Demandeurs d’asile: Legault «alimente la peur», selon le gouvernement Couillard

Le chef de la CAQ, François Legault
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le chef de la CAQ, François Legault

Le cabinet du premier ministre n’a pas aimé la sortie du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, qui a dit mercredi craindre que le Québec devienne « une passoire » pour les migrants. 

« Les Québécois s’attendent de leurs leaders politiques qu’ils évitent d’alimenter la peur d’une partie de la population avec des discours alarmistes », a écrit le directeur adjoint du cabinet du premier ministre, Charles Robert, dans une déclaration transmise aux médias jeudi. « M. Legault échoue une fois de plus à ce test en ne proposant absolument rien de concret pour améliorer la situation. C’est un manque flagrant de leadership. »

La veille, François Legault a dénoncé l’attitude adoptée par le gouvernement quant à l’arrivée de demandeurs d’asile au Québec. « Les libéraux lancent un très mauvais signal aux migrants illégaux en ouvrant grands les bras, comme si le Québec pouvait accueillir “toute la misère du monde”, a-t-il écrit. Pour tous les migrants potentiels, ce discours libéral officiel équivaut à une invitation à se ruer vers la frontière québécoise sans passer par les douanes. »

En guise de réponse — et dans une volonté de « rassurer la population » —, le cabinet du premier ministre a rappelé que le gouvernement du Québec a travaillé de pair avec le fédéral pour mettre en place un processus de triage à la frontière afin d’accélérer le transit de migrants vers leurs provinces d’accueil, où leurs demandes seront traitées. 

« Le gouvernement fédéral contrôle activement notre frontière, et les demandeurs d’asile qui traversent celle-ci de façon irrégulière sont interceptés par les forces policières et pris en charge afin qu’ils puissent formaliser leur demande d’asile. Aucun compromis n’est fait sur la sécurité », a aussi assuré Charles Robert. 

Il a souligné l’importance d’assurer une prise en charge « digne et sécuritaire » des demandeurs d’asile, notamment lors de l’hébergement temporaire. 

« François Legault a encore une fois manqué une occasion de s’élever à la hauteur requise pour traiter d’un enjeu humanitaire de premier plan », a-t-il estimé. 

De l’avis du chef de la CAQ, les demandeurs d’asile d’immigration devraient plutôt remplir une demande d’immigration « en bonne et due forme ». « Les ressources sont limitées, tout comme notre capacité à intégrer les immigrants à la majorité francophone », a-t-il fait valoir. 

Le cabinet Couillard a plutôt avancé que le Québec « est une société mature et disposant des ressources nécessaires pour faire face à cette situation dans l’ordre et la dignité »

Le nombre de migrants demandant asile dans la province a triplé au cours des deux dernières semaines. Au total, 2620 personnes sont hébergées dans plusieurs centres à Montréal, par rapport à 1575 en date de jeudi dernier. 

Pour l’instant, le nombre total connu de demandeurs d’asile, environ 9600, est inférieur à celui traité durant d’autres années de grande affluence. En 2008, par exemple, le Québec avait reçu 13 625 demandes d’asile.

8 commentaires
  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 10 août 2017 11 h 55

    L'autruche

    Où est l'autruche dans ce dossier?

  • Jacques Patenaude - Abonné 10 août 2017 12 h 00

    Tanné!!!

    Je suis tanné de ce Couillard, qui tient une rhétorique électoraliste en faisant croire aux immigrants qu'il est leur sauveur, alors que depuis que les libéraux sont au pouvoir ils n'ont rien fait de concret pour eux, sinon de traiter tous ceux qui pense autrement de racistes, dont la nouvelle signification est: «Immigrants, votez pour moi!»
    Tanné aussi de Legault, qui tombe continuellement dans le piège libéral par des propos hyperboliques qui, au fond, ne disent rien de concret. On est très loin d'une crise incontrôlable et, dans un premier temps, mieux vaut bien accueillir ces migrants que de laisser se créer un bidonville comme à Calais.
    Mais ce qu'il faut envisager dans tout cela, c'est la suite, à laquelle il faut penser dès maintenant. Ce qu'on nous dit pour la suite, c'est que le taux d'acceptation des demandes du statut de réfugiés est de 50 à 60%. Les autres seront retournés en Haïti selon les règles actuelles. Si on n'y pense pas maintenant, on se prépare un gros problème... Ce n'est pas la pensée binaire entre les bons et les méchants qui va régler cette question. (En se rappelant que selon le camps qu'on défend les bons des uns sont les méchants des autres.)

    • Réal Ouellet - Inscrit 10 août 2017 15 h 14

      Personnellement, je crois que le camp de Calais, on est en train de le construire à vitesse grand V avec toutes les ressources nécessaires à cet effet.

    • Jacques Patenaude - Abonné 10 août 2017 19 h 19

      La différence c'est que ce sera un camp organisé et non pas sauvage qui aura les ressources nécessaire pour que ça ne devienne pas un bidonville insalubre comme à Calais.
      Il devrait être en lien avec les ressources adéquates pour accueillir ces migrants de façon décente. Du moins je l'espère. Car autrement ça sera une catastrophe.
      Ce camp n'est pas la seule chose à faire. Les gouvernements devraient aussi en partenariat avec les organisations civiles haïtienne sur notre territoire voir à véhiculer la bonne information aux futurs réfugiés qui traversent la frontière canado-américaine car ça ne leur garantit pas le statut de réfugié.
      Si le gouvernement canadien est un gouvernement responsable il doit prendre contact avec les gouvernements américains à divers niveaux pour trouver un moyen de gérer cette situation dans les respect de tous: futur réfugiés comme citoyens canadiens.

  • Michel Lebel - Abonné 10 août 2017 12 h 39

    Peu édifiant!

    Il est bien vrai que Legault alimente la peur! Tout de même, il faut mettre ''notre'' problème en perspective. C'est un problème temporaire qui ne se compare aucunement avec ce qui se passe, par exemples, en Europe, au Liban, en Syrie et en Turquie. Legault dérape ici, votes populistes obligent. Rien de plus facile que de faire peur au monde. Vraiment peu édifiant le discours de François Legault. Vraiment pas à la hauteur!

    M.L.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 10 août 2017 19 h 45

      Legault se rend compte comme nous tous le succes que Couillard obtient
      avec la peur aupres des immigrants et des groupes fragilisés (j'aime tres fort cette expression pour décrire une bonne partie de l'électorat du PLQ)
      comme le dit si bien le commentaire qui suit de Hermel Cyr : la peur et l'ignorance...Le restant des votants libéraux sont les captifs comme les anglophones,leurs amis et les ti-zamis du PLQ.
      Sans une opposition réunie ,on est cuit par la peur,l'ignorance et les captifs.Et Philippe passe comme une balle.Le bonheur quoi !!

    • Jacques Patenaude - Abonné 10 août 2017 20 h 26

      Voila la plus belle illustration de la pensée binaire. Les bons d'un bord les mauvais de l'autre. Pour ceux qui pensent le contraire c'est facile: les bons sont les mauvais et les mauvais sont les bons

  • Patrick Boulanger - Abonné 10 août 2017 18 h 25

    « De l’avis du chef de la CAQ, les demandeurs d’asile d’immigration devraient plutôt remplir une demande d’immigration « en bonne et due forme » » (Le Devoir).

    Selon un article d'opinion paru dans le Devoir, « [c]es passages s’expliquent par l’existence d’une Entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs qui interdit, sauf exception, à une personne se trouvant aux États-Unis de revendiquer l’asile au Canada ». Est-ce exact? Si oui, je serais surpris que M. Legault est au courant de cela...

    Voir l'article en question : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-soci