Budget Leitão: Québec relâche le frein

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, entouré du ministre de la Santé, Gaétan Barrette (à droite) et du président du Conseil du trésor, Pierre Moreau
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, entouré du ministre de la Santé, Gaétan Barrette (à droite) et du président du Conseil du trésor, Pierre Moreau
Le gouvernement Couillard parle du budget de l'« espoir retrouvé », tandis que le Parti québécois y voit celui du « rafistolage ». Chose certaine, le budget 2017-2018 déposé mardi par le gouvernement Couillard est marqué par une croissance plus forte des dépenses en santé et en éducation, de même qu’un léger allègement du fardeau fiscal des contribuables.

Ce quatrième budget du ministre des Finances, Carlos Leitão, sera-t-il suffisant pour faire oublier le régime minceur des premières années du mandat libéral ? À vous d’en juger.

Voici ce qu’il faut retenir de ce budget, en dix points.

1) Budget équilibré
Le gouvernement Couillard a déposé mardi un troisième budget équilibré consécutif. Pour 2017-2018, Québec prévoit verser l’ensemble de ses surplus (2,5 milliards) au Fonds des générations.




2) Réinvestissement en santé…
Après avoir appliqué les freins au cours des premières années de son mandat, le gouvernement augmente de 4,2 % les dépenses du plus grand portefeuille de l’État pour 2017-2018, ce qui représente 1,5 milliard de plus que l’an dernier.
Conflit à prévoir, toutefois : le budget met un frein à la hausse de la rémunération des médecins, qui ont atteint la parité avec leurs collègues du reste du Canada. Économie prévue : près de 500 millions sur deux ans.
3)… et en éducation
Les dépenses dans le secteur de l’éducation et de l’enseignement supérieur connaîtront elles aussi une augmentation de 4,2 % en 2017-2018, ce qui représente 637 millions de plus que lors du dernier exercice financier.

4) De l'argent pour les infrastructures
Le gouvernement Couillard ajoute 2,4 milliards de dollars au Plan québécois des infrastructures (PQI) 2017-2027 par rapport au PQI 2016-2026, pour faire passer ses provisions à 91,1 milliards.

Le budget confirme l’engagement du gouvernement à financer trois grands projets de transport en commun attendus à Montréal et à Québec : le Réseau électrique métropolitain (REM), le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et l’implantation d’un service rapide par bus dans la Vieille capitale.
5) Remboursement rétroactif de la taxe santé
Après avoir annoncé son abolition en 2017, Québec décide finalement de procéder au remboursement complet de la taxe santé versée en 2016 par la quasi totalité des contribuables, ce qui coûtera 473 millions.
6) Légère baisse d’impôts pour tous
Québec offre une baisse d’impôts de 55$ à chaque contribuable en haussant le montant à partir duquel les particuliers commencent à payer de l’impôt.
7) Stimuler l’innovation
À la manière du gouvernement fédéral la semaine dernière, le gouvernement Couillard investit 830 millions sur six ans pour stimuler la recherche et l’innovation, y compris 100 millions pour créer une « super-grappe » en intelligence artificielle et 305 millions pour encourager l’innovation et la recherche scientifique.
8) Coup de pouce aux médias
Pour répondre à la crise que traversent plusieurs médias écrits, le gouvernement consacre 24 millions sur cinq ans au soutien de la transformation numérique et 12 millions sur cinq ans à la réduction des frais liés au recyclage des publications papier.
9) La dette pèse moins lourd
Le poids de la dette brute du Québec en pourcentage du PIB diminue : elle s’établira à 52,7 % au 31 mars 2017, en baisse de 0,7 point de pourcentage par rapport à la même date l’an dernier. L’objectif est d’atteindre 45 % en 2025-2026.



10) Baisse de la croissance économique en vue
Québec prévoit que la croissance économique se maintiendra à 1,7 % en 2017, avant de diminuer légèrement l’an prochain, à 1,6 %. La performance du Canada devrait être supérieure, à la fois en 2017 (1,9 %) et en 2018 (2 %).

2 commentaires
  • Pierre Beaulieu - Abonné 28 mars 2017 16 h 56

    Relâche le frein... les pneus sont usés!

    Ils se frottent la bedaine, mais quels dommages ils ont laissés derrière eux! Ils remettent à peine une fraction de ce qu'ils ont coupé dans les services à la population du Québec. C'est le cas où que vous regardiez: santé, éducation, services sociaux, promotion économique, système judiciaire... tout est dans un état délabré tel que leurs supposés investissements ne suffisent même pas à colmater les brèches qu'ils ont créé par leur incompétence ou leur souci de retourner l'ascenseur à leurs petits amis libéraux.
    Quelle tristesse de voir de ce qu'ils ont fait de la gouvernance québécoise, un heureux amalgame du savoir-faire publique/privé.
    J'espère que les Québécois se souviendront d'eux le moment venu.

  • Christian Montmarquette - Abonné 28 mars 2017 17 h 44

    Les libéraux.. Ces pompiers-pyromanes..


    Les libéraux qui ont coupé plus de 1,6 milliard en éducation et qui se pètent aujourd'hui les bretelles parce qu'ils n'en redonnent que le tiers. Ne sont que des vulgaires démagogues, des pompiers-pyromanes et des manipulateurs de l'opinion publique.

    Christian Montmarquette