Ferveur indépendantiste: les leçons de l’Écosse et de la Catalogne

Le drapeau écossais bat au vent entre ceux de l’Union européenne et du Royaume-Uni.
Photo: Lesley Martin Agence France-Presse Le drapeau écossais bat au vent entre ceux de l’Union européenne et du Royaume-Uni.

Si on comprend bien, l’Écosse est en train de se dire à la prochaine fois. La Catalogne, elle, pourrait se braquer à son tour à la suite de la condamnation à deux ans d’inéligibilité de son chef indépendantiste.

Il y a donc du mouvement du côté des petites nations sécessionnistes européennes. Et il faut bien se demander de quelle manière les leçons porteront jusqu’ici, le cas échéant.

Reprenons. La première ministre écossaise a annoncé lundi matin son intention de tenir d’ici la fin de la décennie un nouveau référendum sur son indépendance. Le premier, organisé en septembre 2014, rejetait l’option de la partition à 55 %.

Les Écossais retourneront aux urnes référendaires entre l’automne 2018 et le printemps 2019, promet Nicola Sturgeon. Elle mise sur le contexte de grande mutation produit par la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne.

Une étape décisive du Brexit a été franchie lundi soir avec le rejet d’amendements de la Chambre des lords par les députés. La décision pourrait maintenant permettre à Londres de foncer sans davantage consulter.

Photo: Lluis Gene Agence France-Presse Le leader indépendantiste catalan Artur Mas ne pourra pas occuper de charge publique élective au cours des deux prochaines années à la suite de la décision d’un tribunal.

Toujours lundi, l’ancien président de la région espagnole de Catalogne (2010-2016), le séparatiste Artur Mas, était condamné à deux ans d’interdiction d’exercice de fonction élective pour avoir organisé en novembre 2014 une consultation sur l’indépendance jugée inconstitutionnelle. Cet interdit pourrait stimuler le ressentiment des autonomistes.

Reformulons donc la question : le nationalisme carbure-t-il à la crise ?

Oui et non

« Ici, l’onde de choc qui a permis le référendum de 1995 a été l’échec de l’accord du lac Meech, répond Danic Parenteau, professeur de philosophie et de science politique au collège militaire royal de Saint-Jean, spécialiste des mouvements indépendantistes. De même, en Écosse, le Brexit crée une nouvelle onde de choc qui permet un contexte politique extraordinaire rendant possible un deuxième référendum si peu de temps après l’échec du premier. Mais le Brexit est-il assez puissant pour permettre la séparation de l’Écosse ? Ça reste à voir. »

Le professeur Parenteau s’interroge sur la possibilité de transformer la règle de la crise en loi de la souveraineté. Il note au passage que, dans ce contexte, la condamnation du leader Mas semble appliquer la bien mauvaise stratégie de la ligne plus dure.

« Théoriquement, non, il ne faut pas de crise pour faire la souveraineté. En pratique, toutefois, il n’y a à peu près pas de peuple qui a accédé à l’indépendance dans un contexte de vie politique normale. L’exception est peut-être la séparation de la Norvège de la Suède, en 1905. »

Un autre politologue, Hubert Rioux Ouimet, spécialiste de l’Écosse, reconnaît l’importance de la crise comme facteur stimulant du souverainisme tout en le nuançant.

« Oui, c’est une condition importante. Les derniers sondages du week-end montrent que l’indépendance est favorisée à 48 ou 49 % actuellement en Écosse. Mais la crise n’est pas une condition nécessaire », dit le doctorant, qui déposera en avril, à l’Université McMaster, sa thèse comparant les politiques québécoise et écossaise sur le capital de risque. Sa maîtrise portait sur les racines du mouvement souverainiste du « lion celtique ».

« En 2014, il n’y avait pas de crise constitutionnelle, et la campagne souverainiste a pourtant été très efficace, poursuit-il. Des sondages donnaient l’indépendance à 35 % en 2012-2013. À la fin de la campagne référendaire, on était rendus à 45 %. »

Et le PQ ?

Jean-François Lisée était de l’équipe (comme conseiller) qui a échoué de très, très peu en 1995, à 49,42 %. « La décision de quitter le Canada se prendra pour toutes sortes de raisons, et des raisons sont en train de s’installer », répond maintenant celui qui est devenu le chef péquiste quand on l’interroge sur la nécessité d’une crise pour relancer son option. « Quand on teste l’attachement au Canada des Québécois, on est dans un creux historique. »

Il présentait lundi à Montréal des idées glanées en tournée européenne, jusqu’à Barcelone, pour aider les PME québécoises. Il réitère son intention de ne pas tenir de référendum avant l’éventuel deuxième mandat d’un gouvernement du PQ. Il refuse l’idée que son option soit sur son déclin.

« Après le référendum de 1980, ça allait tellement mal que les sondeurs ont arrêté de poser la question pendant une année et demie. Ce qui est récurrent, c’est d’annoncer la mort du mouvement indépendantiste québécois. »

J.-F. Lisée trouve aussi matière à se réjouir dans l’intention de l’Écosse d’en remettre à son tour. « Chaque fois qu’il y aura un exemple international d’une nation qui prend la décision de devenir souveraine et que ça se passe bien, c’est sûr que ça s’ajoute à notre argumentaire. Je l’ai répété en Catalogne : ce n’est pas à nous de faire un choix, nous nous défendons le droit de faire ce choix. »

Exit et Brexit

Dans les faits, pour l’Écosse, il s’agirait de se séparer d’une union (la Grande-Bretagne) pour mieux se raccrocher à une autre (l’UE), tout en récupérant tous les pouvoirs fiscaux que la petite nation ne contrôle qu’à environ 30 % actuellement, bien moins que le Québec. Au dernier référendum, Londres avait utilisé l’argument proeuropéen. Il faudra trouver autre chose en 2018-2019, probablement en rapport à la livre sterling que l’Écosse veut conserver.

« Reste à voir si le gouvernement britannique va accepter le nouveau référendum : jusqu’à maintenant la première ministre Theresa May a adopté une ligne assez dure quant aux entités autonomes, l’Écosse et l’Irlande du Nord, explique encore Hubert Rioux Ouimet. Ce qui me semble le plus probable, c’est que Londres accepte la tenue d’une deuxième consultation, mais impose de la tenir une fois les négociations sur le Brexit terminées, de manière à ce que les Écossais décident en connaissance de cause. Ça me semble acceptable. »

Il rappelle qu’une étude universitaire a évalué récemment le choc que produirait une séparation sur le PIB des deux couronnes désunies. L’impact à long terme (plus de dix ans) est généralement jugé négatif, avec un recul de 2 à 5 % pour le produit intérieur brut écossais.

Évidemment, les chiffres ne disent pas tout, surtout ceux d’hypothétiques prédictions et leur plan sur la comète. « Il y a un éveil des nations, termine le professeur Parenteau en citant les poussées nationalistes dans le monde. La mondialisation devait être la fin de l’histoire, le processus inéluctable de l’abolition des nations, des peuples, des frontières. C’est faux. De plus en plus, les peuples redécouvrent les pouvoirs qui sont les leurs et que l’on méprise dans l’ordre actuel, autant à gauche qu’à droite d’ailleurs. En Espagne, on a Podemos ; en France, le Front national ; aux États-Unis, Trump : le consensus autour de la mondialisation libérale est en train d’éclater. »

À voir en vidéo