Fusion ON-QS: une entente préférable avant octobre

Le chef d’Option nationale, Sol Zanetti
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef d’Option nationale, Sol Zanetti

Qu’il y ait entente ou non, Option nationale aimerait que les négociations sur une possible fusion avec Québec solidaire soient complétées d’ici la fin de septembre.

En entrevue à La Presse canadienne, le chef d’Option nationale, Sol Zanetti, affirme qu’il n’y a pas de date butoir, mais qu’« il ne faut surtout pas laisser traîner le dossier pendant encore plusieurs mois ». Selon lui, cela créerait un climat d’incertitude non souhaitable.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a confirmé que les deux formations « adoptaient le même échéancier ».

 

Advenant une entente, les partis présenteront une proposition à leurs membres respectifs en décembre lors de congrès distincts.

 

Les pourparlers entre les deux partis ont commencé en juin dernier, mais M. Zanetti a refusé de divulguer des détails pour l’instant.

 

Mme Massé n’est pas dans la délégation de négociateurs de son parti, mais elle s’est fait dire que les négociations « vont vraiment bon train ».

M. Zanetti souligne que les pourparlers sont en cours depuis juin dernier, mais refuse d’en donner les détails pour l’instant.

Si une entente de principe était conclue, le chef d’Option nationale précise que les militants et membres des deux partis seraient appelés à l’entériner lors de congrès distincts en décembre prochain.

Entre-temps, les deux formations politiques ont décidé de présenter des candidats dans la circonscription vacante de Louis-Hébert en vue de l’élection partielle du 2 octobre.

Selon Sol Zanetti, tant qu’il n’y a pas de fusion, les sympathisants des deux partis doivent avoir le choix.

M. Zanetti a lui-même été candidat dans Louis-Hébert en 2012.

42 commentaires
  • Luc André Quenneville - Abonné 3 septembre 2017 09 h 56

    bonne idée

    une Option Solidaire!!!!
    je vote pour, c'est clair!

    • Cyril Dionne - Abonné 3 septembre 2017 16 h 40

      Vous êtes le seul. ;-)

    • Jocelyne Bellefeuille - Abonnée 3 septembre 2017 17 h 32

      Les candidats déménagent:

      1- D'abord au Pq,
      2- ensuite à On et
      3- maintenant à Qs.
      Le prochain déménagement sera-t-il à : Girouette P-O-Q ?

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 septembre 2017 09 h 38

      À Cyril Dionne,

      135,000 votes de plus pour Québec Solidaire...

      Une Option Solidaire!!!! je vote pour, c'est clair! - Luc André Quenneville... - "Vous êtes le seul.." - Cyril Dionne

      Malheureusement pour vous Dionne, les chiffrent indiquent qu'un parti issu d'une fusion QS-ON augmenterait immédiatement ses intentions de votes 3% par rapport au 15% à 17% que reçoit actuellement Québec Solidaire selon le dernier sondage Mainstream; c'est à dire, environ 135,000 votes de plus qu'actuellement.

      À noter qu'il a été convenu que Québec Solidaire ne changerait pas de nom lors d'une éventuelle fusion avec Option nationale.

      Christian Montmarquette

  • Robert Beauchamp - Abonné 3 septembre 2017 10 h 26

    Opacité et contradictions

    Résumons:
    Pour le moment il refuse de donner les détailspour l'instant.
    Les deux formations vont présenter des candidats dans Louis-Hébert
    Déchirures à l'interne entre fédéralistes et souverainistes chez Q.S.?
    Tout s'expliquerait.

    • Patrick Boulanger - Abonné 3 septembre 2017 16 h 02

      Contradiction? Pas vraiment, à mon sens M. Beauchamp. Tant qu'il n'y a pas d'entente, chaque parti doit, de mon point de vue, continuer à faire de la politique sans tenir pour aquis qu'elle va être adoptée.

  • Jean De Julio-Paquin - Abonné 3 septembre 2017 12 h 44

    Vendre son âme

    Je ne comprends absolument pas pourquoi Option nationale veut fusionner avec QS suite à la radiation de cette formation polique concernant la lettre d'entente menant à l'indépendance signée par tous les autres partis souverainistes. Les membres d'Option nationale doivent sérieusement se poser la question et demander des comptes à leur parti. Selon moi, une fusion ON avec QS représenterait une véritable trahison dans la volonté politique d'accéder à lindépendance.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 septembre 2017 10 h 29

      À Jean De Julio-Paquin,

      1) Cette entente de Oui-Québec ne menait nulle part avec le PQ, puisque Lisée a repoussé le référendum au calendes grecque. En effet, à quoi bon signer une entente avec le PQ sur l'indépendance en 2018, alors qu'il n'en sera pas question pour lui avant 2022?

      2) Une des raisons qui a motivé le refus de Québec Solidaire de converger avec le PQ, est justement parce qu'il y aura plus de 28 ans que le Parti québécois n'aura pas eu de référendum à son programme en 2022, et ceci, afin de ne pas miner ses chances de fusion avec Option nationale.

      Car il y a belle lurette au Parti québécois que l'indépendance n'est plus qu'un hochet électoral qu'il brandit afin de ne pas perdre les appuis d'une base militante à mon avis bien naïve dont il se sert allègrement pour mettre en action sont véritable "Article Un": la prise du pouvoir.

      Christian Montmarquette

    • Sylvain Bolduc - Inscrit 4 septembre 2017 17 h 34

      @Montmarquette

      Mais vous avez signé l'entente, vous l'avez caché à vos membre et rejeté par la suite. Arrêtez votre désinformation svp.....

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 septembre 2017 21 h 16

      À Sylvain Bolduc,

      Il y surtout eu imbroglio avec le délégué de QS, alors que le délégué a présumé qu'il aurait l'appui de CCN alors qu'il ne l'avait pas. Le CCN a donc avisé Oui-Québec qu'il n'appuyait ladite entente.

      Dans sa grande sagesse et son grand tact, la péquiste et présidente de Oui-Québec Claudette Carbonneau, a alors décidé de faire sortir cette information alors que le CCN avait averti Oui-Québec qu'il n'appuyait pas ce document controversé à cause d'éléments majeurs incompatibles avec les positions officielles de QS. Et à mon avis, pour des raisons partisanes pour tenter de nuire à QS, plutôt que simplement remettre ladite entente en négociations, allant même jusqu'à mettre en péril la relation de confiance avec Oui-Québec par un tel manque de discrétion et le choix délibéré de sortir l'info dans une période où ça pouvait nuire le plus possible.

      En ce qui concerne le Congrès, la décision avisée du CCN a été de dévoiler l'histoire en fin de Congrès afin de ne pas perturber le Congrès et procéder à la priorité: Soit, décider si Oui ou Non, QS allait accepter la Convergence avec le PQ.

      On connait la suite, la proposition d'alliance avec le PQ a été rejetée à forte majorité par le Congrès après une longue et large consultation des membres et des délégations dument et démocratiquement mandatées, selon les votes des associations locales.

      D'ailleurs, les péquistes sont bien mal placés pour parler de cachoteries, puisque Jean-François Lisée lui-même avait signé l'entente avec Oui-Québec et ne l'avait pas dévoilé à ses membres.

      Ajoutons que, suite à cette histoire, de même qu'aux attaques farfelues de politburo de Lisée, QS a non seulement augmenté son membreship de plus de 1000 membres mais aussi dans les intentions de votes.

      Ce qui démontre par A+B que QS a pris la bonne décision et les seuls que ça indispose sont les péquistes qui, depuis, ne font que planter dans les sondages.

      Christian Montmarquette

      .

  • Roland LeBel - Abonné 3 septembre 2017 13 h 05

    Le duo Sol Zanetti et Manon Massé ! Philippe Couillard est sans doute terrorisé. Il en a sûrement perdu le sommeil. Des démarches discrètes en vue d'un éventuel retour en Arabie Saoudite et à la RBC de l'île de Jersey auraient déjà été effectués. C'est à suivre.

  • Sylvain Bolduc - Inscrit 3 septembre 2017 17 h 16

    On est pressé ou on ne l'est pas...

    Vite il faut faire croire aux électeurs que QS est indépendantiste parce qu'il a bouffé tout rond ce groupuscule qui navique sans capitaine depuis un certain temps.

    Quand on sait que dans le programme de QS, l'indépendance est au 13ème point, ça en dit long.....

    • Patrick Boulanger - Abonné 3 septembre 2017 18 h 09

      M. Bolduc, ON a un capitaine. Il se nomme Sol Zanneti.

    • Cyril Dionne - Abonné 3 septembre 2017 21 h 46

      @ Patrick Boulanger

      C'est tout un capitaine. Il a déjà abandonné sa chaloupe.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 3 septembre 2017 22 h 18

      QS en a-t-il un?

    • Patrick Boulanger - Abonné 4 septembre 2017 09 h 59

      @ M. Dionne

      M. Dionne, vous êtes mal renseigné. M. Zanetti est toujours chef d'ON.

      Voir : https://opnat.quebec/parti/sol-zanetti

      @ M. Grisé

      M. Grisé, QS a en théorie un chef dont j'ignore le nom. Il a toutefois deux co-porte-paroles.

    • Sylvain Bolduc - Inscrit 4 septembre 2017 09 h 59

      @Marcoux

      Voici la première phrase du programme de QS:

      Québec solidaire est un parti de gauche.....(????)qui vise la construction..

      C'est drôle mais il manque le mot "indépendantiste" dans sa propre définitition!!! Ce n'est que de la poudre aux yeux et ON embarque là-dedans avec le "fameux" capitaine Sol. Je ne sais vraiment où est son sol. Au Canada je crois.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 septembre 2017 10 h 50

      Corrigé.

      À Sylvain Bolduc,

      "Quand on sait que dans le programme de QS, l'indépendance est au 13ème point, ça en dit long." - Sylvain Bolduc

      Encore une fois, vous ne faites qu'afficher votre ignorance politique et diffuser vos préjugés Bolduc.

      1) Il n'y a pas de hiérarchie des points de programme à QS. Mais il y a un engagement ferme, soit, le déclenchement du processus d'indépendance de 18 mois dans les 6 moins d'une prise du pouvoir, soutenu par 50 millions d'argent public.

      2) À quel point de programme et quelle niveau d'urgence politique situez-vous l'indépendance dans un PQ qui n'aura pas eu de référendum au programme durant plus de 28 ans en 2022?

      Christian Montmarquette

    • Sylvain Bolduc - Inscrit 4 septembre 2017 13 h 21

      @ Montmarquette,

      Ce n'est pas parce qu'on publie des mensonges 2 fois que ça en fait une vérité comme vous venez de le faire ici même...

      Il est quand même incompréhensible de voir un parti comme QS voir le PQ comme l'ennemi à abattre plutôt que le parti au pouvoir qui détruit le Qc.

      Comme la souveraineté n'est pas LA priorité pour QS comme vous venez de le décrire vous-même, il ne fait aucun sens pour ON de s'associer à votre parti. Au moins au PQ il y a une idée de date contrairement à QS qui navigue dans l'illusion d'être au pouvoir un jour.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 septembre 2017 15 h 10

      À Sylvain Bolduc,

      - Quel mensonge?

      1) Il n'y a aucun mensonge à dire que le PQ remet l'indépendance aux calendes grecques; surtout quand on sait qu'il est loin d'être probable que le Parti québécois sera élu deux fois de suite, alors qu'il est même au 3e rang derrière la CAQ pour la première des deux.

      2) Cette fameuse question de priorité et "d'Article Un" appartient aux tactiques et à la rhétorique péquiste et non à Québec Solidaire qui s'est formellement engagé depuis sa fondation, et même avant dans ses origines à l'UFP, à engager le processus d'indépendance et à faire un référendum dans un premier mandat.

      Que vaut la date de 2022 du PQ, alors qu'onne sait même pas s'il sera élu une première fois en 2018 et encore moins en 2022?

      Une chose est certaine avec le Parti québécois, il s'est formellement engagé à NE PAS faire l'indépendance dans un premier mandat et à n'invistir AUCUN DENIER PUBLICS pour la promouvoir.

      - Wow!

      - Quelle grande détermination et quelle grande convictions souverainiste il s ont au PQ !!

      Christian Montmarquette