Philippe Couillard met la table pour les élections de 2018

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard
Photo: Parti libéral du Québec Facebook Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard

Il devait officiellement servir à faire le point sur le militantisme et l’implication citoyenne, mais le Conseil général spécial du Parti libéral du Québec (PLQ) aura plutôt permis cette fin de semaine de mettre la table pour la prochaine campagne électorale.

Plus de congés payés, plus de femmes parmi les candidats, une façon plus simple de s’impliquer au parti et ce rappel qu’« être Québécois, c’est notre façon d’être Canadiens » : à 16 mois des élections, le PLQ a dévoilé les grandes lignes du message qu’il devrait mettre de l’avant en 2018. Seuls les chiffres de son effectif, en chute libre, sont venus assombrir la journée. Résumé en cinq points.

Un recrutement difficile. L’effectif du PLQ est en baisse depuis « plusieurs mois » ; assez pour que son président, Gilbert Grimard, ait fait état de « chiffres très préoccupants ». « Il y a une baisse, mais on est en recrutement actuellement », a confirmé le premier ministre, Philippe Couillard. Cette diminution de l’effectif a commencé « il y a plusieurs mois », a-t-il ajouté. Selon la rumeur, le PLQ compte désormais 30 000 membres. Au micro, devant les militants, le whip Stéphane Billette a parlé d’une perte de 40 000 membres en 10 ans. Un rapport du président sortant de la Commission politique nationale du PLQ, Jérôme Turcotte, faisait état de 37 000 membres au 31 décembre 2015. Tout porte donc à croire que ce nombre a diminué. En comparaison, le Parti québécois (PQ) avance avoir 90 000 membres. Québec solidaire (QS) dit en compter environ 15 500 depuis l’entrée en scène de Gabriel Nadeau-Dubois. La Coalition avenir Québec (CAQ) recensait 11 500 membres en janvier.

Plus de vacances Le premier ministre est revenu à la charge avec sa proposition d’augmenter le nombre de congés payés pour les travailleurs québécois. Dans son allocution de clôture, il a révélé avoir rencontré les « associations patronales », qui se sont engagées à « travailler » à l’atteinte de cet objectif. « [Au départ], évidemment, elles ne sautaient pas de joie, je ne vous conterai pas d’histoires », a-t-il commencé. « Par contre, quand je leur ai expliqué : vous avez avantage à avoir des employés plus productifs, vous avez avantage à offrir ça pour retenir vos employés également, avec une pénurie de main-d’oeuvre qu’on connaît dans toutes les régions, ils ont dit : c’est vrai. » Philippe Couillard avait déjà évoqué la possibilité d’augmenter le nombre de congés payés dont bénéficient les Québécois la semaine dernière. La Loi québécoise sur les normes du travail prévoit actuellement une semaine de vacances pour un employé qui compte une année de service chez un employeur. Ce nombre passe à trois après cinq ans.

Plus de femmes Le chef du PLQ s’est aussi engagé samedi à faire avancer son parti, « le plus possible, dans la zone de parité » en présentant davantage de candidatures féminines aux élections de 2018. Il a demandé aux militants de s’engager avec lui à faire en sorte qu’au moins 40 % des candidats aux prochaines élections soient des femmes. Pas question, cependant, de désigner des candidates. « Déjà, je pense qu’on a de l’ambition en voulant augmenter, améliorer nos résultats », a-t-il affirmé. « On ne va pas demander à des députés de partir parce qu’ils sont des hommes. Il ne faut quand même pas exagérer non plus. » Au scrutin de 2014, 35 femmes se sont présentées sous la bannière du PLQ, ce qui équivaut à un ratio de 28 %. QS est le seul parti à présenter un nombre équivalent de candidatures masculines et féminines aux élections. Toujours en 2014, le PQ a présenté 37 % de candidatures féminines, tandis que la CAQ en a présenté 22 %.

Des « sympathisants ». Le Conseil général spécial aura permis au PLQ de paver la voie à la création d’une nouvelle catégorie de membres : les « sympathisants ». Ce nouveau statut serait en somme moins contraignant que celui de membre : les sympathisants en profiteraient gratuitement, pendant un an. Ils auraient « accès aux communications du PLQ, comme les membres du parti », et pourraient participer aux événements militants, « sans toutefois jouir des droits réservés aux délégués ».

Un ministre en exil. Deux jours après le dévoilement de la Politique d’affirmation du Québec du PLQ, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a dit estimer que les Québécois « sont en exil » au sein du Canada, parce qu’ils ne font « pas partie » de la Constitution. « Sur le plan constitutionnel et sur le plan du sentiment d’appartenance des citoyens, et particulièrement des citoyens francophones et québécois au Canada, bien sûr qu’on se sent exilés à l’intérieur du Canada, parce qu’on n’en fait pas partie [de la Constitution] », a-t-il lancé. Il reprenait le mot « exil » mis de l’avant par le politologue Guy Laforest, lui-même cité dans le document présenté jeudi par les libéraux. « Il y a un impair historique », a fait valoir le ministre Barrette, en qualifiant de malheureuse la réaction du premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a fermé la porte à des discussions constitutionnelles avant même d’avoir pris connaissance du projet du gouvernement Couillard. « Ça me fait me poser la question : est-ce que, pour le premier ministre du Canada, la Constitution elle-même a une importance ? » a-t-il demandé. « Est-ce que le Québec est simplement une influence au Canada ? Ou est-ce que le Québec est un des piliers incontournables du Canada ? »

12 commentaires
  • Jean-François - Abonné 5 juin 2017 00 h 33

    Membres en baisse?

    Fausse inquétiude pour le PLQ, mais plutot un soulagement;

    Moins d'idées = plus de votes

    La continuité sans tracas, le long fleuve tranquille...

    Pourquoi changer la recette?

    La médiocrité est très bon vendeur ces temps-ci;suffit de regarder au sud de la frontière.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 5 juin 2017 03 h 30

    … ?!? …

    « Le Conseil général spécial aura permis au PLQ de paver la voie à la création d’une nouvelle catégorie de membres : les « sympathisants ». » (Marie-Michèle Sioui, Le Devoir)

    De cette création, audacieuse et originale, espérons que son membership soit en mesure d’inspirer tout autant les exilés de l’exil que les quêteux d’affirmation !

    Être québécois, c’est …

    … ?!? … - 5 juin 2017 -

  • Yves Côté - Abonné 5 juin 2017 05 h 13

    L'électeur et la dinde...

    Pourquoi donc le Parti libéral sous les commandes de Philippe Couillard se met-il à table maintenant ?, demande l'électeur curieux.
    "Mais pour manger encore et toujours plus du Québécois, maintenant que les Canayens ont tous été avalés !", répond l'électeur perspicace...

    Ne nous berçons pas d'illusions et commençons déjà à réfléchir sur les cadeaux de Noël que nous offrirons à nos familles et amis cette année. L'idée serait d'en profiter pour leur donner à comprendre un peu mieux ce qui se jouera pour notre collectivité après les résolutions du Jour de l'An... DVD, livres, conférences, etc.
    Autrement, arrêtons de nous raconter des histoires de bonnes fées et préparons-nous à être les vraies dindes qui se feront découpées...
    Après tout, même en se croyant être un coq, dans la basse-cour du Canada nous ne serons jamais rien d'autre en valeur que les coq-d'Indes francophiles du Québec.

    Tourlou !

  • Marc Tremblay - Abonné 5 juin 2017 05 h 58

    À saveur prté-électorale?

    Il me semble qu'il est un peu tôt pour qu'on soit en période pré-électorale car l'élection n'a lieu que dans 16 mois.
    à Moins que Couillard songe à déclencher des élections anticipées; pourtant il a récemment dit qu'il n'y pensait pas.

  • Jean Lapointe - Abonné 5 juin 2017 07 h 50

    C'est une mission impossible d'après moi et donc à rejeter.

    « Sur le plan constitutionnel et sur le plan du sentiment d’appartenance des citoyens, et particulièrement des citoyens francophones et québécois au Canada, bien sûr qu’on se sent exilés à l’intérieur du Canada, parce qu’on n’en fait pas partie [de la Constitution] », a-t-il (Philippe Couillard) lancé

    Et malgré tout, tout ce qu' il entend faire avec sa nouvelle politique c'est de montrer et faire valoir de plus en plus ce qu'il considère comme positif pour nous du fait que nous faisons partie du Canada.

    Il espère même plus, si je l'ai bien compris, il prétend que les Québécois pourraient en arriver à convaincre le reste du Canada de revoir quelques aspects de la constitution pour qu' ils puissent être contents et satisfaits d'en faire partie.

    En d'autres mots, si je l'ai bien compris, ils nous invitent à nous engager à sauver le Canada pour en faire un pays modèle au lieu d'en sortir. Ils nous invite à nous donner une grande mission.

    Est-ce bien réaliste? Pas dutout à mon avis et cela pour plusieurs raisons. C' est une mission impossible et je doute forts que les Québécois soient nombreux à s'y engager, surtout avec eux.La seule issue c'est l'indépendance du Québec.

    La raison principale est que le Canada anglais veut rien savoir de son plan. Pour eux le problème est réglé depuis 1982.

    Ce seront aux Québéquois de faire un choix lors des prochaines élections.

    J'espère qu'ils ne seront pas trop nombreux à se laisser enfirouaper et qu'ils vont plutôt choisir de construire leur propre pays. Ce serait là une mission autrement plus emballante.