Le PQ laisse le champ libre à Québec solidaire dans Gouin

«C’est un geste de bonne foi. La bonne foi appelle la bonne foi», a affirmé Jean-François Lisée en conférence de presse.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «C’est un geste de bonne foi. La bonne foi appelle la bonne foi», a affirmé Jean-François Lisée en conférence de presse.

Le Parti québécois (PQ) renonce à présenter une candidature dans la circonscription de Gouin, laissant le champ libre à Québec solidaire (QS). « On ne va pas se déchirer, nous allons reconnaître que c’est une circonscription qui est représentée par Québec solidaire. Nous n’allons pas tenter de ravir ce comté pour nous permettre de mieux dialoguer par la suite », a expliqué le chef du PQ, Jean-François Lisée, lors d’un point de presse à la permanence du parti à Montréal, lundi.

C’est pour démontrer son « sérieux » par rapport à la démarche de convergence des forces souverainistes que le Parti québécois a pris cette décision, a précisé M. Lisée. « Le combat entre Françoise David et [Nicolas] Girard [en 2012] a été déchirant, il a laissé des séquelles. On n’a pas besoin de ça », a-t-il fait valoir. L’objectif est de préparer l’élection générale de 2018, a-t-il soutenu, afin de « remplacer un gouvernement libéral toxique ».

Il a affirmé n’avoir rien réclamé de la part de QS en contrepartie de ce geste rarissime. « C’est un geste de bonne foi. La bonne foi appelle la bonne foi. Nous montrons que nous sommes sérieux et sincères. »

La députée Véronique Hivon, qui l’accompagnait, a ajouté que c’était « un geste d’espoir pour tous ceux qui réclament une collaboration entre les progressistes et les indépendantistes ».

Québec solidaire « déçu »

Se disant « déçu » par voix de communiqué, QS n’a pas souhaité accorder d’entrevue sur le sujet, lundi. « Malheureusement, les gens de Gouin n’auront pas l’opportunité de trancher entre les visions différentes portées par les deux formations politiques, que ce soit sur les plans de l’économie, de la transition énergétique, de l’accès à l’indépendance du Québec ou de l’inclusion », a déclaré la porte-parole par intérim de QS et députée Manon Massé.

Comme les libéraux ont bien peu de chance de l’emporter dans Gouin, elle remet en question la pertinence pour le PQ de se « désister ».

Québec solidaire annoncera le 26 mars prochain qui tentera de succéder à Françoise David, qui a pris sa retraite de la politique le mois dernier. Parmi les candidats pressentis figure l’ancien leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois.

Aux dernières élections générales, QS avait remporté cette circonscription avec une majorité de plus de 9700 voix.

Le PQ reconnaît avoir sondé les citoyens de cette circonscription, mais réfute en être venu à la conclusion qu’il serait battu par QS. « C’est un comté que nous avons représenté pendant de nombreuses années et que nous pourrions reprendre si on y mettait beaucoup d’énergie », a avancé Jean-François Lisée.

Le militant Paul St-Pierre Plamondon croit lui aussi que la tenue d’une bataille électorale dans Gouin aurait « eu des conséquences sur la possibilité de négocier une stratégie commune ». « Nous avons encore du temps pour réfléchir à une stratégie de convergence intelligente, donc envenimer l’atmosphère dans une partielle, ce n’est pas exactement une bonne idée », a-t-il fait valoir en entrevue avec Le Devoir.

En ce qui concerne sa volonté de se présenter, éventuellement, il affirme que son tour viendra. « Nul doute que je vais me porter candidat, mais à quel endroit et à quel moment ? Je suis flexible. Je suis toujours très occupé avec ma démarche. » Rappelons que l’ancien candidat à la chefferie du PQ est conseiller spécial pour « renouveler » le parti. Son rapport préliminaire, dévoilé la semaine dernière, soulignait la nécessité pour le PQ de reprendre contact avec la jeunesse.

Le suffrage dans Gouin doit se tenir, selon la loi électorale, avant le 19 juin prochain.

34 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 13 février 2017 14 h 06

    Un cadeau de «boite vide»


    «Il faut additionner nos forces», explique le chef péquiste Jean-François Lisée. «Dans Gouin, on ne va pas se déchirer.» - Le Devoir

    Le PQ est complètement hypocrite avec sa proposition creuse.

    Puisque Québec Solidaire dispose d'une avance de près de 10,000 voix dans Gouin.

    Si le PQ était sérieux dans ses histoires de convergences, c'est dans Laurier-Dorion qu'il aurait fallu qu'il se retire, où le Parti québécois a contribué à faire gagner le chic libéral Gerry Sklavounos! - Quelle belle réussite stratégique!

    Le soi-disant cadeau que nous donne ici Jean-François Lisée est donc un cadeau de «boite vide». Si ce n'est même un cadeau à lui-même qui évitera une autre cuisante défaite tout en économisant les frais d'une campagne aussi onéreuse qu'inutile.

    Québec Solidaire n'a pas besoin du PQ pour gagner.

    Le champ libre... Nous l'avons déjà!

    Christian Montmarquette

    Référence :

    Laurier-Dorion : Résultats officiels 2014:

    http://www.electionsquebec.qc.ca/francais/provinci

    • hugo Tremblay - Inscrit 13 février 2017 17 h 37

      En effet, QS n'a pas besoin du PQ pour gagner.....3 cisconscriptions.
      Et il fait gagner Couillard très bien dans les autres sans que ça ne les dérangent trop.
      Il y a pire que la droite, c'est la gauche qui veux tout et n'a rien.

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 février 2017 05 h 19

      À Gilles Tremblay,

      "Et il (QS) fait gagner Couillard.." - Gilles Tremblay

      Comme le mentionne Louise Trencia plus bas dans son commentaire.

      Pauline Marois n'avait pas opposé de candidat à Philippe Couillard dans Outremont.

      Mettons que pour faire gagner Couillard comme vous dites..

      Le PQ pouvait difficilement faire mieux, hein?

      Christian Montmarquette

      Outremont - Résultats officiels 2013:

      http://www.electionsquebec.qc.ca/francais/provinci

      "

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 février 2017 05 h 53

      À Gilles Tremblay ,

      "QS n'a pas besoin du PQ pour gagner.....3 circonscriptions." - Gilles Tremblay

      M. Tremblay,

      Saviez-vous qu'il faut à QS recueillir 105 700 votes pour détenir un siège à l'Assemblée nationale?

      Alors que la CAQ doit en obtenir 44 350, le PQ 35 000 et le PLQ, lui, seulement 25 000 ?

      - Si vous trouvez que Québec Solidaire n'a pas assez de députés.es à l'Assemblée nationale M. Tremblay.

      Vous devriez militer pour une véritable démocratie et le scrutin proportionnel au lieu de blâmer QS.

      Parce qu'à 10% des appuis populaires au Québec, dont 17% du vote francophone...

      Ce n'est pas 2 ou trois députés.es que Québec Solidaire devrait avoir en toute justice. Mais 10 ou 12 députés.es.

      Christian Montmarquette

    • Sylvain Auclair - Abonné 14 février 2017 10 h 09

      M. Sklavounos n'a pas démissionné.

      Si jamais, à ce moment, le PQ vous laissait Laurier-Dorion, que lui laisseriez-vous en échange?

    • Colette Pagé - Inscrite 14 février 2017 11 h 17

      Au lieu d'enterrer la hache de guerre, QS choisi de poursuivre sa détestation du PQ. Pas de quartier pour le PQ.Un geste d'ouverture qui sauf erreur est sans précédent dans l'histoire électorale du Québec.

      Partant delà, avec cette persistante mauvaise foi, il ne faudrait se surprendre qu'à la prochaine élection son duo de députés reste au mieux inchangé et au pire si le comté de Madame Massé disparaît et qu'Amir Khadir décide de ne pas se représenter QS pourrait ne plus être représenté à l'Assemblée nationale.

      Ce scénario qui semble plus réaliste que pessimiste n'ébranle pas les certitudes de QS qui préfère toujours le vent dans les cheveux perdre seul que gagner avec le PQ. De la convergence nenni ! Vaut mieux foncer dans le mur et conserver sa virginité.

      Dans ce contexte, pourquoi le jeune Dubois voudrait-il aller à l'abattoir ?

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 février 2017 12 h 38

      À Claude Gélinas,

      "Partant delà, avec cette persistante mauvaise foi.." - Claude Gélinas

      Ce n'est pas de la mauvaise foi.

      C'est un choix est politique.

      Quand le PQ aura démontré qu'il est suffisamment à gauche et progressiste pour ne pas avoir à le combattre, et ce, tout autant que les libéraux. QS pourra commencer à considérer certaines ententes électorales.

      Parce qu'il ne sert à rien de remplacer éternellement les néolibéraux rouges pro-austérité du Parti libéral, par des néolibéraux bleus pro-austérité du Parti québécois.

      Et j'en ai pour preuve que le PQ = Coupures dans l'aide sociale; déduction des pensions alimentaires aux enfants des prestations d'aide sociale; désinstitutionnalisation et mise à la rue des malades mentaux sans services et sans suivi; 10 milliards par année de cadeaux aux banques et aux multinationales; 800 millions en cadeaux pour les multinationales minières étrangère en 2013; rejet de Pharma-Québec; augmentations records des tarifs d'électricité; libre-échange néolibéral; dogme du déficit zéro; politiques d'austérité; attaques aux services publics par le retrait de 17,000 employés.es de la fonction publique; développement du gaz de schiste à Anticosti; construction d'une centrale électrique à Val-Jalbert; 2 millions de fraudes électorales; système de prête-noms avec SNS-Lavalin; deux arrestations par l'UPAC dont l'attaché politique de Pauline Marois; rejet du scrutin proportionnel en 2011; trahisons d’engagements électoraux : maintien de la taxe-santé; augmentation des frais de scolarité et coupures dans l’aide sociale entre 2012 et 2014.

      - CQFD

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 février 2017 13 h 11

      À Sylvain Auclair,

      "Si jamais, à ce moment, le PQ vous laissait Laurier-Dorion, que lui laisseriez-vous en échange?" - Sylvain Auclair

      Ce n'est pas à moi à décider mais à Québec Solidaire.

      Mais tant qu'à moi,

      Je laisserais au Parti québécois toute la convergence qu'il veut avec la CAQ. Puisque sans référendum au programme durant plus de 28 ans en 2022, ces deux partis provincialistes de droite n'ont plus rien qui les différencient l'un de l'autre.

      Les péquistes auraient d'ailleurs en prime tout le plaisir de retrouver leur ancien ministre des finances et de l'Éducation, François Legault.

      Christian Montmarquette



      .

    • Serge Morin - Inscrit 14 février 2017 15 h 48

      Qu'il est difficile d'aimer! un maître de l'acrimonie.

    • André Joyal - Inscrit 14 février 2017 21 h 46

      M.Montmarquette: vous revenez continuellement avec votre argument massu: «Puisque sans référendum au programme durant plus de 28 ans en 2022...»

      Si le PQ avait organisé un référendum en 2003 ou en 2013 et s'il pouvait en organiser un en 2020: Quel aurait été ou serait le résultat?

    • Christian Montmarquette - Abonné 16 février 2017 04 h 04

      À André Joyal,

      "M.Montmarquette: vous revenez continuellement avec votre argument massu: «Puisque sans référendum au programme durant plus de 28 ans en 2022...» Si le PQ avait organisé un référendum en 2003 ou en 2013 et s'il pouvait en organiser un en 2020: Quel aurait été ou serait le résultat?" - André Joyal

      Le premier résultat, c'est que les péquistes se seraient eux-mêmes contraints d'expliquer, de vendre, de promouvoir et de construire des appuis stables à l'indépendance pour pouvoir parvenir à se faire élire là-dessus.

      Et en fait, les référendum eux-mêmes sont des occasions de mobiliser, de promouvoir l'indépendance.

      Mais le fond de cette histoire,

      C'est que le PQ est devenu beaucoup trop à droite pour faire de l'indépendance un projet de société vendeur et emballant pour l'ensemble citoyens et citoyenne du Québec et que sa coquille-vide identitaire ne parvient à convaincre que des convaincus.es

      C'est d'ailleurs exactement pourquoi l'indépendance est même devenue une entrave aux politiques néolibérales du Parti québécois.

      De plus en plus nombreux sont ceux qui ont compris qu'il ne servira à rien de remplacer les abuseurs et les oppresseurs du peuple canadiens, par des abuseurs et des oppresseurs du peuple Québécois.

      Christian Montmarquette

  • Pierre Robineault - Abonné 13 février 2017 14 h 17

    Tout ça ...

    ... après avoir consulté les votants autant que les militants, je suppose?
    J'habiterais Gouin que serais en beau maudit! À mes yeux, Québec Solidaire a un rôle important à jouer en politique Québécoise, mais pourquoi aurait-il fallu que l'on s'entredéchire. Je suis hélas de plus en plus déçu par vous-pouvez-deviner-qui.

  • Colette Pagé - Inscrite 13 février 2017 14 h 48

    Excellente initiative concrète !

    Bien qu'Amir Khadir n'ait rien dit pour favoriser cette initiative il faut la saluer et souhaiter que QS gagne cette partielle.

    • André Joyal - Inscrit 13 février 2017 19 h 54

      À vaincre sans péril,il n'y aura pas de gloire

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 février 2017 05 h 34

      À Claude Gélinas,

      "Amir Khadir n'ait rien dit pour favoriser cette initiative.." - Claude Gélinas

      Ce n'est pas au PQ de décider des positions de QS.

      Et Amir était en parfaite concordance avec la position de Québec Solidaire qui a rejeté la proposition de Lisée et l'a sommé de présenter son candidat.

      - Cessez de pleurnicher comme des enfants et de blâmer les autres pour vos défaites. Tenez-vous debout comme des adultes, défendez vos idées et battez-vous si vous voulez des victoires.

      Le PQ n'a plus de projet et ne donne plus que dans le tripotage électorale pour essayer de gagner des votes.

      Débarquer les libéraux n'est pas un projet de société.

      Ef surtout pas pour le remplacer par un PQ qui fait la même chose que le PLQ quand il est au pouvoir.

      Christian Montmarquette

    • Jacques Patenaude - Abonné 14 février 2017 13 h 06

      "- Cessez de pleurnicher comme des enfants et de blâmer les autres pour vos défaites. Tenez-vous debout comme des adultes, défendez vos idées et battez-vous si vous voulez des victoires."@montmarquette

      Vous ne trouvez pas que ça fait un peu macho?

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 février 2017 13 h 33

      "Vous ne trouvez pas que ça fait un peu macho?" -Jacques Patenaude

      - Apprenez donc M. Patenaude, qu'il existent nombre de femmes qui savent se battre et se tenir debout bien d'avantage que plusieurs hommes.

      La combativité n'est pas une affaire de sexe.


      Christian Montmarquette

  • Maxim Bernard - Abonné 13 février 2017 16 h 53

    Quand même assez facile

    Il est vrai que le PQ savait qu'il allait perdre, donc il a préféré économiser des ressources au lieu de faire la guerre inutilement à QS.

    Est-ce que ça va aider pour les négos à venir ? Bof... déjà que Manon Massé a critiqué Lisée pour ne pas présenter de candidat, à la limite ça ne va rien donner de plus pour favoriser la convergence, sans toutefois nuire.

    Ce que j'ai bien plus hâte de voir, et qui sera beaucoup plus difficile pour le PQ, c'est combien de comptés il voudra bien laisser, et lesquels. De même pour QS, combien exigeront-ils ? Les négotiations les plus difficiles s'en viennent, et chaque camp voudra bien entendu en arracher le plus possible à l'autre parti.

    • Benoît Landry - Inscrit 13 février 2017 18 h 41

      C'est un simple calcul profit-bénéfice de part de Lisée.

      -Il n'était pas sûr de gagner alors cela aurait été considéré comme un camouflet contre lui.
      - Le PLQ ne perd, ni ne gagne rien dans cette circonscription, donc rien de tangible comme gain potentiel de vraient rentable dans une dernière année de mandat
      -Alors, le PQ économise les frais d'une campagne électorale, évite la honte d'une défaite et surfe tout ça sur le concept de sa bonne foi en la convergence.

    • André Joyal - Inscrit 13 février 2017 19 h 55

      Et le PLQ mourra de rire...

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 13 février 2017 17 h 00

    Enfin!

    Je suis heureux de cette décision: il la fallait si on veut que les choses changent au Québec, que les «vraies affaires» ne soient plus seulement les affaires.