Le PLQ amorce son opération de séduction

Une nouvelle résolution-cadre visera à «soutenir les travailleurs à faible revenu».
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Une nouvelle résolution-cadre visera à «soutenir les travailleurs à faible revenu».

À moins de deux ans des prochaines élections générales, le Parti libéral du Québec veut se débarrasser de l’étiquette d’« austérité » qui lui colle à la peau. Pour y arriver, la commission politique invite poliment l’équipe de Philippe Couillard à intensifier la lutte contre les inégalités sociales après qu’il eut enregistré un surplus budgétaire de 2,2 milliards de dollars en 2015-2016.

La commission politique soumettra aux militants du PLQ, réunis samedi et dimanche en conseil général à Laval, une nouvelle résolution-cadre sur les politiques sociales, dans laquelle elle recommande au gouvernement libéral de « continue[r] de soutenir les travailleurs à faible revenu par des moyens fiscaux et des politiques de redistribution [de richesse] » tout en « s’assur[ant] que les mesures de lutte contre la pauvreté n’affectent pas la compétitivité des entreprises du Québec ».

L’État doit « envisag[er] l’implantation dans la société québécoise de nouveaux modèles de répartition des revenus […] afin de mieux soutenir l’employabilité », puisque l’accès à l’emploi constitue « le levier principal du bien-être économique et social des personnes », rappelle la commission politique.

Des défis

Même si le taux de chômage a reculé à 6,8 %, le gouvernement libéral ne doit pas « relâcher les efforts », car « de nombreux défis se présentent à la société québécoise », comme l’accroissement du nombre de travailleurs précaires, insiste l’instance chargée de définir les orientations politiques de la formation politique.

D’autre part, la commission politique du PLQ presse l’équipe de Philippe Couillard d’« améliore[r] la situation des aînés dans le besoin en augmentant l’enveloppe budgétaire des divers programmes existants, notamment ceux visant à garder les aînés dans leur milieu de vie ». Enfin, elle exhorte au gouvernement québécois de « sout[enir] davantage les familles monoparentales » pour faciliter la conciliation de leur travail et leurs obligations familiales.

La commission politique du PLQ a aussi une pensée pour les plus démunis de la société québécoise. Elle préconise « l’implantation de banques alimentaires dans les quartiers ayant les besoins les plus pressants ».

Les ministres Dominique Vien (Travail) et François Blais (Emploi et Solidarité sociale) lanceront la réflexion en matière de politiques sociales samedi après-midi. Au cours des derniers jours, Mme Vien a ouvert la porte à une hausse notable du salaire minimum, tandis que M. Blais s’est vu conférer le pouvoir de contraindre les nouveaux demandeurs d’aide sociale « aptes à l’emploi » à suivre un « plan d’intégration en emploi » sous peine de diminution de leurs prestations (loi 70).

Huit valeurs libérales

En prévision du conseil général, le cabinet du whip en chef du gouvernement, Stéphane Billette, a prié dans un courriel les élus libéraux de réciter le credo libéral, a fait remarquer une source du Devoir.

L’ex-chef libéral Claude Ryan avait séquencé l’ADN du PLQ. Il avait isolé sept valeurs : les « libertés individuelles », l’« identification au Québec », le « développement économique », la « justice sociale », le « respect de la société civile », l’« attachement à la démocratie », ainsi que l’« appartenance canadienne ». « Est libérale, nous disent les dictionnaires, la personne amie de tout ce qui est digne d’un être libre ; accueillante envers les idées en général, y compris les idées différentes des siennes ; ouverte à de nouvelles expériences et à des horizons inédits ; ouverte au dialogue, tolérante, généreuse ; sensible aux besoins des êtres plus faibles ; acquise à l’égalité fondamentale des êtres humains par-delà toute discrimination », soulignait M. Ryan dans une plaquette parue en 2002. Quelques années plus tard, Jean Charest avait érigé l’« équité intergénérationnelle » en 8e valeur de l’action politique du PLQ.

La rumeur selon laquelle une « 9e valeur » déterminée par M. Couillard apparaîtrait dans la nouvelle édition de l’ouvrage de M. Ryan, qui sera lancée samedi soir, est fausse, a indiqué le porte-parole du PLQ.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

7 commentaires
  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 12 novembre 2016 07 h 58

    La réflexion en matière de politique sociale

    Elle doit débuter avec la réflexion concernant l'élimination de la corruption et la désinformation, les composantes principales de la base structurelle libérale du PLQ.

    • Gilles Théberge - Abonné 12 novembre 2016 10 h 47

      Vous avez raison madame ste-marie d'ailleurs si l'UPAC joue enfin son rôle et aboutit, nous verrons bientôt le débat changer de ton.

      L'article fait état d'une tentative éhontée de noyer le poisson!

  • Jean-Marc Simard - Abonné 12 novembre 2016 11 h 27

    La 9° valeur...

    La 9°valeur pourrait être: ma liberté et mon intérêt et celui du parti prime sur toutes les autres valeurs...Tous au service de notre enrichissement personnel...

  • Robert Beauchamp - Abonné 12 novembre 2016 12 h 15

    Le narcissisme

    Chez beaucoup de dirigeants politiques le narcissisme peut être contaminant à une vitesse foudroyante et particulièrement en matière de partisannerie: je suis votre chef, je suis le meilleur, nous sommes les meilleurs. Il y a peu de limites budgétaires pour le côté marketing et la fabrication d'images. Il n'y a pas de limites en restriction mentale c.a.d., une façon de répondre partiellement en retenant une bonne partie la vérité, quand ce n'est pas carrément le mensonge. L'étape suivante après le mensonge ce sont les pratiques illégales, telles la fraude, l'évasion fiscale, les conflits d'intérêts, les passe-droits aux grands collecteurs qui ont plus d'écoute que le plus honnête des citoyens, les nominations partisanes principalement dans le domaine juridique, les retours d'ascenseurs ayant un impact financier.

  • Patrick Daganaud - Abonné 12 novembre 2016 13 h 41

    UNE CERISE SUR L'AUSTÉRITÉ

    Ce n'est certes pas en posant une cerise sur l'amas de débris qu'a cuisiné le gouvernement libéral que la population croira avoir eu, avoir ou recevoir un gâteau.

    Plusieurs cerises n'en feront pas non plus un « forêt noire ».

    De la chnoute crémée reste de la chnoute!

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 12 novembre 2016 14 h 52

    …. politiques sociales ?

    « Elle préconise « l’implantation de banques alimentaires dans les quartiers ayant les besoins les plus pressants ». » ; « La rumeur selon laquelle une « 9e valeur » déterminée par M. Couillard apparaîtrait » (Marco Bélair-Cirino, Le Devoir)

    De cette double citation, ce questionnement :

    A : Si cette Commission politique recommande ce genre de « hausse » des banques alimentaires, est-il souhaitable, aussi, de comprendre ce qui se passe, et ce, pour éviter que des situations économiques « complexes », fragiles ou « marginalisées » ne se reproduisent sur des individus-personnes via un système de pensée-action paralysateur et accusateur, ou selon ?!?

    B : De ces « valeurs », sera-t-il, pédant, humain ou selon ?, d’ajouter celle du néolibéralisme qui sert, depuis plusieurs décennies, la philosophie-cadre, structurant et gérant, tout autant la pensée que de l’activité dites « politiques » issues du PLQ ; des politiques susceptibles d’inspiration socio-économique caricaturale ou … d’austérité … ?!?

    De ce questionnement, cette douceur :

    Si le monde du néolibéralisme facture tout autant le monde de la pauvreté-vulnérabilité que celui de l’aspérité-prospérité, qu’espérer de ses …

    …. politiques sociales ? - 12 nov 2016 –