Au lendemain de l’attentat de Québec, Couillard veut aborder les enjeux identitaires autrement

Philippe Couillard
Photo: Paul Chiasson Archives La Presse canadienne Philippe Couillard

La tragédie survenue dimanche dans une mosquée de Québec devrait inciter les parlementaires à aborder les enjeux identitaires d’une autre façon, selon le premier ministre Philippe Couillard.

En marge d’un caucus de deux jours des députés libéraux réunis en vue de préparer la rentrée parlementaire de mardi prochain, M. Couillard s’est montré prudent, jeudi, sur la suite des choses sur le plan politique, insistant sur le fait que les prochains jours devaient faire place au recueillement et à la solidarité avec la communauté musulmane.

Il a dit qu’il ne se laisserait pas distraire par l’actualité politique et d’autres enjeux dans les jours qui viennent.

M. Couillard devait ensuite quitter Québec pour assister en après-midi à la cérémonie tenue à Montréal en guise d’appui à la communauté musulmane et en hommage aux victimes de l’attentat qui a fait six morts et une quinzaine de blessés. Vendredi, il assistera à une autre cérémonie semblable tenue cette fois à Québec.

Dans un deuxième temps, la tragédie devra permettre de réfléchir à la fois sur les façons de s’exprimer sur l’enjeu de la laïcité et la façon d’aborder cette question, a-t-il dit en substance, lors d’une mêlée de presse avant de rejoindre ses députés.

La prochaine session sera marquée notamment par l’étude article par article du controversé projet de loi 62, qui impose le visage découvert pour donner ou recevoir des services de l’État.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, qui parraine le projet de loi, a promis de présenter des amendements à sa législation, mais refuse d’en révéler la teneur.

Chose certaine, malgré les critiques de l’opposition, la ministre entend maintenir le cap et laisser intact l’esprit du projet de loi 62, qui ne prévoit aucune interdiction relative au port des signes religieux.

De son côté, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a nié avoir négligé de donner suite à une rencontre tenue en septembre avec des groupes de confession musulmane venus le sensibiliser aux problèmes rencontrés par leur communauté.

Le Devoir rapportait jeudi que ces groupes étaient venus exprimer leurs craintes devant la montée de l’extrême droite islamophobe au Québec et lui avaient remis un document contenant des recommandations, mais déploraient qu’il n’y ait pas eu de suite concrète.

 

9 commentaires
  • Robert Beauchamp - Abonné 2 février 2017 11 h 50

    Réfléchir

    M. Couillard! Assez réfléchi. Cessez de baratiner et mettez en application le rapport Bouchard-Taylor concernant l'action à prioriser de même que les gestes à poser concernant l'éducation et la prévention. Rapport que vous avez entre les mains. Arrêtez de discourir, le risque de contradictions dont vous avez la spécialité est élevé.

  • Nadia Alexan - Abonnée 2 février 2017 12 h 12

    Une Charte de laïcité s'impose!

    Le gouvernement Couillard doit instaurer une Charte de laïcité pour renforcer là neutralité de l'État et la séparation entre l'Église et l'État, le plus vite possible.

    • Pierre Fortin - Abonné 2 février 2017 17 h 09

      Malheureusement Madame Alexan, comment croire un homme qui méprise son propre peuple ? N'a-t-il pas déclaré dès son arrivée au pouvoir qu'il détestait les péquistes, qu'il ferait tout pour les détruire, tout comme il a accusé sans véritable motif François Legault d'intolérance parce qu'il osait discuter de la laïcité au Québec.

      Phillipe Couillard est pétri de certitudes qu'il n'abandonnera jamais, convaincu qu'il est de sa supériorité morale. Il réagit aujourd'hui pour s'attirer des appuis en récupérant l'attentat de Québec à des fins politiques. On l'a déjà vu agir ainsi dans d'autres dossiers, notamment dans le dossier de l'environnement.

      Si ses intentions étaient sincères et fondées, il aurait fait adopter depuis longtemps un projet de loi sur la laïcité élaboré par l'ensemble de l'Assemblée nationale et dans le respect de tous. Comment croire un homme aussi dogmatique et jaloux de son pouvoir ?

    • Pierre Fortin - Abonné 2 février 2017 17 h 11

      J'en attends davantage pour croire aux conversions spontanées, surtout quand elles tombent aussi bien.

  • Sylvain Rivest - Abonné 2 février 2017 12 h 43

    Ayatollah Couillard

    On le voit venir de loin notre pm.
    surveillez le bien, il va nous en passer une vite.
    Il ne manquera pas de satisfaire le frères musulmans qui ont déjà pignon sur rue à Montreal. Déjà Montreal finance des camps islamiques.

    http://www.journaldemontreal.com/2016/11/21/un-cam

    Comment accélerer l'effacement des québcoises et des québécois?

  • Jean-Charles Morin - Abonné 2 février 2017 13 h 28

    Plus ça change...

    Comme d'habitude, cela prend une crise pour que le PLQ se décide enfin à faire semblant de bouger.

    En définitive, la molesse et la fuite en avant des Libéraux face à la question identitaire sont les vrais responsables de l'insécurité collective vécue par les Québécois francophones et, conséquemment, des débordements déplorables qui nous affligent tous actuellement. Ce club privé d'opportunistes procrastinateurs, otage consentant de l'électorat non-francophone, a toujours tout fait pour faire partie du problème plutôt que de la solution.

    Le pire c'est qu'avec un chef comme Philippe Couillard, loin de vouloir sortir du bois, il s'y enfonce encore davantage. Il va finir par s'y perdre.

  • Colette Pagé - Inscrite 2 février 2017 17 h 58

    Dix ans de laxisme mène à ce résultat catastrophique "

    Dix ans de laxisme, à la suite des recommandations de la commission Bouchard-Taylor, un laxisme qui a contribué à exacerber les tensions. À cet égard il faut rappeler le manque de détermination et de vision de la Ministre de la Justice dans sa défense de son dernier projet de Loi. Ni figue ni raisin. Ni pour ni contre bien au contraire.

    Par contre, il ne faudrait pas que le Gouvernement profite du deuil collectif et agisse avec précipitation en présentant un projet de Loi ni chair ni poisson qu'il souhaiterait passer à sauvette.

    Le débat doit se faire dans le respect des opinions contraires mais en gardant en mémoire que l'État doit être laïque, que les services publics doivent être rendus à visage découvert, qu'il n'incombe pas au mari de décider du sexe du médecin traitant et que l'égalité hommes-femmes n'est pas négociable.

    Quant aux crimes d'honneur, dans une société démocratique, ils doivent être sanctionnés sévèrement.