Allégations d'agression sexuelle: retrait forcé de Gerry Sklavounos du caucus libéral

Le député de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le député de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos
Le gouvernement Couillard est placé dans l’embarras, à la suite d’une allégation d’agression sexuelle qui met en cause le député libéral de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos. L’affaire, qui a créé une véritable onde de choc à l’Assemblée nationale, a entraîné, jeudi en fin de journée, le retrait forcé du caucus libéral du député Sklavounos, qui s’est fait montrer la porte.
 

Dans un communiqué, le premier ministre Philippe Couillard affirme que « compte tenu des informations qui ont été publiées dans les médias le mettant en cause dans une plainte pour agression sexuelle », le député Sklavounos se retirait du caucus libéral « à la demande de la présidente du caucus du gouvernement, Nicole Ménard ».


« La désignation d’un nouveau titulaire au poste de leader adjoint du gouvernement sera annoncée dans les prochains jours », a ajouté le premier ministre.

M. Sklavounos, âgé de 41 ans, est avocat de formation. Il a été élu pour la première fois en 2007. Il n’a fait aucun commentaire. Son exclusion du caucus forcera le premier ministre à désigner un nouveau leader adjoint du gouvernement dans les prochains jours pour seconder Jean-Marc Fournier en Chambre.

Le premier ministre avait dit jeudi matin prendre ces allégations très au sérieux lors d’une mêlée de presse. « Je ne prends pas […] cette déclaration à la légère », a-t-il affirmé lors d’un impromptu de presse à l’entrée de la salle des premiers ministres. « Écoutez, moi j’ai une fille et une petite-fille, puis quand je vois ça, ça me renverse. Je veux que les femmes du Québec se sentent en sécurité partout, notamment sur les campus étudiant », avait-il ajouté devant la presse.

Vérifications auprès d'élus
 

À la demande du premier ministre Philippe Couillard, le whip en chef du gouvernement, Stéphane Billette, avait effectué durant la journée « des vérifications auprès de chacun des élus » libéraux afin de tirer au clair les allégations d’agression sexuelle faite par Alice Paquet sur le campus de l’Université Laval mercredi soir.

Il a questionné à tour de rôle les membres du caucus libéral, leur demandant s’ils connaissaient Mme Paquet et s’ils ont été interrogés par la police à ce sujet. À l’instar de tous les élus, M. Sklavounos s’est prêté à l’exercice, après quoi il est rentré à Montréal. Le cabinet du premier ministre a indiqué quelques heures plus tard que le député de Laurier-Dorion s’était retiré du caucus libéral.

Trop peu, trop tard selon la porte-parole de Québec solidaire Françoise David. « Dans la foulée des révélations choquantes qui ont fait les manchettes », elle a pressé M. Sklavounos de « démissionner par respect pour les citoyennes et les citoyens de Laurier-Dorion ».

« Étant donné la gravité des allégations qui pèsent contre lui, il n’a plus la hauteur et la sérénité pour les représenter dignement à l’Assemblée nationale. À titre d’élues et d’élus du peuple québécois, nous portons une lourde responsabilité : aujourd’hui comme toujours, elle doit se manifester par un appui inconditionnel aux victimes d’agressions sexuelles », a soutenu l’élue montréalaise.


Dénonciation publique

Mercredi soir, à l’Université Laval, lors d’un rassemblement en appui aux victimes d’agressions sexuelles survenues récemment dans une résidence de l’université, une jeune femme a pris la parole pour dénoncer une agression qu’elle dit avoir subie dans un restaurant de Québec durant l’été 2014, restaurant où elle avait été embauchée comme hôtesse.

Sur sa page Facebook, retirée depuis, la jeune femme a écrit que l’agresseur était un député libéral, sans le nommer.

Elle y affirmait que le député en question aurait par la suite exercé du chantage auprès d’elle pour qu’elle taise l’affaire, mais elle a tout de même porté plainte à la police un an plus tard. L’enquête policière n’aurait pas eu de suites, selon elle.

La police de Québec a confirmé jeudi qu’elle menait une enquête sur les allégations qui circulent depuis mercredi soir. Elle a demandé la collaboration de la plaignante.

D'autres détails suivront.
9 commentaires
  • Sylvain Bolduc - Abonné 20 octobre 2016 19 h 00

    Le manque de jugement du PM (bis)

    Le PM n'est même pas foutu, même en apparence, de montrer du leadership en excluant lui-même le député. Non, il préfère au nom de je-ne-sais-pas-trop-quoi, demander au député de se retirer gentiment.

    Non mais quel manque de jugement dans tous les dossiers il a ce Couillard. Il y a sûrement beaucoup de patients au Qc qui doivent être soulagés que ce dernier n'exerce plus son ancienne profession !

  • Donald Bordeleau - Abonné 20 octobre 2016 19 h 16

    La plaignante a déjà fait sa dénonciation à ce sujet.

    Donc la plaignante n'a pas à dénoncer de nouveau. C'est à la police de retrouver dans le fond de la pille le dossier et de continuer cette enquête bâclée.

  • Donald Bordeleau - Abonné 20 octobre 2016 19 h 20

    Bizarre aujourd'hui.

    Le député Gerry Sklavounos félicite Mme Pascale Poudrette, lauréate du prix Ensemble contre l'intimidation.

    • Stéphane Laporte - Abonné 20 octobre 2016 22 h 23

      Wow! Je n'avais pas vue ça

  • Maryse Veilleux - Abonnée 20 octobre 2016 20 h 04

    Parcimonie nécessaire

    Bien que je supporte entièrement la personne qui a pu vivre cette agression, j'estime non justifié le fait que les accusés se retirent immédiatement, sans que le verdict de culpabilité soit prononcé. Beaucoup de zones grise sont en jeu.

    • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 20 octobre 2016 22 h 59

      S'il se retire du caucus, c'est peut-être parce qu'il a avoué des choses aux personnes mandatées par le gouvernement pour enquêter et que celles-ci le lui ont demandé. Il est assez grand pour se défendre.

  • André Tremblay - Abonné 20 octobre 2016 20 h 19

    Oups !!!!

    L'équipe Couillard continuerait-elle à laver moins blanc que blanc ?
    Mais ce doit être de la faute du PQ et son projet d'indépendance !