Le vote libéral recule partout

La nouvelle députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier, et le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La nouvelle députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier, et le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Moins de deux mois après avoir pris la barre du Parti québécois, Jean-François Lisée a réussi lundi soir son premier test électoral. Le PQ a non seulement réussi à déjouer la tentative de reconquête de la circonscription de Saint-Jérôme de la Coalition avenir Québec, mais il est également parvenu à accroître considérablement ses appuis dans les circonscriptions dans Verdun et Marie-Victorin, où le Parti libéral du Québec a terminé au quatrième rang.

Devant l’effondrement des appuis au PLQ, le premier ministre Philippe Couillard s’est engagé lundi à intensifier le dialogue avec l’électorat francophone, qui forme plus de 85 % de la population dans les circonscriptions de Saint-Jérôme, de Marie-Victorin et d’Arthabaska. « On va être encore plus présents, encore plus écouter les Québécois et les Québécoises », a-t-il déclaré en fin de soirée.

Même si aucune des quatre circonscriptions en jeu n’a changé de main, les libéraux n’avaient pas leur coeur à la fête lundi soir. Pour cause, l’appui au PLQ a fléchi de 2,5 points (Arthabaska) à 15 points (Verdun) depuis les élections générales de 2014. (Saint-Jérôme -19,4 points, Marie-Victorin -12,6 points).

« C’est le signal d’un changement », a lancé M. Lisée après le dévoilement des résultats dans un bar de Longueuil lundi soir. « On en a assez d’un gouvernement qui est de scandale en scandale. On en a assez d’un gouvernement qui tourne le dos aux élèves, aux étudiants, aux aînés. On veut une nouvelle dynamique », a-t-il poursuivi aux côtés d’une poignée de députés, dont la nouvelle élue Catherine Fournier.

Il n’en fallait pas plus pour un militant péquiste. « Deux bouteilles de champagne ! », a-t-il lancé au barman du Bungalow, où festoyaient les proches de Mme Fournier. « Jean-François Lisée est un génie », répétait un autre accoudé au bar.

Saint-Jérôme

Dans Saint-Jérôme, le candidat péquiste, Marc Bourcier, a remporté une victoire décisive. L’enseignant retraité a recueilli 46,4 % des voix, soit 2125 de plus que son principal adversaire, le caquiste Bruno Laroche (35,5 %). M. Bourcier a fracassé la marque établie par le magnat de la presse Pierre Karl Péladeau en 2014 (36,8 %). La candidate libérale Naömie Goyette a terminé la course loin derrière avec 10,6 % des voix.

La CAQ n’avait pas ménagé les efforts pour reprendre la circonscription des Laurentides, ravie par M. Péladeau en 2014, notamment en multipliant les activités publiques. À lui seul, le chef François Legault y a fait campagne une douzaine de fois en plus d’y avoir organisé le caucus présessionnel de sa formation politique en août dernier. M. Legault avait d’ailleurs profité de ce rassemblement pour remettre en avant sa proposition de soumettre les nouveaux arrivants à un « test des valeurs ». Il martelait depuis ce moment que la CAQ est « le seul parti qui défend [les] valeurs [québécoises] », au premier chef celle de l’égalité homme-femme.

M. Lisée se disait, quelques heures à peine avant la fermeture des bureaux de vote, « très confiant pour Saint-Jérôme et Marie-Victorin », tout en espérant causer la « surprise dans Arthabaska ». Ce ne fut pas le cas. Les appuis du PQ ont légèrement reculé dans cette circonscription du Centre-du-Québec (-0,3 point). « Le gain global est très positif », s’est tout de même félicité Jean-François Lisée à sa sortie du Bungalow. « On a une nouvelle énergie. Ça augure très bien pour l’avenir », a-t-il conclu avant de mettre le cap sur Saint-Jérôme.

 

Arthabaska

La « machine libérale », qui roulait à plein régime dans Arthabaska au fil des dernières semaines, n’a pas produit les effets escomptés. Le caquiste Éric Lefebvre a crié victoire en milieu de soirée. Il a obtenu 44 % des voix contre 27,6 % pour le libéral Luc Dastous. « Je viens de faire toute une acquisition, quelqu’un qui est là pour les bonnes raisons. […] Un organisateur, écoutez, le nombre de bénévoles, je n’ai jamais vu ça dans l’histoire de notre parti ! », a affirmé le chef caquiste, François Legault, avec un large sourire. « Le message, c’est que les gens veulent un changement. »

L’appui de proches de la députée Sylvie Roy décédée en juillet dernier, au candidat libéral Luc Dastous avait donné des sueurs froides aux caquistes, d’autant plus que la soeur de Sylvie Roy, Nathalie, avait reproché à M. Legault d’avoir instrumentalisé la mémoire de l’ex-élue adéquiste, caquiste et indépendante en revendiquant son héritage à des fins bassement électoralistes. Malgré cet appui important, ainsi que la promesse de rénover la salle d’urgence de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska, en plus d’y installer un appareil de radiologie dernier cri, le PLQ a échoué à arracher la circonscription.

Le parti de Philippe Couillard a été incapable de renouveler l’exploit qu’il avait accompli dans Chauveau où il était parvenu en juin 2015 à faire élire sa candidate Véronyque Tremblay en dépit de la majorité de près de 10 000 voix obtenues par le caquiste Gérard Deltell lors des élections générales de 2014.

Le Parti conservateur du Québec, gonflé à bloc, a quant à lui réussi une timide percée dans Arthabaska, porté notamment par le mécontentement suscité par la décision du gouvernement libéral de mettre sur pied un registre québécois des armes d’épaule. Son candidat, Guy Morin, a amassé 4,6 % des voix lundi soir, surpassant Sarah Beaudoin, qui portait les couleurs de Québec solidaire (3,6%).

Verdun

La libérale Isabelle Melançon a quant à elle préservé, non sans peine, le fief de Verdun qui était vacant depuis la démission dans la controverse de l’ex-ministre Jacques Daoust.

Un candidat commun au PQ, à QS et au Parti vert, comme le proposait M. Lisée, aurait fait tomber ce bastion libéral, qui tient depuis son érection en 1966. En effet, Mme Melançon a obtenu 35,6 % des votes, comparativement à 50% pour les trois candidats « progressistes » (Richard Langlais du PQ 27,2 %, Véronique Martineau de QS 18,6 % et vert 4,3 %). La caquiste Ginette Marotte s’est quant à elle hissée au quatrième rang avec 12,7 % des voix.

Mme Melançon aurait mordu la poussière si elle n’avait pas bénéficié de « l’argent sale » amassé par le PLQ au cours des dernières années, a fait valoir le député de Mercier, Amir Khadir, dans un entretien téléphonique avec Le Devoir lundi soir.

De son côté, Québec solidaire « surprend encore une fois en réalisant les meilleurs résultats de son histoire dans Verdun et Marie-Victorin », s’est-il réjoui, promettant de « travailler fort pour rassembler les forces d’un changement véritable pour redonner confiance aux Québécois » en vue du scrutin de 2018.

 

Marie-Victorin

Sur la Rive-Sud de Montréal, la candidate Catherine Fournier a été élue aisément dans Marie-Victorin, dans le giron du PQ depuis sa création en 1985. Elle a obtenu 52,5 % des voix contre 38,2 % pour Bernard Drainville en 2014, qui avait tourné le dos à la vie politique quelques jours après avoir encaissé la démission fracassante de M. Péladeau. Mme Fournier a accompli le meilleur score des quatre partielles. Âgée de 24 ans, elle sera la plus jeune députée de l’Assemblée nationale. Le « programme d’austérité » du gouvernement libéral « ne passe pas ici », a déclaré Mme Fournier lundi soir, invitant les jeunes à l’imiter et à grossir les rangs du PQ. « Faites partie de la solution. […] Il y a urgence à recommencer à bâtir. Il y a urgence à recommencer à rêver », a-t-elle dit.

Le solidaire Carl Lévesque s’est hissé au second rang (14,19 %), devançant de peu la caquiste Julie Chapdelaine (14,15 %). Normand Parisien, qui briguait les suffrages sous la bannière du PLQ, a subi un véritable camouflet. Il a enregistré le pire score du PLQ dans cette circonscription de la Montérégie (13,44 %). Il a terminé la course au quatrième rang.

À moins de deux ans des prochaines élections générales, les résultats des quatre partielles offrent un aperçu de l’état d’âme de l’électorat francophone. « Les résultats de ce soir sont un désaveu cinglant pour les libéraux », a conclu M. Khadir.

Avec Marie-Michèle Sioui
 

La carte politique du Québec après les élections partielles
 

 

36 commentaires
  • Patrick Daganaud - Abonné 6 décembre 2016 00 h 55

    ON NE VOUS VEUT PAS!

    « On va être encore plus présents, encore plus écouter les Québécois et les Québécoises » dixité Couillard.

    1-D'abord, vous n'écoutez personne que vous-mêmes.

    2-Ensuite, on ne vous veut pas!

    • J-Paul Thivierge - Abonné 6 décembre 2016 11 h 19

      Plus précisément ,on pourrait affirmer sans trop se tromper
      que le PLQ de Couillard comme celui de JJC et bien avant
      n'écoute que les anglos et les allos fédéralistes à l'ouest de l'île
      C'est leur base électorale d'une trentaine de circonscriptions
      qui leur assure avec la division du vote franco le pouvoir
      malgré la réalité des faits qui confirme
      que moins de 20 % des francos votent PLQ .

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 décembre 2016 23 h 55

      À J-Paul Thivierge,

      "Le PLQ de Couillard comme celui de JJC et bien avant
      n'écoute que les anglos et les allos fédéraliste.." - J-Paul Thivierge

      Autant le PQ que le PLQ n'écoutent que leurs véritables patrons des riches, des banques et des grandes entreprise qui les corrompent et les finances par en arrière à grands coups de chaussettes remplies de billets verts et d'enveloppes brunes truffées d'argent sale.

      Christian Montmarquette

    • J-Paul Thivierge - Abonné 7 décembre 2016 11 h 10

      @ Christian Montmarquette
      J'ignore d'où vous vient l'affirmation que le PQ obéit aux banques et grandes entreprises .
      Si vous détenez des preuves dévoilées les car jamais les médias même anti PQ en on fait mention.
      Au PQ on ramasse le financement par du porte à porte et de petites sommes auprès de 75,000 membres en règle, s'il y a déjà eu du financement illégal par prête noms sans que l'on soit complice ces montants ont été remis.
      Depuis , le mise en application de la nouvelle loi du financement ( 100 $ par an via le DGEQ )
      tout est dans l'ordre et honnête.
      Le point principal demeure ; les PLQ s'organise pour faciliter la vie des anglos et allos de sa base électorale de l'ouest du Québec.

  • Gaston Bourdages - Abonné 6 décembre 2016 05 h 18

    Des résultats qui sont aussi sortes de....

    ...sentences pour les crimes...mais non....pour ces allégations dans lesquelles se sont commis tous ces citoyens aux pensées et opinions toutes croches peut dire monsieur Fournier.
    Oui, il existe des crimes pour lesquels des auteurs demeurent impunis. Vous savez cette impunité possible à certaines gens de et en pouvoirs. Il reste cette voie et voix de l'élection. Ces dernières qui ont fait reculer le pouvoir rouge. Oui, il y a des gens qui ont vu «rouge» et ont opté pour le bleu un peu comme à la Duplessis: «l'enfer est trouge et le ciel est bleu»
    En pénitence...les libéraux. Vous avez du chemin à faire pour redonner confiance et cette confiance...ben oui...elle ne s'achète pas juste avec des dollars et une économie forte.
    Gaston Bourdages,
    Auteur.

  • Hélène Gervais - Abonnée 6 décembre 2016 06 h 38

    Peut-être que les gens ....

    commencent à réaliser ce qu'est le parti libéral, il était temps et j'espère que ça continuera.

    • J-Paul Thivierge - Abonné 6 décembre 2016 11 h 21

      il est grand temps que les électeurs sanctionnent les décennies de magouilles des libéraux et les envoie dans la cave de l'opposition pour plus qu'une décennie avec leur bonnet d'âne.

  • Alain Lavallée - Inscrit 6 décembre 2016 06 h 51

    2 perdants: les libéraux et CROP

    Les résultats des 4 partielles montrent que les libéraux sont en recul dans les 4 circonscriptions et que le Parti Québécois progresse dans 3 fortement et sont stables dans la 4e.

    Mais il n'y a pas que les libéraux qui sont perdants, CROP-La Presse dans son sondage publié le 23 novembre, soit une dizaine de jours avant les partielles, présentait haut et fort les libéraux comme triomphants et le Parti Québécois et Lisée en forte perte. Ce que les résultats d'hier contredisent haut et fort.
    Le sondage Léger- Le Devoir était lui plus en accord avec les résutltats d'hier .

    Relisez le sondage de CROP (1er lien) et posez-vous des questions sur CROP, comme le GLobe And Mail l'a fait lors de l'élection fédérale de 2015 (2e lien), en qualifiant certain sondage politique de CROP de "douteux" (dubious).

    http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politi

    http://www.theglobeandmail.com/news/politics/polls

    • Patrick Boulanger - Abonné 6 décembre 2016 08 h 43

      M. Lavallée, le sondage dont vous parlez est un sondage pour l'ensemble du Québec et non un sondage qui cible certaines circonscriptions... Cela dit, il est possible que ce soit un mauvais sondage, mais les résultats de hier dans les quatre circonscriptions ne démontrent rien.

    • Robert Beauchamp - Abonné 6 décembre 2016 12 h 11

      On croyait l'approche de CROP douteuse, maintenant il n'y a plus de doute.

    • Michèle Lévesque - Abonnée 6 décembre 2016 12 h 52

      Très bon point ! Merci de le rappeler !

    • Lucien Cimon - Inscrit 6 décembre 2016 15 h 09

      Ça se produit quand les sondeurs se mettent au service d'un parti: il arrive qu'ils ne produisent pas l'effet foule escompté.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 6 décembre 2016 07 h 06

    Écouter les Québécois

    «On va être encore plus présents, encore plus écouter les Québécois et les Québécoises», a-t-il déclaré.
    Encore une réponse vide de sens à une autre catastrophe.

    Et vous savez ce qu'ils vous disent les Québécois et les Québécoises ? «On veux plus vous voir et on veux plus vous entendre.»

    Bravo aux gagnants.

    PL