Au tour du commissaire à l’éthique de blanchir l’ex-conseiller de Laurent Lessard

Le Commissaire à l’éthique, Jacques Saint-Laurent, a déposé un rapport étoffé de 58 pages.
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le Commissaire à l’éthique, Jacques Saint-Laurent, a déposé un rapport étoffé de 58 pages.

Comme l’avait fait la veille le Commissaire au lobbyisme, le Commissaire à l’éthique a blanchi Yvon Nadeau, cet ex-conseiller du ministre Laurent Lessard qui faisait l’objet d’allégations de conflits d’intérêts, mercredi.

Le Commissaire à l’éthique, Jacques Saint-Laurent, a déposé un rapport étoffé de 58 pages, examinant dans le moindre détail les liens entre les fonctions de M. Nadeau comme attaché politique du ministre Lessard et ses fonctions à la tête de diverses entreprises, certaines étant en relation d’affaires avec le gouvernement.

Le rapport du Commissaire au lobbyisme rendu public la veille ne comptait que sept pages. Lui aussi concluait que M. Nadeau n’avait enfreint aucun règlement.

La critique péquiste sur les questions éthiques, la députée de Taschereau Agnès Maltais, a affiché sa déception, voyant dans ce rapport un aveu d’impuissance. Elle conclut que le chien de garde de l’éthique des parlementaires n’a pas les moyens pour remplir adéquatement son mandat.

Mme Maltais estime que le commissaire aurait dû, à tout le moins, formuler une recommandation visant à éviter la confusion des rôles quand il s’agit du personnel politique.

C’est elle qui, en septembre, avec le député caquiste de Borduas, Simon Jolin-Barrette, avait alerté le Commissaire à l’éthique pour qu’il intervienne dans le dossier et fasse toute la lumière sur la situation de M. Nadeau, afin de voir s’il y avait là un conflit d’intérêts ou apparence d’un conflit d’intérêts, ce qui aurait mis le ministre Lessard dans l’embarras.

Ce dernier a toujours affirmé n’avoir rien à se reprocher et avoir respecté les règles.

Ami personnel du ministre Lessard, Yvon Nadeau a été à son emploi de 2003 à 2013, puis de 2014 à 2015.

M. Nadeau a occupé des postes de direction au sein des entreprises Pyrobiom Énergies et Innoltek, tout en étant à l’emploi du bureau de circonscription de M. Lessard pendant des années.

Pyrobiom Énergies a reçu une subvention de 3 millions du gouvernement en 2015.

En plus de diriger Pyrobiom Énergies, M. Nadeau s’occupait notamment du développement des affaires et siégeait au conseil d’administration d’Innoltek, une entreprise qui cherchait à obtenir du gouvernement des avantages fiscaux. Innoltek, une entreprise issue d’Oléoteck, un centre de transfert de technologie affilié au Cégep de Thetford Mines, a reçu 5 millions du gouvernement en 2011.

4 commentaires
  • Francois Cossette - Inscrit 7 décembre 2016 12 h 55

    On est vraiment soulagé de savoir cela ......

    Une éthique a la hauteur de ce gouvernement, il ne faut donc pas se surprendre des résultats de ces pseudo-enquetes. Ce n'est pas parce qu'on n'est pas coupable qu'on est innocent. Un gouvernement se doit d'être au-dessus de tout soupcon. Si le passé est garant de l'avenir on est loin de la coupe aux lèvres.

    Le système est fait pour protèger les élus, question de protèger une pseudo image intègre de notre démocratie. Mais on est loin de cela. Comment se fait-il qu'on entende parler de scandales libéraux depuis 10 ans sans que jamais personnes ne soient mis en cause. Ou on est pas en face d'un complot organisé, a grande échelle, pour discréditer les élus libéraux ou il faut chercher ailleurs les réponses.

  • Sylvain Bolduc - Inscrit 7 décembre 2016 15 h 05

    Ridicule...

    Quel genre de message qui est envoyé aux élu(e)s ici?

    Bien que le commissaire ne soit pas un juge qui siège à un tribunal, il est quand même question d'éthique pour les élus et les employés de l'Assemblée Nationale. Et il est de son devoir de les mettre en garde contre des situations qui s'apparente à des conflits d'intérêts. Ce qui semble être effectivement le cas ici.

    Et que cela va faire l'affaire du PLQ pour laver sa réputation à ce chapitre....comme par hasard (!).

  • Denis Paquette - Abonné 8 décembre 2016 14 h 36

    plus ca continue plus c'est pareille

    et qui est responsable du gachis de la Romaine, les , quelle groupe de sans dessins

  • Donald Bordeleau - Abonné 9 décembre 2016 00 h 12

    Des situations qui s'apparente à des conflits d'intérêts.

    Des conflits d'intérêts dans ce cas ci, ce qui semble être effectivement le cas ici.

    Yvon Nadeau a fait un bon travail pour le financement de 100,000$ pour atteindre et dépasser ses cibles. Il est logique d'avoir de multiples subventions en retour.

    http://www.journaldequebec.com/2016/09/08/un-proch

    Yvon Nadeau avec des liens Pyrobion est devenu en avril drenier, une filliale du groupe Rémabec, qui compte parmis ses actonnaires et administrateurs de généreux donnateurs libéraux dont Joey Saputo.

    http://www.lapresse.ca/actualites/national/201110/

    Il ne semble pas avoir de liens entre les dons au PLQ et les contrats reçus du MTQ.

    Plus de 8 millions de dons au PLQ pour des contrats au MTQ.

    http://www.journaldemontreal.com/2014/04/11/financ