Lisée s’en prend à Québec solidaire

Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée

Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, s’en est pris mardi à Québec solidaire (QS), un parti qui a, selon lui, « refusé de mettre le bien commun au-dessus de son intérêt partisan ».

« Québec solidaire a pris la décision de s’isoler, a pris la décision de l’intransigeance », a déploré le chef péquiste à son entrée d’un caucus extraordinaire qui ramène tous les élus du PQ à l’Assemblée nationale en pleine semaine de relâche.

M. Lisée a évité de répondre aux questions concernant son leadership, mis à mal par la décision des membres de QS, qui ont choisi au cours de la fin de semaine de rejeter des alliances stratégiques avec le PQ.

« C’est une étape. Nous devions passer cette étape. Ensuite, que sera le résultat final ? Nous le verrons le soir de l’élection », s’est-il limité à dire.

Un sondage Léger réalisé pour le compte du Devoir et du Journal de Montréal révélait samedi que 87 % des électeurs solidaires étaient favorables à la conclusion d’une alliance entre le PQ et QS. « Québec solidaire, son congrès, a essentiellement tourné le dos à 9 électeurs solidaires sur 10, a réagi M. Lisée. Nous, on a fait ce qu’on devait faire, on a entamé la démarche de bonne foi, on a posé des gestes. »

22 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 23 mai 2017 14 h 05

    Que va faire Lisée avec 23% des intentions de vote?

    Au lieu de blâmer Québec Solidaire M. Lisée..

    En plus de votre "Charte des Horreurs"...

    - Parlez-nous donc des coupures à l'aide sociale du PQ et de ses budgets d'austérité identiques au Parti libéral? De l'appui du PQ au passage du pipeline pétrole albertain d'Endbridge? Du 800 millions péquiste pour le Plan Nord de Charest? Du 115 millions à Pétrolia pour développer le gaz de schiste à Anticosti? Des 400 millions pour l'éléphant blanc de l'Amphithéâtre Vidéotron de Québec pour PKP en déficit de 5 millions par année? Du rejet du référendum durant 28 ans en 2022?

    Pas difficile de comprendre que Québec Solidaire ne veut s'associer ni de près ni de loin avec ça.!

    La vraie question qui se pose maintenant c'est surtout:

    - Que va faire Lisée avec 23% des intentions de vote pour le PQ et sa stratégie ratée??

    Les péquistes vont-ils choisir de changer ce chef incapable de combattre Couillard comme du monde?

    Après Marois, PKP et Lisée..

    ..y'ont pas encore essayé Céline Dion.

    Christian Montmarquette

    • Hermel Cyr - Abonné 24 mai 2017 07 h 45

      Vous avez raison... peut-être lundi, dans Gouin, les péquistes voteront-ils en masse pour Dion ... Vanessa, la candidate ON.

  • Raynald Rouette - Inscrit 23 mai 2017 14 h 18

    QS a t-il déjà été de bonne foi?


    À l'évidence, la réponse est non!

    Pierre Vadeboncoeur avait raison en 2006, de dénoncer l'arrivée de QS dans l'échiqier politique du Québec.

    Il faut lire et publier à grand tirage, son texte intitulé «DÉRAPAGES» paru dans l'Action nationale, mai 2006. Il a vu clair dans le jeu de QS et Françoise David.

    Son texte est d'une grande clarté et d'actualité plus que jamais!

  • Bernard McCann - Abonné 23 mai 2017 14 h 32

    Une interprétation erronée du sondage

    Il est faux de prétendre que 87% des électeurs de QS étaient favorables à une alliance. En fait, quelques 62% des électeurs de QS trouvaient bonne l'idée d'une alliance, mais on ne peut préciser avec lequel des partis (PQ ou Option nationale).
    Puis, 87% des électeurs décidés auraient quand même voter pour une alliance s'il y avait une entente entre les deux partis (le sondeur semble avoir répartis les indécis et les non-réponses). Étaient-ils nombreux ? Et encore faut-il qu'il ait une entente!

  • Richard Lépine - Abonné 23 mai 2017 14 h 39

    On se calme, s'il-vous-plaît.

    En fait ce que Qs a refusé c'est d'entrer dans la cage à homard de ce monsieur Lisée.

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 23 mai 2017 15 h 21

    Savoir dépasser les humeurs du moment...

    M. Lisée est assez intelligent pour se douter que la prise de position de Québec Solidaire pourrait changer au cours des prochains mois et que toute accusation ou critique de sa part n'avance rien. Le temps risquant de manquer, le Parti Québécois doit revenir à la charge et faire de nouvelles propositions à Québec Solidaire, incitant ainsi ses dirigeants à consulter à nouveau leurs membres. Les négociations doivent aboutir.

    • Jacques Patenaude - Abonné 23 mai 2017 20 h 33

      Ce qu'il reste à faire à Lisée c'est de respirer par le nez et de proposer un programme cohérent qui fédérera assez d'électeurs pour qu'il soit élus seul ou en coalition. Surtout pour cela il lui faudra montrer qu'il est capable de cohérence politique ce dans quoi il ne s'avère pas un champion pour le moment.