CHSLD: le droit à deux bains par semaine est reconnu

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Après avoir résisté durant deux ans, le gouvernement a finalement annoncé mercredi qu’il paierait un deuxième bain aux résidents des CHSLD qui le souhaitent. Une mesure qui devrait toucher plus de 35 000 personnes au Québec.

Cet investissement de 36 millions permettra essentiellement l’embauche de 600 nouveaux préposés aux bénéficiaires dans le réseau. « C’est une annonce qui est très importante compte tenu du besoin et du désir de la population », a déclaré le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, en point de presse mercredi après-midi.

Ces deux dernières années, M. Barrette avait pourtant répété, à plusieurs reprises, qu’un deuxième bain n’était pas nécessaire. Un bain par semaine et un lavage quotidien à la débarbouillette constituaient, disait-il, des soins adéquats.

En conférence de presse mercredi, le ministre s’est défendu d’avoir changé d’idée dans ce dossier et a soutenu que le gouvernement pouvait maintenant se le permettre financièrement grâce aux 304 millions dégagés par l’entente conclue cet été avec l’industrie du médicament générique.

Environ 40 000 personnes vivent en CHSLD au Québec. Le ministre estime qu’environ 10 % d’entre elles pourraient ne pas réclamer le service parce que leur état de santé est trop précaire. Dès lors, cela permettrait à certaines personnes d’avoir trois ou quatre bains par semaine, a-t-il suggéré.

Le ministre a également fait savoir que « d’autres gestes » allaient suivre pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées, « qu’elles soient à domicile ou en résidence en CHSLD ».

Manque de travailleurs

La nouvelle a été bien accueillie partout, notamment par la Coalition avenir Québec (CAQ), qui avait fait de ce dossier son cheval de bataille ces dernières années. Par contre, le député François Paradis estime que l’offre de deux bains devrait être une norme de base, comme c’est le cas en Ontario. « Faisons en sorte que ce ne soit plus tributaire de la marge de manoeuvre du gouvernement », a-t-il dit. « Allons plus loin, doublons le budget alimentaire par repas de nos aînés. »

Au Parti québécois, on a insisté sur le fait que les 36 millions consentis aux CHSLD faisaient peu de poids face à ce que le gouvernement prévoyait d’offrir bientôt aux omnipraticiens. « Le ministre, il essaie […] d’améliorer sa cote d’amour parce qu’il voit bien que tout ce qu’il a récolté et ce qu’il a semé, c’est de l’insatisfaction », a déclaré la porte-parole péquiste en santé, Diane Lamarre.

Reste maintenant à savoir à quel rythme pourront se faire les embauches, notent plusieurs, dont le Regroupement des comités des usagers. « Il y aura un défi de recrutement des préposés », a signalé son directeur, Pierre Blain.

« Ce que monsieur Barrette ne dit pas, c’est qu’il a de la difficulté à pourvoir les postes de préposés qu’il a annoncés l’année passée », a signalé Amir Khadir, de Québec solidaire, en suggérant qu’on leur offre de meilleurs salaires.

À voir en vidéo