François Legault invite les jeunes à créer une «nouvelle Révolution tranquille»

À Granby, M. Legault a salué les propositions «visionnaires» et «pragmatiques» des jeunes caquistes rassemblés.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir À Granby, M. Legault a salué les propositions «visionnaires» et «pragmatiques» des jeunes caquistes rassemblés.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a convié les jeunes membres de son parti à prendre part à une nouvelle Révolution tranquille au Québec.

Lors d’un discours au Congrès de la relève, à Granby, dimanche, M. Legault a rappelé que, pendant la Révolution tranquille, « tout bougeait au Québec » et que tout le monde était « fier d’être Québécois ».

M. Legault a déploré que le Québec « tourne en rond » depuis les 45 dernières années, marquées par les règnes de deux partis — le Parti libéral du Québec et le Parti québécois.

Le chef caquiste a déclaré qu’il était « plus optimiste que jamais » sur les chances de son parti aux prochaines élections générales.

Il a affirmé qu’au terme d’une tournée de la province, il avait ressenti « un vent de changement partout au Québec ».

M. Legault a par ailleurs salué les propositions « visionnaires » et « pragmatiques » des jeunes caquistes, soulignant notamment la proposition d’élaborer une politique nationale d’architecture. Il s’est par ailleurs engagé à faire « tout ce qui est possible » pour que la CAQ présente plus de candidats âgés de moins de 40 ans. Le chef caquiste a cité deux exemples qui ont donné de bons résultats selon lui : le jeune député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, et la candidate de la CAQ dans Louis-Hébert, Geneviève Guilbault.

 

Plusieurs enjeux discutés

Les jeunes de la CAQ étaient réunis en fin de semaine pour adopter des propositions, à un an des élections générales au Québec.

La commission de la relève de la CAQ, formée des membres du parti de moins de 30 ans, a pris position sur plusieurs enjeux, dont l’entrepreneuriat et les politiques familiales. Les jeunes membres ont voté à l’unanimité pour donner plus de libertés aux entrepreneurs afin de favoriser l’économie collaborative, dont font partie les entreprises Uber et Airbnb.

Ils se sont aussi prononcés sur la procréation assistée ; une majorité d’entre eux veut rétablir l’aide financière qui était en place avant la réforme du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Ils ont cependant précisé qu’il faudra ajouter « certaines balises ».

Les jeunes caquistes se sont montrés plus divisés sur l’idée de bonifier l’aide financière à un des deux parents d’un enfant de 4 ans et moins qui choisirait de rester à la maison.

Certains d’entre eux ont fait part de leur réserve sur l’impact d’une telle mesure sur les femmes, laissant entendre qu’elle pourrait les éloigner du marché du travail.

D’autres ont plutôt fait valoir que la proposition laissait la liberté de choix, et qu’elle contribuerait à régler le problème du manque de places dans les centres de la petite enfance (CPE).

13 commentaires
  • Hermel Cyr - Abonné 24 septembre 2017 17 h 52

    Ayoye ! N'importe quoi !

    Les jeunes de la CAQ ... révolutionnaires ! Qui dit mieux ?

    • Claude Bariteau - Abonné 25 septembre 2017 06 h 31

      Oui, ayoye !!!

      La révolution tranquille fut la fin d'un sommeil suivi d'un rêve concrétisée avec les pouvoirs de la province de Québec après une entente sur un retour de points d'impôts et des percées dans des champs que voulaient développer le Canada.

      Alors, crééer une nouvelle révolution tranquille, auquel M. Legault invite les jeunes de son parti, implique plus qu'une analyse simpliste opposant le PLQ et le PQ, mais un bilan des blocages de l'activation des années 1960-1970, le principal étant le Canada sur quasi tout ce qui a bougé au Québec.

      De ça, pas un mot.

      M. Legault et son parti veulent valser main dans la main avec le Canada.

      Quatre activités seraient génératrices d'une nouvelle révolution. Refaire l'image du Québec en traitant son architecture. Favoriser l'élection de jeunes. Inviter de jeunes prospects à danser en toute liberté grâce à des politiques favorisant « l’économie collaborative » à l'image d'Uber et de Airbnb. Aider des familles pour la procréation assitée.

      Pour voir là-dedans une levée de freins, il faut une imagination aveugle, car il n'y a ni vision et beaucoup d'aplat-ventrism.

      En économie, ce sont des copies de ce que font des entreprises désireuses de percer des pratiques existantes avec l'appui de l'État et l'entrée dans leurs activités de jeunes loups.

      Pour ce qui est des jeunes, à part le PLQ, le PQ est de loin en marche dans cette direction.

      S'agissant des familles, les mesures envisagées ont déjà été développées à grands frais par le PQ et existent à des coûts maintenant plus élevés.

      Quant à l'architecture, y développer une politique nationale me fait penser aux visées d'André Malraux sous de Gaule dasn une France, un pays, qui n'a rien d'une province.en France.

      Avec ces projets, la CAQ entend se servir de l'État pour réaliser des lubies loins des rêves provinciaux des promoteurs de la révolution tranquille, qui ont alimenté un réveil tardif suivi de calmants dont la CAQ fait la promotion.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 25 septembre 2017 14 h 06

      La CAQ veut valser avec Ottawa.Legault aime surement se faire écraser les pieds en dansant et s'agenouiller devant ce partenaire et en redemander.
      Il faut ignorer ou feindre d'ignorer l'histoire pour se comporter de si veule
      facon.
      Comme partenaire il y a ici au Québec un peuple pret a valser avec des chefs éclairés qui danseront debout comme il se doit et non sur les genoux
      ou a plat-ventre et se faire passer dur le dos.
      SVP Francois Legault regardez l'histoire en face,ne lui tournez pas le dos.

  • Denis Paquette - Abonné 25 septembre 2017 00 h 34

    quel projet

    pour recréer le monde, il faut en avoir le talent et les ambitions peut être faudrait il qu'ils aient un leadeur inspirant , c'est quoi la prochaine étape, des gens a l'image de Donald Trump

  • Yves Côté - Abonné 25 septembre 2017 04 h 49

    Encore...

    Encore de la manipulation politique anti-québécoise pour tuer l'énergie et le désir véritable des jeunes à enfin faire de notre négligeable province canadienne, un pays français de langue, ouvert d'esprit, ambiitieux d'avenir et qui enfin, se tient debout sans avoir à croiure à la nécessité d'une béquille politique qui se nomme le Canada.


    Vive le Québec qui n'est rien de moins que souverainement libre en République !

  • Alain Larouche - Abonné 25 septembre 2017 05 h 32

    Vraiment n'importe quoi.

    La CAQ est un ramassi de conservateur dont la jeunesse est ultra-individualiste, ultra-consommateur dont la valeur matérialiste guide leur vie, dont la vision â long terme, est absente en se complaisant dans le confort et l'indifférence. Legault dit n'importe quoi pour meubler le vide idéologique.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 25 septembre 2017 05 h 53

    Laquelle ?

    « Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a convié les jeunes membres de son parti à prendre part à une nouvelle Révolution tranquille au Québec. » (Vicky Fragasso-Marquis, La Presse canadienne)

    Bien sûr que certes, mais laquelle ?

    Celle qui est en cours avec les politiques de modernisation-austérité-neutralité de l’État du Québec, d’un État à « multi culturaliser » et à « franglaiciser », et ce, sans identité nationale et sans appartenance de Peuple ? ou ;

    Celle d’un Québec éventuellement autonome et autodéterminé du Canada (« ce » pays si loin et si proche de nulle part) et des politiques douteuses d’assimilation ?

    Laquelle ? - 25 sept 2017 -

    • Marc Therrien - Abonné 25 septembre 2017 10 h 14

      Pour faire une révolution, il faut d'abord vouloir se libérer. Et on se demande bien de quoi la jeunesse d'aujourd'hui voudrait se libérer. Elle me semble plutôt bien s'adapter à l'asservissement volontaire au consumérisme. Faire une révolution pour se libérer de l'individualisme?

      Marc Therrien

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 25 septembre 2017 11 h 44

      « Faire une révolution pour se libérer de l'individualisme? » (Marc Therrien)

      Possible, mais si cela devait être, ce sera une immense révolution super « tranquille » ?!?

      Entre-temps, que penser ou que faire pour ravoir cette chance de …

      … « révolutionner » ? - 25 sept 2017 –