Pas de grève imminente dans les CPE

400 CPE sont touchés par ce possible conflit de travail, dans toutes les régions du Québec.
Photo: : Ian Barrett Archives La Presse canadienne 400 CPE sont touchés par ce possible conflit de travail, dans toutes les régions du Québec.

Les 11 000 éducatrices de CPE affiliées à la CSN ne sont pas prêtes encore à prendre la rue, mais menacent de le faire si le gouvernement persiste à leur demander des « reculs » dans leurs conditions de travail.

« Il faut qu’ils arrêtent de nous demander des reculs », a plaidé Louise Labrie, du comité national des négociations de la CSN, lors d’un point de presse jeudi matin à Québec.

Les travailleuses ont voté à 94 % pour un mandat de grève de six jours « à être exercé au moment opportun ». Elles sont sans contrat de travail depuis 30 mois. « Tous les scénarios sont sur la table », a signalé Mme Labrie.

Le syndicat reproche notamment au gouvernement de vouloir retirer du contrat de travail les ratios du nombre d’enfants par éducatrice. Lesdits reculs toucheraient en outre les assurances collectives et les journées pédagogiques.

Il plaide aussi que les hausses de salaire offertes (+5,25 %) sont inférieures à ce qui a été offert ailleurs dans le secteur public (+7,4 %). À l’heure actuelle, le salaire de base d’une éducatrice en CPE est de 15,79 $ l’heure et plafonne à 23,32 $ l’heure après 10 ans.

400 CPE sont touchés par ce possible conflit de travail, dans toutes les régions du Québec.