Cible des critiques souverainistes, Jean-François Lisée persiste et signe

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, essuie mercredi des tirs amis en provenance de la famille souverainiste, mais aussi de son propre parti, en raison de ses propos au sujet des demandeurs d’asile haïtiens.

À un peu plus d’une semaine du vote de confiance auquel il devra se soumettre, il maintient néanmoins que ces personnes, qui traversent la frontière illégalement, sont « les invités de Justin Trudeau », tel qu’il les qualifie depuis le début de la semaine.

Après l’ex-ministre péquiste Louise Harel, les solidaires Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois et le chef d’Option nationale Sol Zanetti, voilà que le vétéran du PQ François Gendron a déclaré que son chef a fait un mauvais choix de mots. « J’aurais préféré qu’on n’ait pas l’usage de ces mots-là », a-t-il admis à son arrivée au caucus de son parti, organisé à Saint-Eustache. « Mais là, on commente, et je n’ai pas de commentaire à faire là-dessus. C’est un dossier qui a été mal géré de A à Z », a-t-il ajouté.

La veille, Louise Harel a écrit sur Twitter qu’elle ressentait une « profonde déception » face aux propos de Jean-François Lisée. « [Il] se trompe de cible. [Il faut] plutôt dénoncer [la] fausse information [de] Justin Trudeau [à l’]origine [des] demandes d’asile », a-t-elle écrit.

 

 

Des « victimes de l’invitation » de Trudeau

« Je ne corrige absolument pas mes propos », a néanmoins martelé Jean-François Lisée. « Les réfugiés, les demandeurs d’asile, sont des victimes, des victimes de l’invitation de Justin Trudeau », a-t-il cependant ajouté, en ajoutant le mot « victime » à son vocabulaire.

« Justin Trudeau, quand il a dit “Welcome to Canada”, il a créé de faux espoirs. Il y a des gens qui viennent ici en pensant qu’ils vont être accueillis à bras ouverts. […] C’est lui qui les a invités et donc, c’est à lui de payer. »

Mardi, Louise Harel a déclaré au Journal de Québec qu’elle considérait la déclaration du chef péquiste comme « indigne ». « Il ne faut pas s’en prendre à ces personnes, qui sont plutôt les victimes de déclarations que M. Trudeau a faites », a-t-elle plaidé.

Dans leur lettre ouverte, Manon Massé, Gabriel Nadeau-Dubois et Sol Zanetti ont écrit que Jean-François Lisée a pour tactique de « stigmatiser les demandeurs d’asile pour gagner des votes ». « Au lieu de faire de la compétition avec [le chef de la Coaliton avenir Québec] François Legault pour la déclaration la plus incendiaire au sujet des demandeurs d’asile, Jean-François Lisée devrait se rappeler que, sans l’appui des nouveaux arrivants, le projet d’indépendance est condamné à battre de l’aile », ajoutent-ils.

41 commentaires
  • Patrick Boulanger - Abonné 30 août 2017 09 h 59

    M. Lisée cherche-t-il à attirer les sympathisants de la CAQ au sein de son parti? La question peut se poser. Cela dit, j'estime que M. Lisée manque de doigté et de hauteur en utilisant cette formule choc digne du maire de Québec dans ce dossier qui demande passablement de tact et de discernement.

    • Pierre R. Gascon - Abonné 30 août 2017 19 h 32

      Monsieur Lisée porte sur la politique un regard renouvelé et il suscite d'autres comportements; il parle des problèmes mais avec une musique nouvelle, c'est-à-dire sans langue de bois.

      Convenez, à tout le moins, qu'il parle avec aisance; mais il vous sera difficile, n'est-ce pas, d'en être persuadé.

      Votre propos ressemble à une machine destinée à discréditer.

    • Patrick Boulanger - Abonné 31 août 2017 09 h 00

      @ M. Gascon

      M. Gascon, M. Lisée est un ancien conseiller de Jacques Parizeau et de Lucien Bouchard. En outre, il a exercé le métier de journaliste durant un bon moment. Cela dit, il me semble hautement improbable que sa déclaration sur les « invités de M. Trudeau » soit une ligne médiatique lancée par quelqu'un de spontané ou/et d'inexpérimenté. À mon sens, M. Lisée savait se qu'il faisait et il a accepté de le faire même si cela contribuerait à stigmatiser les demandeurs d'asile. Pour certains, pour qui la fin justifie les moyens, c'est peut-être de la nouvelle musique. Quand à moi, je trouve que sa malheureuse déclaration nuit au mouvement indépendantiste (comme l'a fait M. Parizeau suite au référendum de 1995). Quand à l'aisance de M. Lisée à l'oral, je trouve que c'est une évidence. C'est plus au niveau du contenu de certaines de ses déclarations que m'inquiéterais si j'étais vous.

  • Michel Blondin - Abonné 30 août 2017 10 h 10

    QS: pas dans le camp des souverainistes mais des flous-mous.

    QS ne peut être considéré dans le camp des souverainistes alors qu'ils ont fait un pied de nez à la convergence souverainiste.

    Par le multiculturalisme que QS adopte, une machine de guerre de P.E. Trudeau contre le nationalisme du Québec, les dirigeants de QS jouent sur deux tableaux.

    Avoir de tels partenaires est plus nuisible qu'utile. Ils ne font que critiquer le PQ, ce qui les fait des alliés stratégique du PLQ et de Trudeau.
    Se tirer dans le pied et avoir une telle stratégie les situent comme des adversaires de l'indépendance.

    Pas fort!

    • Christian Montmarquette - Abonné 30 août 2017 19 h 47

      À Michel Blondin,

      "QS ne peut être considéré dans le camp des souverainistes alors qu'ils ont fait un pied de nez à la convergence souverainiste." -Michel Blondin

      Vous dites n'importe quoi.

      QS ne voulait JUSTEMENT pas s'associer avec les souverainistes flous-mous de parades du PQ qui n'auront pas eu de référendum au programme durant plus de 28 ans en 2022, afin de ne pas miner ses chances de fusionner avec les véritables militants.tes de l'indépendance d'Option nationale qui n'auraient jamais accepté une telle compromission politique de remise incessante du référendum aux calendes grecques.

      Dans l'état actuel des choses, le prétendu souverainisme péquiste ne vole pas plus haut que le nationalisme identitaire de la CAQ.

      Christian Montmarquette

    • Jean Jacques Roy - Abonné 30 août 2017 20 h 55

      Vous confondez, cher Monsieur Blondin.

      Vous dites "qu'ils (QS) ont fait un pied de nez à la convergence souverainiste."

      Ben non... c'est à des pactes électoralistes avec Lisée auxquels se sont refusés les délégué.es solidaires au Congrès de mai 2017.

      Ce sont là les faits concernant les rapports au PQ. Quant à la "convergence souverainiste", c'est du côté de Option Nationale que QS la recherche. Serait-ce parce que aux yeux des solidaires la direction du PQ a cessé, depuis nombre d'année, d'être porteur du projet politique pour l'indépendance du Québec.

  • Gilles Théberge - Abonné 30 août 2017 10 h 29

    Louise Harel et Gabriel Nadeau Dubois...?

    Que d'insigifiance, mon dieu, que d'insignifiance...!

    • Christian Montmarquette - Abonné 30 août 2017 14 h 01

      À Gilles Théberge,

      Louise Harel et Gabriel Nadeau Dubois...? Que d'insigifiance.. - Gilles Théberge

      Heureux de vous voir dénoncer vous-même l'insignifiance d'une vétérante du PQ, 27 ans députée d'Hochelaga-Maisonneuve; présidente du parti et présidente de l'Assemblée nationale...

      Christian Montmarquette

      Référence :

      Louise Harel : Militante de longue date du Parti québécois, elle occupe le poste de présidente de la région Montréal-Centre de 1974 à 1979 et celui de vice-présidente du parti de 1979 à 1981. Elle se porte candidate lors de l'élection générale de 1981 et devient députée de Maisonneuve puis d'Hochelaga-Maisonneuve à l'Assemblée nationale du Québec, un poste qu'elle occupera pendant 27 ans. - Wikipédia

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Louise_Harel#Carri.C3.A8re_politique_qu.C3.A9b.C3.A9coise

      .

  • Danielle Houle - Abonnée 30 août 2017 10 h 35

    Je persiste et je signe aussi.

  • Danielle Houle - Abonnée 30 août 2017 10 h 37

    Québec solitaire n'est absolument pas indépendantiste.

    • Patrick Boulanger - Abonné 30 août 2017 14 h 47

      Mme Houle, je vous invite à vous informer. QS est bel et bien un parti indépendantiste.

    • Brigitte Garneau - Abonnée 30 août 2017 15 h 16

      Bien dit!

    • Christian Montmarquette - Abonné 30 août 2017 19 h 50

      À Danielle Houle,

      Je suis littéralement assommé par la puissance de votre argumentaire si savamment étayé.

      - Cm

    • Pierre Cardinal - Abonné 30 août 2017 21 h 55

      QS est un parti fédéraliste dans les faits mais qui se dit indépendantiste. N'est indépendantiste qui veut!

    • Patrick Boulanger - Abonné 30 août 2017 22 h 58

      @ M. Cardinal

      M. Cardinal, quels sont les faits sur lesquels vous vous appuyez pour soutenir que QS est fédéraliste?

    • Christian Montmarquette - Abonné 31 août 2017 08 h 46

      À Pierre Cardinal,

      "QS est un parti fédéraliste dans les faits.." - Pierre Cardinal

      - Que foutaient alors les PQ-Péladeau, PQ-Ouellet, PQ-Lisée, PQ-Hivon à se pendre durant des mois, voire des années, pour faire alliance avec des fédéralistes?

      Tous ces chefs et leaders péquistes et bloquistes étaient-ils donc de pauvres naïfs sans jugement?

      Comme le disait si bien Michel Chartrand :

      "Les péquistes, c'est des intégristes! Y reconnaissent même pas les indépendantistes!"

      Christian Montmarquette