Le Centre culturel islamique envisage un recours judiciaire

L’avocate du CCIQ, Me Nadia El-Ghandouri, affirme que d’autres options seront étudiées d’abord.
Photo: Francis Vachon Le Devoir L’avocate du CCIQ, Me Nadia El-Ghandouri, affirme que d’autres options seront étudiées d’abord.

Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) songe à contester les résultats du référendum sur son projet de cimetière en plaidant que la liberté de religion de ses membres a été bafouée alors qu’elle est protégée par la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.

« C’est sûr que le recours judiciaire est possible », a déclaré l’avocate du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), Me Nadia El-Ghandouri, à la sortie d’une rencontre à Saint-Apollinaire mercredi. « Avant de judiciariser le dossier, on veut voir s’il n’y a pas d’autres options », a-t-elle toutefois signalé.

Priée de dire s’il s’agirait d’un recours au nom du droit de la liberté de religion protégé par la Charte, elle a ensuite répondu par l’affirmative. « Est-ce qu’il y a des éléments qu’on pourrait soulever pour faire invalider le référendum ? Est-ce qu’il y a des droits protégés par la Charte qui ont été bafoués ? »

Mardi, l’avocat Julius Grey, un spécialiste des droits de la personne, avait soutenu que le CCIQ avait des motifs solides pour plaider en cour que le rejet du projet brimait la liberté de religion.

« On n’a pas écrit la Charte pour protéger la majorité. C’est le contraire, avait-il déclaré en entrevue à Radio-Canada. On peut démontrer devant la cour que l’effet du refus est d’empêcher l’épanouissement de ces individus quant à leurs croyances religieuses. »

Mercredi, l’avocate du CCIQ a dit « partager la vision » de Me Grey. « Il est venu confirmer ce qu’on pense déjà », a-t-elle dit avant de préciser qu’elle n’avait pas eu d’échanges directs avec Me Grey à ce propos.

Saint-Apollinaire veut tourner la page

Les représentants du CCIQ s’étaient rendus à l’hôtel de ville de Saint-Apollinaire mercredi après-midi pour faire un bilan des dernières semaines avec le maire Bernard Ouellet et le propriétaire de l’entreprise Harmonia (qui possède le terrain convoité par le CCIQ), Sylvain Roy.

Reste à savoir qui ou quelle institution pourrait être traînée devant les tribunaux. La municipalité ? Le gouvernement du Québec ? Les deux ? Mercredi, Me El-Ghandouri ne l’a pas précisé.

Photo: Francis Vachon Le Devoir Le maire Bernard Ouellet

De son côté, le maire de la ville, Bernard Ouellet, n’a pas caché sa volonté de passer à autre chose. « J’ai quand même dit aux gens de la mosquée que je pense que nous, les gens de Saint-Apollinaire,avons fourni notre part d’efforts, a-t-il dit. On va passer à autre chose et on respecte les résultats du référendum. »

Il s’est par ailleurs réjoui du fait que le premier ministre Philippe Couillard s’est engagé à intervenir dans le dossier. « J’ai trouvé ça encourageant parce que là, il semble que ça ne restera pas sur un bureau. Le premier ministre lui-même va prendre ça en main et j’ai confiance. C’est un dossier à régler, il faut que ça avance. »

« Il va falloir éviter des débats comme ceux-là, a-t-il poursuivi. [Des débats] si graves que ça. Il y aura toujours des chicanes, comme on dit, mais des débats comme celui-là, il ne faudrait pas en avoir trop souvent, parce que c’est dur. »

Il a réitéré que des actions s’imposaient « pour le Québec ». « Pas juste nous. C’est l’ensemble du Québec qui est concerné par ce dossier-là. »

Il affirme toutefois n’avoir eu aucun échange avec le personnel du bureau du premier ministre au cours des derniers jours.

« Tu ne fais pas ça à ton pire ennemi »

Le maire Ouellet s’est dit par ailleurs bouleversé par la teneur du colis haineux reçu par la mosquée vendredi. « Je l’ai trouvé méchant, très méchant. J’espère qu’ils vont trouver le coupable, parce que tu ne fais pas ça à ton pire ennemi. »

Enfin, il a ajouté qu’à son avis le CCIQ avait « bien fait » d’attendre avant de rendre la nouvelle publique. « S’ils le sortaient, les gens auraient peut-être pensé que c’était pour influencer le vote. […] Il y aurait peut-être même eu des gens qui seraient allés jusqu’à dire qu’ils faisaient de la magouille et que c’est eux-mêmes qui l’avaient fait. […] Je pense qu’ils ont pris la bonne décision. »

55 commentaires
  • Eric Vallée - Inscrit 20 juillet 2017 00 h 31

    Il fallait être prévoyants

    Nous n'avions pas tous ces débats et ces chicanes il y a pas si longtemps. L'arrivée d'immigrants apporte des conséquences néfastes auxquelles il aurait fallu penser. Trop tard...

    • Richard Olivier - Abonné 20 juillet 2017 12 h 57

      1) Cimetières

      2) Village musulman entier ( cela va venir aussi )

      Peace Village, enclave islamique au Canada
      • Par Ludovic Hirtzmann ( le Figaro )
      • Mis à jour le 18/03/2010 à 10:02
      • Publié le 18/03/2010 à 10:01
      À une cinquantaine de kilomètres au nord de Toronto, des musulmans ahmadis bâtissent leur ville depuis dix ans, à l'écart des banlieues traditionnelles.

      L'appel à la prière tombe sur Peace Village, terre d'islam en plein Canada. Les 3 000 habitants y sont tous musulmans. Des Pakistanais pour la plupart, mais aussi des Bengalis ou des Nigériens. Comme tous les vendredis, à 13h30 tapantes, la foi transporte ce petit peuple voilé ou moustachu de l'avenue Abdus Salam vers une immense mosqué
      e blanche. Les dômes d'acier de Bait'ul Al Islam dominent l'horizon.

      Des croyantes, vêtues du niqab noir ou de voiles aux couleurs chatoyantes, se pressent vers la mosquée. Journaux en ourdou sous le bras, les hommes vêtus du salwar kameez, longue chemise traditionnelle pakistanaise, entrent par une porte séparée. La mosquée fait salle comble. Un millier de fidèles se tourne vers La Mecque.

      PAPA, c`est quoi la tolérance ?
      C`est l`ouverture à certaines cultures qui sont…FERMÉES..aux nôtres

    • Richard Olivier - Abonné 20 juillet 2017 12 h 59

      En 2011,,,,,,,,
      les Pays-Bas ont abandonné la politique de multiculturalisme qui permettait à des communautés ethniques distinctes de vivre côte à côte sans faire d’efforts d’intégration.


      ET ICI pour NOYER les francophones catholique du Québec avec nos fédéralistes libéraux assimilateurs. ???

    • Gaetane Derome - Abonnée 21 juillet 2017 00 h 42

      M.Vallée,

      Bien que je sois d'accord qu'il semble y avoir certains problèmes avec la nouvelle immigration,il ne faudrait pas généraliser.Car depuis fort longtemps il y a des immigrants qui viennent ici.La plupart se sont intégrer.En fait,je dirais que la confrontation d'idées ne se fait pas vraiment avec les immigrants mais avec le religieux.

  • Gérard Garnier - Abonné 20 juillet 2017 01 h 46

    On ne refait pas l'histoire

    Les responsables actuels du Centre Culturel Islamique de Québec commencent à donner une image négative. Cela va confirmer les opposants dans leur position. C'est maladroit à moins que cela ne corresponde aux projets d'une minorité. Et on peut envisager que c'est le cas. Il existe certainement des solutions satisfaisantes qui ne négligeraient pas le fait que l'époque des religions envahissantes dans la vie publique est terminée. Les Québécois sont bien placés pour le savoir.

    • Richard Olivier - Abonné 20 juillet 2017 13 h 27

      C`est quoi l`affaire ? Encore des accommodement déraisonnable..

      Une loi pour les catholiques, les Protestants et une loi pour les islamique ..
      Dans tous les cas, les musulmans du Québec sont dans l’obligation de respecter les lois qui encadrent les pratiques funéraires, même si elles entrent en contradiction avec deux de leurs traditions.

      En effet, selon les rites musulmans, le corps doit être enterré à même le sol, orienté vers la Mecque, après avoir été lavé et enveloppé dans un linceul.
      « On ne peut pas enterrer un corps sans cercueil au Québec, c’est illégal », note l’anthropologue.

      Par ailleurs, « on ne peut pas faire embaumer les corps dans la tradition musulmane », explique-t-il.
      Or, la loi québécoise stipule qu’il faut embaumer un corps au plus tard 18 heures après le décès, question de santé publique.

      Que disent Couillard et Labaume à ce sujet ?

    • Pierre Fortin - Abonné 20 juillet 2017 18 h 19

      « Les Québécois sont bien placés pour le savoir » ... et, depuis la Révolution tranquille au moins, ils sont bien placés pour savoir que c'est mieux ainsi.

      C'est du vécu appris sur le tas et ayant créé un modus vivendi que personne ne voudra troquer pour des illusions. Il en faudra plus pour leur faire faire machine arrière.

      Ceux qui prétendent savoir nous mener dans le meilleur des mondes doivent d'abord écouter et observer attentivement ce qui se passe ici.

  • Jean Gadbois - Inscrit 20 juillet 2017 01 h 49

    Encore?

    Certains musulmans se plaignent encore?!
    Tous les jours, il y a du rechignage, tous les jours.

    Peace and love.

    • Jean Gadbois - Inscrit 22 juillet 2017 00 h 48

      Aujourd'hui, 22 juillet, 2017.
      Juste dans ce journal, 6 acticles sur l'Islam, les musulmans, la culture arabe.
      La teneur de ces articles? Encore la violence, guerre fratricide, conflits, grogne, peur, radicalisme, ghettoïsation, insatisfaction, rejet de valeurs des sociétés d'acceuil, des problèmes, des problèmes et encore des problèmes...

  • Robert Beauchamp - Abonné 20 juillet 2017 04 h 54

    Les conséquences

    Judiciariser le dossier comporterait des conséquences au niveau du renforcement des perceptions déjà négatives sur l'application de la charte. Le kirpan en fut un bel exemple. Cela ne ferait qu'entretenir pr sa médiatisation un sentiment de frustration bien sentie considérant la démarche de laïcisation de la société québécoise, le religieux étant de plus en plus exclu de la sphère publique Le dossier n'est pas transparent. Y a-t-il eu des offres de cimetières existants permettant aux personnes de foi musulmane d'assurer une sépulture aux leurs. Lesquelles et pourquoi ont-elles été rejetées. La charte pourrait une fois de plus nous renvoyer dos à dos. Selon Julius Gray, il faut protégér les minorités religieuses, linguistiques et autres. La vérité dans ce pays est que les Francos qui l'habitent paient souvent le prix de leur minorisation et des choix de société qui leur sont pourtant bien légitimes. Nous ne voulons pas vivre d'autres kirpans et subir le mépris des gens du reste du pays. Alors, encore une fois, quelles sont les options qui ont été offertes jusqu'à maintenant? Que peut-on envisager d'autre et autant que possible des choix qui n'iront pas à contresens de notre évolution? Si on veut en faire un débat de société, alors faisons-le de façon transparente.

    • Gisèle Filion - Inscrite 21 juillet 2017 13 h 07

      Parlant de débat de société, à quand une réflexion sur ces religions qui menacent de façon systémique leurs fidèles, de ceci ou de cela, après la mort, si ces derniers changent ou veulent changer de religion ou si elles ne respectent pas à la lettre, leurs prescriptions ?

      Des religions liberticides de ce genre, devraient-elles bénéficier d'une charte qui leur donne le privilège d'exprimer leur foi, pour menacer des consciences, comme si c'était une chose normale, alors que pour la société civile les menaces sont punies par la loi.

      Vivement une charte laïque des droits et liberté pour que cesse cette entorse à la liberté.
      L'intransigeance religieuse sèmerait-elle, elle-même l'intolérance, etc. que l'on pointe du doigt?

  • Jean-Marc Simard - Abonné 20 juillet 2017 05 h 05

    Que Justin Trudeau s'implique personnellement...

    Justin Trudeau vient d'hériter avec son frère d'un vaste domaine de plusieurs hectares dans les Laurentides, légué par leur Père Pierre-Éliot...Pourquoi ne pas offir une parcelle de ce terrain dont il ne sait que faire aux musulmans afin de leur donner un cimetière bien à eux...Que voilà une excellente façon de régler ce problème épineux et à notre bon Justin de mettre en pratique ses prêches multiculturelles inclusives...Ainsi il démontrerait que ce n'est pas toujours aux mêmes de faire des efforts pour accommoder tout un chacun...Prêcher par l'exemple est la meilleure façon d'être proactif...Allez mon Justin impliques-toi...

    • Richard Olivier - Abonné 20 juillet 2017 12 h 50

      Les PLaines d`Abraham à Québec.....

      Beaucoup de terrain vide du canada anglais.. Protéger avec la Citadèle en plus..

    • Richard Olivier - Abonné 20 juillet 2017 12 h 58

      Mme Merkel
      Le multiculturalisme conduit à des sociétés parallèles, et demeure par conséquent une grande illusion.»
      «Ceux qui se réfugient chez nous doivent respecter nos lois et traditions et apprendre l’allemand.

      En 2011,,,,,,,,
      les Pays-Bas ont abandonné la politique de multiculturalisme qui permettait à des communautés ethniques distinctes de vivre côte à côte sans faire d’efforts d’intégration.

      David Cameron reconnaît l'échec du multiculturalisme en Grande-Bretagne

    • Jocelyne Lapierre - Inscrite 21 juillet 2017 07 h 39

      M. Olivier, je trouve vos interventions excellentes et fort informatives. Cependant, je ne suis pas d'accord au sujet des Pays-Bas.

      Ce pays est aujourd'hui un territoire perdu, comme l'Italie, la Grèce, la Suède, l'Allemagne, l'Espagne, ainsi que le Royaume-Uni et la France. Tous ces pays ont adopté la posture de soumission pour l'instant, et toute voix dissidente est fortement réprimée. Le même phénomène se produit ici même, mais on refuse de l'admettre.