«C’est l’heure critique» pour les transferts fédéraux en santé, dit Barrette

Gaétan Barrette interpelle la population pour faire fléchir le gouvernement libéral dans le dossier des transferts en santé.
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Gaétan Barrette interpelle la population pour faire fléchir le gouvernement libéral dans le dossier des transferts en santé.

Alors que la possibilité d’une entente avant le budget semble de moins en moins probable, le ministre de la Santé Gaétan Barrette interpelle la population pour faire fléchir le gouvernement libéral dans le dossier des transferts en santé.

« Appelez votre député fédéral. Tout le monde, appelez-les, vos députés fédéraux de tous les partis, a-t-il lancé mercredi dans une mêlée de presse au parlement. C’est l’heure critique pour eux autres et l’opinion publique jugera. »

Québec et Ottawa n’arrivent pas à s’entendre sur les transferts en santé, un dossier qui doit être bouclé avant le dépôt des budgets en mars. Le gouvernement Trudeau offre à Québec 2,5 milliards sur 10 ans, donc 230 millions cette année. Or ce n’est pas assez, juge Québec, qui s’attendait à recevoir 3 milliards.

Le Québec a peu d’outils pour faire flancher Ottawa, concède M. Barrette. « Le gouvernement fédéral s’est donné une loi qui lui donne tous les pouvoirs en transferts en santé. Ils ont le bâton au complet. La seule chose qui peut les faire bouger, c’est l’opinion publique. »

Le gouvernement Couillard n’est pas le seul dans cette situation. L’Ontario, le Manitoba, l’Alberta et la Colombie-Britannique sont dans la même impasse. Mercredi, M. Barrette a tenu à souligner que leur front commun dans ces négociations était « tout à fait uni ».

Le ministre dit toutefois avoir des contacts directs avec Ottawa dans ce dossier pour faire progresser le dossier du Québec. « Nous avons des contacts avec le gouvernement fédéral. Je ne peux pas aller plus loin. […] Il y a des contacts avec toutes les provinces. […] Plus on approche du budget, plus il y a une décision qui doit être prise. »

7 commentaires
  • Clermont Domingue - Abonné 15 février 2017 10 h 19

    Les familles d'abord.

    Le gouvernement Trudeau a déjà choisi d'aider les familles.La capacité d'endettement du fédéral est considérable, mais...
    Le gouvernement Couillard a le pouvoir de taxer et de lever des impôts.Québec a le choix; ou il maintient les services en santé, ou il renonce à baisser les impôts. On ne peut faire les deux.Tant pis pour monsieur Barrette; fallait pas donner la lune aux médecins spécialistes.

    • Gaetane Derome - Abonnée 15 février 2017 19 h 17

      Mme Domingue,

      D'année en année les transferts fédéraux en santé ont diminué,pourtant les contribuables des provinces paient des impôts au fédéral.Il est juste de demander que cela nous reviennent en partie.Sinon pourquoi payer des impôts au fédéral..Tant qu'a moi je rêve d'un pays pour le Québec et que les impôts soient payer a un même endroit.En attendant,je suis d'accord avec le ministre Barrette ici qui montre un peu de nationaliste.Il devrait même être plus sévère envers le gouvernement de M.Trudeau a ce sujet,quitte a déplaire a M.Couillard...

  • Gilles Théberge - Abonné 15 février 2017 10 h 42

    Contrairement à vous monsieur Barrette, je trouve que le Québec dispose d'un outil fondamental.

    Inutile d'appeler son député fédéral. Vous changeriez d'idée vous si on vous appelait?

    Non, le Québec à la capacité de faire son indépendance monsieur Barrette.

    Au lieu de continuer à jouer ce jeu dans un ultime dîner de con auquel vous êtes conviés régulièrement...

  • James R Godin - Inscrit 15 février 2017 10 h 52

    Une suggestion...

    monsieur Barrette. Vous dites « La seule chose qui peut les faire bouger, c’est l’opinion publique. »

    Alors pourquoi ne la defendez-vous pas cette position dans les autres provinces avec vos collègues respectifs? Je dois avouer que certaines interventions que vous avez faites à "Power Play" (peut être aussi Power & Politics, je ne suis pas certain) en ont réveillé plus d'un.

  • Nicole Delisle - Abonné 15 février 2017 12 h 54

    La seule chose à faire M. Barrette.....

    C'est d'enfin nous administrer nous-mêmes comme pays et ne plus attendre les décisions d'Ottawa néfastes pour le Québec! Ce n'est pas la première fois que nous vivons une chose semblable et vous le savez bien! M. Trudeau ne nous fera jamais de cadeau. Pour se garder au pouvoir, il doit satisfaire les autres provinces et par le fait
    même ne pas trop tenir compte de nous, ce qu'il fait admirablement bien d'ailleurs.
    Alors, attendre quelque chose de cette fédération, c'est illusoire. Seule notre indépendance peut nous sauver!

  • Jean Duchesneau - Abonné 15 février 2017 13 h 24

    Demandez à François Legault!

    À une certaine époque M. Barrette vous avez cru qu'avec la CAQ et François Legault vous pourriez faire progresser le Québec à l'intérieur de la fédération canadienne. Vous êtes reconnu pour être un négociateur hors paire. Alors, où est votre pouvoir de négociation? La seule voie possible, selon moi, c'est de cesser les menaces et prendre notre destinée en main. Les citoyens du ROC ne voient pas leur parlement provincial respectif de la même manière que vous et la plupart des Québécois francophones.