Effrayée par la virulence des «trolls» péquistes

Tania Longpré
Photo: Marie-Hélène Tremblay Le Devoir Tania Longpré

Tania Longpré a encaissé les critiques lorsqu’elle écrivait sur son blogue au Journal de Montréal. Elle s’est forgé toute une carapace.

Malgré celle-ci, l’ex-candidate péquiste dit être « effrayée » par la virulence des réactions de « trolls » alliés au Parti québécois à l’annonce de son ralliement à la Coalition avenir Québec. Elle demande au chef péquiste, Jean-François Lisée, d’intervenir.

L’enseignante en francisation des immigrants dit être ensevelie depuis deux semaines sous une « avalanche de haine ». « Tous ceux qui fréquentent les médias sociaux dans la sphère politique ont vu ce troupeau de trolls militants se déchaîner contre une personne ou une autre. Je m’y attendais, je m’y préparais, mais quand elle nous frappe personnellement, cette violence verbale prend une réalité saisissante et franchement un peu effrayante », a-t-elle écrit dans une lettre adressée à M. Lisée, dont Le Devoir a obtenu copie.

Des dizaines d’internautes sont effectivement tombés à bras raccourcis sur la transfuge sur Twitter et Facebook après avoir appris qu’elle ralliait la formation politique de François Legault. « La grande majorité des gens dont j’ai reçu des messages, ce sont des gens que j’ai déjà vus. Ils ont une photo. Ils ont un vrai nom. Ils ne s’appellent pas PierreJeanJacques23 avec une photo d’astronaute ! fait-elle remarquer dans un entretien téléphonique avec Le Devoir. Au PQ et dans les milieux indépendantistes, il y a beaucoup de gens très, très passionnés. Dès que tu n’as pas les mêmes passions, les mêmes idéaux qu’eux, tu deviens un traître, un antiquébécois », souligne-t-elle.

Tania Longpré s’est notamment fait reprocher d’être une « opportuniste qui ne sait pas où poser ses belles grosses fesses » par un certain Tony Mourani. Un certain Karl Lalancette a pour sa part spéculé sur les raisons l’ayant convaincue de troquer sa carte du PQ pour celle de la CAQ. « La tarte aux pacanes doit être meilleur[e] dans le buffet de la CAQ », a-t-il écrit sur les réseaux sociaux. Il y a des dizaines d’autres commentaires, bien pires.

« Juste dans la dernière semaine, j’ai bloqué ou supprimé 150 personnes de ma page Facebook. C’est la première fois que je bloquais ou que je supprimais autant de gens », précise Mme Longpré, déplorant la virulence du débat politique au Québec.

Trêve demandée

Elle invite M. Lisée et tous les dirigeants politiques à décréter une trêve des insultes grossières, en commandant aux militants de leur parti politique d’adopter un ton respectueux sur les réseaux sociaux. « Si on veut un débat d’idées sain, je pense que la première des choses, c’est vraiment d’argumenter avec les gens plutôt que de les insulter », fait-elle valoir.

Paul St-Pierre Plamondon a récemment mis en garde l’état-major du PQ sur l’impact néfaste d’« une frange marginale » de l’effectif sur « la réputation du parti ». « Un nombre minuscule de personnes membres du PQ agissent en “trolls” sur les médias sociaux, ce qui est dommageable et aucunement représentatif du caractère généreux et avenant des membres du parti », a souligné l’ex-candidat à la chefferie dans son rapport préliminaire « Osez repenser le PQ », qui a été dévoilé il y a près d’un mois.

Le PQ accuse la CAQ

Après avoir pris connaissance de la lettre de Mme Longpré, le PQ a accusé la CAQ de faire exactement ce qu’elle lui reproche. « Tout comme d’autres formations politiques, la CAQ a son lot de trolls. On se fait insulter par plusieurs tous les jours. Ce n’est vraiment pas très agréable, mais nous ne demandons pas à Mme Longpré de s’en excuser. Parce que ce serait injuste de lui faire porter la responsabilité. En outre, l’intimidation, quelle qu’elle soit, est inacceptable ! » a affirmé l’attaché de presse du chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, Bruno-Pierre Cyr. « Cela dit, nous allons continuer de débattre sur le terrain des idées. »

27 commentaires
  • Raynald Rouette - Abonné 4 mars 2017 06 h 07

    Les trolls deuxième source récente de contamination du vivre ensemble


    Avec les religions prosélytes, les «trolls« un dérivé «des réseaux sociaux» contaminent de plus en plus le vivre ensemble. Pourtant le bug de l'an 2000 n'est si loin... tout comme la crise des accommodements religieux. Deux phénomènes relativement récents au Québec.

    Nous avons toujours pour empoisonner nos vies, le vieux contentieux politique de la place du Québec dans ou hors Canada. Ajouter à tout cela l'austérité et l'écart grandissant entre les riches et les pauvres. Le climat est des plus malsain!

    Il ne faut pas compter sur nos gouvernements actuels pour solutionner les problêmes de société que nous avons. Pour faire image, «attacher vos tuques»!

    • Francois Cossette - Inscrit 5 mars 2017 06 h 42

      En effet, a bien des egards, nos politiciens egalement se comporte comme des trolls, on juste a voir le propos meprisant de certains (fournier, moreau, couillard) pour s'en convaincre.

  • Robert Beauchamp - Abonné 4 mars 2017 09 h 01

    Portes ouvertes

    Lorsque l'on garde sa porte ouverte, n'importe qui ou n'importe quoi peut y entrer. Les amis, les inconnus, les chats, les rats, les mouvhes... Quant à moi, je garde ma porte fermée. Ainsi en est-il des médias sociaux. Moi, j'ai choisi de garder ma porte fermée, aprèes expérience j'ai compris. Sinon, il faut assumer le fait de s'exposer à tout et à n'importe quoi.

    • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 4 mars 2017 10 h 28


      Vous avez raison M. Beauchamp de vous méfier des trolls, de l'empreinte du troll même au Devoir!

      Les "trolleurs" sont malfaisants et leurs principales activités est l'accusation gratuite, la désinformation, le ramâchage ad nauseam, l'idée fixe de détruire, l'exagération et surtout la parole haineuse et insultante. Il s'esclaffe pour un rien, pour rire de vous pensant vous rabaisser (ex. Ah! Ah! Ah!)

      Bref, irrespectueux d'opinions contraires à la sienne, il est incapable d'argumenter positivement et respectueusement.

  • Christian Montmarquette - Abonné 4 mars 2017 09 h 05

    Tania Longpré a raison.

    Corrigé.


    Je ne l'aime pas plus qu'il faut politiquement. Et c'est peu dire. Mais je lui donne raison là-dessus.

    Les trolls du PQ sont d'une virulence innommable et des harceleurs qui insultent et intimident leurs adversaires - et souvent en groupe - au lieu de débattre.

    En 15 ans d'activités politiques, il n'y a pas d'insanités que je n'ai pas entendues de leur part à l'égard de Québec Solidaire par exemple...

    «Québec soliTaire»; «Québec suicidaire»; «gogauche»; BS; «gauche caviar»; black bloc; «communistes»; «extrémistes»; «stalinistes»; «rêveurs «irréalistes»; «radicaux»; «fédéraleux»; libéraleux; «bobos-du-plateau»; «clique-du-plateau»; «mère Theresa David» et j'en passe!

    Et ça, c'est sans compter toutes les fausses informations et les préjugés qu'ils galvaudent en lieu et place d'un véritable débat d'idées. Et malheureusement rien n'indique que cela va changer.

    Dépourvus d'arguments rationnels et d'une pensée structurée. Il ne reste plus que l'agression épistolaire et les campagnes mensongères comme instrument de combat à ces frustrés chroniques du pays.

    Christian Montmarquette

    • Bernard Terreault - Abonné 4 mars 2017 10 h 15

      Et vous, M. Montmarquette, qui n'avez pas de mots assez insultants envers le PQ, le traitant de vendu au capitalisme, alors que c'est le PQ qui a fait adopter à peu près toutes les mesures sociale-démocrates qui nous distinguent du ROC.

    • Maryse Veilleux - Abonnée 4 mars 2017 10 h 47

      Oui et l'ironie de leur façon d'être c'est qu'ils s'imaginent que l'on va construire un pays avec des gens comme eux. Ils contribuent à l'opposé soit que l'on se dit que l'on ne veut surtout pas d'un pays avec des gens d'une telle mentalité. Et encore, leur idée du pays est questionnable, il semble pour eux relever davantage d'un concept et d'un idéal que de quelque chose dont on fait une réalité. Comme un but à atteindre en soi pour lesquelles ils sont eux mêmes incapables de construire la base.

    • Clermont Domingue - Abonné 4 mars 2017 12 h 11

      Votre dernier paragraphe met le doigt sur la cause du mal.En somme,ces personnes ont un double problème de malformation et de méconnaissance de la langue.Pourtant, il faut les laisser s'exprimer tout en leur rappelant de temps en temps que la tolérance et la politesse leur donneraient plus d'influence.

    • Nicolas Bouchard - Abonné 4 mars 2017 14 h 07

      Il est vraiment intéressant de voir un homme se plaindre d'être insulté par les partisans du PQ en les insultant à son tour. Peut-être M. Montmarquette considère-t-il ceci comme un compliment lorsqu’il traite les militants du PQ de « nationalistes rétrogrades néolibéralistes racistes xénophobes ». Quelle belle ironie !

      Soyons raisonnables, les trolls existent partout et les associer à un parti politique spécifique est niais. QS et ON aiment nous répéter continuellement que le PQ n’est pas le seul parti souverainiste. Les fameux « caribous » sont plutôt du style à cracher sur le PQ et se retrouvent fort probablement plus chez ON qu’au PQ mais pour QS et M. Montmarquette, la faute est entièrement et automatiquement au PQ. Le Devoir a donc failli à son devoir de réserve avec ce titre. A-t-on confirmé que tous ces gens ont une carte de membre active du PQ ? Si non, pourquoi les associer au PQ ?

      Sinon, les souverainistes sont des citoyens de seconde classe au Canada. Un juge avait déjà déclaré qu'il n'y avait pas de place pour un souverainiste comme juge fédéral. Après une plainte du Bloc, un rapport avait considéré qu'aucune faute n'avait été commise. Remplacez souverainiste par n’importe quel autre groupe et ça l’aurait causé un tollé mais dans ce cas-ci, aucune réaction des populations et de la classe politique.

      Cela montre à quel point nous sommes haïs dans ce pays qui prétend nous traiter comme égaux. Dire que ces gens se demandent encore pourquoi un nombre significatif de Québécois sont souverainistes. Ce que nous vivons de nos jours n’est que la continuité de ce qu’ont vécu bon nombre de canadiens-français autrefois.

      Pour finir, et c’est la partie primordiale de mon texte, ce que vie Mme Longpré présentement est tout à fait inacceptable. Il est important d'intervenir lorsque des gens agissent de la sorte en ligne. Il ne faut surtout pas légitimer leurs actions par nos silences mais bien leur intimer le respect et le civisme.

      Au plaisi

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 mars 2017 15 h 11

      Corrigé.

      À Nicolas Bouchard,

      " Peut-être M. Montmarquette considère-t-il ceci comme un compliment lorsqu’il traite les militants du PQ de «nationalistes rétrogrades néolibéralistes racistes xénophobes.» - Nicolas Bouchard

      Non, ce n'est certes pas un compliment, mais cela relève de qualificatifs politiques et de l'état des choses et non de l'insulte.

      Je ne traite pas les péquistes de P-cul; de pikous; de castafiore ou que sais-je.. Je n'en connais pas d'autres, parce que je ne les utlisent pas.

      On aura beau être poli, il faut aussi appeler un chat un chat.

      Et avec ses mesures antisociales, sa campagne de la Charte anti-musulmans; ses augmentations records de tarifs; ses coupures scélérates à l'aide sociale; son gavage éhonté à coups de milliards des banques et des multinationales; son appui débridé au libre-échange; son dogme du déficit zéro et ses politiques d'austérité...

      Le Parti québécois est, et depuis des décennies, aussi à droite et néolibéral que le Parti libéral lui-même, alors que contrairement au PLQ, il ne s'assume même pas et se prétend encore de gauche.

      Ce qui fait de lui, non seulement un parti de droite, mais un usurpateur de la social-démocratie et du changement politique.

      Et tant qu'on restera dans le débat politique, je suis tout à fait disposé à encaisser et à débattre des critiques péquistes à l'égard de QS tant que ce sont des critiques étayées et non du galvaudage de préjugés et de commérages comme quoi QS serait soi-disant l'allié des libéraux, et même, un parti financé par les libéraux!

      Et ceci, alors qu'Amir a traité le Parti libéral de "parti pourri" et que justement le PLQ vient de s'adonner une attaque sans précédent contre QS en tentant d'éliminer une des trois seules élues de notre parti en essayant de rayer de la carte Sainte-Marie-Saint-Jacques.

      Ça suffit le déconnage.

      Ce n'est pas parce qu'on combat le PQ qu'on est libéral pour autant!

      Christian Montmarquette

    • Nicolas Bouchard - Abonné 4 mars 2017 19 h 23

      Donc, lorsqu'on vous traite de « rêveurs irréalistes », on vous insulte mais lorsque vous dites « nationalistes rétrogrades néolibéralistes racistes xénophobes », vous ne faites que nommer la réalité des choses ?

      Les autres -> des insulteurs et des bons à rien
      M. Montmarquette -> un commentateur objectif et impartial de la scène politique dont ces idiots de péquistes ne comprendront jamais le génie et les idées (voire les vérités absolues)

      Un tel deux poids, deux mesures, une telle partialité de votre part et dire que vous n'êtes pas capable de vous rendre compte de vos biais et de vos partis pris lorsque vous criez au crime de lèse-majesté de la part des « péquistes ». Avant de crier aux insultes, redevenez conscient de votre comportement et peut-être réaliserez-vous que vous traitez les autres exactement de la même façon que vous vous plaignez d'être traité.

      Ouvrez-vous les yeux, la plupart des gens que vous traitez de péquistes ne le sont même pas ou le sont de façon modérée, contrairement à vous qui est 100% QS ou 0% PQ, sur qui vous déverser votre haine régulièrement.

      Comme le disait si bien le Dr. Trygve Ugland de l'Université Bishop's dans un de ces cours, la gauche très à gauche déteste encore plus la social-démocratie (SD) de centre-gauche que la droite car elle voit la SD comme des traitres négociant avec l'ennemie au lieu d'aider la gauche à abattre le capitalisme. Je dois avouer que ça vous décrit très bien QS et vous-mêmes M. Montmarquette. Vous préférez maudire le PQ pour tous les maux du Québec même si le PLQ est au pouvoir depuis bientôt 15 ans et qu'il n'y a pas un once de SD au PLQ.

      Au plaisir !
      Nic B.

      P.S. En effet, ce n'est pas parce qu'on combat le PQ qu'on est libéral pour autant, comme tout ce n'est pas parce qu'on vote pour le PQ que nous sommes des « nationalistes rétrogrades néolibéralistes racistes xénophobes ». Il vous faudra commencer à appliquer votre logique a ces traitres de la SD :)

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 mars 2017 20 h 35

      À Nicolas Bouchard,

      1) Vous dites n'importe quoi et je vous somme de trouver une citation de QS qui dénonce la sociale-démocratie.

      2 ) Contrairement aux péquistes qui affirment gratuitement que QS est irréaliste et rêveur. Je ne me contente pas de galvauder des préjugés et dire que le PQ est à droite et néolibéral, je le démontre:

      Quand on sait que PQ = Coupures dans l'aide sociale; déduction des pensions alimentaires aux enfants des prestations d'aide sociale; désinstitutionnalisation et mise à la rue des malades mentaux sans services et sans suivi; 10 milliards par année de cadeaux aux banques et aux multinationales; 800 millions en cadeaux pour les multinationales minières étrangères en 2013; rejet de Pharma-Québec; augmentations records des tarifs d'électricité; libre-échange néolibéral; dogme du déficit zéro; politiques d'austérité; attaques aux services publics par le retrait de 17,000 employés.es en Santé et en Éducation; attaque aux syndicats et coupures de 20% salaires de la fonction publique par René Lévesque ; développement du gaz de schiste à Anticosti; appui au pétrole et à Enbridge; construction d'une centrale électrique à Val-Jalbert; 2 millions de fraudes électorales; système de prête-noms avec SNS-Lavalin; deux arrestations par l'UPAC dont l'attaché politique de Pauline Marois; rejet du scrutin proportionnel en 2011; trahisons d’engagements électoraux : maintien de la taxe-santé; augmentation des frais de scolarité et coupures dans l’aide sociale entre 2012 et 2014.

      Et question de racisme et de xénophobie, ce n'est pas moi qui a affirmé que les musulmanes pouvaient dissimuler des mitrailleuses Kalachnikov sous leurs burqas au Québec.


      Christian Montmarquette

      Référence :

      Lisée propose une «discussion» sur l’interdiction de la burqa - Le Devoir


      http://www.ledevoir.com/non-classe/480241/course-a

      .

    • Francois Cossette - Inscrit 5 mars 2017 06 h 39

      Il ne faut pas perdre son temps avec des gens comme Montmarquette, ce sont des trolls qui refusent de se voir tels qu'ils sont. On a vite compris, a son discours, qu'il y a 2 standards, le factuel et le realiste quand on insulte un partisan du PQ et le trolliste lorsqu'on fait de meme avec un partisan du plq.

      Au niveau des insultes l'un ne vaut pas mieux que l'autre, dire le contraire c'est faire preuve d'un aveuglement de complaisance.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 5 mars 2017 07 h 34

      M.Montmarquette,alors qu'Amir a qualifié le PLQ de "parti pourri" ,alors pourquoi vous faites tout pour sa réélection,c'est pour le moins contradictoire.
      C'est votre choix et votre droit.
      Je trouve qu'Amir a raison. Comme dit Mme Bouchard :"Il faudra commencer a appliquer votre logique a ces anti-SD et anti-québécois pro-multiculturel. Or par consequent changer votre cassette pour ne pas paraitre a la solde des fédéralistes.

    • Christian Montmarquette - Abonné 5 mars 2017 15 h 24

      Corrigé.

      À Nicolas Bouchard,

      " Soyons raisonnables, les trolls existent partout et les associer à un parti politique spécifique est niais. QS et ON aiment nous répéter continuellement que le PQ n’est pas le seul parti souverainiste." - NB

      1) Non seulement le PQ n'est pas le seul parti souverainiste, mais sans référendum au programme durant plus de 28 ans en 2022, le PQ n'est pas souverainistes du tout.

      2) En plus de cette plainte de Tania Longpré, de Dany Turcotte, Jean-René Dufort et moi-même..

      Lisez cet extrait du journaliste Patrick Lagacé et venez encore nous dire que c'est niais :

      Des militants et des slogans..

      Vous êtes lourds, les militants, et surtout les militants péquistes...

      Voilà, c'est dit.

      En tant que producteur d'opinions, j'ai vécu sous les deux régimes, dans deux journaux. Sous le PLQ, sous le PQ; au JdeM, à La Presse. Et sachez ceci: les militants péquistes sont 10 fois plus teigneux que les militants libéraux. Je ne sais pas à quoi ça tient.

      J'ai beau avoir écrit, entre 2008 et 2012, au moins mille chroniques pourfendant les libéraux - Tomassi, Normandeau, Hamad, etc., etc. -, il suffit que j'écrive UNE chronique négative sur le gouvernement péquiste pour que, soudain, ces mille chroniques n'existent plus!

      Soudain, dans ma boîte de messagerie et dans les médias sociaux, je suis un traître à la nation, je suis un mauvais journaliste, je suis un instrument du fédéralisme Canadian. - Patrick Lagacé, 19 mars 2014


      .

    • Christian Montmarquette - Abonné 5 mars 2017 15 h 26

      " Pourquoi vous faites tout pour sa réélection.." - Jean-Pierre Grisé

      Expliquez-nous donc en quoi QS controle le vote des libéraux et pourraient les faire voter différemment?

      - CM

  • Maryse Veilleux - Abonnée 4 mars 2017 09 h 14

    Troll et critiques

    Personnellement je suis aussi très opposée aux transfuges. Le pire c'est lorsque des élus changent d'allégeance, ils devraient démissionner et l'élection devrait etre refaite. Nous sommes représentés par un parti, ce n'est pas la personne qui est choisie. D'ailleur de mon point de vue le DGE manque à son devoir sur ce point, toutefois de là à pousser les insutltes jusqu'au personnel il y a une marge. Que la critique soit incisive, passe encore, mais avec intelligence. Il est vrai que j'ai aussi constaté parmi les troupes péquistes un noyau qui ramène constamment leur vision des choses autour du débat référendaire. Les péquites ne sont pas des progressistes, certains oui mais il ne faut pas confondre les choses.

    • Loraine King - Abonnée 5 mars 2017 08 h 39

      De nombreuses personnes ont le besoin de croire des balivernes et des partis se font un grand plaisir de leur faire croire qu'on vote pour des partis. Ce qui est totallement faux. Un parti n'a pas le droit de se porter candidat.

      Légalement c'est le citoyen qui a le droit de vote et le droit de se porter candidat. Nous votons pour des individus, pas pour des partis.

      Il n'y a aucune raison d'accuser, de blâmer ou de punir des gens de crimes qui n'existent que dans la tête de certains qui prennent leurs désirs pour des réalités. Le député exerce la même liberté que le citoyen. Nous avons le droit de changer d'idée et nos représentants aussi.

  • Claude Gélinas - Abonné 4 mars 2017 12 h 16

    Les vire-capots !

    De tout temps, les vire-capots ont entraîné les insultes de grossiers personnages.

    Bien évidemment, l'ont peu dénoncer ce changement d'allégeance qui surpend et étonne, comme celui très médiatisé de François Legault, indépendantiste pressé, allié de Charles Sirous,qui s'est transformé par ambition personnelle en fédéralisme rêveur, mais il faut l'exprimer avec respect, civilité et modération. Cela s'applique à tous.

    Mais ces réseaux sociaux qui sont devenus incontrôlables n'expliqueraient-ils pas en partie l'incapacité des Québécois à débattre sereinement de sujets qui les divisent. Peu de modèles vu l'exclusion dans les télévisions de véritables débats. L'on se crie au lieu de se parler, l'on s'insulte au lieu de contribuer à faire progresser les idées.

    Heureusement que le site du Devoir par l'exclusion de commentateurs anonymes et la présence d'un modérateur qui veille au grain, nous préserve de ces excès langagières.