La loi 101 a transformé les communautés anglophones

Martine Letarte Collaboration spéciale
Le monument Camille-Laurin rend hommage au père de la Charte de la langue française en rappelant la contribution du docteur au rayonnement du français au Québec.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le monument Camille-Laurin rend hommage au père de la Charte de la langue française en rappelant la contribution du docteur au rayonnement du français au Québec.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Adoptée il y a 40 ans, la Charte de la langue française, communément appelée loi 101, a transformé les communautés québécoises d’expression anglaise. Les différents volets juridique, éducationnel et identitaire de ces changements feront l’objet d’un colloque au congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (Acfas), les 10 et 11 mai.

« La loi 101 est un sujet très complexe, très important, mais aussi très sensible, et nous voulions faire le bilan des transformations des communautés québécoises d’expression anglaise en 40 ans », explique Lorraine O’Donnell, l’une des responsables du colloque et coordonnatrice-chercheuse au Réseau de recherche sur les communautés québécoises d’expression anglaise à l’Université Concordia.

Pour présenter des points de vue équilibrés, le comité de programmation a réuni des intervenants des trois universités anglophones du Québec, soit McGill, Concordia et Bishop’s, de même que du Collège Dawson, mais également de l’Université Laval, de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et de l’Université de Moncton.

D’anglophones à Anglo-Québécois

Pour Cheryl Gosselin, professeure de sociologie à l’Université Bishop’s, il ne fait aucun doute qu’on est passé de communautés anglophones à anglo-québécoises dans la province depuis 40 ans.

« Après l’adoption de la loi 101, on est devenus une minorité, mais plus les années passaient, plus les anglophones devenaient à l’aise avec eux-mêmes, et ce statut a perdu son sens », affirme Cheryl Gosselin, également membre du conseil d’administration de l’Association des Townshippers, un organisme créé en 1979 pour soutenir la communauté d’expression anglaise des Cantons-de-l’Est.

D’ailleurs, la chercheuse a constaté que les organismes communautaires ont grandement contribué à cette évolution. Elle cite en exemple Literacy in Action, qui, en plus de travailler à améliorer les compétences de lecture et d’écriture, développe maintenant des projets structurants pour toute la communauté de Lennoxville.

De plus, si les anglophones ne sont pas aussi nombreux qu’avant, Cheryl Gosselin remarque qu’ils sont aujourd’hui pratiquement tous bilingues.

« Nous habitons ici, travaillons ici, avons des rapports avec les francophones et, malgré les distinctions, nous sommes tous des Québécois et des Québécoises », affirme-t-elle.

Les francophones et les Anglo-Québécois se marient entre eux, observe-t-elle, et tous se retrouvent ensemble aux parties de soccer des enfants. « Et dans les estrades, tout le monde parle franglais ! » s’exclame-t-elle.

Perspective juridique

La Charte de la langue française est venue décréter le français comme langue officielle de l’État et des tribunaux de la province, ainsi que la langue normale et habituelle au travail. Elle limite également l’accès aux écoles de langue anglaise et interdit l’usage de l’anglais sur l’affichage commercial. Une loi qui comporte plusieurs grands défis d’interprétation.

Le volet juridique sera donc très présent dans le colloque. L’avocat Michael Bergman parlera de l’interprétation de la Loi et de l’application des concepts opposés de droits collectifs et de libertés individuelles.

De son côté, Frédéric Bérard, chargé de cours à l’Université de Montréal et codirecteur de l’Observatoire national en matière de droits linguistiques, se concentrera sur l’arrêt Ford. Controversée, cette décision est venue invalider une partie de la Charte de la langue française qui imposait l’exclusivité du français en matière d’affichage commercial.

Pour sa part, Éric Poirier, doctorant à l’Université de Sherbrooke et à l’Université de Bordeaux, mettra l’accent sur de nombreuses causes venues remettre en question l’interprétation judiciaire de la Charte. Il vient d’ailleurs de publier le livre La Charte de la langue française : ce qu’il reste de la loi 101 quarante ans après son adoption.

Lorsque le milieu scolaire innove

Le colloque abordera aussi la question de l’éducation alors que le secteur scolaire anglophone s’est adapté à la réalité politique, sociale et linguistique.

Brian Rock, de la Fédération québécoise des associations foyers-écoles, présentera le rôle qu’ont joué les parents bénévoles en matière de législation linguistique depuis la loi 101.

De son côté, Patricia Lamarre, professeure à la Faculté des sciences de l’éducation à l’Université de Montréal, abordera l’évolution du système scolaire anglophone, ses innovations comme l’immersion française, ainsi que ses défis.

Alors qu’il y a moins d’écoles anglaises qu’avant, Cheryl Gosselin constate que celles qui restent doivent leur survie en partie aux enfants francophones dont un parent a fréquenté l’école anglaise et qui voient la valeur du bilinguisme.

« Le mélange des communautés se poursuit », affirme celle qui remarque d’ailleurs un nombre grandissant d’étudiants francophones à Bishop’s qui souhaitent améliorer leurs compétences en anglais afin de s’ouvrir plus de portes à l’étranger.

« Sans jamais oublier toutefois qu’ils sont des francophones nés au Québec », affirme-t-elle.

La richesse de la diversité

Si les communautés québécoises d’expression anglaise ont beaucoup évolué, Cheryl Gosselin est aussi d’avis que le travail doit se poursuivre.

« Aujourd’hui, c’est une chose et demain, c’est autre chose », affirme la chercheuse, qui s’intéresse maintenant aux immigrants qui viennent s’installer à Sherbrooke.

« Certains comprennent mieux l’anglais que le français, alors les communautés anglo-québécoises sont bien placées pour les aider à s’intégrer au Québec », affirme-t-elle.

La sociologue est d’avis que le Québec est de plus en plus une société mondialisée, à l’aise avec la diversité. Et elle s’en réjouit.

« Je souhaite que les francophones et les Anglo-Québécois vivent ensemble, en paix, en réalisant la richesse d’avoir autour d’eux des gens de différentes communautés, dans une province ouverte à tous. »


Événement d’ouverture grand public

La veille de l’ouverture du colloque, un événement gratuit pour le grand public réunira plusieurs personnalités pour discuter de l’impact de la loi 101 sur la minorité anglophone. On pourra entendre notamment Julius Grey, avocat très actif dans les questions des droits et libertés de la personne, et Guy Lachapelle, professeur de sciences politiques de l’Université Concordia. On peut s’inscrire à l’adresse : www.quescren.ca
1 commentaire
  • Micheline Dionne - Inscrite 6 mai 2017 09 h 31

    On doit espérer...

    Mon rêve pour les enfants du monde serait réalisable pour nos petits et pour ceux qui nous viennent d'ailleurs: qu'ils maîtrisent tous trois langues à l'écrit et à l'oral à l'âge de 18 ans.