé sur soi, sur ses pulsions les plus immédiates, sur son vécu érigé en vérité prête à porter, sur la spontanéité comme mesure d’authenticité, on ne peut accorder aucun crédit au discernement du vrai et du faux. On le méprise même. On n’y trouve aucune pertinence. Toute distance critique est perçue comme une menace ou même une agression. Mais en fait, combien ont l’esprit blindé, réfractaire à la moindre remise en question, surtout celle d’eux-mêmes. Je ne cherche pas, j’ai trouvé. Vérité sans faille, indiscutable, sans oreille pour entendre autre chose qu’elle-même. Elle devient la valeur unique qui n’a pas besoin des autres valeurs pour se penser. C’est le discernement au point zéro.>

      Fin de la citation.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 4 octobre 2017 17 h 04

      En effet une triple buse qui s'est toujours pris pour un autre, style NRA
      et celui qui les défend.Un"bully"de village...

    • Raymond Chalifoux - Inscrit 5 octobre 2017 08 h 48

      @ G. Derome: Le "jugement" c'est justement... "ça", dont fait largement preuve le propos de Monique Girard!

      "Ça" semble vous échapper, madame.

      Le policier met sous arrestation, le juge analyse les faits, dûment éclairé par les plaidoyers, puis tranche et voit à l'exécution de la décision.

      Lavoie n'est pas un étudiant de Secondaire 3, que l'on sache! Et son souhait n'a pas été formulé dans une cour de polyvalente à Ste-Marie-des-Grandes-Baies!

      Voilà pourquoi son propos n'est pas répréhensible, mais plutôt condamnable et même "justiciable". Et le juge prendra en considération les circonstances, soit que nous ne sommes plus, au Québec, en 1950, que certains « Mouvements », apparemment menacent, qu’on manifeste ici et là parfois "extrêmement", que certains vont jusqu’à la violence par arme à feu – tel que le dit lui-même l’accusé, d’ailleurs… – et soupèsera pour en venir à la sentence qu’il « jugera » la plus appropriée vu l’ensemble des faits.

      Le mot clé, ici, c'est "trop". Lavoie a dépassé la ligne rouge et même si elle clignotait big time! Ce n'est pas vrai que tout passe, il y en a qui ne passent pas et ici, c'est bien le cas.

    • Raymond Chalifoux - Inscrit 5 octobre 2017 09 h 01

      @ Pierre R. Gascon: Merci pour la citation. C'est fou, je lisais et il me semblait y discerner ce qui fait malheureusement le propre de ce média très particulier qu'est Twitter trop souvent; soit du "garroché", de l'irréfléchi, de l'impulsif bouillant rempli d'une projection d’un « moi » surdimensionné qui vocifère…

    • Pierre R. Gascon - Inscrit 5 octobre 2017 11 h 15

      Pour moi son intolérance se manifeste dans son incapacité de rejoindre l’autre dans sa différence, voire le refus délibéré de cette différence. Et ... pourquoi transforme t-il cette intolérance comme si les bons étaient tous d’un côté et les méchants tous de l’autre?