Des personnes souffrant de maladies mentales évitent la rue grâce à un projet-pilote à Québec

Dans le cadre du projet-pilote, l’accompagnement d’une personne coûterait 8500$ par an. 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Dans le cadre du projet-pilote, l’accompagnement d’une personne coûterait 8500$ par an. 

Au Québec, on estime qu’environ 10 % des gens ayant accès à un logement social finissent par se faire expulser, aboutissent dans la rue et voient leurs problèmes se détériorer. Véritable zone grise, leur réalité est au coeur d’un nouveau projet-pilote qui suscite beaucoup d’espoir.

« Notre but, c’est de sortir les gens de la rue, pas de les y envoyer », résume Mario Bousquet du programme Clés en main, de l’organisme PECH, qui vient en aide aux personnes avec des problèmes de santé mentale.

Considérées comme des cas à problème, ces personnes comptent pour 10 % des détenteurs de logements sociaux, mais mobilisent 90 % des énergies du personnel des services sociaux. Trop souvent sans succès, jusqu’à l’expulsion.

Pour mieux comprendre leur réalité, Clés en main a suivi pendant plusieurs mois vingt personnes qui avaient épuisé les seuils de tolérance des propriétaires et des voisins et étaient sur le point de perdre leur appartement.

Un homme sourd avec de sérieux problèmes à communiquer ne payait pas son loyer, un orphelin de Duplessis dérangeait ses voisins lorsqu’il buvait trop, une dame souffrant du syndrome de Diogène laissait l’état de son appartement se dégrader.

Dernier recours

Derrière ces histoires, l’équipe de Clés en main a découvert des besoins complexes que le filet social ne parvenait pas à soutenir.

« Il y a des gens qui n’avaient plus accès aux services. On les avait oubliés ou ils étaient sur des listes d’attente », explique Mario Bousquet.

« Dans un cas, la personne n’avait plus de diagnostic de santé mentale, alors que ça prend un diagnostic pour avoir des services. Le problème, c’est que pour avoir un diagnostic il faut voir un psychiatre, mais souvent le psychiatre n’est pas disponible avant six mois. Et en six mois, tu as le temps de perdre ton logement. »

Or, le logement social est habituellement un dernier recours, alors, quand on le perd, les options sont nulles. Une expulsion a des conséquences à long terme, explique Geoffrey Lain, lui aussi de Clés en main, puisqu’après une expulsion les gens doivent attendre cinq ans avant de faire une nouvelle demande de logement social, sans compter les deux ans moyens d’attente avant d’en obtenir un.

Un appui de la coroner

Clés en main a donc créé un poste d’accompagnateur de maintien en logement (AML). « Son rôle est de cibler ses besoins, de comprendre pourquoi, soudainement, il n’est plus adéquat dans son logement. Est-ce qu’il y a eu un décès dans la famille ? Il a recommencé à consommer ? »

L’accompagnateur joue en outre un rôle « tampon » en attendant que la personne accède à d’autres services.

À défaut de cela, les situations dérapent, explique Geoffroy Lain. « Le système est très bien pour 90 % des gens », dit-il. Mais pour les autres, il est trop rigide. « Ça prend une équipe flexible. On ne peut pas travailler du lundi au vendredi de 9 h à 17 h. Il faut travailler des fois les fins de semaine, le soir, le matin. Le réseau n’est pas aussi souple que ça », ajoute M. Bousquet.

Prochaine étape

Le projet-pilote vise aussi à contrer le travail en silo. Dès lors, ces derniers mois, des représentants du réseau (infirmiers, travailleurs sociaux, etc.) se réunissaient régulièrement pour échanger de l’information sur les vingt cas et dégager des pistes de solution.

Au terme de l’exercice, personne n’a été expulsé, cinq personnes ont été réintégrées au système de santé, trois ont reçu un diagnostic, cinq ont évité de nouveaux démêlés judiciaires, etc.

Depuis, Clés en main reçoit de plus en plus de demandes d’accompagnement. L’équipe veut donc passer à une prochaine étape et créer une équipe de quatre accompagnateurs pour répondre à l’ensemble des besoins.

Mario Bousquet pense même qu’un tel service pourrait réduire les risques de drames comme le meurtre commis à la coopérative L’Étal en 2015. Un touriste français, Joachim Aracil, avait alors été poignardé à mort par un homme en pleine psychose. « On aurait pu le reconnecter avant qu’il pète sa coche », affirme-t-il.

Dans son rapport sur le décès de M. Aracil, la coroner Andrée Kronström a fait la même suggestion en juin. L’initiative de Clés en main, écrit-elle, « est porteuse et pourra alors créer un filet de sécurité additionnel pour aider les personnes éprouvant un problème de santé mentale et, conséquemment, tenter de diminuer la survenance d’agressions mortelles comme celle dont a été victime M. Aracil ».

Elle recommande en outre à l’organisme Programme d’encadrement clinique d’hébergement (PECH) « de créer des équipes d’accompagnateurs de maintien en logement pour tous les intervenants offrant des unités d’habitation aux personnes atteintes de problèmes de santé mentale à Québec ».

Clés en main a fait une demande de financement de 240 000 $ sur trois ans au Centre intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS). Au CIUSSS, on indique que la demande est toujours à l’étude. À cet égard, M. Bousquet plaide que cela coûtera beaucoup moins cher que de venir en aide plus tard à des personnes qui sont passées par la rue. Dans le cadre du projet-pilote, l’accompagnement d’une personne coûterait 8500 $ par an, alors que le programme fédéral pour réintégrer en logement des personnes ayant vécu l’itinérance nécessite plutôt 40 000 $ par an.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • François Genest - Inscrit 21 juillet 2017 08 h 03

    Bonne nouvelle

    C'est une bonne démonstration de ce que peut faire le communautaire sans avoir de fonctionnaires hélicoptères au-dessus de la tête. Je note en particulier sur le site de PECH leur capacité à rejoindre des gens dans le besoin que l'organisation actuelle hospitalocentrique est absolument incapable d'aider.