Les élus québécois serrent les coudes devant la dernière salve du «Maclean’s»

Le magazine «Maclean’s» s’était attiré les foudres pour avoir qualifié le Québec de «province la plus corrompue au Canada» à l’automne 2010.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Le magazine «Maclean’s» s’était attiré les foudres pour avoir qualifié le Québec de «province la plus corrompue au Canada» à l’automne 2010.

La chronique d’Andrew Potter dans le magazine Maclean’s a suscité un élan de solidarité au Québec insoupçonné, à tout le moins pour l’auteur de l’article controversé vite qualifié de « Québecophobe ».

« Presque mentalement aliénée », la société québécoise manque cruellement de solidarité. Ce « malaise social » exacerbé par un déficit en capital social explique le cafouillage dans les opérations visant à sortir du pétrin les centaines d’automobilistes immobilisés sur l’autoroute 13 après une sérieuse bordée de neige il y a près de deux semaines, concluait-il dans un article qui s’est vite retrouvé dans la rubrique « Editor’s Picks » du Maclean’s.

Les élus de l’Assemblée nationale ont serré les coudes devant la dernière salve du Maclean’s. Le directeur de l’Institut d’études canadiennes, Andrew Potter, a « étalé ses préjugés » envers la société québécoise, a lancé le premier ministre Philippe Couillard, mettant dans l’embarras l’Université McGill.

Ni une ni deux, M. Potter s’est rétracté. Puis, 48 heures plus tard, il a annoncé sur les réseaux sociaux qu’il avait renoncé à son « job de rêve » à l’Institut d’études canadiennes en raison de « la réaction négative [qui persistait] au sein de la communauté universitaire et du grand public » à son texte.

Plusieurs personnes « from coast to coast, to coast » se sont toutefois dites attristées de voir M. Potter plier l’échine, y voyant une attaque contre la liberté d’expression et la liberté intellectuelle.

« Le véritable crime de Potter n’est pas ce qu’il a écrit. C’est celui qui l’a écrit, la langue dans laquelle il l’a écrit et pour qui il l’a écrit », soutenait le chroniqueur politique Don Macpherson dans The Gazette. Sinon, comment expliquer que les élites politiques aient dénoncé avec « véhémence » l’article de Potter, mais aient traité avec « indifférence » une chronique sur la « déliquescence » du Québec signée par Richard Martineau dans Le Journal de Montréal ? « Nos vieux macèrent dans leur merde, des gens crèvent asphyxiés dans leur auto, nous ne sommes même plus capables de gérer une tempête de neige, des fonctionnaires sont payés à ne rien faire… » a-t-il écrit. Mais aucun cri d’indignation dans l’Hôtel du Parlement.

Un stratège politique souligne qu’« entre frères et soeurs, on se permet tous les coups ». « Mais, quand le voisin s’en prend à nous, la famille fait bloc et contre-attaque. »

Intolérance à l’endroit du Québec

Le magazine Maclean’s n’en est pas à sa première controverse. Le fleuron de Rogers Communications s’était attiré les foudres pour avoir qualifié Montréal de ville « corrompue, chaotique et dirigée par la mafia », puis le Québec de « province la plus corrompue au Canada », respectivement à l’automne 2009 et à l’automne 2010. La une où on voyait le Bonhomme Carnaval marcher tout sourire avec une mallette débordant de billets de banque avait marqué les esprits.

Les patrons de presse du ROC ont toujours eu un faible pour les textes au sujet de la prétendue corruption gangrenant le Québec, fait remarquer l’ex-journaliste du Toronto Star Robert McKenzie, qui a parcouru les couloirs de l’Assemblée nationale pendant quatre décennies. « Quand j’ai commencé en 1964, la une nous était garantie si on pouvait tomber dans une de ces deux catégories, “Montreal, crime capital of Canada” et puis “Priest Ridden Province” », relate-t-il au Devoir.

Le grand quotidien torontois The Globe and Mail — qui est d’ailleurs venu à la rescousse de M. Potter cette semaine — n’est pas en reste. En 2006, il avait publié dans ses pages une chronique incendiaire dans laquelle la journaliste Jan Wong tissait un lien entre les fusillades meurtrières de l’école Polytechnique, de l’Université Concordia et du Collège Dawson et « le sentiment d’aliénation au Québec » renforcé par « l’infâme loi 101 ».

Près de 10 ans plus tôt, le sociologue Guy Rocher avait identifié la différence comme l’une des principales racines du « Quebec bashing ». Il soutenait que « le Québec francophone apparaît comme étant inesthétique dans l’idéologie unitariste, égalitariste et assimilationniste » dominante dans la fédération canadienne. « C’est ainsi qu’au nom de l’égalité, de la justice et de la beauté canadiennes, on assiste au déclin de la diversité canadienne et que s’est élevé un vent d’intolérance à l’endroit du Québec francophone comme on n’en avait encore jamais connu », avait-il déclaré lors d’un colloque organisé en 1997, soit deux ans après le référendum sur l’indépendance du Québec de 1995.

Le coût du « Quebec bashing »

Le « Quebec bashing » a un prix, a fait valoir le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, cette semaine à l’Assemblée nationale. « La distinction du Québec dérange. Les Canadiens aimeraient qu’on soit une province comme les autres, et petit à petit s’est développé le fait que nous sommes des enfants gâtés », a-t-il affirmé lors d’un point de presse.

Le gouvernement fédéral est sensible, selon lui, à cette profonde antipathie du « Rest of Canada » à l’égard du Québec. Il en veut pour preuve le 2e budget du ministre Bill Morneau — que le PQ tenait cette semaine à désigner par son nom complet, soit William Francis Morneau. « On ne peut pas avoir notre juste part politiquement à Ottawa. C’est toxique d’avoir l’air de s’intéresser au Québec et c’est une situation qui s’aggrave à chaque article de Maclean’s, à chaque “Quebec bashing”. C’est malheureux, mais c’est comme ça », a dit le chef de l’opposition officielle. À ses yeux, le 2e budget Morneau perpétue cette situation d’« injustice systémique fédérale envers le Québec » grâce à la complicité des 40 élus libéraux fédéraux, y compris le premier ministre, Justin Trudeau. « Pourquoi n’arrivent-ils pas à faire le moindre gain sur les transferts en santé, sur l’investissement dans l’aérospatiale et Bombardier, sur des engagements dans les transports en commun ? Pourquoi est-ce qu’hier c’était important de mettre 100 millions pour une industrie automobile qui va assez bien en ce moment en Ontario, mais zéro dollar pour l’industrie forestière au Québec qui va traverser une crise très grave ? » s’est-il interrogé à voix haute jeudi matin.

Les ministres libéraux Carlos Leitão et Pierre Moreau semblaient partager mercredi soir le désenchantement du leader indépendantiste après avoir pris connaissance des grandes lignes du budget du Canada. Ils craignent — à tort ou à raison — de voir Ottawa bouder l’un ou l’autre de leurs trois grands projets de transport collectif : le Réseau électrique métropolitain (REM), le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et le Service rapide par bus (SRB) de Québec.

La confiance s’effrite entre Québec et Ottawa. Il faut dire que le « tape-m’en cinq » entre les ministres Jane Philpott et Mélanie Joly après que le Québec s’est résigné à accepter le Transfert canadien en matière de santé a été reçu comme une gifle par le gouvernement Couillard.

Force est de constater selon M. Lisée que « le Québec n’est ni aimé ni respecté dans le Canada ». « Il lui reste la possibilité d’être craint avant d’en sortir », a conclu le chef péquiste.

Avec Dave Noël

Une société distincte

La lutte pour mettre fin à la méfiance entre les Québécois et les autres Canadiens est de tous les instants et à tous les niveaux, souligne Stockwell Day, qui a fait partie du gouvernement Harper de 2006 à 2011. « Stephen prenait le temps, pas seulement au Parlement, mais aussi dans le caucus pour expliquer que le Québec constituait une société distincte, mettant de côté ces vieilles batailles durant lesquelles on avait construit des murs entre les anglophones et les francophones », a expliqué l’ex-chef de l’Alliance canadienne dans une entrevue avec Le Devoir.

Le Québec égratigné

1997 : The Antagonist

Dans Lucien Bouchard, the Antagonist (Viking, 1997), l’auteur canadien Lawrence Martin dépeint le premier ministre souverainiste en « démagogue tribal ». L’ouvrage basé sur les travaux d’un psychiatre n’ayant jamais rencontré le politicien est un « portrait convaincant » selon le Globe and Mail.

2006 : L’affaire Jan Wong

La journaliste du Globe and Mail Jan Wong, établit un lien entre la loi 101 et les tueries de Polytechnique, Concordia et Dawson. Jean Charest exige des excuses au quotidien torontois en soulignant que le texte témoigne « d’une incompréhension profonde du Québec ». Le Conseil de presse blâme l’auteure et son journal.

2010 : La province la plus corrompue

Selon le journaliste Martin Patriquin du Maclean’s, le Québec serait « la province la plus corrompue du Canada ». La couverture du magazine présente un montage du Bonhomme Carnaval transportant une valise débordant de billets de banque. « Visiblement en quête de sensationnalisme, vous avez publié un article qui ne répond à aucun des standards habituels du journalisme, écrit le premier ministre Jean Charest au Maclean’s. Vous avez discrédité votre publication. » Le Conseil de presse blâme l’auteur et le magazine pour « préjugés discriminatoires ».

2012 : Le Québec rouge

Les grévistes étudiants du Printemps érable sont présentés comme « la nouvelle classe dirigeante du Québec » par le journaliste Martin Patriquin du Maclean’s. À la une du magazine, on peut apercevoir un étudiant masqué pouvant évoquer la mouvance djihadiste.

2017 : Tempête sur McGill

Dans une lettre ouverte parue dans le Maclean’s, le directeur de l’Institut d’études canadiennes de l’Université McGill, Andrew Potter, affirme que la tempête de neige ayant paralysé l’autoroute 13 témoigne d’un malaise social québécois. Pour le premier ministre Philippe Couillard, l’ancien rédacteur en chef du quotidien Ottawa Citizen s’est « servi d’un article pour étaler ses préjugés ».

 

Ce texte fait partie de notre section Perspectives.
13 commentaires
  • Hélène Gervais - Abonnée 25 mars 2017 07 h 42

    Avec des gens comme potter...

    tout ce que ça a apporté mallheureusement c'est de la haine entre les deux peuples fondateurs. Je trouve cela triste car des uns des autres nous aurions beaucoup à apprendre et à discuter. Nous sommes très différents, c'est vrai, mais ces différences devraient être une grande richesse pour tous plutôt que des fossés qui se creusent.

  • Michel Bouchard - Abonné 25 mars 2017 09 h 15

    Ben oui, mais Maclean va s'en prendre à qui.....

    maintenant pour décharger son venin.Pas aux nouveau arrivants, pas aux politiciens, pas aux LGBT, mais à qui ?

    Le Québec est une société distincte et le peuple Québecois ne veut pas être traité comme une autre province du ROC.

  • Bernard Terreault - Abonné 25 mars 2017 09 h 27

    Le pourquoi

    Pourquoi Maclean's pubie-t-il de telles inepties? Parce que ça fait vendre! Je parie que certains Québécois l'ont acheté rien que pour voir. Business is business.

  • Françoise Breault - Abonnée 25 mars 2017 09 h 46

    Cela ferait une bonne caricature

    D'un côté une photo de la manif de 1995 où le Canada était venu nous dire qu'il nous aimait, de l'autre les mots de M. Potter...

  • Françoise Breault - Abonnée 25 mars 2017 09 h 56

    Une petite histoire qui en dit long....

    J'ai connu quelqu'un qui enseignait le français aux fonctionnaires fédéraux sur le temps de travail, donc payés pour l'apprendre.

    Difficile pour lui d'enseigner car ils n'étaient nullement intéressés... indiscipline, chahutage comme s'ils étaient des élèves de jeune secondaire.

    Quand il est entré dans sa classe, au lendemain de la victoire du parti Québecois en 1976, ce n'était plus du tout la même atmosphère. Écoute et respect étaient au rendez-vous.

    Voilà. Difficile d'avoir le respect des autres, quand tout un peuple ne se juge même pas digne d'être souverain et de prendre ses propres décisions.