Commission des droits de la personne: le PQ se range derrière Tamara Thermitus

La candidature de Tamara Thermitus bénéficie de l’appui d’au moins les deux tiers des membres de l’Assemblée nationale.
Photo: CDPDJ La candidature de Tamara Thermitus bénéficie de l’appui d’au moins les deux tiers des membres de l’Assemblée nationale.

Après réflexion, le Parti québécois se rallie à la candidature de Tamara Thermitus à la tête de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ).

Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, donnera l’assurance au premier ministre Philippe Couillard que les élus péquistes se rangeront derrière une motion proposant la désignation de l’avocate de Justice Canada à la barre de la Commission au plus tard vendredi.

Selon une source péquiste, M. Lisée s’est penché pour la première fois sur le dossier de candidature seulement dans la foulée de la publication d’un article dans La Presse + jeudi avant-midi. Celui-ci rapportait que la nomination de Mme Thermitus, qui se trouve « dans le giron de Dominique Anglade, très “pro-multiculturalisme” », se heurte au « refus » du PQ. « M. Lisée n’a pas de réticences particulières à l’égard de Me Thermitus. Il est plutôt favorable à sa candidature », a soutenu cette source péquiste dans un entretien avec Le Devoir. « Il reconnaît la compétence de Me Thermitus, qui est par ailleurs une figure importante de la communauté haïtienne », a-t-elle ajouté.

Le PQ cherche à dissiper l’impression que le parti bloque la candidature de l’avocate d’origine haïtienne, qui a notamment été membre du comité sur les communautés culturelles du Barreau du Québec.

Du coup, la candidature de Mme Thermitus bénéficie de l’appui d’au moins les deux tiers des membres de l’Assemblée nationale. En effet, la Coalition avenir Québec laisse également le champ libre à Mme Thermitus pour succéder à l’ex-président Jacques Frémont qui a quitté ses fonctions en cours de mandat afin d’accéder au rectorat de l’Université d’Ottawa.

2 commentaires
  • Patrick Daganaud - Abonné 8 décembre 2016 18 h 07

    La CDPDJ doit défendre les droits mieux que ses procédures

    Tamara Thermitus à la tête de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) aura à corriger la dérive qui fait que la CDPDJ a considérablement réduit la portée de son rôle en faisant de ses procédures la priorité, perdant ainsi le cap sur la défense effective des droits brimés.

    Je ne dis pas que les procédures et processus ne doivent pas être rigoureux. Je dis qu'ils ne doivent pas contribuer à corrompre la mission.

  • Michel Lebel - Abonné 8 décembre 2016 22 h 36

    La raison a prévalu.

    Pour cette nomination, la raison a enfin eu le dessus sur la partisanerie au PQ. Ce qui était à souhaiter.

    M.L.