Élection partielle: la CAQ arrache Louis-Hébert au PLQ

La caquiste Geneviève Guilbault succède au député libéral Sam Hamad dans Louis-Hébert.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir La caquiste Geneviève Guilbault succède au député libéral Sam Hamad dans Louis-Hébert.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a gagné son pari : sa candidate Geneviève Guilbault a remporté lundi soir l’élection partielle dans Louis-Hébert, mettant un terme au règne libéral de 14 ans dans cette circonscription.

Forte d'une majorité de 7658 voix, la femme de 34 ans, ex-porte-parole du Bureau du coroner, succède au député libéral Sam Hamad, qui a annoncé son retrait de la vie politique le 27 avril.

« Je me joins à l’équipe du changement, tellement souhaité ici dans Louis-Hébert, et que nous aurons le bonheur d’incarner », a déclaré la nouvelle élue caquiste, après avoir longuement remercié son équipe et sa famille. « Je m’engage à vous représenter dignement et dans la plus grande intégrité », a-t-elle dit à ses électeurs.
 

Le chef de la CAQ, François Legault, a félicité la « nouvelle étoile » de la politique, « celle qui a fait tomber une forteresse libérale ». « Ça s’est passé aujourd’hui dans Louis-Hébert, mais il y a un vent de changement qui souffle partout au Québec », a-t-il lancé en remerciant les citoyens de Louis-Hébert pour le « message clair » qu’ils ont envoyé.

Geneviève Guilbault a récolté 51,04 % des voix, devant les candidats libéral et péquiste Ihssane El Ghernati et Normand Beauregard. La lutte a été très chaude entre ces deux candidats, qui ont récolté 18,71 % et 16,26 % des voix, respectivement. Le candidat solidaire Guillaume Boivin s’est installé en quatrième place, avec 5,21 % des voix.

Dès l’annonce des premiers résultats, les militants caquistes réunis au Club de golf de Cap-Rouge ont cru à la victoire. « Le pointage était bon ! », « On n’a pas travaillé pour rien », criaient les quelque 150 personnes présentes.

Je me joins à l’équipe du changement, tellement souhaité ici dans Louis-Hébert, et que nous aurons le bonheur d’incarner.


Tant François Legault que Geneviève Guilbault se sont admis surpris des résultats écrasants de leur formation politique. « La majorité qu’on obtient est au-delà de nos espérances », a déclaré le chef caquiste, qui avait évoqué « un balayage » un peu plus tôt. « Je pense que ça se concrétise au-delà de nos attentes ce soir, au-delà des miennes en tout cas?», a aussi réagi la nouvelle élue.

La plus récente recrue caquiste a identifié la congestion routière comme le premier enjeu dont elle compte se saisir. « L’élargissement de la route 138, relier [l’avenue] Blaise-Pascal à [l’autoroute] Duplessis?: bâtir ces dossiers-là pour la prochaine année?», a-t-elle illustré.

Les libéraux perplexes

L’ambiance était tout autre au lieu de rassemblement des libéraux. Les militants avaient la mine grave, plusieurs se demandant même si le parti allait au moins arriver deuxième, devant le Parti québécois qui a longtemps menacé de prendre le second rang.

Accompagnée du premier ministre, Philippe Couillard, la candidate défaite Ihssane El Ghernati a néanmoins été accueillie dans l’enthousiasme, un peu avant 22 h.

« La première personne que je veux complimenter, c’est notre candidate. Merci ! » a d’abord déclaré le premier ministre, avant de promettre de régler le dossier de l’usine Anacolor malgré la défaite de son parti. « Aux gens de Cap-Rouge qui ont demandé à Ihssane de faire en sorte que l’usine d’Anacolor déménage, je leur dis «?nous allons le faire?» », a déclaré M. Couillard, qui a aussi promis de faire avancer le dossier de la prolongation de l’autoroute vers Saint-Augustin. « C’est comme ça que nous, on fait de la politique. […] Bien sûr, j’aurai aimé un résultat différent, mais ça n’enlève rien à la force de l’engagement qu’on a pris face à la population. »

Invité à commenter les résultats, le ministre responsable de la capitale nationale, François Blais a souligné que « qu’une partielle, c’est toujours plus difficile pour le gouvernement ». « Une partielle ne prédit pas ce qui va arriver à une élection générale », a-t-il ajouté. « Ce soir, personne n’a choisi le gouvernement du Québec. »

« Je suis fière de moi aujourd’hui », a déclaré la candidate défaite, avant de féliciter Geneviève Guilbault pour sa victoire.


En remportant Louis-Hébert, la Coalition avenir Québec a mis la main sur une deuxième circonscription sur la Rive-Nord de Québec, où les libéraux détiennent désormais huit des onze circonscriptions.


À 53,54 %, le taux de participation de la partielle a été très élevé. Les deux dernières élections partielles, dans Gouin et Arthabaska, n’avaient attiré que 33 % et 34 % des électeurs.
 

Une campagne rocambolesque


La circonscription de l’ouest de l’agglomération de Québec a vécu une campagne électorale rocambolesque. Les candidats libéral et caquiste, Éric Tétrault et Normand Sauvageau, ont tour à tour démissionné, le 6 septembre, en raison d’allégations de harcèlement au travail les ayant rattrapés.
 

La libérale Ihsanne El Ghernati, 51 ans, et la caquiste Geneviève Guilbault, 34 ans, les ont remplacés au pied levé.

La gagnante, une ex-porte-parole du Bureau du coroner, a fait campagne sur le thème de l’intégrité et du renouveau politique. Geneviève Guilbaut a aussi promis aux familles des baisses d’impôts de 1000?$, en plus de se positionner en faveur de l’ajout de kilomètres autoroutiers pour réduire la congestion. Pendant la course, elle a reproché à ses adversaires d’avoir fait de sa grossesse un enjeu électoral. Geneviève Guilbault a attesté à plusieurs reprises que son conjoint allait se prévaloir du congé parental afin de rester auprès de l’enfant qu’ils attendent en décembre.

Ihssane El Ghernati, qui a été l’attachée politique de Sam Hamad pendant une décennie, a misé sur sa proximité avec les résidants de Louis-Hébert au cours de sa campagne. Ihssane El Ghernati a profité de l’appui du premier ministre, Philippe Couillard, quand elle a annoncé, en toute fin de course, qu’elle mettrait son siège d’élue en jeu afin de trouver « une solution » au problèmes causés par Anacolor. La position sur le port du voile intégral qu’elle avait défendue en 2015 est venue la rattraper sur le terrain. À l’époque, elle avait soutenue la Pakistanaise d’origine Zunera Ishaq, qui demandait de prêter son serment de citoyenneté vêtue de son niqab. Ihssane El Ghernati a maintenu cette prise de position, malgré qu’elle soit en contradiction avec un récent projet de loi libéral sur la neutralité religieuse.

Le candidat du Parti québécois, Normand Beauregard, a mis l’accent sur l’environnement et la santé en prenant position contre l’oléoduc Énergie Est et en défendant l’idée d’un boulevard urbain là où d’autres veulent plutôt prolonger l’autoroute 40. Guillaume Boivin, de Québec solidaire, s’est quant à lui engagé à faire cesser les activités d’Anacolor, en plus de suggérer d’ajouter un parcours Métrobus entre Saint-Augustin et Québec.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

16 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 2 octobre 2017 21 h 50

    Fort prévisible!

    La victoire caquiste était fort prévisible. Les libéraux connaissent tout simplement l'usure du pouvoir.

    M.L.

    • Bernard Terreault - Abonné 3 octobre 2017 07 h 36

      Pas seulement ça. Son programme populiste, plus d'autoroutes mais moins de taxes, plait dans ce coin de pays pas particulièrement progressiste.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 3 octobre 2017 08 h 17

      15 ans,c'est long pour que les citoyens voient la magouille.
      Combien de temps encore sous la tutelle d'Ottawa,150 ans ne suffisent-ils
      pas ?

    • Jacques Lamarche - Inscrit 3 octobre 2017 11 h 24

      Comme si la dernière victoire victoire libérale était prévisible!!

      Ce qui paraissait prévisible était la débâcle péquiste et solidaire! Les souveranistes doivent comprendre - il est minuit moins cinq - qu'ils doivent se réconcilier et donner à leurs troupes réunies une force de frappe significatice. Depuis quinze ans, ils se frappent dessus à qui mieux mieux!

      Pire que pire, le vote indépendantiste se réduit sans cesse. Il frôlerait les 37%. Dire que Québec solidaire, tout seul, est parti en campagne pour vendre la souveraineté! Pathétique!

      Une victoire caquiste lors des prochaines élections changerait peu le portrait économique et sociale du Québec, mais une autre fois, mine de rien, tout doucement, le Québec plongerait encore davantage dans des eaux toxiques qui contaminent sa langue et sa culture et paralysent les forces vives de son affranchissement!

  • Carmen Labelle - Abonnée 2 octobre 2017 23 h 00

    La gauche a manqué le train

    «L'électorat de Louis-Hébert a caqueté. Chez les francophones, l'opposition montante est caquiste. L'avenir politique immédiat aurait été différent si nous avions eu une coalition PQ-QS-ON. Le temps sera long. On ne s'en remettra pas, je pense.» Michel Roche politicologue professeur à l'UQAC

    • Jocelyne Bellefeuille - Abonnée 3 octobre 2017 13 h 01

      L'union fait la force.
      Je suis d'accord avec vous. Ça ne prend pas la tête à Papineau pour comprendre ça. C'est la logique même. Quand va-t-on le réaliser? Est-ce qu'avoir des gros égaux bloque les neurones?

      Il est temps que tout ce beau monde se rassemble et s'unisse vers le seul objectif commun: l'INDÉPENDANCE.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 octobre 2017 09 h 13

      Le PQ c'est pas de la gauche.

      Et s'il y avait une alliance possible, c'est entre ces deux partis de la droite identitaire du PQ et de la CAQ.

      Cessons de répéter les même conneriez Svp.

      Merci.

      Christian Montmarquette

  • Pierre Samuel - Abonné 3 octobre 2017 05 h 36

    Prélude souhaitable...

    Bravo à cette nouvelle élue de fort calibre. Même s'il ne s'agit que d'une élection partielle, il est à espérer que cette écrasante victoire n'est que l'amorce d'un éclatant balayage l'an prochain.

    La condescendance des Couillard, Barrette, Fournier et cie. prend enfin une "méchante raclée" pleinement méritée peu importe l'adversaire !

  • Pierre Samuel - Abonné 3 octobre 2017 05 h 36

    Prélude souhaitable...

    Bravo à cette nouvelle élue de fort calibre. Même s'il ne s'agit que d'une élection partielle, il est à espérer que cette écrasante victoire n'est que l'amorce d'un éclatant balayage l'an prochain.

    La condescendance des Couillard, Barrette, Fournier et cie. prend enfin une "méchante raclée" pleinement méritée peu importe l'adversaire !

  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 3 octobre 2017 08 h 00

    Québec caquiste

    C'est sûr, quand l'on n'est qu'une capitale de province, l'on se comporte comme des provinciaux!