Les hostilités reprennent à l’Assemblée nationale

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a invité les chefs des autres partis à reconnaître leurs propres excès de langage.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a invité les chefs des autres partis à reconnaître leurs propres excès de langage.

La trêve politique, tacite depuis l’attentat terroriste à la grande mosquée de Québec, s’est rompue brutalement lundi. À quelques heures de la reprise des travaux à l’Assemblée nationale, Amir Khadir a taxé le bureau du premier ministre de « racisme systémique ».

Après un décompte rapide, l’élu solidaire a relevé que les personnes issues de minorités visibles constituent moins de 2 % des 400 à 500 nominations faites bon an mal an par le ministère du Conseil exécutif. « Personne ne peut prétendre aujourd’hui que M. Philippe Couillard est raciste, d’accord ? » a-t-il précisé à l’issue du « caucus présessionnel » de sa formation politique lundi après-midi. « Mais le bureau du premier ministre, depuis des années — c’était comme ça aussi dans le temps de M. Charest, qui n’est pas plus raciste — [désigne à différents postes clés au sein de l’État une poignée d’individus racisés]. Donc, même si le responsable ne fait pas de discrimination raciale […] la manière dont c’est conçu […] fait en sorte qu’il y a une exclusion systématique, ce qu’on appelle donc “racisme systémique”. »

La coporte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a demandé au gouvernement Couillard de mettre sur pied une commission sur le racisme systémique. « L’heure n’est plus aux bons sentiments. Elle est à l’action », a-t-elle insisté. Le ton était donné.

D’autre part, les élus solidaires ont réitéré lundi leur refus d’appuyer le projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État, qui, selon eux, fait fi du « plancher minimum consensuel » des recommandations de la commission Bouchard-Taylor. M. Khadir a reproché aux libéraux d’appeler l’Assemblée nationale à adopter à l’unanimité le projet de loi 62 — « en deçà de toutes les attentes » — après « avoir été dans l’inaction la plus totale » depuis le coup d’envoi des travaux de la commission Bouchard-Taylor il y a 10 ans.

Se refusant de rédiger une « charte sur le linge », l’auteure du projet de loi 62, Stéphanie Vallée, s’est abstenue de donner suite à la recommandation du rapport Bouchard-Taylor (2008) d’interdire aux employés de l’État en position de coercition, c’est-à-dire les policiers, les procureurs, les juges et les gardiens de prison, d’arborer un signe religieux. Qui plus est, la ministre de la Justice a répété tout au long de l’automne que l’obligation de donner ou de recevoir des services de l’État à visage découvert ne vise pas à renforcer la neutralité religieuse de l’État, mais plutôt à renforcer la « sécurité » et faciliter l’« identification et le niveau de communication ».

« Bien sûr, d’autres partis pourraient dire : “Bien, moi, je pense qu’il aurait fallu aller encore plus loin pour ceci ou cela.” À ces partis de faire valoir ce point de vue lors de la prochaine campagne électorale. Mais, au moins, on aura posé un geste qui est attendu depuis longtemps [c’est-à-dire interdire le visage voilé lors de la prestation et la réception de services de l’État] », a déclaré M. Couillard vendredi dernier. Au terme d’une semaine éprouvante durant laquelle la vie de six membres de la communauté musulmane de Québec a été arrachée par un terroriste, il avait appelé les partis d’opposition à « adopter ensemble » le projet de loi inscrit au feuilleton depuis 20 mois « dans une unanimité qui rassurait la population sur ces enjeux » de vivre-ensemble au cours de la session d’hiver.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a dit lundi prendre au mot le premier ministre. « Il dit : “On devrait viser l’unanimité.” Il y a pas mal “unanimité” sur Bouchard-Taylor », a-t-il affirmé, impatient de prendre connaissance des amendements au projet de loi 62 élaborés par Mme Vallée.

M. Lisée a dit en outre espérer la reprise de l’examen du projet de loi 62 dans un climat serein au Parlement. « Moi, j’ai essayé de montrer l’exemple la semaine dernière, mais j’attends toujours que le premier ministre admette qu’il a eu des mots un peu déplacés lorsqu’il a dit que c’était intolérant de débattre de ces choses-là, M. Legault de faire des publicités mensongères sur les tchadors ou madame Massé dire qu’on était en état d’islamophobie systémique au Québec. Je pense que ç’auraient été des choses sur lesquelles j’aurai aimé les entendre revenir pour montrer l’exemple pour la suite », a-t-il lancé lors d’une entrevue en fin de journée à ICI RDI. « J’ai encore espoir. »

Avec Marie-Michèle Sioui et La Presse canadienne

28 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 7 février 2017 02 h 35

    Faux...

    "Personne ne peut prétendre aujourd’hui que M. Philippe Couillard est raciste" dit Monsieur Lisée.
    Faux.
    Moi je le prétends.
    Et il en est de même au sujet des sentiments et comportements politiques de Monsieur Charest.
    A mon avis, oui ces deux sont bel et bien racistes. Mais d'un racisme masochiste; auto-destructeur pour leur propre peuple francophone et de culture sans cesse plus en péril.

    Bon, à la réflexion, au fond je me trompe peut-être ?
    Apèrs tout, il est possible qu'ils ne se considèrent tous deux ne même pas pas faire partie de notre peuple ?
    Sais pas...

    Tourlou !

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 février 2017 07 h 37

      À Yves Côté,

      Si vous considérez les libéraux comme des racistes M. Côté..

      - De quoi qualifiez-vous le nationalisme identitaire du PQ exacerbé par sa Charte durant 7 mois de débats sans résultats, et sa volonté de foutre à la porte de la fonction publique des milliers de musulmanes portant le voile?

      Christian Montmarquette

    • Anne Arseneau - Abonné 7 février 2017 08 h 25

      M. Montmarquette,

      La charte visait tous les signes religieux ostentatoires...et nous étions plus que nombreux à être contre des congédiements.

      Et y-a-t-il vraiment des milliers de musulmanes voilées qui travaillent dans la fonction publique où s'agit-il d'une fausse information de votre part?

    • Benoit Toupin - Abonné 7 février 2017 11 h 04

      M Montmarquette,

      Le Québec est une terre de liberté qui est très critique à l'égard des religions; le Québec est une des sociétés des plus égalitaires à l'égard des droits des femmes même si tout n'est pas réglé...

      Le Québec reconnait unaniment la liberté de pratique religieuse dans l'espace privé et à l'intérieur des communautés de pratiquants et ce, tout en demeurant très critique des religions elle-mêmes. L'attentant de Québec à mis en relief que les religions sont essentiellement à la recherche de la paix. Il n'en demeure pas moins que les religions sont en décalage sévère avec la société québécoise en ce qui a trait, entre autres, à l'égalité hommes-femmes. Les religions qui refusent d'envisager ce décalage risquent de susciter des tiraillements sociaux et placent leurs adeptes dans l'inconfort.

      L'État, en juste arbitre, doit voir à trouver le difficile équilibre entre la liberté individuelle et le consensus généralisé concernant la laïcité de l'état et l'égalité de tous les individus.

      Il faudrait peut-être cesser de condamner ceux qui auront eu le courage de rechercher ce juste équilibre. Les porteurs de ballon méritent que nous évitions le procès d'intention et que nous reconnaissions que la discussion a été contaminée; mais les causes et les sources en sont multiples. Nous reconnaissons que le projet est resté inachevé vu le statut de minorité du gouvernement et de l'élection.

      Mais au total, je trouve nettement excessif de parler nationalisme identitaire. En exagérant et disqualifiant sans nuance et à des fins partisannes toutes actions, nous contamminons ce qu'il y de plus créatif, la liberté de tous d'exprimer ses préoccupations, sans jugement de valeur et de pertinence. Les beaux principes et les procès d'intentions sont générateurs de tabous néfastes.

      Le libre arbitre qu'est l'État a besoin d'un espace de liberté et crédibilité. Si jamais QS assume le pouvoir, vous m'en direz des nouvelles...

    • Gilles Théberge - Abonné 7 février 2017 11 h 45

      Et bien, nous voilà en plein débat sur la pureté des intentions avec un petit biais qui n'est pas piqué des vers.

      Et à la fin, tout le monde boitera, comme le roi Couillard qui boîte sans sans même s'en apercevoir :
      https://m.youtube.com/watch?v=SuVCXSi1x8k

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 février 2017 13 h 03

      À Anne Arseneau,

      "La charte visait tous les signes religieux ostentatoires.." - Anne Arseneau

      C'est nier la méthode que PQ a utilisée pour faire son "Wedge Politic" sur le dos des musulmanes.

      Il est consternant de voir certains péquistes aveugles de l'énorme clivage social que le PQ a provoqué autour du voile durant des mois avec leur débat sur la Charte, puis durant les élections dont ils ont fait leur principal enjeu.

      Et c'est un secret de polichinelle que les principales employées de l'État visées de congédiements et d'exclusion de la fonction publique étaient des musulmanes et non les autres.


      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 février 2017 13 h 20

      À Benoit Toupin,

      "Il faudrait peut-être cesser de condamner ceux qui auront eu le courage de rechercher ce juste équilibre." - Benoit Toupin

      Merci de votre commentaire posé M. Toupin.

      C'est quelque chose que j'apprécie toujours, contrairement à la foire d'insultes à laquelle je suis presqu'habitué.

      Mais nier le virage identitaire du Parti québécois, c'est à mon avis nier une grande part le la réalité.

      Dépourvu de référendum au programme durant 28 ans en 2022. Et trop à droite au plan économique pour se distinguer du Parti libéral. Le PQ a choisi d'opter pour le clivage identitaire pour tenter de mobiliser et conserver ses ouailles dans ses rangs et se trouver une cause.

      Vous avez parfaitement le droit de penser différemment.

      Mais je ne suis franchement pas d'accord et je suis loin d'être le seul.

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 février 2017 19 h 45

      À Benoit Toupin,

      "Il faudrait peut-être cesser de condamner ceux qui auront eu le courage de rechercher ce juste équilibre." - Benoit Toupin

      Merci de votre commentaire posé.

      C'est quelque chose que j'apprécie toujours, contrairement à la foire d'insultes à laquelle je suis presqu'habitué.

      Mais nier le virage identitaire du Parti québécois, c'est à mon avis nier une grande part le la réalité.

      Dépourvu de référendum au programme durant 28 ans en 2022. Et trop à droite au plan économique pour se distinguer du Parti libéral. Le PQ a choisi d'opter pour le clivage identitaire pour tenter de mobiliser et conserver ses ouailles dans ses rangs et se trouver une cause.

      Vous avez parfaitement le droit de penser différemment.

      Mais je ne suis franchement pas d'accord, et je suis loin d'être le seul.

      Christian Montmarquette

      .

  • Christian Montmarquette - Abonné 7 février 2017 07 h 00

    Couillard propose de revenir à la charité chrétienne.

    Dans sa dernière entrevue à "Tout le monde en parle", Philippe Couillard a proposé que la population du Québec fasse des dons pour soutenir les familles éprouvées par les attentats de Québec.

    Autrement dit, il propose de revenir à l'époque rétrograde des quêteux et de la charité chrétienne.

    - Consternant.

    Quand on sait que non seulement le Québec administre plus de 100 milliards par année de fonds publics. Mais que le gouvernement libéral est fortement responsable du pourrissement de la situation de par sa négligence en matière de laïcité de l'État, puisqu'il n'a donné aucune suite au rapport de la Commission Bouchard-Taylor depuis toutes ces années qu'il est au pouvoir.

    Christian Montmarquette

    La chanson du quêteux '' La Bottine Souriante'' :

    https://youtu.be/UwD1xS6DZJw?t=6s


    ,

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 7 février 2017 12 h 13

      Consternant,oui.
      Alors pourquoi supporter sa réélection ?

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 février 2017 12 h 37

      À Jean-Pierre Grisé,

      "Alors pourquoi supporter sa réélection?" - Jean-Pierre Grisé

      - Et vous?

      - Pourquoi supportez-vous un parti qui fait la même chose?

      PQ = Coupures dans l'aide sociale; déduction des pensions alimentaires aux enfants des prestations d'aide sociale; désinstitutionnalisation et mise à la rue des malades mentaux sans services et sans suivi; 10 milliards par année de cadeaux aux banques et aux multinationales; 800 millions en cadeaux pour les multinationales minières étrangère en 2013; rejet de Pharma-Québec; augmentations records des tarifs d'électricité; libre-échange néolibéral; dogme du déficit zéro; politiques d'austérité; attaques aux services publics par le retrait de 17,000 employés.es de la fonction publique; développement du gaz de schiste à Anticosti; construction d'une centrale électrique à Val-Jalbert; 2 millions de fraudes électorales; système de prête-noms avec SNS-Lavalin; deux arrestations par l'UPAC dont l'attaché politique de Pauline Marois; rejet du scrutin proportionnel en 2011; trahisons d’engagements électoraux: maintien de la taxe-santé; augmentation des frais de scolarité et coupures dans l’aide sociale entre 2012 et 2014.

      Christian Montmarquette

    • Gaetane Derome - Abonnée 7 février 2017 19 h 48

      M.Montmarquette,

      Je remarque quelques erreurs dans les faits que vous rapportez.Ainsi,ladésinstitutionnalisation a commencé dans les années 1960...Et le PQ n'a été au pouvoir la première fois qu'en 1976..Le but était louable c'était pour redonner une dignité aux patients atteints de problème de santé mentale.Mais d'accord avec vous que l'argent n'a pas suivi le patient.Il faut mettre plus d'efforts et de sous en psychiatrie et services sociaux pour ces patients.

    • Christian Montmarquette - Abonné 8 février 2017 10 h 53

      C'est oublier, si ce n'est nier, les conséquences les plus néfastes du "virage ambulatoire" et la responsabilité intrinsèque du ministre péquiste Jean Rochon.

      Ici comme ailleurs.. PQ - PLQ = Même combat !

      Bilan de la réforme Rochon :

      http://archives.radio-canada.ca/sante/sante_publiq

      .

  • Robert Morin - Abonné 7 février 2017 07 h 00

    Le dénigrement du Québec se poursuit...

    Nous avons eu droit hier soir, sur les ondes de la CBC (The National), à un enième reportage dans lequel le Québec est dépeint comme une province inhospitalière aux immigrants, fermée et intolérante, comparativement au ROC, multiculturaliste, ouvert et telement tolérant. Voilà les «faits alternatifs» véhiculés régulièrement dans le Rest of Canada...Voilà un enième exemple de dénigrement systématique et mesquin du Québec («Qwebec Bashing») et par le diffuseur public financé en partie par nos impôts! Cela aussi représente une forme discrimination publique et d'opération de stigmatisation d'une minorité, des comportements qu'on a pourtant décriés pendant toute la semaine dernière. Où sont nos politiciens lorsqu'il s'agit de faire cesser ces propos haineux à l'endroit des Québécois?

    • Gilles Théberge - Abonné 7 février 2017 09 h 51

      Il ne sont nulle part parce qu'ils sont "ethno masochiste" ce qui consiste à croire et prétendre que la société Québécois a plus de torts que de raisons.

      Il faut être dans ce esprit pour battre sa coulpe en permanence devant un segment de la population qui ne peut que tirer avantage de la situation.

      Et pendant ce temps, "l'aggiornamento" des musulmans tarde, ce qui laisse entrevoir des problèmes qui pourrissent sous le tapis.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 7 février 2017 12 h 23

      Il est évident que le PLQ aime le "Qwebec Bashing" ca apporte de l'eau a son moulin et surtout ca en enleve aux souverainistes.
      Quand sortirons-nous de cette galere ?

    • Robert Laroche - Abonné 7 février 2017 13 h 16

      Quand la peur et l'inconfort dû à la différence se traduit inconsciemment par le comportement d'attaquer et de rabaisser l'autre c'est à dire ce qui est différent.

      Cela demande une certaine estime de soi et maturité pour ce tenir debout dans la différence sans peut et sans reproche.

  • Pierre Martin - Inscrit 7 février 2017 07 h 11

    Attentat, censure et bêtise

    Depuis l'attentat de la mosquée de Ste-Foy, j'ai entendu l'ex-ministre de la sécurité publique, l'inéffable Jacques Dupuis prétendre que la cause des crimes haineux était le débat identitaire!!! Thèse libérale, dont le premier ministre Couillard va nous répéter sa litanie jusqu'à l'extinction de ces indésirables nationalistes!

    L'inaction et la confusion dans lesquelles nous plonge les Libéraux en préservant les susceptibilités des communautés issues de l'immigration massive (clientélisme), n'est-elle pas davantage source d'insatisfaction et de conflits?

    Il y a en outre cette idéologie mensongère qui veut que les communautés immigrantes devraient pouvoir se regrouper en petits ghettos afin de recréer les conditions de vie de leur terre natale? Quelle hypocrisie! Comment peut-on souscrire à l'intégration de nos immigrants en les encourageant dans la perpétuation de leur passé en pensant que de cette manière ils seront disposés à bâtir le futur en s'intégrant à leur nouvelle terre d'accueil?

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 7 février 2017 07 h 30

    Bref !

    « Mais le bureau du premier ministre (…) fait en sorte qu’il y a une exclusion systématique, ce qu’on appelle donc “racisme systémique”. » (Amir Khadir, QS) ; « J’ai encore espoir. » (Jean-François Lisée, chef, PQ)

    De ces citations, douceur double :

    A Vraiment ? Si ce député devenait le pm, quelle serait sa politique avec le dit « racisme systémique » ? ;

    B C’est bien l’espoir, mais il faut aller plus loin, le réaliser d’exemples !

    Bref ! - 7 fév 2017 -