Un sondage confirme la CAQ comme solution en gestation

La CAQ est à égalité avec le PQ dans les intentions de vote à Montréal (20 % par rapport à 19 %). Elle domine le PQ (25 %) et le PLQ (24 %) dans les régions avec 36 % des faveurs avouées.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La CAQ est à égalité avec le PQ dans les intentions de vote à Montréal (20 % par rapport à 19 %). Elle domine le PQ (25 %) et le PLQ (24 %) dans les régions avec 36 % des faveurs avouées.

Les intentions de vote restent à des seuils historiquement bas pour le Parti libéral du Québec (32 %) et le Parti québécois (22 %), selon un nouveau sondage. La sclérose des deux formations qui se sont échangé le pouvoir au Québec depuis les années 1970 tranche avec la faveur confirmée pour la Coalition avenir Québec (CAQ), forte de 28 % des intentions de vote, comme en juin.

Plusieurs indices recueillis par le coup de sonde réalisé cette semaine pour le compte du Devoir, du Journal de Montréal et du Globe Mail ont de quoi réjouir la formation de centre droit.
 

La CAQ est à égalité avec le PQ dans les intentions de vote à Montréal (20 % par rapport à 19 %). Elle domine le PQ (25 %) et le PLQ (24 %) dans les régions avec 36 % des faveurs avouées. La Coalition garde la tête dans la capitale nationale en attirant le tiers (33 %) des voix possibles.

« Il y a très peu de mouvement dans les intentions de vote, mais derrière ces résultats, plusieurs phénomènes sont intéressants », commente Christian Bourque, vice-président directeur de la firme de recherche et de sondages Léger. « À 32 %, historiquement, les libéraux sont pas mal à un plancher historique. Ils sont techniquement en avance, mais ce n’est pas un bon résultat pour eux, bien en deçà de ce qu’ils sont habitués à livrer. La course à la deuxième place devient plus intéressante. Avec 28 % pour la CAQ et 22 % pour le PQ, on voit se confirmer la tendance du printemps. La CAQ, depuis avril, devient 2e, et non le Parti québécois. »

Québec solidaire, l’autre plus jeune formation québécoise, de gauche celle-là, ne reçoit pas non plus de bonnes nouvelles. Ses intentions de vote reculent de 15 % en juin à 12 % maintenant. Le sondeur se demande si l’effet Gabriel Nadeau-Dubois est en train de s’estomper. La jeune recrue a remplacé cet hiver la fondatrice de la formation Françoise David comme députée et co-porte-parole.

Meilleur premier ministre

François Legault l’écrase comme tous ses concurrents quand on demande quel chef de parti provincial ferait un meilleur premier ministre. Il récolte 24 % des faveurs par rapport à 6 % pour M. Nadeau-Dubois, 13 % au péquiste Jean-François Lisée et 18 % pour le libéral Philippe Couillard, actuel titulaire du poste.

Ces deux-là ne reçoivent que de tristes données. Le taux de satisfaction à l’égard du gouvernement libéral baisse encore, et ce, malgré les bonnes nouvelles économiques. Il se situe maintenant à 28 %, en recul de trois points par rapport à juin.

Plus étonnant encore, seuls 62 % des libéraux déclarés considèrent Philippe Couillard comme celui qui « ferait le meilleur premier ministre ». M. Couillard est aussi le membre du cabinet dont la population a une des plus mauvaises opinions (avec un score de -28 %), juste derrière le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, le plus honni avec un score négatif de 36 %.

Jean-François Lisée, dont le parti sera en congrès national dans deux semaines à Jonquière, se retrouve dans une situation peu enviable, lui aussi, avec seulement 59 % des péquistes qui le choisissent pour la fonction de premier ministre. Ce qui veut dire que quatre péquistes sur dix le boudent. Par contraste, encore une fois, M. Legault retient la faveur de 80 % de ses partisans.

Ce résultat contraste avec celui du cabinet libéral. Au total, 17 des 26 ministres évalués reçoivent une note négative. Outre les deux docteurs, MM. Couillard et Barrette, plusieurs grosses pointures se retrouvent dans le rouge : Laurent Lessard (-14 %), Jean-Marc Fournier (-5 %), Martin Coiteux (-3 %) et Stéphanie Vallée (-1 %). D’autres passent tout juste dans la zone positive de la « bonne opinion » suscitée, comme Dominique Anglade (+4 %), Carlos Leitão (+6 %) et Pierre Moreau (+9 %).

Étonnamment, c’est Hélène David, nouvelle venue en politique, ministre de l’Emploi et de l’Enseignement supérieur, qui ressort comme la titulaire la plus appréciée du cabinet avec 48 % de notoriété (le fait d’être connu), 30 % de bonne opinion et 17 % de mauvaise. Osons une hypothèse : Mme David a peut-être été confondue par certains répondants avec sa soeur Françoise, fondatrice de QS et figure réputée adulée du Québec.

Méthodologie

Le sondage Léger a été réalisé par Internet auprès de 1002 Québécois du 21 au 24 août ; un échantillon probabiliste semblable aurait une marge d’erreur de +/- 3 %, dans 19 cas sur 20.

Trudeau en tête

Contrairement à leurs homologues du Québec, les libéraux fédéraux n’ont pas à se plaindre des intentions de vote des Québécois. Une autre portion du sondage réalisé par Léger cette semaine accorde 43 % des intentions de vote (après répartition) au Parti libéral du Canada de Justin Trudeau, contre 49 % en mai. Le NPD attire 19 % des faveurs des électeurs, le Bloc, 16 %, et le Parti conservateur, 15 %.

Voilà de quoi alimenter les échanges de dimanche, en français, à Montréal, entre les quatre candidats à la chefferie du NPD : près de six Québécois sur dix (58 %) ne savent carrément pas qui favoriser dans cette course. Le candidat en tête des intentions, Guy Caron, obtient 10 % des faveurs contre 4 % au second, Jagmeet Singh. Une question portait sur l’impact du port du turban sikh par M. Singh. Au total, 28 % des Québécois répondent que ce signe religieux les de voter pour lui et 55 % n’y voient pas d’influence sur leur vote. Les francophones sont un peu plus nombreux à être rebutés (32 %) par le turban et un peu moins nombreux à se déclarer indifférents (50 %).
14 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 26 août 2017 09 h 23

    L'opinion publique...


    Une explication de la popularité de Legault: la montée d'un fort courant de droite au Québec. Même si MM. Couillard et Lisée(un peu moins) me semblent avoir nettement plus de stature intellectuelle qu'un Legault. Mais ainsi va l'opinion publique...


    M.L.

  • Jacques Lamarche - Abonné 26 août 2017 10 h 07

    Le Québec en mutation!!

    Depuis la dernière défaite référendaire, le discours souverainiste est moribond, les leaders souverainistes muselés, les sources de fierté asséchées, rien qui puisse nourrir une identité que la loi 101 a de plus en plus de mal à protéger! La jeune génération a vécu dans un monde tout-à-fait différent que nous, les vieux, avons connu, un monde où nous sommes sortis de la misère, de la condition ouvrière, des petits salaires, pour accéder à l'université et aux grandes professions, pour bâtir dans la solidarité une société prospère - et c'est bel et bien arrivé - et pour enfin se tailler une place d'honneur dans le concert des nations - et ce fut par bien peu raté! Il y avait une fierté d'avoir réussi et collectivement une volonté de s'affirmer! Or les jeunes ne savent pas comment dur ont trimé ceux qui leur ont laissé une société calme et paisible, aussi égalitaire que prospère.

    Mais sans cesse ¨certains¨ leur font croire que c'est le contraire!!!

    • Tristan Roy - Inscrit 26 août 2017 15 h 48

      Une défaite par 0.8% c'est quand même une défaite.

      La jeune génération dont ma fille fait partie est fatiguée des vieilles querelles et veut aller de l'avant, contruire avec ce qu'on a maintenant et devant nous. La jeune génération se voit comme une nation faisant déjà parti d'un monde sans frontières, ouvert autant pour le commerce que la culture, les communications...

      Surtout ils ne veulent plus entendre de radotage défaitiste et ringuard.

      Le parti qui va capter ça va dominer les prochaines élections.

    • Jacques Lamarche - Abonné 28 août 2017 09 h 33

      Ma fille aussi! Elle en a assez des vieilles velléités souverainistes! Son pays maintenant, c'est l'ouverture au monde et à la terre!

      Je ne puis me retenir et vous dire que ce qu'elles disent resssemble étrangement au discours que véhicule un certain ¨courant¨dominant, fort et puisssant. Pendant ce temps, mine de rien, leur pays réel devient canadien!

  • Gilles Leycuras - Abonné 26 août 2017 10 h 20

    Vote utile

    Les péquistes vont-ils appeler à un "vote utile" en faveur de la CAQ pour se débarasser des libéraux, comme ils l'appelaient en leur faveur lors de la dernière élection ? Poser la question, c'est y répondre.

  • Benoît Landry - Abonné 26 août 2017 14 h 30

    Un parti conservateur libéral .....

    pour remplacer un parti libéral conservateur. Tout un changement......

  • Tristan Roy - Inscrit 26 août 2017 15 h 37

    QS à 12% et on rêve d'être PM...

    C'est amusant de voir Dubois et Massé annoncer leur intérêts de devenir premier-ministre quand leurs intentions de votes ne leur permettent même pas de viser assez de sièges pour devenir un parti reconnu à l'Assemblée Nationale.

    Mais heureusement que les médias montréalais sont là pour leur donner autant d'importance que si ils étaient l'opposition officielle!

    • Robert Beauchamp - Abonné 26 août 2017 18 h 32

      En refusant une alliance stratégique (et non pas une fusion) avec le PQ, QS solidaire va se retrouver gros Jean comme devant et le PLQ va pouvoir garder son étiquette opportuniste grâce à la division du vote. Triple bravos! N'est-ce pas ce que ces dernières tendances annoncent? QS solidaire aurait pu jouir d'une influence efficace en faisant pression sur le PQ une fois au pouvoir. Adios.

    • Sylvie Lapointe - Abonnée 26 août 2017 19 h 15

      Mais de nos jours, l'époque nous réserve bien des surprises, comme nous le savons tous. Rappelez-vous dernièrement Justin Trudeau, troisième en liste, surtout pas PM du Canada. Rappelez-vous Donald Trump, pratiquement impossible qu'il devienne Président USA. Je n'ose plus me prononcer sur l'avenir politique de qui que ce soit y compris sur celui de G. Nadeau-Dubois ou Manon Massé.

    • Patrick Boulanger - Abonné 26 août 2017 20 h 39

      M. Roy, il est vrai que QS est un parti écologiste ambitieux. Cela dit, peut-être va-t-il rebondir et prendre éventuellement la troisième place au Québec dans les intentions de vote? Il y a quelques mois, un sondage plaçait QS à 19% dans les intentions de vote et le PQ, 22%.

      Voir : http://www.mainstreetresearch.ca/qc-liberals-conti

    • Benoît Landry - Abonné 27 août 2017 00 h 33

      @Robert Beauchamp, vous savez la devise du Québec c'est «Je me souviens».... désolé pour vous si les solidaires se souviennent des derniers mandats du PQ et de sa négation de respecter son programme durant 4 mandats majoritaires.... Car, oui si le PQ avait instauré le scrutin proportionnel, nous n'en saurions pas là aujourd'hui et le PQ aurait perdu la belle chance qu'il a aujourd'hui de se positionner en victime....

      Il a même eu un 5e mandat, minoritaire c'est vrai, alors le PQ avait donc une position de rêve pour faire des alliances avec les partis progressistes... Qu'a-t-il fait plutôt ? Il a fait des alliances avec le PLQ et la CAQ, il a même déclenché une élection en tentant de séduire l'électorat caquiste avec une charte qu'il aurait réussi à faire adopter s'il l'avait tout simplement soumise au vote en chambre. Il aurait été suicidaire pour la CAQ de voter contre.


      De plus c'est quand même spécial, les péquistes nous disent souvent d'oublier les derniers mandats du PQ et qu'il faut plutôt regarder en avant, mais pourtant ils ne manquent pas de nous rappeller les années de gloire des années 70...

      Alors de demandez pas aux solidaires de manquer de mémoire, sinon ben à votre congrès, proposerez donc de changer la devise québécoise pour «Mémoires sélectives»