Gilles Duceppe tempère les visées de Ouellet

Gilles Duceppe a livré le fond de sa pensée à Martine Ouellet, en privé d’abord, puis publiquement.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Gilles Duceppe a livré le fond de sa pensée à Martine Ouellet, en privé d’abord, puis publiquement.

Gilles Duceppe n’y va pas par quatre chemins. L’exercice de la fonction de chef du Bloc québécois qu’il a assumée pendant près de 15 ans est « incompatible » avec celle d’élu à l’Assemblée nationale du Québec, affirme-t-il.

Pour éviter un tel cas de figure, il appelle les délégués du Bloc québécois à profiter du prochain conseil national, le 4 février 2017 à Boucherville, pour reporter la désignation de leur prochain chef à juin 2018.

Ce scénario éviterait de voir les prétendants à la chefferie faire campagne dans l’ombre des candidats à la direction du Parti conservateur du Canada ou encore du Nouveau Parti démocratique, et ce, tout en permettant à la candidate pressentie Martine Ouellet de demeurer à l’Assemblée nationale jusqu’à la tenue des prochaines élections générales québécoises, en octobre 2018, souligne M. Duceppe. « Elle ne serait pas obligée de démissionner. Elle ne serait pas obligée de déclencher une partielle parce que le Parlement ne siégerait plus à partir de juin 2018 », déclare-t-il dans un entretien téléphonique avec Le Devoir.

M. Duceppe met en garde les membres du Bloc québécois contre le risque de voir « quelques militants bien organisés jouer les dés de façon à faire élire la personne qu’ils préfèrent » notamment en « provoqu[ant] le déclenchement d’une course à la chefferie » dans les plus brefs délais. « Ça s’est fait dans le passé… et Mario Beaulieu a démissionné parce que ça ne marchait pas. On ne cachera pas la vérité. Alors, ne répétons pas la même chose deux fois », a-t-il dit au téléphone.

Qui plus est, la désignation du prochain chef à quelques mois des prochaines élections générales canadiennes, prévues à l’automne 2019, favoriserait l’entrée en scène d’autres personnalités, qui refusent de mettre en veilleuse leur carrière professionnelle à près de trois ans du prochain scrutin.

« Un avantage » ?

Martine Ouellet envisage la possibilité de briguer la chefferie du Bloc québécois puis, le cas échéant, de prendre les commandes de la formation politique fédérale tout en continuant de représenter la circonscription de Vachon à l’Assemblée nationale, et ce, d’ici à la fin de la 41e législature. Un tel scénario présente « même un avantage », selon elle. « Ça permettrait de mettre l’emphase des répercussions des décisions d’Ottawa sur les services aux Québécois et Québécoises, le fonctionnement du gouvernement du Québec, le budget du gouvernement du Québec… », soutient-elle au Devoir.

Mme Ouellet juge toutefois « préférable » de quitter le caucus des élus péquistes si elle est élue ou couronnée chef du Bloc québécois, auquel cas elle siégerait comme « députée indépendante indépendantiste amie du Parti québécois » à l’Assemblée nationale. « On est élus, on prend un engagement sur quatre ans. Pour moi, cet engagement-là est important », indique-t-elle, précisant dans un même élan que les modalités d’une éventuelle « collaboration » entre le PQ et elle devraient être précisées avec le chef péquiste Jean-François Lisée.

Au sein ou hors du caucus du PQ, « le même problème » d’« incompatibilité » se poserait, croit M. Duceppe. L’ex-homme politique tente de dissuader Mme Ouellet — en privé et désormais en public — de jouer simultanément les « rôles » de députée de Vachon sur la scène politique québécoise et de chef du Bloc québécois sur la scène politique canadienne. « Elle sèmerait une certaine confusion. On se demanderait : “À qui parle-t-on ?”»

L’ancien chef bloquiste a exprimé ses réserves directement à Mme Ouellet à l’occasion d’une rencontre il y a moins de 10 jours. « Je lui ai dit qu’elle pourrait faire une bonne candidate. Cela étant dit, je trouve — et je le lui ai dit — que c’était incompatible de tenir les deux rôles en même temps », relate-t-il avant d’ajouter : « Je le lui ai dit en toute amitié. »

Mme Ouellet se réjouissait lundi de voir le commissaire à l’éthique et à la déontologie, Jacques Saint-Laurent, « clore » le débat sur un éventuel « cumul des deux postes » : « c’est tout à fait éthique », a-t-elle fait valoir. Dans un avis de huit pages, M. Saint-Laurent conclut effectivement que « rien dans la loi ou les règlements du Québec [n’]empêche, de manière formelle, le cumul des fonctions de députée de Vachon et de chef du Bloc québécois ». Il prend toutefois soin de lui écrire : « Toutefois, vous devrez être consciente que les risques de conflits dans l’exercice de ces deux fonctions sont sérieux. De plus, […] la perception du public pourrait être négative. »

2 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 20 décembre 2016 04 h 09

    bonne réflexion et bonne fête

    la politique quel éternel recommencement,fait de curiosité et de hasards, n'est ce pas la définissions du jeu, Martine comme il me plairait de vous dire, embarquer pas dans cette lotterie, mais je sais aussi que le jeu peut etre passionnant, mais n'y mettez pas toutes vos énergie, bonne reflexion et bonne fête

  • Yves Côté - Abonné 20 décembre 2016 05 h 23

    On a mis quelqu'un au monde...

    Je crois sincèrement qu'il y a beaucoup mieux à faire pour nous tous, ce tous incluant bien entendu Monsieur Duceppe comme les autres, que de mettre les bâtons dans les roues de quiconque respecte en tout la démocratie et ses institutions pour faire avancer les choses au Québec...
    Faut-il rappeler les critiques anti-Bloc qui, venant du Québec comme d'Ottawa (qui les nourissait gaiement...) et innondant alors les tribunes publiques lors de la fondation de ce parti ?
    Bien que nombre de prétentions allaient dans le sens de l'incompatibilité et même de l'inconstitutionalité d'un parti indépendantiste québécois dans la Capitale du Canada, l'expérience n'a-t-elle pas montrée que de faire des choses nouvelles et parfois surprenantes pouvait souvant aller dans le bon sens pour nous ?
    Alors, arrêtons la réactionite et allons vers le progresisme. Faisons donc plus confiance aux jeunes et aux femmes; ouvrons leur les portes plutôt que de leur fermer celles-ci !
    De croire que nous détenons quelque monopole de sagesse en quoi que ce soit en quelque chose ne nous a pourtant pas servi beaucoup jusqu'ici, à mon avis (de vieux...).
    "On a mis quelqu'un au monde, on devrait peut-être l'écouter ?"

    Tourlou !