Faut qu'on se parle: des idées pour le Québec plein les cuisines

Jean-Martin Aussant, Gabriel Nadeau-Dubois, Maïtée Labrecque-Saganash et Claire Bolduc au lancement de leur initiative politique non partisane en septembre 2016
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Jean-Martin Aussant, Gabriel Nadeau-Dubois, Maïtée Labrecque-Saganash et Claire Bolduc au lancement de leur initiative politique non partisane en septembre 2016

Ils ont tenu 174 assemblées de cuisine et une dizaine de grandes assemblées publiques. Ils ont reçu un total de 6980 « idées d’actions » pour le Québec. À l’heure du bilan, les porteurs du projet Faut qu’on se parle lancent à leur tour une proposition : il ne faut « renoncer à rien ».

Rien de sorcier. Les instigateurs de Faut qu’on se parle ont fait le tour du Québec et de ses cuisines pour en revenir avec un constat plutôt sobre : « il y a une désarmante simplicité dans [les] priorités » qui animent les Québécois.

C’est-à-dire ? « Les gens ont envie d’un Québec dont les écoles sont belles, d’un Québec dans lequel ils ont plus de temps avec leur famille, d’un Québec qui assure à tous une vie digne, d’un Québec où tout se transporte plus facilement et sans polluer, d’un Québec où l’on pourrait se reconnaître », écrit Gabriel Nadeau-Dubois dans sa conclusion personnelle de cette tournée de « consultation citoyenne sur l’avenir du Québec ».

L’auteur et militant — qui attend la fin complète de l’aventure Faut qu’on se parle pour confirmer s’il se lance ou pas en politique active (probablement pour prendre la place de Françoise David dans Gouin) — cosigne avec huit autres personnalités le livre-bilan de l’aventure, Ne renonçons à rien. Un ouvrage dont le titre doit se lire comme un credo.

Il y a dans ces pages un certain portrait du Québec d’aujourd’hui (vu d’une lorgnette sociale-démocrate), et surtout de celui souhaité par les signataires et les participants de la tournée. Constats sur ce qui ne va pas, propositions sur ce qui devrait être, expériences de vie racontées… « Ce livre n’est pas un rapport, mais le bilan sensible de ces centaines d’heures passées à discuter, […] de ces soirées chaleureuses et vivantes pendant lesquelles une sorte de feu a semblé se rallumer », écrit le collectif.

Celui-ci propose en bout de piste huit projets centraux « qui sont autant de grandes tâches politiques » urgentes : faire de l’éducation une priorité nationale ; élaborer une politique industrielle écologique ; « démocratiser la démocratie » ; revoir le modèle culturel et médiatique ; assumer notre diversité ; réaliser la réconciliation avec les Premières Nations ; améliorer la couverture publique et l’accès aux soins de santé ; faciliter la vie des familles. À chaque grand thème ses déclinaisons et propositions — parfois très concrètes, parfois plus vagues.

Les signataires souhaitent maintenant que la vaste réflexion non partisane crée « du mouvement ». En entretien téléphonique, la comédienne et auteure Véronique Côté (responsable de la rédaction définitive du document) parle de « débloquer le débat public qui ressasse les mêmes idées avec les mêmes personnes ».

Similarités

Les lecteurs le verront d’emblée : l’esprit de plusieurs propositions de Faut qu’on se parle se retrouvait déjà dans le Manifeste pour un Québec solidaire, rédigé en 2005. D’autres ne sont pas éloignées de ce que le Parti québécois propose, reconnaît aussi l’agronome Claire Bolduc, ex-présidente de Solidarité rurale du Québec. Dans ce contexte, « la force des propositions, c’est qu’elles viennent des gens et qu’ils parlaient de manière non partisane », pense-t-elle.

« On a peut-être déjà entendu certaines idées ailleurs, ajoute Véronique Côté. Mais si quelqu’un se décidait à les mettre en oeuvre, elles pourraient provoquer de grands changements concrets. Ce n’est peut-être pas la révolution, mais les gens ne veulent pas la révolution : ils veulent juste vivre mieux. »

Elle poursuit : « Ce sont des idées qui ont été à la base de ce que nous avons fait de mieux, historiquement. Et ce sont des idées qui sont actuellement menacées de toutes parts. À quoi ça sert de les ramener sur la place publique ? Ça sert à dire que, pour le Québec que nous avons rencontré, ces idées sont encore importantes, capitales même, pour que l’avenir ressemble à nos aspirations. »

Entre convaincus ?

Justement, ce Québec rencontré était-il d’emblée acquis aux idées qui traversent le bilan de la tournée ? Les participants se sont-ils parlé entre convaincus ? « Nous avons réussi à nous extraire de nos cercles rapprochés et à entendre des gens dont le quotidien et les expériences n’avaient rien à voir avec ce que nous connaissions déjà », affirment les auteurs dans le texte.

Mais « est-ce qu’il y a eu plus de gens attirés par la social-démocratie ? demande Claire Bolduc. Oui, parce qu’on avait annoncé nos couleurs. Mais on a aussi eu des gens de toutes les allégeances politiques, de tous les horizons de pensée. Et ça a modulé certaines de nos positions. »

À partir d’aujourd’hui (le livre est lancé ce mercredi soir), la suite appartient désormais aux citoyens, disent les deux femmes. « Tant mieux s’ils se mettent en marche et que la mobilisation citoyenne se poursuit, exprime Mme Bolduc. Et tant mieux si des partis politiques s’approprient certaines idées. »

« Québec, fallait qu’on se parle. Maintenant, va falloir qu’on bouge. Ensemble », écrit le groupe d’auteurs — qui inclut notamment Jean-Martin Aussant, Maïtée Labrecque-Saganash et Alain Vadeboncoeur.


Écrire à neuf

Comment s’est fait le travail d’écriture d’un livre censé résumer près de 200 événements et 7000 idées autour de neuf cosignataires ? Véronique Côté, qui a dirigé la rédaction, parle d’un « immense travail d’équipe » qui s’est bâti tout au long de la tournée. Claire Bolduc, elle, y a vu un « travail de concertation incroyable pour arriver à rapporter ce qu’on entendait dans les assemblées et à trouver une ligne directrice qui se tient. C’était parfois ardu, on a beaucoup discuté, mais à la fin, tout le monde était à l’aise de signer ».

17 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 15 février 2017 01 h 31

    Bravo à un projet de société qui nous rappelle les pères de la Révolution tranquille.

    Félicitations au groupe «Faut qu'on se parle.» Finalement, on met en marche les idées qui ont animé la Révolution tranquille. Je retrouve chez eux, la vision des pères de la Révolution tranquille qui avaient à coeur le bien commun de la population. Les assemblées de cuisine des années soixante ont produit la nationalisation de l'électricité, la Commission Parent sur la démocratisation de l'éducation, la création des cégeps, les garderies publiques, abordables, la loi 101 et le bonheur collectif. J'espère que les idéaux qui ont inspiré la Révolution tranquille vont se réincarner avec les auteurs de ce projet de société magnifique.

    • Claude Bariteau - Abonné 15 février 2017 17 h 02

      Un point m'a plu plus que d'autres : les gens consultés veulent être considérés des citoyens et des citoyennes à part entière désireux de recourir aux valeurs fondamentales et collectives pour définir les contours du « vivre-ensemble ».

      C'est très important, car ça ne peut pas ne pas déboucher sur une exigence de la part des citoyens et des citoyennes d'avoir le contrôle de leur destin, ce qui implique un régime politique qui le permet. Comme l'actuel régime, même bonifié par une proportionnelle, n'y conduit pas, seule la mise en place d'un régime qui le permet ferait des citoyens et des citoyennes les bâtisseurs de leur destin collectif.

      Il y a là un cri du coeur qui implique de travailler ensemble dans cette direction, le reste ne pouvant qu'en découler.

  • Yves Côté - Abonné 15 février 2017 04 h 35

    Mais-mais-mais-mais-mais...

    Mais-mais-mais-mais-mais... ce serait-y que les Québécois disent qu'ils croient tant au bonheur de vivre que c'est ce qu'ils veulent pouvoir faire d'un pays qui leur ressemble !?!
    Et d'ailleurs une rumeur devient perceptible : Oh damn, they still are moving after all the money we put to get them definitely down !

    Maintenant debout mes amis(es), debout !
    Un Québec à notre mesure nous attend déjà.
    Vive le Québec libre et heureux !

    Tourlou !

  • François Genest - Inscrit 15 février 2017 05 h 28

    Cultivez vos liens

    Merci pour ce travail de titan. Nul ne doute des bonnes intentions des instigateurs de cette tournée et des nombreux participants si généreux de leur personne. Vous en sortez tous et toutes plus riches de rencontres véritables et c'est là un capital qui ne s'érode jamais. Chaque fois que vous douterez de vos combats à l'avenir, vous pourrez toujours vous resourcer à ce moment charnière de vos parcours respectifs, que vous soyez dans l'oeil des médias ou travaillant sans vagues au bonheur collectif. Comme dirait l'autre, le médium est le message, et le médium ici n'est pas Flahplayer ou Vidéotron, mais des gens en chair et en os qui peuvent se porter bien jsuqu'à un âge avancé et faire beaucoup de belles choses au cours de ces années.

  • Jean-Marc Tremblay - Abonné 15 février 2017 05 h 48

    peu d'ambition


    « il y a une désarmante simplicité dans [les] priorités » qui animent les Québécois... « Les gens ont envie d’un Québec dont les écoles sont belles, d’un Québec dans lequel ils ont plus de temps avec leur famille, d’un Québec qui assure à tous une vie digne, d’un Québec où tout se transporte plus facilement et sans polluer, d’un Québec où l’on pourrait se reconnaître »....


    .. tristement peu ambitieux le Québécois moyen..... fait pour un p'tit pain? ou peut-etre qu'il est plutot sage et zen apres tout? ...

    • Raymond Labelle - Abonné 15 février 2017 11 h 05

      Ces aspirations ressemblent à celles que l'on peut imaginer chez tout être humain, chacun dans son contexte.

      Et des aspirations aussi simples peuvent exiger beaucoup de combat et d'engagement lorsque l'on se rend compte de ce qu'il faut faire pour les réaliser pleinement.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 15 février 2017 12 h 00

      Pourquoi pas... plus sage et zen ! J'aime bien !

  • Jean-Luc Pinard - Abonné 15 février 2017 05 h 54

    Une démarche qui donne de l'espoir

    Merci à cette équipe de gens intègres pour leur contribution à une société meilleure. À nous maintenant, comme citoyens-nes, à participer au suivi de ce bilan.