Place à la relève syndicale

Takwa Souissi Collaboration spéciale
Les jeunes femmes mènent de front plusieurs combats, dans la société en général et dans le milieu syndical en particulier.
Photo: iStock Les jeunes femmes mènent de front plusieurs combats, dans la société en général et dans le milieu syndical en particulier.

Ce texte fait partie du cahier spécial Syndicalisme

Le monde syndical a parfois la réputation d’être assiégé par des fonctionnaires d’un certain âge prônant le statu quo. Pourtant, le milieu déborde de vie. Plus encore : la relève rêve grand.

Jean-François Sylvestre, président de la région Montréal-Laval pour le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), le confirme. Dans sa région, c’est environ 40 % des membres qui font partie de la nouvelle génération. Avec le roulement et les massifs départs à la retraite, le paysage se transforme grandement. Du côté des bénévoles seulement, l’équipe a changé à 80 % dans les dernières années. Il y a également la classe des étudiants ou récents diplômés, saisonniers ou à temps partiel par exemple. « On n’en parle pas beaucoup. La relève syndicale, dit-il, ce n’est peut-être pas au goût du jour, mais il y en a plein ! » S’il est évident qu’il s’agit là d’une bonne nouvelle, la réalité amène également son lot de défis. « Ça fait beaucoup de formations, des équipes un peu moins autonomes. Et puis, ce n’est pas la même fibre syndicale. C’est un ajustement pour tous », explique Jean-François Sylvestre.

Revendicateurs nouveaux

 

Ce qui l’impressionne, c’est justement cette nouvelle fibre, cette vision à la fois idéaliste et réaliste que les jeunes amènent. Une chose est sûre, ils sont plus revendicateurs, à la limite de l’impatience. Ils trouvent les processus très lents et souhaitent plus de démocratie directe. « La nouvelle génération, celle qui était dans les associations étudiantes ou qui a touché au Printemps érable, pense beaucoup à la collectivité. Plus que notre génération, en tout cas ! » admet celui qui observe la tendance depuis déjà quelque temps. Un exemple concret de leur vision plus solidaire ? Le rejet en bloc du maraudage. Pour la relève, le maraudage est l’ennemi à abattre. Selon eux, l’énergie devrait être mise à aller syndiquer des gens non syndiqués, et éviter complètement le maraudage syndical. « Les jeunes sont plus prêts que les gens peuvent penser. Beaucoup sont déjà investis en politique municipale ou régionale. Et ne leur demandez pas de rester assis deux heures à écouter quelqu’un parler ! » continue celui qui travaille de près avec la relève.

Pour les Y, les revendications aux couleurs des années 1980 ne sont pas suffisantes. C’est un retour aux transformations plus profondes, façon 1960, qui les allume. Plus précisément, les jeunes semblent ne pas vouloir se contenter de signer une convention collective qui protège leurs acquis, par exemple. « Oui, le salaire c’est quelque chose, mais pour eux, la conciliation travail-famille et les horaires variables sont des incontournables », remarque Jean-François Sylvestre.

Ce constat, il n’est pas le seul à le faire. Partout où ils passent, les Y se sont taillé cette image de travailleurs qui misent sur la qualité de vie, plus que sur le salaire. À tel point que plusieurs entreprises privées s’ajustent et se renouvellent pour attirer les meilleurs talents en offrant des semaines de quatre jours, du télétravail ou des garderies sur les lieux.

Les femmes en marche

 

Par ailleurs, les jeunes femmes mènent également leurs propres combats et remises en question au sein du mouvement syndical. Elles représentent la majorité des jeunes syndicalistes, dans une proportion d’environ 65 %.

Il semble toutefois y avoir un certain décalage entre la vision féministe, d’une génération à l’autre. « En fait, on a beaucoup de misère à trouver des jeunes femmes pour parler de condition féminine. Il y a un malaise », relate le président de la région Montréal-Laval de la SFPQ. Ainsi, les jeunes femmes rejettent le discours féministe des années 1970, qu’elles ne trouvent pas assez ouvert, inclusif. Elles veulent non seulement défaire les préjugés, mais aussi s’affirmer sur la base de leurs compétences et non de leur sexe. Or, plusieurs hésitent à s’engager de peur de se faire juger ou écarter par la majorité en place. « Pourtant, on leur dit de ne pas avoir peur de prendre leur place, mais il y a encore du travail à faire de ce côté-là », admet Jean-François Sylvestre.

Outre la peur, les jeunes femmes n’ont pas toujours le même temps syndical à offrir, avec toutes les difficultés qu’implique la conciliation travail-famille-études. Le travail des femmes se fait donc lentement, mais sûrement.

Fait intéressant, les jeunes syndicalistes vont parfois au-delà de la mission de leur regroupement, par vocation sociale. Par exemple, un groupe de jeunes travaille actuellement à mettre sur pied une clinique d’information mobile qui viserait à informer les travailleurs sur les notions entourant les normes du travail. « Ils veulent se promener dans le Quartier latin par exemple, et aller voir les travailleurs. Ça n’a rien à voir avec notre mission, c’est vraiment une initiative sociale de leur part ! » explique le président de la région Montréal-Laval de la SFPQ, impressionné.

Plus près du domaine syndical, les jeunes montent également d’autres projets. Dans quelques semaines, une soirée 5 à 7 sous forme d’ateliers d’information sera organisée afin d’échanger sur différents thèmes qui les touchent, comme le cheminement de carrière, l’engagement syndical, la conciliation travail-famille, le cheminement études-travail, etc. Le but : réseauter, partager leurs craintes, leurs peurs.

Cela rappelle à Jean-François Sylvestre sa propre initiative de jeunesse, lancée il y a une décennie et toujours en cours. « On organise toutes les années une école militante, en retraite fermée », explique-t-il. Ainsi, pendant une fin de semaine complète, des ateliers et cercles de discussion sont organisés pour inspirer et s’instruire. Le défi additionnel ? Les cellulaires n’entrent pas ! « Eh oui, c’est possible même pour la nouvelle génération ! » conclut-il en riant.

À voir en vidéo