Sam Hamad part la tête haute

Le député Sam Hamad a affirmé que son départ n'était pas lié aux révélations qui éclaboussent le Parti libéral.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le député Sam Hamad a affirmé que son départ n'était pas lié aux révélations qui éclaboussent le Parti libéral.

Pas de regrets, mais beaucoup de larmes pour le vétéran libéral Sam Hamad, qui a annoncé lundi son départ de la vie politique, à laquelle il aura consacré 14 années.

« Je rentre à la maison », a-t-il lancé à sa famille, au terme d’une conférence de presse entrecoupée de sanglots.

L’homme de 58 ans a dit prendre une décision « mûrement réfléchie », qui n’a rien à voir avec le tumulte qui affecte le Parti libéral du Québec (PLQ) ces derniers jours.

Il n’a pas nié les rumeurs voulant qu’il soit resté amer quant à la décision de Philippe Couillard de l’écarter du Conseil des ministres. « On est des êtres humains. Ceux qui pensent avoir des carapaces : on n’a pas de carapace. On est fiers », a-t-il dit, avant d’ajouter qu’il est néanmoins très satisfait de son bilan.

Élu pour la première fois en 2003 dans Louis-Hébert, dans la ville de Québec, Sam Hamad a accédé au poste de ministre des Ressources naturelles deux ans plus tard. En 14 ans, il a dirigé sept ministères.

« J’ai fait le tour du jardin, a-t-il estimé. Aujourd’hui, je reprends mes droits sur ma vie. »

Originaire de Syrie, le politicien a rappelé qu’il était arrivé au Québec, à 18 ans, « avec deux valises », sans manteau d’hiver. Il s’est félicité du chemin qu’il a parcouru, disant partir « la tête haute ».

Le premier ministre a aussi louangé son parcours. « Pour redonner à une société qui lui a apporté beaucoup, il a choisi de servir le Québec à titre de député et ministre. Il a occupé des fonctions importantes, a contribué à la réalisation de plusieurs grands projets et de nombreuses réformes », a souligné Philippe Couillard.

Aujourd'hui, je reprends mes droits sur ma vie

Tristesse chez les collègues

Sam Hamad a annoncé sa démission à ses collègues libéraux pendant le caucus, en matinée. À la sortie, le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, cachait mal ses émotions. « Je pense que c’est triste de voir partir M. Hamad, c’est quelqu’un qui a voué une grande partie de sa vie au service public, je pense qu’on doit le remercier pour ça », a-t-il suggéré.

La ministre de l’Immigration, Kathleen Weil, a aussi souligné le travail de son confrère. « C’est un homme extraordinaire, je l’ai vu en politique. […] J’étais pleine d’admiration pour Sam, un ami, quelqu’un qui est arrivé comme immigrant, qui s’est bien intégré. »

Voyez la ministre Kathleen Weil réagir à la démission de Sam Hamad.

 
 

Les années politiques de Sam Hamad ne se sont pas déroulées sans heurts. En septembre 2011, le premier ministre Jean Charest lui a retiré le portefeuille des Transports, quelques semaines après une gestion difficile des questions entourant la chute d’un paralume dans le tunnel Ville-Marie, à Montréal.

Le 7 avril 2016, il a renoncé à ses fonctions de président du Conseil du trésor, estimant être devenu une « distraction » pour le gouvernement en raison d’un reportage l’ayant placé dans l’embarras.

Le même reportage a mené à un rapport du commissaire à l’éthique qui a malmené l’élu, car il y a conclu que l’élu avait bafoué les règles de base du code d’éthique des parlementaires en menant une intervention visant à favoriser l’octroi d’une subvention à l’entreprise Premier Tech.

Le commissaire, qui n’a cependant pas blâmé Sam Hamad, a noté que son déjeuner avec l’ex-collecteur de fonds du Parti libéral du Québec Marc-Yvan Côté « semble avoir été le point de départ » de l’augmentation de la subvention accordée à Premier Tech, dont les intérêts étaient représentés par M. Côté.

19 commentaires
  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 27 avril 2017 10 h 44

    Il a compris.

    Mieux vaut tard que jamais,mieux que ses deux chefs et l'ami du premier des deux
    et le deuxieme qui ne comprendra jamais.

  • Daniel Vézina - Abonné 27 avril 2017 11 h 22

    En vl'a une qui sort du panier...

    ... reste le parti, à sortir du Québec, pour enfin respirer un peu (je dis bien un peu) plus "pur" ici...

  • Michel Thériault - Inscrit 27 avril 2017 11 h 36

    Yé !

    YÉ !

    Michel A. Thériault

  • Serge Morin - Inscrit 27 avril 2017 12 h 33

    Quelle ironie: "pour le dernier droit de ma carrière "

    • André Joyal - Inscrit 27 avril 2017 13 h 00

      Oui, dernier droit; elle est bonne ;-)

  • Colette Pagé - Inscrite 27 avril 2017 13 h 31

    Sage décision !

    Étant donné qu'il a compris qu'il ne ferait pas partie du prochain remaniement il a décidé de travailler dans le privé.
    Le PM vient de perdre un ami !

    • Daniel Vézina - Abonné 27 avril 2017 14 h 49

      Au contraire, le privé "est" l'ami du PLQ. :)