Eva Ottawa explique son départ du Conseil du statut de la femme

Pour «être sincère envers elle-même», Eva Ottawa a remis sa démission lundi.
Photo: Renaud Philippe Archives Le Devoir Pour «être sincère envers elle-même», Eva Ottawa a remis sa démission lundi.

La présidente démissionnaire du Conseil du statut de la femme, Eva Ottawa, a décidé de quitter ses fonctions en raison de ses positions « parfois inconciliables » avec celles des autres membres du conseil, notamment sur la priorité à donner aux enjeux autochtones.

À la surprise générale, le Conseil des ministres a nommé mardi Louise Cordeau au poste de présidente du CSF. L’annonce coïncidait avec celle concernant la démission d’Eva Ottawa, quatre mois seulement après son entrée en poste.

Jeudi, l’Attikamek a publié un communiqué expliquant sa décision. « Depuis mon entrée en fonction, je me suis rendu compte que mon désir de prioriser les dossiers autochtones, entre autres le féminisme autochtone, ma vision, et mes idées bien arrêtées sur les enjeux devenaient parfois inconciliables avec la fonction de présidente du Conseil et la mission de l’organisation », a-t-elle écrit. « […] Mon intégration et mon adaptation, compte tenu de mon bagage culturel, n’[ont] aussi pas été facile[s]. L’arrimage de tous ces aspects avec l’organisation présentait donc des défis importants sur lesquels nous avons travaillé ensemble. Malgré nos efforts, des écarts subsistaient. »

Pour « être sincère envers elle-même », Eva Ottawa a remis sa démission lundi. Sa successeure a été nommée dès le lendemain.

« Je tiens à féliciter Mme Louise Cordeau pour sa nomination et lui souhaite un très bon succès, a ainsi écrit la présidente sortante. Malgré mon départ, je conserve d’excellentes relations et un excellent souvenir de mon passage au Conseil. Je remercie les membres du Conseil pour leur soutien et leur implication, et le personnel pour leur accueil et leur dévouement. »

Louise Cordeau entrera en poste le 6 février. Cette avocate de formation, toujours membre du Barreau, a exercé le droit pendant huit ans, pour ensuite devenir directrice de cabinet du président de l’Assemblée nationale du Québec. Elle a plus tard dirigé la station de Québec de Radio-Canada pendant six ans, avant de devenir éditrice et chef de la direction du Journal de Québec.

1 commentaire
  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 2 février 2017 18 h 53

    CSFA

    Mme Ottawa devrait présider un Conseil du statut de la femme autochtone, à créer?