Une nouvelle présidente au Conseil du statut de la femme

L’Attikamek Eva Ottawa avait succédé à Julie Miville-Dechêne à la tête du Conseil du statut de la femme en septembre dernier.
Photo: Renaud Philippe Archives Le Devoir L’Attikamek Eva Ottawa avait succédé à Julie Miville-Dechêne à la tête du Conseil du statut de la femme en septembre dernier.

Le passage de l’Attikamek Eva Ottawa à la présidence du Conseil du statut de la femme n’aura duré que quelques mois : elle a démissionné lundi de son poste pour des raisons qui demeurent nébuleuses (Lire: Eva Ottawa explique son départ).
 

L’annonce officielle a été faite mardi, quand le conseil des ministres a annoncé la nomination de sa successeure, Louise Cordeau. Au Conseil du statut de la femme, on a appris le départ de la présidente en même temps que le reste de la population, à travers un communiqué de presse gouvernemental.

« C’est une décision qui est personnelle », a simplement déclaré l’attaché de presse de la ministre de la Condition féminine, Karl W. Sasseville, au sujet de la lettre de démission qu’a remise Eva Ottawa.

La nomination de cette dernière avait été annoncée le 9 septembre : près d’un an après un reportage sur des abus policiers présumés à l’endroit de femmes autochtones de Val-d’Or et quelques semaines avant une vague d’indignation populaire face aux violences sexuelles sur les campus québécois.

Avocate et membre des médias

La successeure d’Eva Ottawa, Louise Cordeau, entrera en poste le 6 février. Cette avocate de formation, toujours membre du Barreau, a exercé le droit pendant huit ans, pour ensuite devenir directrice de cabinet du président de l’Assemblée nationale du Québec.

Elle a plus tard dirigé la station de Québec de Radio-Canada pendant six ans, avant de devenir éditrice et chef de la direction du Journal de Québec. Elle s’est aussi impliquée au sein de l’initiative L’Effet A, qui vise à encourager l’engagement professionnel des femmes, et a été membre du conseil d’administration du Y des femmes de Québec, du Comité sur les femmes dans la profession du Barreau du Québec et de l’Association des femmes entrepreneures du Québec.

« Je suis convaincue que le Conseil du statut de la femme et la cause de l’égalité entre les femmes et les hommes bénéficieront grandement de son leadership naturel et de ses talents », a déclaré la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, au sujet de la nouvelle présidente.

2 commentaires
  • Andrée Le Blanc - Abonnée 31 janvier 2017 19 h 51

    Quelle déception !

    Je suis désolée d'apprendre cela, c'était si intéressant qu'enfin une avocate autochtone dirige cet organisme ! Mauvais timing dans sa vie peut-être, mais dommage pour nous et pour les communautés autochtones du Québec.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 1 février 2017 12 h 47

    Qui sera la vraie ministre...

    ... de la Condition féminine? Mme Cordeau ou Mme Thériault, qui préfère déléguer que décider, comme son chef?