Le PQ, «un parti figé, conservateur et vieillissant», selon St-Pierre Plamondon

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, et Paul St-Pierre Plamondon, à qui il avait confié la tâche d’ausculter les Québécois
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, et Paul St-Pierre Plamondon, à qui il avait confié la tâche d’ausculter les Québécois

Paul St-Pierre Plamondon n’y va pas par quatre chemins. Après avoir été un « parti réformiste, inventif et brasse-camarade », le Parti québécois est devenu « un parti figé, conservateur et vieillissant » aux allures de « club social », écrit-il dans un rapport coup-de-poing dévoilé à l'issue de « la plus vaste consultation en ligne » de l’histoire du Parti québécois (PQ).

Plusieurs Québécois ont le sentiment que le parti politique fondé par René Lévesque a renié ses convictions humanistes durant l’année référendaire de 1995 pour privilégier une approche « plus utilitariste » et « plus électoraliste », note-t-il après avoir consulté près de 2000 personnes, dont de nombreux « Québécois à qui le PQ n’avait pas parlé depuis longtemps ».
 

Le conseiller spécial au renouvellement du PQ a observé aux quatre coins du Québec un profond désintérêt de la population québécoise pour la politique ainsi que le « souverainisme ». « On retrouve chez les membres un sentiment partagé selon lequel l’argumentaire n’a pas été actualisé ni communiqué, de sorte qu’il n’y a aucune appropriation du destin national par la génération montante », conclut-il dans un rapport préliminaire de 41 pages.

Ainsi, M. St-Pierre Plamondon appelle l’état-major du PQ à mettre au rebut « tout le matériel nostalgique », y compris les affiches référendaires « Oui, et ça devient possible » de 1995, et à redoubler d’efforts pour « actualiser son argumentaire [et] laisser la relève se l’approprier ».
 

À ses yeux, le PQ a actuellement toutes les allures d’un « club social de gens qui, quoi que très sympathiques et faciles d’approche, se connaissent depuis longtemps et […] s’autosuffisent ».

Débat sur les signes religieux

M. St-Pierre Plamondon a aussi noté au cours des derniers mois que « la quasi-totalité des jeunes » avec qui il a jasé 10 ans après le coup d’envoi de la commission Bouchard-Taylor ont « peu d’intérêt pour le débat sur les signes religieux ».

À l’Assemblée nationale, l’aile parlementaire péquiste ne ménage pas pour autant ses efforts pour renforcer le projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État, notamment en y incluant une interdiction aux employés de l’État en position de coercition d’arborer un signe religieux. « L’identité québécoise, si elle se limite à rimer avec laïcité, ne soulève aucun intérêt au sein de ce groupe d’âge, bien qu’il ne soit pas contre le principe de laïcité pour autant. Il s’attend à juste titre à ce que l’identité soit plutôt fondée sur la culture et la langue et souhaite que le Parti québécois ait un plan convaincant en ce sens », écrit M. St-Pierre Plamondon.

Le chef du PQ, Jean-François Lisée, a attrapé la balle au bond mercredi avant-midi. « Ma première question au premier ministre [de la session d’hiver], c’était de prendre des mesures significatives pour faire reculer la discrimination, le racisme, et faire augmenter l’intégration. Et ça, c’est un message auquel on croit, et ça tombe bien, c’est un message auquel les jeunes croient », a-t-il soutenu.

Le PQ a pris une ride

Le PQ compte 89 000 membres, selon les données internes les plus récentes (janvier 2017). Plus des deux tiers d’entre eux sont âgés de plus de 55 ans (60 000 personnes). En revanche, le PQ dénombre 12 680 membres âgés de 16 à 40 ans (14 %) et 15 710 membres âgés de 40 à 55 ans (18 %).

[Le parti compte aujourd'hui] beaucoup plus de membres âgés de moins de 40 ans (12 680) qu’il y en avait il y a 15 ans (8190).


« Le Parti québécois est considéré à juste titre comme un parti vieillissant », souligne l’avocat de 39 ans. M. St-Pierre Plamondon prend toutefois soin de mentionner que le PQ a aujourd’hui « beaucoup plus de membres âgés de moins de 40 ans [12 680] qu’il y en avait il y a 15 ans (8190) ».

Pour rajeunir le PQ, il recommande notamment au chef péquiste d’enjoindre à tous les membres de l’exécutif âgés de plus de 70 ans de « trouver un protégé de moins de 40 ans à qui céder leur siège pour ensuite lui offrir du mentorat activement pendant une période d’au moins deux ans ».

M. St-Pierre Plamondon s’était vu confier à l’automne 2016 le projet « Osez repenser le PQ » par Jean-François Lisée. Il a pris au mot ce dernier. « On a demandé à Paul St-Pierre Plamondon d’aller écouter les gens — les gens qui sont dans le parti et les gens qui ne sont pas dans le parti — pour qu’il nous dise quelle est [leur] perception de ce qui cloche. Puis, on en a eu pour notre argent ! » a lancé M. Lisée dans un point de presse mercredi.

Le rapport Plamondon ne connaîtra pas le même sort que celui des « trois mousquetaires » (2004), a promis l’élu, disant être déjà affairé à « beaucoup mieux connect[er le PQ] sur la jeunesse, sur la diversité, sur le monde de l’entreprise ».

«Revenir à la base»

La députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier, s’est dite sûre de voir le PQ rallier « encore plus de jeunes » en vue des prochaines élections générales. La nouvelle élue, qui est âgée de 24 ans, a qualifié de « très intéressant à plusieurs égards » le rapport Plamondon.

« Je ne dirais pas qu’on est déconnectés, par contre. Je vois un peu ce qu’il veut dire. Je pense qu’il faut davantage revenir à la base du Parti québécois, aux valeurs de social-démocratie par exemple. Il faut aussi être plus à l’écoute de la population, et ça, c’est quelque chose que Jean-François Lisée veut faire », a-t-elle affirmé dans une mêlée de presse mercredi avant-midi.

108 recommandations

Pour redynamiser le PQ, il propose pas moins de 108 recommandations, parmi lesquelles on trouve :
  • Demeurer cohérents et clairs en tout temps, tant pendant la préparation des prochaines élections que durant le mandat;
  • Préparer une trousse d’accueil pour les nouveaux militants;
  • Ranger toutes les pancartes de 1995 et tout le matériel nostalgique pour créer du matériel de 2017 en source ouverte;
  • Centrer les communications du PQ autour d’un discours constructif et positif;
  • Canaliser la frustration des gens vers des solutions constructives;
  • Demander aux caribous d’être plus empathiques et respectueux envers les non-caribous;
  • Développer un rapport à l’anglais différent de celui des baby-boomers.



À voir en vidéo