Pour Manon Massé, «le Parti québécois n’est pas raciste»

Le parti de Jean-François Lisée doit se livrer à une véritable <em>« introspection »</em>, selon Manon Massé.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir Le parti de Jean-François Lisée doit se livrer à une véritable « introspection », selon Manon Massé.

Manon Massé refuse de se dissocier de propos tenus par des sympathisants solidaires qui ont accusé, lors du dernier congrès, le Parti québécois d’avoir sombré dans la xénophobie et le racisme.

« Pour moi, Manon Massé, le Parti québécois n’est pas raciste. C’est clair », a déclaré sans détour la porte-parole de Québec solidaire lors d’un point de presse mardi avant-midi. Elle a cependant refusé de larguer les participants du dernier congrès de QS qui ont, à l’instar de la membre du comité antiraciste Dalila Awada, durement égratigné le PQ. « Pour les communautés racisées au Québec, l’ennemi est double. Il s’incarne à la fois dans le néolibéralisme et dans le racisme. Le Parti québécois, aujourd’hui, porte en lui ces deux bêtes », avait déclaré Mme Awada devant un parterre de quelques centaines de délégués de QS débattant d’éventuelles alliances stratégiques avec le PQ à l’UQAM les 19, 20, 21 et 22 mai derniers.

« Je crois profondément qu’il y a des gens qui ont la peau noire, qu’il y a des gens qui portent un hidjab qui sont et qui ont été discriminés, et ils et elles associent ça à, disons, l’atmosphère qu’a laissé planer au Québec la charte des valeurs [qui était] discriminatoire pour eux autres. Alors, ce que je vous dis c’est : pour moi, que quelqu’un qui vit une situation nomme les choses telles qu’il les vit, je peux comprendre. Je ne suis pas pour dire: “Tu as tort” », a fait valoir Mme Massé à la presse. Le parti de Jean-François Lisée doit se livrer à une véritable « introspection », selon elle. « Ceci étant dit, il n’y a personne qui est venu au micro pour dire : il faut mettre à mort le PQ. Aïe, ça, c’est des propos haineux. C’est une autre chose, ça », a-t-elle poursuivi. À ses yeux, le PQ doit « assumer [sa part de] responsabilités » de l’instauration d’un climat délétère au Québec par le projet de charte des valeurs québécoises il y a quatre ans.

« Insulte » à tous les Québécois

L’exécutif du PQ s’indigne que des « propos […] inadmissibles [tenus lors du congrès de QS] n’aient pas fait l’objet de rappels à l’ordre de la part des modérateurs ». Dans une lettre, le président du PQ, Raymond Archambault, a sommé lundi le comité de coordination de QS de « se dissocie[r] fermement et publiquement de ces accusations mensongères ».

« Tout le monde a pu comprendre que Québec solidaire avalisait ce genre de propos. Ce que ça voulait dire, c’est que tous ceux qui au Québec pensent qu’il faut faire des pas en avant pour la laïcité, baliser les accommodements religieux, interdire les signes religieux pour certaines catégories de personnel, tous ces gens-là, selon Québec solidaire, sont xénophobes et racistes. Alors c’est une insulte qui a été ressentie par les 90 000 membres du Parti québécois et par l’immense majorité des Québécois qui sont d’accord avec les mesures qu’on propose », a affirmé le chef péquiste, Jean-François Lisée, dans une mêlée de presse mardi.

En retrait, le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec, François Bonnardel, a tourné en dérision cette « chicane interne entre les souverainistes ». « Les souverainistes se parlent entre eux, se demandent des excuses l’un et l’autre. Les Québécois, eux, se disent : il faut faire avancer l’économie du Québec ; ça nous prend un médecin de famille… », a-t-il dit, sourire en coin. « Le Parti québécois n’est pas raciste, mais [sous la gouverne de M. Lisée] il est difficile à suivre », a-t-il conclu.

24 commentaires
  • Luc Archambault - Abonné 30 mai 2017 14 h 35

    La Charte des valeurs et droits collectifs des Québécois,es

    La Charte des valeurs était discriminatoire pour les québécois,es de race noire !? Vraiment !? En quoi ?

    En quoi la Charte des valeurs était discriminatoire envers les religions en refusant le port des signes religieux célébrant par exemple la ségrégation sexuelle abrahamique islamiste, juive et chrétienne ?

    En quoi c'est progressiste de valider la célébration de la ségrégation sexuelle ? Soyons sérieux madame Massé... dire n'importe quoi et son contraire ne vous sera d'aucun secours.

  • Gilles Bonin - Inscrit 30 mai 2017 14 h 49

    Souverainiste QS?

    Cela a commencé par Nadeau-Dubois qui a dit que ceux et celles qui avaient gouverné le Québec lors des 30 dernières années étaient des traitres. Où sont les excuses?

    Dalila Awada, aux relations qui pourraient être douteuses, a traité le PQ, ses membres et ses électrices et électeurs de racistes. Où sont les excuses?

    Mon idée est faite maintenant et pour toujours. QS n'est pas souverainiste. Il emploie ce mot pour tenter d'attirer des membres du PQ dans le but très évident de détruire ce parti.

    Madame Massé qui fait partie de la communauté LGBTQ2 etc....semble oublier que toutes les lois qui ont donné des droits à cette communauté, ont été votées par des gouvernements du Parti québécois sous l'impulsion de son plus illustre prédécesseur André Boulerice, député de Sainte-Marie-Saint-Jacques durant 20 ans(1985-20050. Pas mal pour un "traitre" et un "raciste"! Ce dernier a eu comme Ministre de l'Immigration une présence assidue et amicale auprès des Communautés culturelles. Où était-elle durant ces dernières trois années?

    Madame Massé devrait revenir à une position plus seraine car elle semble oublier qu'elle n'a été élue que par 97 voix lors de l'élection de 2014. Si elle et ceux qui l'entourent veulent adopter des propos à la Mélanchon, elle et ils en subiront les conséquences. Les Québécoises et les Québécois, quoique divisés, ne sont pas des valises sans poignée.

  • Jeannine Laporte - Abonnée 30 mai 2017 14 h 55

    Micro pour les femmes, micro pour les hommes

    Québec solidaire est sexiste.
    Bientôt les femmes seront-elles au balcon?

    Et, je le répète, n'est pas un parti indépendantiste.

    • Pierre Jobin - Abonné 31 mai 2017 22 h 23

      Effectivement, il y a un micro pour les hommes et un pour les femmes et les interventions se font en alternance aux deux micro afin de s'assurer que les hommes ne monopolisent pas la parole. Avant de critiquer, il faudrait peut-être vous informer de façon un peu plus complète. Certaines associations étudiantes utilisent également ce procéder pour la même raison : éviter que les hommes monopolisent la parole dans les assemblées.

  • Cécile Comeau - Inscrite 30 mai 2017 14 h 59

    J'ai l'habitude...

    J'ai l'habitude de me faire traiter de raciste. Depuis 1977, année de la Loi 101. Quelle honte que de vouloir parler sa langue et de dire au monde entier que le français est la langue du peuple au Québec ! Une chance pour Massé, sans cela il ne resterait plus beaucoup de locuteurs francophones dans son comté de Montréal.

  • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 30 mai 2017 15 h 37

    Non le P.Q. n'est pas raciste et xénophobe.

    Ce qui me fascine dans ce débat, c'est que les vérités scientifiques ne semblent pas compter. La science est à la recherche de la vérité, cette vérité est universelle et démontrable en tout temps et pour tous les humains.

    Pour ce qui est des religions, ce sont de pures croyances issues de l'âge de pierre. Au XXI ième siècle il est anachronique de croire à la création du monde telle qu'expliquée dans la Torah, croire que Jésus de Nazareth n'est pas né de la rencontre d'un ovule et d'un spermatozoïde, qu'il a ressuscité, qu'un ange nommé Gabriel était en contact avec un dieu et a dicté à Mahomet des idées du Coran.

    « Je crois profondément qu’il y a des gens qui ont la peau noire, qu’il y a des gens qui porte un hidjab qui sont et qui ont été discriminés et ils et elles associent ça...
    ( Manon Massé )

    Croire qu'il y a des noirs, en partant c'est un fait, et la biologie peut même en donner les origines. Croire que porter un hidjab va plaire à Mahomet, à l'imam et à son mari n'est pas un fait démontrable, ça relève d'une croyance aveugle, non fondée.

    On ne peut renier la biologie des races, ou se moquer des races, ça ce serait du racisme. Mais on peut remettre en question les vérités des islamistes ( sans violence ça va de soi ), ce n'est pas de la xénophobie, mais du scepticisme sain.

    Je n'ai pas de problèmes à ce que Dalila Awada se promène en public avec n'importe quel accoutrement religieux, comme je n'ai pas de problèmes de voir des journaux publier une chronique d'astrologie.

    Par contre lorsqu'on refuse d'être d'accord avec une charte sur la laïcité faisant la promotion de ces valeurs universelles, en traitant de ''racistes'' et de ''xénophobes'' ceux qui désirent une telle charte, ça c'est très malsain et dangeureux.

    En passant, les valeurs universelles de morale et d'éthique n'appartiennent pas du tout aux religions. Celles-ci s'en servent ( amour, charité, etc ) à l'occasion, comme un athée ou un agnostique, point.

    Pour moi, ce sont les

    • Brigitte Garneau - Abonnée 30 mai 2017 18 h 40

      Je suis entièrement d'accord avec vous Monsieur Maillot. Il est PRIMORDIAL de faire la différence entre objectivité (se baser sur des FAITS) et la subjectivité (opinion basée sur des CROYANCES ou des convictions personnelles).Merci.

    • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 30 mai 2017 22 h 09

      Et c'est ça que je trouve dommage avec Q.S., fait croire aux immigrants que le Québec est une terre où toutes les démonstrations religieuses sont permises et admirées. Parader ses croyances et ses illusions.

      Nous avons progressé quand le P.Q. à déconfessionnalisé nos écoles. Fini la division selon la religion.

      Maintenant Q.S. laisse croire aux parents croyants que le Québec est une terre où tout est permis, ils vont faire porter à leur garçon la kippa juive, le kirpan sikh et les jeunes filles musulmanes le hidjab pour aller à l'école primaire. Et il y a bien d'autres groupes religieux et sectes qui vont se manifester.

      Ça va créer des divisions par groupes religieux. Pauvres petits, ils s'en foutent bien de la religion. Par contre ils vont devenir les porte-drapeau des convictions archaïques de leurs parents. Des divisions en classe et à l'école à nouveau, bien triste perspective.

      Et on pourrait poursuivre les exemples avec les juges, les procureurs, les policiers, les professeurs, le personnel hospitalier, etc, etc.

    • Pierre Jobin - Abonné 31 mai 2017 22 h 28

      Et si le Québec était un état de droit respectueux des droits et liberté de la personne, par exemple article 18 de la déclaration universelle : Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

      Ou de sa propre charte des droits et liberté de la personne : Article 10 : 10. Toute personne a droit à la reconnaissance et à l’exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, l’identité ou l’expression de genre, la grossesse, l’orientation sexuelle, l’état civil, l’âge sauf dans la mesure prévue par la loi, la religion, les convictions politiques, la langue, l’origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l’utilisation d’un moyen pour pallier ce handicap.

      Il y a discrimination lorsqu’une telle distinction, exclusion ou préférence a pour effet de détruire ou de compromettre ce droit.