Cimetière musulman: le rôle de La Meute se précise

La patte du loup, symbole du groupe La Meute
Photo: Alice Chiche Agence France-Presse La patte du loup, symbole du groupe La Meute

La porte-parole des opposants au projet de cimetière musulman minimise ses liens avec le groupe La Meute et affirme au contraire avoir cherché à les tenir à distance dans les semaines précédant le référendum.

Mécontente d’être associée au groupe, Mme Sunny Létourneau affirme que ses liens avec La Meute étaient surtout « virtuels ». « Ils m’ont demandé s’ils pouvaient m’inscrire et j’ai accepté de communiquer les informations avec eux. Ils voulaient suivre le dossier. »

Lundi, Le Devoir révélait que Mme Létourneau ainsi que six militants du Comité de l’alternative citoyenne, étaient aussi membres du « clan » local de La Meute sur la plateforme Facebook. Des liens confirmés par le porte-parole national de La Meute, Sylvain Brouillette.

Créé en 2015 par des vétérans des Forces armées canadiennes, La Meute est un groupe identitaire qui dit vouloir combattre l’implantation de l’islam radical au Québec.

Une autre membre du Comité de l’alternative citoyenne a confirmé par écrit au Devoir qu’elle était bien membre du clan 12 de La Meute et « fière de l’être ». « Nous n’avons aucune arme et voulons seulement être présents pour les projets qui ne sont pas toujours clairs avec les différents groupes musulmans », a-t-elle écrit. « Avec le CCIQ (Centre culturel islamique de Québec), il y a anguille sous roche. »

Selon Mme Létourneau, La Meute a rapidement manifesté de l’intérêt pour la controverse entourant le projet de cimetière mais elle dit avoir justement cherché à les tenir à l’écart. « Je leur ai demandé surtout de ne pas s’en mêler et ils m’ont écoutée. »

Par ailleurs, la porte-parole du groupe d’opposants ne veut pas dire ce qu’elle pense du groupe La Meute. Elle soutient vouloir surtout « échanger » et « créer de liens entre les groupes » et souligne qu’elle est aussi active dans une organisation musulmane, l’Association de la sépulture musulmane au Québec.

Sa présence sur la page Facebook du clan 12 de La Meute lui a même permis, dit-elle, de répliquer à des gens qui tenaient des propos trop agressifs. « J’ai l’impression de leur avoir apporté quelque chose », dit-elle.

« Il y avait beaucoup plus de membres avant [dans le clan 12]. Ils ont flushé un nombre considérable de membres parce qu’ils trouvaient que ces gens-là avaient des propos un petit peu trop agressifs dans certaines circonstances. »

Par ailleurs, des six membres du Comité de l’alternative citoyenne identifiés sur la page Facebook du clan 12, trois sont membres de la famille immédiate de Mme Létourneau dont son conjoint, sa mère et le conjoint de sa mère.

Sunny Létourneau signale enfin qu’elle a nécessairement des liens avec le porte-parole national de La Meute puisque ce dernier possède une compagnie de remorquage à Saint-Apollinaire dans le même domaine qu’elle (elle gère une entreprise de carrosserie).

Labeaume met en garde

Du côté de Québec, les révélations du Devoir à propos de La Meute ont vivement fait réagir le maire Régis Labeaume mardi. « C’est potentiellement dangereux ce genre de milice. C’est extrêmement toxique », a-t-il déclaré lors d’un point de presse devant différents médias de Québec.

« Moi, je n’accepte pas ça. Idéologiquement, ça me pue au nez des groupes comme ça. Si on veut combattre l’islamisme radical, il faut le faire dans les limites de la démocratie et du droit », a-t-il dit selon ce qu’a rapporté Le Soleil. « Je leur conseille de marcher très droit et de ne pas faire de coche mal taillée. Ils auront zéro marge de manoeuvre. »

Des propos salués par le premier ministre Philippe Couillard en après-midi. « Monsieur le maire Labeaume s’est exprimé très fortement d’ailleurs sur la participation de certains groupes au processus du référendum, j’apprécie qu’il l’ait fait. »

M. Couillard s’est en outre engagé à offrir une solution à l’impasse du projet de cimetière musulman de la mosquée de Québec. « Ce que je vois maintenant, c’est la nécessité pour notre gouvernement de nous impliquer pour trouver une solution », a-t-il soutenu. « Les gens ont le droit — franchement c’est fondamental — d’enterrer leurs morts. […] Ils ont besoin d’espace, d’une sécurité, d’avoir l’espace pour les prochaines années. »

Une dérogation impossible

Le maire de Saint-Apollinaire n’aurait pas pu obtenir de dérogation à la Loi pour élargir le territoire couvert par le référendum de dimanche, a indiqué mardi le ministère des Affaires municipales. Ces dernières semaines, des opposants au projet avaient reproché au maire Bernard Ouellet de ne pas l’avoir demandé au ministre des Affaires municipales comme le lui avait suggéré l’ex-ministre devenue animatrice Nathalie Normandeau lors d’une entrevue radio. Vérification faite, la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme ne prévoit pas de mécanisme de dérogation. Dès lors, la seule manière pour le ministre des Affaires municipales d’exaucer une telle demande aurait été de modifier la loi.
21 commentaires
  • Jacques-André Lambert - Abonné 19 juillet 2017 01 h 58

    Les mains sales

    Si les politiciens ne font pas leur boulot quant à l’intégration des immigrants, ils contribuent à entretenir la méfiance de la population.

    C’est eux-mêmes qui sont à la source de ces groupes de vigiles auto-proclamés.

    Le cimetière de St-Apollinaire était prévu pour les seuls fidèles du Centre culturel islamique de Québec? Or, on dénombre six mosquées à Québec et à Lévis. Pourquoi le CCIQ se dissocie-t-il des autres musulmans de la région?

    Pourtant, personne n’a exposé cette situation. Ni le maire Labeaume, ni le docteur Couillard.

    Mais quand la plèbe s’agite, on évoque la «raison supérieure». Haro sur le baudet!

    Heureusement, les Nordiques s’en viennent.

  • Claude Lépine - Inscrit 19 juillet 2017 07 h 31

    Démocratie...

    ... En démocratie, tous les discours peuvent être entendus: de droite, de centre ou de gauche... et dans l'isoloir, le votant fait son choix.

    • Sylvie Lapointe - Abonnée 19 juillet 2017 09 h 03

      C’est bien cela, en démocratie toutes les opinions et directions ont droit de citer. On est démocratique ou on ne l’est pas. La Meute s’est prononcée et a annoncé ses couleurs. Maintenant, attendons voir la meute de bien-pensants qui s’en vient au galop pour leur apprendre la Vertu. Mais il faut se dire que tout ça est correct. Autrement, ce serait la dictature, ce qui n’est pas particulièrement souhaitable.

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 19 juillet 2017 07 h 47

    La nécessité de respecter les personnes et les institutions démocratiques

    Nos autorités gouvernementales ont besoin d'un bouc émissaire et ils le retrouvent avec La Meute. À moins que cette organisation se soit livrée à de l'intimidation ou à de la violence, les personnes ayant droit de vote au référendum sont responsables de leur droit de s'abstenir, de voter ou encore de voter non: c'est aussi ça la démocratie. Comme nous tous, les autorités gouvernementales auraient dû voir venir, nous informer collectivement des enjeux en cause et nous assurer du respect du droit funéraire par les rites musulmans traditionnels. Elles auraient également pu prendre position et le cas échéant, aider la mosquée de Québec à se trouver ailleurs un autre lieu, les terres de la Couronne étant immenses au Québec. Elles n'ont rien fait et abandonné la municipalité de Ste-Apollinaire.

    Surtout pendant les vacances estivales, les autorités gouvernementales québécoises aiment contrôler leur agenda politique. «Leur nature revenant au galop», elles ont laissé faire ou «gelé», et ceci malgré les promesses de soutien formulées lors du terrible attentat terroriste religieux de Québec. Dans le contexte actuel, elles devaient aider la mosquée de Québec à bien orienter sa demande de telle façon qu'on puisse y satisfaire, et ceci dans le respect du droit. Elles devaient nous éclairer sur le respect du droit et la conformité des rites funéraires concernés. Au pire, quelques mots dans les semaines précédant le vote aurait suffi. Cela dit, la mosquée de Québec aurait également pu nous renseigner davantage sur les rites funéraires mulsulmans envisagés et leur conformité au droit québécois actuel.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 19 juillet 2017 08 h 02

    … la « Meute » !

    « C’est potentiellement dangereux ce genre de milice. C’est extrêmement toxique » ; « Moi, je n’accepte pas ça. Idéologiquement, ça me pue au nez des groupes comme ça. Si on veut combattre l’islamisme radical, il faut le faire dans les limites de la démocratie et du droit » (Régis Labeaume, Maire, Ville de Québec)

    De cette réaction, étouffée ou endiablée selon, on-dirait que ce « maire » donne l’impression d’imiter l’attitude des « Maurice-Duplessis » qui, de temps en temps ?, vouaient une haine non fondée et sans bornes sur les syndicats et, aussi, sur les Témoins de Jéhova, les communistes et les « bâtards » de l’époque !

    Ce genre d’attitude, pourtant déphasé, l’empêche de voir que, selon les propos de Mme Sunny Létourneau (« Je leur ai demandé surtout de ne pas s’en mêler et ils m’ont écoutée. »), la démocratie a été respectée par la-dite Meute !

    De plus, s’il souhaite lutter contre le « radicalisme islamiste », ce maire a intérêt à écouter ou le Québec ou …

    … la « Meute » ! - 19 juillet 2017 –

    Ps. : Sur ou concernant la volonté du premier ministre s’engageant à dénicher une « solution conviviale », voir cette référence ( http://www.ledevoir.com/politique/quebec/503700/ci ), notamment les réactions ! Merci !

  • Richard Olivier - Inscrit 19 juillet 2017 08 h 47

    La solution finale.

    M. Couillard s’est en outre engagé à offrir une solution à l’impasse du projet de cimetière musulman de la mosquée de Québec.
    « Ce que je vois maintenant, c’est la nécessité pour notre gouvernement de nous impliquer pour trouver une solution », a-t-il soutenu.

    « Les gens ont le droit — ......franchement c’est fondamental — ....d’enterrer leurs morts. […] Ils ont besoin d’espace, d’une sécurité, d’avoir l’espace pour les prochaines années. »

    Hé oui, M. Couillard...... L'endroit idéal...... sur les Plaines d'Abraham, chez vous à Québec....
    C`est grand en masse, car avec les musulmans qui entrent au Québec, ça va leur en prendre grand dans le futur... ^

    Pensez grand, M. Couillard