Le ministre Coiteux veut éviter la surenchère sécuritaire

Québec déploie des efforts importants afin de prévenir les crimes haineux, insiste le ministre Martin Coiteux.
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Québec déploie des efforts importants afin de prévenir les crimes haineux, insiste le ministre Martin Coiteux.

L’État québécois ne versera pas dans une surenchère sécuritaire dans la foulée de l’attaque terroriste contre la grande mosquée de Québec, soutient le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

« Regardons la réalité en face. On ne va pas vivre dans un État policier où il y aura un mouchard dans chaque ordinateur de chaque citoyen pour capter chacun[e] des choses qu’il aurait écrites avec son clavier », a-t-il déclaré en marge du caucus présessionnel des élus libéraux jeudi avant-midi.

Le gouvernement québécois déployait et déploie des efforts importants afin de prévenir les crimes haineux, a-t-il insisté, cherchant à dissiper l’impression selon laquelle il aurait ignoré des mises en garde de représentants de la communauté musulmane.

Des inquiétudes

Une demi-douzaine de Québécois de confession musulmane avaient exprimé le 12 septembre dernier leurs inquiétudes aux ministres Martin Coiteux (Sécurité publique et Affaires municipales) et Kathleen Weil (Immigration, Diversité et Inclusion) devant la multiplication de crimes haineux visant la communauté musulmane. « Nous n’avons pas parlé de menaces précises, concernant des lieux de culte par exemple », a précisé M. Coiteux lors d’un impromptu de presse.

« Quand il y a eu des incidents à caractère haineux dans des lieux de culte musulman, nous avons enquêté », a-t-il ajouté, plus de six mois après le dépôt d’une tête de porc ensanglantée devant l’entrée du Centre culturel islamique de Québec. Les policiers avaient échoué à épingler les auteurs du crime haineux. « Parfois, nous n’arrivons pas à rassembler la preuve pour nous mener à une arrestation, mais ça ne veut pas dire que les enquêtes ne sont pas faites », a insisté l’élu libéral.

M. Coiteux a néanmoins reconnu que les représentants de la communauté musulmane n’ont pas été mis au fait, comme ils auraient dû l’être, des mesures prises par l’État, notamment à la suite d’événements du genre. « Quel est le résultat de l’enquête ? Que pouvons-nous faire maintenant ? Que faisons-nous maintenant ? […] Nous devons améliorer la communication. C’est très important », a-t-il concédé.

Le gouvernement n’est pas demeuré les bras croisés après la rencontre du 12 septembre dernier, a poursuivi M. Coiteux. Il a dit « travailler » à lever les obstacles que doivent surmonter les musulmans pour accéder au marché de l’emploi ainsi qu’à mettre fin à la pénurie de cimetières musulmans.

Le ministre de la Sécurité publique a aussi dit être préoccupé par la diffusion de commentaires haineux sur Internet. Des « lumières rouges » doivent s’allumer si un individu, qui plus est en possession d’armes à feu, tient des propos xénophobes outranciers sur les réseaux sociaux. « Soyons clairs, c’est impossible de savoir ce qui se passe dans chacun des ordinateurs dans notre société. Nous ne vivons pas dans une dictature », a-t-il toutefois souligné.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 3 février 2017 06 h 14

    … totalitaires !

    « Soyons clairs, c’est impossible de savoir ce qui se passe dans chacun des ordinateurs dans notre société. Nous ne vivons pas dans une dictature » (Martin Coiteux, ministre, Sécurité publique, PLQ)

    Effectivement, l’État du Québec, ouvert à la différence ainsi qu’au domaine de la « critique », n’est pas une dictature bien qu’il autorise de multiple caméra de surveillance susceptible de sécuriser, dans certaines zones, le bien-être de la population !

    Cependant, la fameuse motion concernant l’islamophobie demeure comme « suffisante » pour éventuellement saisir certains indices de société capables de toute forme de méfaits non autorisés !

    Dictature ou selon, il n’appartient plus au Québec de faire appel, comme autrefois (époque de Duplessis-Léger), à des mécanismes dits …

    … totalitaires ! - 3 fév 2017 -

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 3 février 2017 09 h 43

    Ne troublez pas mon sommeil, dit le ministre


    Un résident de l’ouest de l’ile de Montréal a été arrêté plus tôt cette semaine pour ses propos haineux à l’égard des Musulmans.

    Était-ce la première personne au Québec à tenir de tels propos ? Pas vraiment. Les commentaires haineux abondent sur les médias sociaux.

    Combien y en a-t-il eu de personnes arrêtées avant l’attentat terroriste antimusulman de Québec ? À ma connaissance, aucun.

    Si le gouvernement Couillard avait beaucoup fait pour combattre le discours haineux, je comprendrais qu’il proteste contre ceux qui lui poussent dans le dos.

    Mais il n’a rien fait. Conséquemment, je ne comprends pas l’impatience du ministre.

    Les contribuables le paient pour agir et non se plaindre.